Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévu les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulé pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

21/09/20 : Après consulation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

  • 21/09/20 | Bordeaux : le festival Animasia est maintenu

    Lire

    Le festival de la culture et pop culture asiatique se déroulera au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac (Hall 2) les 10 et 11 octobre prochains. Pour cette seizième édition, Animasia mettra à l'honneur la gastronomie en Asie. Le nombre de places sera limité à 5 000 personnes maximum par jour et les billets seront disponibles uniquement sur la billetterie en ligne.

  • 20/09/20 | Covid 19 : 14 cas à la mairie de Périgueux

    Lire

    Suite à la déclaration de plusieurs cas de Covid au sein des personnels municipaux, la ville de Périgueux a organisé une journée de dépistage. Il en résulte six cas positifs sur les 105 tests pratiqués, qui s'ajoutent aux huit cas détectés précédemment. Les 14 agents testés positivement sont en arrêt de travail pour une durée de sept jours et le recensement des cas contacts est en cours. Aucun agent concerné n'occupe de fonction en contact direct et quotidien avec le public.

  • 19/09/20 | Le Grand marché Bio du Bourgailh se tiendra dimanche

    Lire

    L’association Écosite du Bourgailh valorise l’agriculture biologique lors d’un grand marché bio festif au coeur de la Forêt du Bourgailh. Une vingtaine de producteurs biologiques proposeront ce 20 septembre une offre de produits variés (fruits et légumes, viandes, épicerie, vins et bières...). Certains produits pourront être dégustés sur place lors d’un repas en plein air. Cette 4ème édition se tiendra dans le respect du protocole sanitaire lié au Covid 19 : port du masque obligatoire pour les plus de 11 ans, restauration sur place assise, respect de la distanciation physique.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Déconfinement : état des lieux du suivi en Nouvelle-Aquitaine

26/05/2020 | Selon les derniers chiffres donnés par l'ARS, il resterait 33 "clusters" toujours actifs en Nouvelle-Aquitaine, dont 19 sont situés dans des EHPAD.

ARS

Ce lundi 25 mai, l'Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine a donné quelques précisions sur les nouvelles modalités de suivi sanitaire des "cas contacts" de covid-19, assuré depuis le 13 mai par l'Assurance Maladie, mais aussi la gestion des clusters régionaux, nouveaux ou toujours actifs. De son côté, la préfecture a mis en place un "hébergement" dans des hôtels pour des personnes pour qui le confinement à domicile serait compliqué. Comment la Nouvelle-Aquitaine, si elle reste l'une des régions les moins touchées, gère-t-elle cette nouvelle stratégie nationale ? Éléments de réponses.

33. C'est le nombre de clusters (soit un périmètre défini ou au moins trois personnes sont testées positives au coronavirus) encore actifs en Nouvelle-Aquitaine, selon les chiffres donnés ce lundi 25 mai par le directeur de l'Agence Régionale de Santé, Michel Laforcade, lors d'un point presse chargé de revenir sur la situation épidémiologique et le pilotage de la stratégie de dépistage, qui, au niveau 2 (identification des personnes contact) est passé depuis le 13 mai dans les mains de l'Assurance maladie. Depuis le début de l'épidémie, 119 clusters en région ont été identifiés, 86 sont clos. Parmi les restants, 19 se trouvent dans des Ehpad ou des résidences autonomie, sept dans des établissements de santé et sept autres dans différentes autres structures dont un collège dans la Vienne, un centre d'accueil pour demandeur d'asile ou au sein d'entreprises comme une société d'ambulances.

Dans les Deux-Sèvres, l'École Nationale des Sous-Officiers d'Active de Saint-Maixent est en train de devenir l'un d'entre eux après qu'un premier cas ait été identifié le 18 mai dernier. Deux instructeurs de cet établissement ont été testés positifs et ont pu être en contact avec les 300 élèves présents jusqu'au 13 mai. 1800 personnes de cet établissements seront donc testés jusqu'à ce vendredi. Dès ce mardi, une soixantaine d'agents de l'hôpital d'Agen seront dépistés après la découverte d'un cas chez un patient entré aux urgences pour d'autres raisons que le covid-19. D'autres actions de dépistage seront menées dans plusieurs Ehpads dans les Landes, en Creuse et dans des hôpitaux de Dordogne (Périgueux) et de Gironde. De nouveaux dépistages ont eu lieu après le dépistage vendredi de 226 personnes au sein du centre hospitalier de Loudun et quatorze nouveaux cas détectés, ce qui porte ce nombre à 23 personnes (5 professionnels à l'hôpital, 3 professionnels et 5 patients à l'USLU et 7 patients et 3 professionnels au sein de l'EHPAD qui appartient au même complexe). Selon l'ARS, une "action massive" de dépistage devrait être menée dans l'ensemble des abattoirs de la région.

"Deux fois moins de cas que prévu"

Ce temps d'échange a surtout été l'occasion de revenir sur les données régionales et sur la nouvelle stratégie de dépistage mise en place depuis le 13 mai, qui confie à l'Assurance Maladie l'identification des cas contacts, avec l'appui des médecins de ville, des établissements de santé et de l'ARS. Depuis cette date, en effet, deux outils nationaux (SI-DEP qui concerne les informations collectées par les laboratoires et Contact Covid qui reprend le modèle du site de l'Assurance Maladie) ont été mis en place au niveau national, le second servant à avertir les cas contacts pour les inviter à se faire dépister. La CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés) a d'ailleurs averti de sa volonté d'effectuer des contrôles concernant la gestion de ces fichiers.

Selon les premières données de l'Assurance Maladie, il y aurait aujourd'hui 342 patients zéro et 1655 "cas contacts" en région depuis le 13 mai (chiffres arrêtés au 24 mai), soit environ une trentaine de cas par jour. Pour le directeur de la CPAM de Gironde, Philippe Claussin, "ces chiffres s'ils cachent une grande disparité parce qu'on peut se retouver avec un ou deux cas contacts sur un patient comme cinquante cas contacts, sont globalement deux fois en dessous de ce qui était prévu à cette date. Ça peut être une bonne nouvelle qui nous indique que le virus circule moins ou une moins bonne si les patients qui ont des symptômes ne se déclarent pas ou que les médecins ne les déclarent pas dans le système ou si tous les patients zéro ne sont pas forcément répertoriés. L'objectif, ce n'est pas de repérer 100% des cas contacts. On peut estimer que si on a un objectif de 50 à 75%, ça permet de juguler la diffusion du virus".

Selon l'ARS, en moyenne, 2000 dépistages sont réalisés quotidiennement en région, "jusqu'à 3000 vendredi dernier", a estimé Michel Laforcade. "Nous avons une capacité maximale de 11 000 tests par jour, nous disposons donc d'une marge de manoeuvre importante". L'Assurance Maladie affirme qu'elle va mettre en place dans les prochains jours un nouveau numéro d'appels entrants (le 09 72 72 99 09) "pour orienter les patients sans médecins traitants ou qui rechercheraient un site de prélèvement". Selon les responsables, le taux de positivité de ces dépistages reste très faible en région, "inférieur à 1%. Ça veut dire qu'on ratisse très large, notamment lors de dépistages massifs". En région, 279 sites de prélèvement ont été identifiés sur sante.fr : 56 dans les établissements de santé (publics et privés) et 223 au sein de laboratoires de biologie médicale. Pour l'heure, l'Assurance Maladie estime entre 60 et 70 le nombre d'agents mobilisés aujourd'hui dans ce processus de dépistage systématique des patients symptomatiques, "mais on a la capacité de monter jusqu'à 470 agents "traceurs" en Nouvelle-Aquitaine", estime Philippe Claussin (une centaine en Gironde, 85 dans les Pyrénées-Atlantiques ou encore 43 en Haute-Vienne). Depuis le début de l'épidémie, 60 000 testes PCR ont été réalisés "dont environ 30 000 depuis le déconfinement", ajoute l'ARS.

Suivi des personnes contacts

Si les rôles sont définis, on peut les schématiser ainsi : les généralistes, infirmiers et établissements de santé sont en première ligne, l'Assurance Maladie au niveau 2 au travers de ses plateformes départementales qui fonctionnent sept jours sur sept et l'ARS au niveau trois pour assurer la gestion des clusters. Les plateformes de l'Assurance Maladie gèrent les appels sortants (liés aux activités de tracing auprès des patients zéro) et entrants (via le numéro national 09 74 75 76 78). Et puis il y a la cellule d'appel de l'ARS, qui assure un suivi des personnes contacts repérées par la CPAM. Lucie, étudiante en deuxième année de médecine, fait partie des volontaires pour participer à ces sessions d'appels. Quatre heures par jour, deux ou trois fois par semaine, elle fait partie des 25 personnes qui assurent ce suivi régulier. "Certains sont nerveux, d'autres ont peur parce qu'ils ne vivent pas seuls".
En charge du suivi des cas dans les Pyrénées-Atlantiques, elle a pris ce poste le 19 mai dernier. Comme dans un centre d'appel, elle essaie de suivre un schéma de questions pour pouvoir recueillir les données nécessaires dans ce suivi effectué aux jours 3, 9 et 14 de la mise en quatorzaine. "Généralement, au deuxième appel, on demande le résultat des tests. On peut prévoir un troisième appel pour les situations plus complexes ou pour assurer un suivi des symptômes", explique Lucie. Si ces données resteront en interne, l'ARS est cependant en train de réfléchir à "la mise en place d'un outil de suivi informatique", pour remplacer les actuels tableaux Excel. Ce suivi est en tout cas un complément à celui de la CPAM. 

ARS


Quatorzaine : des conventions passées avec les hôtels
La préfecture de Nouvelle-Aquitaine, elle, encadre les procédures d'isolement hors domicile. Elle a mis en place depuis le 13 mai des CTAI (Cellule Territoriale d'Aide à l'Isolement), destinée à des personnes pour qui rester confiné chez soi peut poser un problème, "pour des raisons environnementales (promiscuité du logement) ou sociales (en contact avec une personne à risques). La réponse, ce sont des conventions passées avec des hôtels pour trouver aux personnes qui le demandent des places d'hébergement. "À ce stade, plus d'une centaine ont été identifiées, essentiellement sur la métropole bordelaise. Ça reste contraignant pour l'hotelier qui ne va pas pouvoir accueillir d'autres personnes, va devoir être équipé au niveau du matériel de base, notamment pour livrer les repas".

Au moyen d'une "charte résident" et d'un questionnaire d'évaluation sociale (coordonné par les CCAS et le Conseil départemental), les personnes peuvent contacter un numéro fourni par les différents organismes cités plus haut, mais la préfecture ne pourra être contactée que par la personne qui en a fait la demande. "Deux personnes sont actuellement aidées par des CTAI : une est hébergée en Gironde, une autre dans la Vienne. Sept personnes sont aidées à domicile (portage de médicaments, de courses...)", affirme Angélique Rocher-Bedjoudjou, sous-préfète et directrice de cabinet de la préfète Fabienne Buccio. "Pour les hôtels qui accepteraient d'héberger ces gens, l'État paye un forfait en fonction des chambres occupées ou non, qui comprend les repas mais aussi le nettoyage. On a déjà identifié d'autres hôtels avec lesquels on pourrait conventionner si la situation l'exigeait. Nous avons alerté les sous-préfets d'arrondissements pour identifier ces hôtels, le but étant aussi de ne pas délocaliser les personnes concernées trop loin de chez elles".

L'info en plus : selon les données de l'ARS publiées ce lundi 25 mai, la région compte 5238 cas de Covid-19 confirmés (de 1438 en Gironde à 147 en Lot-et-Garonne) depuis le début de l'épidémie, soit quatre nouveaux cas en 24h. 359 personnes sont actuellement hospitalisées (-19 en 24h) dont 54 en réanimation ou soins intensifs (-3).

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4329
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !