30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

  • 30/09/22 | Des ateliers pour orienter les entreprises vers la silver-économie

    Lire

    L’Agence de Développement et d’Innovation et le Gérontopôle impulse des opportunités de développement des entreprises et des territoires en lien avec le bien-vieillir. Plusieurs événements sont organisés. Un atelier à Angoulême, pour présenter les opportunités offertes par la silver économie et les clefs d’accès à ce marché. Quatre ateliers d’exploration des projets et financements européens à Limoges le 13 octobre, Ustaritz le 10 novembre, Bordeaux le 22 novembre et Poitiers le 6 décembre. gerontopole-na.fr

  • 30/09/22 | Le tourisme fluvial se développe le long du fleuve Charente

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Charente-Maritime développe le tourisme fluvial et fluvestre du fleuve Charente. La politique fluviale du Département est en lien direct avec la Flow Vélo afin de développer une destination « Vallée de la Charente ». D'ici 2026, il va donc reconstruire ou réhabiliter les appontements anciens. Au total, 5 pontons fixes vont être construits ou réhabilités ainsi que 4 pontons flottants.

  • 29/09/22 | Emmanuel Macron attendu à Pau pour inaugurer le Foirail

    Lire

    Le Président de la République sera à Pau ce vendredi 30 septembre, pour l’inauguration du Foirail, centre culturel dédié au cinéma Art et Essai, à la musique et au spectacle vivant. La rénovation de l'ancien marché des années soixante s’inscrit dans le plan « Action Cœur de Ville », qui renforce l’attractivité des villes moyennes. Doté de 5 milliards d’euros, ce plan accompagne 6 000 actions en faveur du développement économique, de la culture, de la mobilité et également la rénovation de 80 000 logements dans 234 communes.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Dans les territoires ruraux Sud-Aquitains, on aime déménager !

13/09/2022 | En Béarn, au Pays basque et dans le Sud-Landes, les jeunes actifs déménagent plus qu'ailleurs et le comportement est antérieur à la crise Covid.

Déménagement

Pour adapter les politiques publiques en matière d’habitat ou de transport, les collectivités ont besoin de mesurer les comportements de la population. L’agence d’urbanisme Atlantique Pyrénées (Audap) avec le concours de l’Insee, livre une étude sur la mobilité des habitants du Béarn, du Pays basque et du Sud Landes. En milieu rural, les familles déménagent beaucoup plus souvent que les autres habitants de Nouvelle-Aquitaine. Une nouvelle enquête en 2023, à partir des données 2020 et du premier épisode Covid risque de renforcer encore la tendance. Pour en savoir plus sur les motivations de cette bougeotte, des entretiens vont être menés.

Avec le concours de l’INSEE, l’agence d’urbanisme s’est penchée sur un comportement exacerbé chez les habitants des territoires ruraux du Sud-aquitain : le goût pour le déménagement. En Béarn, au Pays basque et dans le Sud Landes, ils sont plus fréquents que partout ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. Entre ces trois zones, le Sud-Landes s’impose même en tête. Avec 5% des habitants qui partent chaque année et 6,5% qui arrivent, contre 3,5% qui quittent la Nouvelle-Aquitaine, et 4% qui s’y installent.

Besoin d'être à jour tout le temps

Pour Sandrine Derville, vice-présidente du conseil régional et de l’agence d’urbanisme Atlantique Pyrénées, il est essentiel «d’observer les comportements de population, pour donner aux collectivités les moyens de s’adapter face aux transitions sociales et économiques. Nous les élus, avons besoin d’être à jour tout le temps ! »

L’étude s’est arrêtée sur les zones rurales des trois bassins considérés et les a regardées selon deux critères : les zones sous influence d’un tissu urbain et les zones hors influence des villes. Le premier constat est transversal : partout le solde migratoire est positif avec plus de personnes qui arrivent chaque année. Et il y aussi des déménagements internes à ces zones. Ainsi dans les communes du Pays basque les plus à l’écart de l’influence des villes, on a même plus de déménagements internes à la zone que d’arrivées ou de départs.

Les moins de 40 ans, beaucoup plus que les retraités 

Ce que les observateurs appellent les migrations résidentielles, sont en fait des déménagements principalement liés à des événements familiaux. Départ du domicile parental ou retour, mise en couple, naissance, séparation et ce sont logiquement les moins de quarante ans qui font le plus souvent leurs cartons. Plus de la moitié de ces déménagements se font avec le reste de la Nouvelle-Aquitaine. Les échanges sont particulièrement fréquents en Béarn entre le rural sous influence des villes et les villes. Pour le Sud des Landes, c’est avec le tissu urbain basque que les échanges sont particulièrement soutenus.

Cette première approche combat quelques idées reçues. Par exemple ce ne sont pas les retraités qui viennent s’installer depuis d’autres territoires qui font l’essentiel des mouvements de résidence en milieu rural. Du coup la chargée de mission et doctorante, Alexandra Guison, va poursuivre l’étude de ces mouvements de population en menant des entretiens avec des personnes concernées pour déceler plus finement les motivations de ces mouvements.  « En croisant les regards et les approches, on va pouvoir mieux caractériser les habitants de ces zones rurales. Le recensement ne dit rien des raisons qui déclenchent ces déménagements ni quelle était la situation précédente des habitants. Nous avons besoin d’une étude plus qualitative avec des entretiens auprès de personnes récemment installées, pour ouvrir encore de nouvelles pistes. »

En lien avec le marché immobilier

Cet examen à la loupe est aussi très attendu en 2023, année où les données 2020 seront disponibles.  « On sait que les tendances globales évoluent peu en général. Mais qu’un fait majeur peut faire bouger les choses. Et la période Covid est un événement majeur, » note Denis Caniaux, directeur général de l’Audap. « Pour autant, ce que l’on comprend déjà c’est que l’aspiration à une installation en milieu rural existait déjà en 2016, avant le Covid. Le Covid a peut-être accéléré cette tendance. » Un comportement qui est aussi motivé par des raisons économiques pour les ménages: « Les phénomènes de marché immobilier sont les premiers vecteurs de ces mouvements de population et pas le moindre des faits explicatifs, » relève encore Denis Caniaux. « La recherche d’une maison avec un jardin s’aligne avec des territoires ruraux qui sont plutôt bien équipés. »

Pour ce qui est de l’attractivité des retraités à venir couler des jours paisibles après une vie active ailleurs, la zone des trois bassins de vie du Béarn, Pays Basque et Sud-Landes ne se distingue pas du reste de la Nouvelle-Aquitaine. La région reste une grande séductrice dans son ensemble.

Cyrille Pitois
Par Cyrille Pitois

Crédit Photo : Ketut Subiyanto

Partager sur Facebook
Vu par vous
2066
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !