Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

09/01/19 : Un incendie volontaire a été découvert ce matin à la sous-préfecture de Lesparre-Médoc. Aucune victime n'est à déplorer mais les dégâts ne permettent pas l'ouverture des services au public ce matin.

09/01/19 : Les services de la préfecture de la Vienne seront temporairement fermés le 11 janvier de 11h à 13h40 ; les services de la sous-préfecture de Châtellerault de 10h à 14h30 et ceux de la sous-préfecture de Montmorillon à compter de 10h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/01/19 | 14ème salon du livre ancien le 20 janvier à Bordeaux

    Lire

    L’ALAM (Association Les Amis du Livre ancien et moderne) et le SNBB (Syndicat national des Bouquinistes et des Brocanteurs) organisent, le dimanche 20 janvier de 10h à 19h, son traditionnel Salon du livre ancien, salle capitulaire de la cour Marly, à Bordeaux. Collectionneurs, chineurs, bibliophiles, amateurs, promeneurs, curieux, jeunes et moins jeunes sont attendus pour découvrir des éditions rares, BD anciennes, cartonnages des romans de Jules Verne, vieux papiers, gravures, etc…

  • 15/01/19 | Nuit de la lecture 2019 à Pessac et Libourne

    Lire

    Les villes de Pessac et Libourne proposent une soirée autour de la lecture le samedi 19 janvier à partir de 18 h 00. Cet événement participatif invite les habitants et les acteurs associatifs ou institutionnels à partager des lectures sélectionnées dans la langue de leur choix. Les textes seront lus dans leur langue d'origine, puis en français. Animations gratuites et entrée libre. Pessac : bibliothèque Pablo Neruda, 16bis allée des Mimosas. Libourne : médiathèque Condorcet, place des Recollets.

  • 15/01/19 | Le Salon des Voyages de Poitiers pour choisir vos vacances

    Lire

    Le 19 janvier, l’aéroport de Poitiers-Biard accueille en partenariat avec le département de la Vienne et Grand Poitiers le Salon des Voyages. L’occasion de découvrir les nouvelles destinations proposées par le tour-opérateur Top of Travel mais aussi les nombreuses animations. Vous pourrez par ex essayer un simulateur de vol à voile sur le stand du département et voyager dans le temps avec l’application 3D Poitiers Evolution grâce à un casque de réalité virtuelle sur le stand de Grand Poitiers.

  • 15/01/19 | Emploi : +0,2 % en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    L’URSSAF vient de publier les chiffres du 3e trimestre 2018 pour la Nouvelle-Aquitaine. Malgré une croissance ralentie pour le deuxième trimestre consécutif, 2 500 emplois ont été créés sur la période, pour une progression de 0,2 %. Le principal bassin d’emploi demeure la Gironde, avec 0,6 % d’emplois supplémentaires. Sur l’année, l’augmentation d’emplois néo-aquitains (1,4 %) reste supérieure au chiffre national (1,1 %).

  • 14/01/19 | Dassault Mérignac conforté par le programme Rafale 4

    Lire

    Réaction d'Alain Anziani, maire de Mérignac vice-président de la métropole, à l'annonce faite à Dassault Mérignac, en présence d'Eric Trappier son président, par la ministre des Armées, Florence Parly, d'un nouveau programme Rafale 4 : « Cette modernisation du Rafale confortera les activités de Dassault qui emploie à Mérignac 1400 personnes mais aussi celle des sous-traitants, soit au total 5.000 salariés ; elle renforce notre industrie aéronautique dans le monde. » Le site de Mérignac va du coup se développer avec un nouveau hangar.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Darwin : une autre agriculture pour une autre alimentation

18/10/2016 | L'association "Les Bruits de la Rue" a abordé le thème de la précarité alimentaire et de la fragilité agricole, hier soir, à Darwin.

une

C'est à Darwin que l'équipe des Bruits de la Rue a choisi de reprendre, hier, journée mondiale du refus de la misère, le cycle de ses conférences-débats. Le thème choisi ? « Précarité alimentaire, fragilité agricole : inventer une autre agriculture ». Une rencontre qui s'inscrit dans le cadre du mouvement « Agir autrement contre les exclusions », soutenu par l'association bordelaise et dont l'intervenant était l'agronome, anthropologue et écrivain Jacques Caplat.

C'est donc à Darwin, quartier alternatif, ouvert aux idées nouvelles et très investi dans le bio, que l'équipe des Bruits de la Rue a choisi de reprendre le cycle de ses fameuses conférences-débats. Une soirée axée sur le thème « Précarité alimentaire, fragilité agricole : inventer une autre agriculture » et dont l'intervenant était l'agronome, anthropologue et écrivain Jacques Caplat ; un invité issu -et fier de l'être- du monde paysan, féru d'agriculture biologique (dont il a d'ailleurs été ancien coordinateur de la Fédération Nationale) et (notamment) co-fondateur du Réseau Semences Paysannes. Un homme de terrain -et de convictions- pour qui l'agriculture conventionnelle et son modèle "productiviste" ont vécu. "L'agriculture biologique devrait être accessible à tous. C'est possible !" précise l'auteur pour qui la question du coût est un faux problème. « Le bio devrait coûter moins cher que l'agriculture conventionnelle car à produire, il coûte moins cher », précise-t-il, invoquant « le coût des pesticides et de la dépollution de l'eau (800 à 2000 € par hectare), ainsi que la distorsion des règles de concurrence entre le bio et les produits issus de l'agriculture conventionnelle ».

Une autre agriculture pour une autre alimentation

« On fonctionne actuellement sur des cours mondiaux (à perte) et un schéma totalement artificiel hérité de l'après-guerre », poursuit-il ; précisant qu' « il y a plusieurs agricultures » ; La nôtre s'étant imposée « pour des raisons sociales (prendre le contrôle du vivant) et non pour des raisons alimentaires ». Mais de quel schéma parle-t-on ? D'un système basé sur le rendement à outrance sans tenir aucun compte de l’environnement, estime-t-il. Bref, un système totalement artificiel, construit par les agronomes et incapable de s'adapter à la moindre évolution. Problème, il aurait -en raison de l'utilisation toujours plus massive de pesticides- un lourd impact sur l'environnement et la santé humaine. Il aurait également, selon l'auteur, un impact non négligeable sur le fonctionnement de notre société. « Afin d'augmenter la productivité, on a préféré l'énergie fossile à l'énergie humaine, ce qui a entraîné du chômage, de la précarité et au final, une augmentation de la faim dans le monde », précise-t-il, soulignant au passage, le paradoxe de la situation.
Quant aux solutions proposées (car il y en a eu, ce soir là), elles sont simples et se pratiquent déjà dans certains endroits de la planète. « Les cultures associées (plusieurs plantes en même temps sur le même parcelle) donnent les moyens à l’écosystème de se régénérer et donc accentuent la fertilité des sols. Ça permet aussi de freiner le développement des maladies touchant les végétaux et d'augmenter le rendement ». La question n'est donc pas « quel produit vais-je pouvoir mettre ? » mais « quel écosystème vais-je pouvoir construire ? », poursuit-il. L'important étant de considérer l’environnement comme un allié et non comme un adversaire.

L'importance de remettre l'agriculture en ville, par le biais de jardins partagés, par exemple, a également été évoqué. « Un véritable outil pédagogique pour changer notre alimentation et notre façon de voir le monde », note Jacques Caplat. « Mais même dans un contexte extrêmement défavorable, le bio, se développe », poursuit-il, notant des basculements et une prise de conscience dans la société. « Les élus sont sensibles à la pression de la société civile. Les citoyens peuvent aussi faire bouger les choses », note-t-il, en se souvenant de la suppression des OGM en France en 2008. Une intervention visiblement appréciée par le public et que conclut Alexandra Siarri, adjointe au Maire de Bordeaux et en charge de la cohésion sociale et territoriale : « alimentation et agriculture interrogent toutes les politiques publiques en tant que problèmes de société. L'alimentation est un vrai projet politique. La vulnérabilité pourrait nous concerner tous (et pas seulement quelques uns) si on ne s'interroge pas sur les vraies questions ».

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : E.Diaz

Partager sur Facebook
Vu par vous
8413
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Dubat Jean Marc | 24/10/2016

C'est une saine philosophie que ne defend pas notre gouvernement avec le CETA!!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !