Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 14/07/18 | Charente-Maritime : les limitations d'usage de l'eau de l'été arrivent

    Lire

    A compter du lundi 16 juillet, 8h, le bassin Curé-Sèvre MP6 et le sous-bassin Marais Nord Aunis MP4 passent en alerte d’été, suite à un arrêté du préfet. Cette limitation provisoire de l'usage de l'eau concerne tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation.

  • 13/07/18 | Rocade bordelaise : des feux pour réguler le trafic

    Lire

    Attention aux utilisateurs de la rocade bordelaise: à partir du 17 juillet, des feux bicolores vont être installés sur 17 bretelles d'accès de sept échangeurs pour réguler le trafic de la rocade. Une première phase entrera en service avant la fin juillet sur les trois bretelles extérieures des échangeurs 24 et 25 pour une durée de quatre mois. Le rythme des feux variera selon le trafic et selon la bretelle. Le déploiement complet de ce dispositif, mis en place par la DIRA (direction interdépartementale des routes Atlantique, interviendra d'ici fin 2018.

  • 13/07/18 | Emmanuel Macron deux jours en Dordogne, les 18 et 19 juillet

    Lire

    Le président de la république sera en Dordogne, les 18 et 19 juillet. Le thème de sa visite sera les services publics en zone rurale. C’est Michel Delpon, le député du Bergeracois, qui dévoile le programme de cette visite sur sa page Facebook. Emmanuel Macron devrait visiter le bureau de poste de Marsac, assister au dévoilement de la Marianne dans le quartier du Toulon à Périgueux, visiter l’imprimerie du timbre à Boulazac et la Maison des services au public de Sarliac-sur-l’Isle.

  • 13/07/18 | Périgueux : une jauge de 5000 personnes pour la fan zone

    Lire

    Périgueux a crée une fan zone en plein cœur de ville, dans le parc Gamenson. Pour la finale du 15 juillet, où la France affronte la Croatie, la jauge a été portée à 5000 personnes. Attention cependant, cette jauge ne pourra pas être dépassée pour des raisons de sécurité. Des stands buvette et petite restauration sont aussi proposés. L'entrée est gratuite. L'ouverture des portes a lieu à 15 h et la fermeture à 21 h. 3 entrées publiques sont mises en place (avec fouilles et palpations de sécurité).

  • 13/07/18 | La Rochelle : feu d'artifice en hommage à Didier Lockwood

    Lire

    Pour le 14 Juillet, la ville de La Rochelle a vu les choses en grand : un spectacle pyrotechnique sur les musiques de Didier Lockwood. Pour construire le spectacle, le directeur artistique de la société Ruggieri (Nouvel an Paris 2017, départ de L'Hermione, Violon sur le Sable), avec le directeur du Violon sur le Sable Philippe Tranchet, la soprano Patricia Petibon et Didier Pironti, le président du festival Jazz Entre les deux tours. Rendez-vous allée du Mail ou avenue Michel-Crépeau à 22h45.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Déontologie et transmédia, un amour impossible pour la presse de demain?

28/11/2013 | Ce 26 novembre, l'amphithéâtre de l'INSEEC proposait un mariage. Un mariage entre déontologie et transmédia sur l'autel de l'information journalistique.

''L'information a-t-elle besoin de mise en scène?'' Une des questions posées ce 26 novembre à l'INSEEC

Si la déontologie du journaliste implique loyauté et de vérification de l'information, le transmédia quant à lui est, dans sa genèse en tous cas, une méthode de développement d'oeuvre de fiction via de multiples supports et contenus créant un univers-narration. L'union semble donc a priori difficile. Mais à l'heure où la relation entre la presse écrite et les lecteurs s’essouffle, une nouvelle «mise en scène de l'information» via ces nouvelles technologies et supports ne permettrait-elle pas de recoller les morceaux?... sans pour autant y perdre l'âme d'une information juste et vraie, bref d'une information journalistique.

Ce mardi dans l'amphi de l'INSEEC, entre professionnels de l'exercice du transmedia, et porteurs de la bonne parole déontologique, des choses ont été dites pour voir en quoi et comment parvenir à une union réussie pour les médias de demain.
Le premiers en ont mis plein la vue au public en apportant avec eux, quelques exemples de web-documentaires particulièrement poussés sur les formats et la mise en scène de l'information. Les assassinats des Présidents Lincoln et Kennedy ou encore le meurtre de la petite amie du sportif Oscar Pistorius deviennent alors des polars interactifs dans lesquels l'internaute effectue une vraie balade au cœur de l'information. Pour les deux premiers National Geographic a en outre associé ces webdocs à une fiction télé. Dans ce cas, le transmédia non seulement utilise la multiplicité des formats (vidéo, data journalisme, écrit, photos...) mais aussi la multiplicité des supports et des écrans (télé, ordi, tablettes...), comme l'explique Arnaud Hacquin, transmédiateur pour la société The Rabbit Hole. Ici mise en scène et story telling ne sont pas de vains mots, l'information devient spectacle voire jeu, avec le tout récent «jeu documentaire» FortMcMoney, qui place l'internaute au cœur des enjeux de l'industrie pétrolière.

"La féérie du transmédia"En bref, le transmédia existe déjà, mais reste du domaine de l'exception. Si l'Equipe.fr, s'est lancé le défi de réaliser un webdoc mensuel, pour un budget de 5000 €, peu de médias pratiquent aussi régulièrement ce genre de projet. En effet se dessine ici un premier nuage au dessus l'idylle naissante entre transmédia et journalisme: le coût dans une période où les organes de presse ont les poches vides.
Autre limite, ou risque, mis en avant par Nicolas Becquet, journaliste et développeur éditorial pour le journal l'Echo à Bruxelles, «vouloir allez trop vite, être trop en pointe». Cédez à «la féérie du transmédia», c'est prendre le risque d'un trop grand décalage entre le modèle d'information proposé et les pratiques réelles des internautes, et notamment les générations plus âgées, avertit le journaliste.

Plus de transparencePour autant cette mise en scène de l'information par le transmédia présente pour Nicolas Becquet un certain nombre d'atouts pour la presse et son renouvellement. Pour lui, «le transmédia permet non seulement un bel écrin pour l'information mais aussi de choisir le format qui fait sens en permettant de piocher dans la palette des outils à disposition». Un double argument pour séduire de nouveaux «lecteurs» ou en reconquérir d'anciens.
Mais au-delà de l'argumentaire séduction, innovation et renouvellement des médias, le transmedia est aussi une logique qui incite à plus de transparence vis à vis des lecteurs internautes. Il cite en exemple la pratique du crowdfounding (ou financement participatif) qui se développe de plus en plus y compris dans le monde journalistique avec le site kisskissbankbank. Puisque ce sont les lecteurs qui financent, ils ont en contre-partie accès aux coulisses du projet et d'une certain manière sont associés à la ligne éditoriale. Même logique avec le développement des réseaux sociaux et la e-réputation des individus: «le journaliste peut être rappelé à l'ordre en direct».

"La déontologie est une valeur économique"La déontologie, si chère à l'identité professionnelle des journalistes, comme le rappelle la chercheuse en journalisme Marie-Christine Lipani, n'est donc pas d'office exclue d'un journalisme transmédia. Une bonne nouvelle puisque selon elle, plus qu'un vœux pieu ou une valeur morale, la déontologie est une valeur économique. «On peut renouveler le métier, créer de nouveaux formats, ou de nouveaux rythmes, seules l'information de qualité permet de conserver ses lecteurs et donc d'avoir une portée économique». Au final, il semble qu'un mariage entre déontologie et transmédia, non seulement ne soit pas impossible mais permettent de renouveler l'amour du vieux couple entre la presse et ses lecteurs, mettant un peu de paillettes dans la relation, sans jamais consentir au mensonge ou à la trahison.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1346
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !