Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

14/09/21 : Bègles - Soirée festive le 24 septembre au Musée de la Création Franche pour le lancement d'une campagne de dons pour restaurer l'oeuvre totem du Musée, la sculpture Au crépuscule d’un automne, de Louis Chabaud installée en 1993 dans le parc.+ d'info

10/09/21 : A Bordeaux, l'I-Boat fête (déjà!) ses 10 ans les 1er ,2 et 3 octobre avec une programmation internationale pour 3 jours de fête en plein air. Un mini festival avec le DJ Ricardo Villalobos,le producteur Palms Trax ou encore Voilaaa Sound System+ d'info

09/09/21 : Vaccins - Du 13 au 17 septembre, de 8h à 18h, le centre de vaccination de Cenon situé 88 cours Victor Hugo, accueille les personnes (dès 12 ans) sans RDV. Des doses du vaccin Pfizer sont administrées.

03/09/21 : A partir du 6 septembre, et pour le mois, le Département de la Gironde aménage la piste cyclable de la RD 806, qui traverse Bernos-Beaulac, afin de créer un rampe pour les cyclistes et les cavaliers.

03/09/21 : La 11ème édition des Tribunes de la presse se tient du 14 au 16 octobre à Bordeaux, sur le thème "Que peut le politique?", et en présence de Cédric Villani, Asma Mahlla, Jean-Claude Mailly, Lucile Schmid, de Flore Vasseur, Elie Barnavi, Manuel Valls.

01/09/21 : Charente-Maritime : Madame Anne WINKOPP-TOCH, nouvelle sous-préfète de Saint-Jean-d’Angély, prendra ses fonctions officiellement lors d’une cérémonie lundi 06 septembre à 11h30, aux Monuments aux Morts, à Saint Jean d’Angély.

01/09/21 : La piscine municipale de Billère (64) met en place une nouvelle activité à destination des enfants de 4 et 5 ans, le Jardin aquatique. Objectif: initier, découvrir et sensibiliser au milieu aquatique. Renseignements: 05 59 77 48 05

01/09/21 : Au regard d'une situation hospitalière qui ne s'améliore pas, le préfet des Pyrénées-Atlantiques prolonge jusqu'au 5 septembre les mesures de "freinage" dont celle du pass sanitaire obligatoire dans les 5 centres commerciaux de plus de 20 000 m².

30/08/21 : Samedi 18 Septembre, la Ligue contre le cancer 33 et la Fédération Française de Randonnée 33 organisent des marches de 6 et 10km au départ du Moulin de Lansac pour sensibiliser sur la prévention et promouvoir les dépistages. Inscription: 05 40 05 01 00+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/09/21 | Journées du patrimoine: 1666 sites néo-aquitains à découvrir !

    Lire

    Les Journées européennes du patrimoine, c'est ce week-end ! Des balades et visites libres ou guidées, des expositions, des conférences, des ateliers ou encore des démonstrations rythmeront ces 2 jours dans 1 666 sites et lieux d’exception ouverts dans la région. Cette année, 107 d’entre eux ouvriront leurs portes pour la première fois et 100 de manière exceptionnelle dans le cadre de la manifestation. Châteaux, manoirs, musées, édifices religieux ou militaires, lieux de pouvoirs, sites archéologiques, espaces naturels… Programme complet : www.culture.gouv.fr/Regions/DRAC-Nouvelle-Aquitaine

  • 17/09/21 | La race limousine s’expose

    Lire

    Du 17 septembre au 13 novembre, la Bfm de Limoges propose l’exposition « La race bovine limousine : patrimoine vivant d’excellence ». Réalisée avec le pôle de Lanaud, des éleveurs, d’archives et des ressources numérisées des institutions culturelles notamment, elle retrace d’histoire de la race, qui est intimement liée à l’histoire de Limoges et de ses environs. Elle est également visible sur le site de la bibliothèque numérique du Limousin

  • 17/09/21 | La Foire au Jambon de Bayonne revient cet automne

    Lire

    Reportée d'avril à octobre 2020, annulée en raison de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, puis reportée à nouveau au printemps 2021, la 558e édition de la Foire au jambon de Bayonne devrait se tenir du vendredi 15 au dimanche 17 octobre prochain. Une édition 2021 qui s'organiserait selon un format adapté au contexte sanitaire actuel, sur 3 jour et sur un lieu unique, tout en conservant l’esprit général de cette manifestation gastronomique et traditionnelle. dans son communiqué, la Ville de Bayonne dit souhaiter "réamorcer la spirale positive de la vie qui reprend…" tout en soutenant la filière du Jambon de Bayonne.

  • 16/09/21 | Royan et les Sentiers des Arts

    Lire

    Du 18 septembre au 14 novembre, la Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique organise les Sentiers des Arts afin de découvrir ou de redécouvrir les communes du territoires au travers d’un itinéraire artistique original. Pour la 1ère fois, l’art urbain et ses multiples déclinaisons graphiques seront mis à l’honneur avec 11 artistes de l’association cognaçaise Eprouvette. Ces artistes réalisent, lors d'une résidence artistique en cours, du 13 au 17 septembre, les fresques géantes qui orneront le parcours.

  • 16/09/21 | Bordeaux Euratlantique : Une nouvelle école d’ingénieurs

    Lire

    Le 15 septembre, le Campus François d’Assise à Bordeaux a posé la 1ère pierre d’une nouvelle école d’ingénieur, JUNIA, en présence d’Alain Rousset. Sur 2 500m², cette future école dont les locaux sont intégrés au projet de Campus François d'Assise sur le site Armagnac-Sud d'Euratlantique, pourra accueillir entre 200 et 300 étudiants en formation Bachelor et 450 étudiants en cycle ingénieur. Parmi ses thématiques : développements logiciels & big data appliqués aux usages de l'usine du futur, Cybersécurité et usine du futur, Smart building et Smart cities... La Région Nouvelle-Aquitaine accompagne ce projet à hauteur de 6 M€.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Des bus de Grand Poitiers roulent au BioGNV

03/03/2021 | Après le GNV (Gaz Naturel pour Véhicules) il y a plus de 20 ans, c'est désormais avec du BioGNV que 18 bus de la régie de transport de Grand Poitiers vont rouler.

A Poitiers, 18 bus vont rouler au bioGNV. Un habillage spécifique a été réalisé pour communiquer sur ce carburant plus propre

Le réseau de transport de Grand Poitiers, Vitalis, a prévu d’investir dans 18 bus qui roulent au BioGNV, autrement dit au biométhane. Un méthane qui sera produit localement avec les déchets organiques, agricoles, verts, issus des collectivités… Ces bus vont « verdir » le parc de 110 véhicules de Vitalis en remplacement des bus diesel polluants.

De prime abord, c’est un bus comme les autres. Et pourtant quelque chose change. Il circule au GNV (Gaz Naturel pour Véhicules), Vous allez me dire rien de nouveau… Eh bien si, parce qu’il s’agit de BioGNV. Le réseau de transport de Grand Poitiers Vitalis a répondu à l’appel de la Région Nouvelle-Aquitaine concernant le développement de la production et de l’utilisation du BioGNV. Les 18 nouveaux bus achetés sur deux ans (2020 et 2021) vont donc intégrer ce combustible renouvelable et produit localement. 

« Nous sommes fiers de lancer les neufs premiers bus avec cette livrée spécifique, un habillage simple et explicite », précise Cédric Faivre, le directeur de Vitalis, montrant les bus stationnés à proximité. Sur l’habillage de ces nouveaux bus, il est écrit en toutes lettres : « Nos déchets nous transportent ». Une drôle de façon de résumer ce BioGNV. Il désigne le méthane, un gaz naturel qui va être produit spécifiquement, ce qui permet d’ajouter le particule bio devant le traditionnel GNV. « Ce biométhane sera issu de la collecte des déchets, des déchets agricoles (résidus de céréales, fumiers…), des bio déchets des collectivités, des déchets verts, en résumé tout ce qui est d’origine organique, précise Renaud Francomme, directeur territorial régional de GRDF Poitou-Charentes. Sa production est simple, on évacue l’eau, on élimine le souffre, on odorante le gaz et ensuite il arrive chez nos clients. On peut l’utiliser pour circuler, chauffer ou encore cuisiner ».  

Poitiers, site pilote du GNV puis du BioGNV

Vitalis utilise des bus au gaz naturel depuis 1998. La communauté d’agglomération de Poitiers a été la première à faire ce choix en France. « Nous étions alors un site pilote de développement du bus au GNV, explique Frankie Angebault, vice-précisément des mobilités à Grand Poitiers et président de Vitalis. Le but est d’améliorer la qualité de l’air en réduisant les particules fines. Le choix de bus au BioGNV appuie ce cap-là ». Actuellement, le réseau compte 110 véhicules dont 62,7% de bus GNV (13 bus articulés et 56 bus standards contre un bus articulé et 40 bus standards en diesel). L’objectif est donc de verdir ce parc. En deux ans, ce seront 18 nouveaux bus GNV qui viendront remplacer d’anciens bus au Diesel (6 standards et 3 articulés pour 2020 et 2021). « Nous poursuivons une démarche entamée il y a déjà longtemps en faveur d’une politique de transition énergétique et écologique, confie Florence Jardin, présidente de Grand Poitiers. Cela s’inscrit dans les enjeux du plan air-énergie-climat de la communauté urbaine. »

Les avantages de ce BioGNV sont nombreux. Moins polluants, les bus émettent quatre fois moins de CO2e (CO2 équivalent) qu’un bus diesel. Il préserve aussi la qualité de l’air (moins d’émission de dioxyde d’azote et de particules fines). Moins bruyant aussi, les moteurs font deux fois moins de bruit que les traditionnels diesels. Autre donnée importante, celle de l’empreinte carbone de ce combustible. Il sera local voire au plus loin régional assure GRDF. « On le fera venir en majorité des deux unités de méthanisation à Migné-Auxances et Yversay (dans la Vienne) Elles représenteront 10% de la consommation de Poitiers. Cela fera l’équivalent de 175 bus au GNV. », confie Renaud Francomme. Car figure dans les objectifs de GRDF, arriver à 100% de gaz vert en 2050.

400 tonnes de bioGNV à l’année

Concernant le réseau de bus poitevin déjà alimenté en gaz naturel, il sera injecté du BioGNV dans le circuit de distribution pour couvrir la consommation de ces 18 nouveaux bus. Un total de 400 tonnes à terme et 270 tonnes de BioGNV pour cette année. Au niveau financier, un surcoût est à prévoir : 11 centimes d’euros par kilogramme par rapport au GNV (en 2020, ce dernier s’élevait en moyenne à 0,48 centimes d’euros par kilogramme). La tonne de BioGNV vaut à l’heure actuelle environ 110 euros.

Sur deux ans ce renouvellement des 18 bus va coûter un peu moins de sept millions d’euros. La régie a bénéficié du soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine et du FEDER (fonds européen de développement régional) à la fois pour l’acquisition des véhicules et consommation correspondante en BioGNV. Une aide de 1,02 million d’euros. La communauté urbaine de Grand Poitiers participe également à cet investissement à hauteur de 2 millions d’euros. 

L'achat de ces nouveaux bus et du bioGNV est soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine et le Feder, ainsi que Grand Poitiers

En tout cas, pas de doute pour le directeur de Vitalis, Cédric Faivre, « Le GNV est une technologie fiable, même si par le passé, elle a connu quelques problèmes au niveau de l’injection à froid. Ces ennuis ont été corrigés ». 9 des 18 nouveaux véhicules sont déjà en service et devraient être exploités par le réseau de bus poitevin pendant quinze à dix-huit ans. 

Chaque jour, en temps normal, 50 000 personnes empruntent les bus du réseau de Grand Poitiers. Cela monte même à 58 000 personnes au moment des fêtes de Noël. En ces temps de Covid-19, la fréquentation a baissé de 30% … Mais désormais les Poitevins pourront circuler dans des bus qui roulent grâce à leurs déchets. Des bus verts en quelque sorte.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9901
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !