Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Des rues de négriers renommées symboliquement par des collégiens

31/05/2019 | Suite à une visite guidée dans le Bordeaux esclavagiste, les jeunes ont souhaité expliquer aux passants l'histoire des noms de leurs rues.

les élèves du collège Goya rebaptisent des rues portant des noms de négriers

En cette fin d'après-midi, au-dessus des rues Paul Broca et David Gradis, le ciel s'est arrêté de lâcher des trombes d'eau. L'accalmie permet aux élèves du collège Goya de révéler la plaque explicative sur laquelle ils ont travaillé. A l'angle des deux rues portant les noms de négriers, les mots qu'ils ont co-écrits interpellent les passants sur leur devoir de mémoire.

Accompagnés du directeur de l'établissement, de leur professeure d'histoire-géographie et de l'artiste rédisente du collège, la vingtaine d'élèves se massent autour de l'affiche qui sera dévoilée aux passants dans quelques minutes. Mais d'abord, l'instant est au recueillement et Karfa Diallo de l'association "Mémoires et Partages" témoigne de sa gratitude à l'assemblée. "Nous sommes au lendemain de la commémoration de l'esclavage en Guadeloupe. La fin de l'esclavage est célébrée le 10 mai en France, mais le décret a mis un mois à arriver sur le territoire et, là-bas, la journée est fériée. Il n'en est pas de même en France mais votre initiative remet les choses à leurs places. Vous êtes là non pas par intérêt scolaire mais grâce à votre sensibilité qui prouve l'envie de davantage de fraternité. Je vous en remercie."

Une mémoire réveillée par l'avenir...

C'est en effet suite à la visite guidée qu'ils ont suivie dans le cadre du programme scolaire autour du Bordeaux négrier que l'idée est venue de ces élèves de 4ème. "Une élève habitant rue Gradis avait fait un compte-rendu de la visite que nous avons fait en présence de Karfa dans les quartiers sucriers. Avec Emmanuelle Samson, l'artiste en résidence au collège, nous avons tiré le fil de ces mots indignés et en sont nés des personnages fictifs auxquels les élèves ont donné une vie dans le quartier", explique Charlotte Mesure, professeure d'histoire-géographie. Après des explications plus poussées sur un passé qu'ils considéraient comme lointain, ils ont souhaité l'expliquer à leur tour à des passants qui souvent ne connaissent pas l'histoire des noms des rues qu'ils habitent. "Nous avons donc recontacté Karfa Diallo avec l'idée de poser une plaque explicative symbolique à l'angle de ces deux rues qui portent des noms de négriers et il a eu envie de nous accompagner dans la démarche", poursuit-elle. 

les élèves du collège Goya rebaptisent des rues portant des noms de négriers

La plaque interpelle le passant et questionne un passé mal ou méconnu des bordelais. "Sais-tu combien d'esclaves ont été déportés dans ce navire appelé le Patriarche-Abraham armé par David Gradis en 1730 ? Ils étaient en moyenne entre 280 et 300 esclaves à faire la traversée dans des conditions atroces. (...) Et connais-tu Paul Broca ? Mais oui, cet anthropologue qui mesurait les crânes humains, pionnier de l'anthropologie physique, considérant alors que les différences de tailles pouvaient permettre de soutenir les théories selon lesquelles les Noirs comme les femmes étaient moins "capables" que les hommes blancs ? Comment pouvait-on croire une chose pareille ? En tout cas certains l'ont cru", peut-on y lire. 

... pour que le passé ne redevienne pas futur

Après lecture de la plaque explicative par les élèves, Moshee, Pêche, Silver, Mémilo et leurs camarades se dirigent à l'angle des deux rues pour apposer le chevalet devant le panneau "stop", comme un symbole supplémentaire face à la barbarie. Nilo, 13 ans porte le lourd sous-verre à pleines mains : "c'est important de montrer aux gens !" lance-t-il. Karfa Diallo déclame "minerai noir", poème de l'haïtien René Depestre, puis interpelle les élus : "j'espère sincèrement que la ville de Bordeaux continuera dans cette voie, on ne peut renommer les rues mais les plaques explicatives sont un commencement pour le travail de mémoire".

Et l'importance de ce travail de mémoire via la signalétique urbaine laisse place aux questionnements sur un présent migratoire. Un fond bleu qui rappelle un océan funeste pour nombre d'âmes qui périrent en mer, mais aussi, couleur d'un ciel d'espoir sous lequel se dressent ces jeunes, avides de mémoire pour ne pas renouveler le douloureux passé.

Sabine Taverdet
Par Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Partager sur Facebook
Vu par vous
5902
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !