24/10/17 : Charente-Maritime : les élus du Département ont voté une motion contre les dernières mesures envisagées par l'Etat concernant la baisse des APL, hier lors de la session d'automne.

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Quand les Universités de Bordeaux et Chicoutimi planchent sur l'éthique et le développement durable...

22/02/2014 | Pour Ian Segers et David Tremblay, le développement durable est «une stratégie de transition. Ce n'est pas une finalité.»

Conférence-Débat 18.02.2014

La Chaire UNESCO(1) sur la formation des professionnel(le)s du développement durable de l'Université Bordeaux Montaigne organisait ce mardi 18 février à l'Hôtel de Région une conférence-débat, animée par Elisabeth Hofmann, responsable de la chaire, sur le thème «Ethique et développement durable : Des outils pour renouveler les relations entre les humains et la nature, aux Nords comme aux Suds». L'occasion pour deux éco-conseillers et professionnels de la recherche à l'Université du Québec à Chicoutimi(2), Ian Segers et David Tremblay, de partager leur vision concernant la place de l'éthique appliquée dans la transition vers un développement durable sans frontière et pour la philosophe et directrice du Conseil de Développement Durable (C2D) de la CUB, Fabienne Brugère, de la mettre en perspective.

Les acteurs du développement durable étaient au cœur des échanges de la séance plénière dédiée à la place de l'éthique appliquée dans la co-construction d'une transition vers un développement durable sur l'ensemble de la planète. Les acteurs sont aujourd'hui considérés, selon Ian Segers et David Tremblay, soit comme des acteurs forts soit comme des acteurs faibles. Figurent parmi les acteurs forts, les êtres humains, les humains contemporains et les pays du Nord ; auxquels on oppose respectivement la nature et les autres êtres vivants, les générations futures et les pays du Sud. 

Un développement durable entre raison et altruismeFace à cette opposition binaire des acteurs, comment «redéfinir collectivement les valeurs adaptées à la complexité d'aujourd'hui et prendre les meilleures décisions ?» La construction d'un «avenir commun sans opposition drastique entre acteurs forts et acteurs faibles» revendiquée par David Tremblay nécessite d'intégrer tous les acteurs et les réflexions – scientifique, technique, citoyenne, éthique - dans la construction de la transition. Dans cette nouvelle ère géologique qu'est l'Anthropocène - caractérisée par l'influence majeure de l'Homme sur l'environnement terrestre - Ian Segers soulève deux points essentiels : d'une part, la nécessaire reconnaissance de l'altérité car «la diversité culturelle cultive la diversité de nos pensées.» D'autre part, l'importance de «donner du sens aux connaissances scientifiques pour les orienter vers une dimension éthique». Comprenons que c'est sur ces éléments éthiques que nous devrions fonder nos actions en faveur d'une démocratie participative.

L'homme, en tant qu'être pensant, supposé conscient de ses responsabilités, a «le devoir d'assurer la pérennité de la vie». C'est sur cette conscience d'une responsabilité envers tout autre être vivant que les deux éco-conseillers fondent le développement durable. Fabienne Brugère, elle, doute de cette vertu et n'oublie pas de faire référence à Adam Smith, pionnier du libéralisme, pour rappeler que «la nature humaine est tout autant altruiste qu’égoïste.»

Une nécessaire transversalitéLes deux éco-conseillers rappellent que depuis les années 70, les concepts de responsabilité sociale des entreprises, d'économie verte, de gouvernance qui gravitent autour du développement durable, adopté lors de la Conférence de Rio en 1992, ont progressivement intégré de nouveaux acteurs : gouvernements, scientifiques, ONG, entreprises et plus récemment les consommateurs. Il s'agit d'étapes vers un «développement durable intégré». Ian Segers qualifie cette expression de pléonasme dû à la «mécompréhension du terme, trop souvent associé à l'environnement» et laissant de côté d'autres dimensions nécessaires à la transversalité du concept. Pour les deux professionnels de la recherche, «l'intégration doit se faire à tous les niveaux, en considérant l'ensemble des dimensions impliquées»; ils proposent ainsi un modèle de développement durable qui n'inclue pas seulement les trois dimensions conventionnelles – l'économique, le social et l'environnemental – mais aussi trois dimensions complémentaires – l'éthique, «comme moyen de se relier aux autres humains et à la nature», l'équité intra et intergénérationnelle et la gouvernance. 

Développer une démocratie participativeLa Chaire, porteuse de la Licence professionnelle «Chargé-e de projets en solidarité internationale et développement durable» mène depuis deux ans une réflexion sur l'enseignement des approches participatives aux acteurs du développement durable. Dans cette perspective qui suppose une responsabilité collective, Fabienne Brugère fait une proposition: que la politique joue son rôle d'impulsion de l'action citoyenne. Parallèlement, Ian Segers, met en garde contre «l'effet démobilisateur de la participation» lorsqu'elle ne confère aucun pouvoir de décision aux citoyens. 

Les échanges, marqués par la pensée philosophique, se sont poursuivis sur l'inertie politique mais aussi citoyenne, liée, selon une auditrice, à la dimension soit-disant future des enjeux du développement durable. Or, les conséquences de nos actes sont déjà perceptibles et malgré la disponibilité et l'accessibilité des technologies qui permettent d'entreprendre et d'évaluer nos actions en faveur de cette transition, Ian Segers déplore la «résistance profonde à {engager cette nécessaire} transition».

(1)Voir Chaire UNESCO Bordeaux et Chaire UNESCO Bordeaux Montaigne
(2)Voir Chaire en éco-conseil de l'UQAC

Aude Lucas
Par Aude Lucas

Crédit Photo : Aude Lucas

Partager sur Facebook
Vu par vous
1261
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !