Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Quand les Universités de Bordeaux et Chicoutimi planchent sur l'éthique et le développement durable...

22/02/2014 | Pour Ian Segers et David Tremblay, le développement durable est «une stratégie de transition. Ce n'est pas une finalité.»

Conférence-Débat 18.02.2014

La Chaire UNESCO(1) sur la formation des professionnel(le)s du développement durable de l'Université Bordeaux Montaigne organisait ce mardi 18 février à l'Hôtel de Région une conférence-débat, animée par Elisabeth Hofmann, responsable de la chaire, sur le thème «Ethique et développement durable : Des outils pour renouveler les relations entre les humains et la nature, aux Nords comme aux Suds». L'occasion pour deux éco-conseillers et professionnels de la recherche à l'Université du Québec à Chicoutimi(2), Ian Segers et David Tremblay, de partager leur vision concernant la place de l'éthique appliquée dans la transition vers un développement durable sans frontière et pour la philosophe et directrice du Conseil de Développement Durable (C2D) de la CUB, Fabienne Brugère, de la mettre en perspective.

Les acteurs du développement durable étaient au cœur des échanges de la séance plénière dédiée à la place de l'éthique appliquée dans la co-construction d'une transition vers un développement durable sur l'ensemble de la planète. Les acteurs sont aujourd'hui considérés, selon Ian Segers et David Tremblay, soit comme des acteurs forts soit comme des acteurs faibles. Figurent parmi les acteurs forts, les êtres humains, les humains contemporains et les pays du Nord ; auxquels on oppose respectivement la nature et les autres êtres vivants, les générations futures et les pays du Sud. 

Un développement durable entre raison et altruismeFace à cette opposition binaire des acteurs, comment «redéfinir collectivement les valeurs adaptées à la complexité d'aujourd'hui et prendre les meilleures décisions ?» La construction d'un «avenir commun sans opposition drastique entre acteurs forts et acteurs faibles» revendiquée par David Tremblay nécessite d'intégrer tous les acteurs et les réflexions – scientifique, technique, citoyenne, éthique - dans la construction de la transition. Dans cette nouvelle ère géologique qu'est l'Anthropocène - caractérisée par l'influence majeure de l'Homme sur l'environnement terrestre - Ian Segers soulève deux points essentiels : d'une part, la nécessaire reconnaissance de l'altérité car «la diversité culturelle cultive la diversité de nos pensées.» D'autre part, l'importance de «donner du sens aux connaissances scientifiques pour les orienter vers une dimension éthique». Comprenons que c'est sur ces éléments éthiques que nous devrions fonder nos actions en faveur d'une démocratie participative.

L'homme, en tant qu'être pensant, supposé conscient de ses responsabilités, a «le devoir d'assurer la pérennité de la vie». C'est sur cette conscience d'une responsabilité envers tout autre être vivant que les deux éco-conseillers fondent le développement durable. Fabienne Brugère, elle, doute de cette vertu et n'oublie pas de faire référence à Adam Smith, pionnier du libéralisme, pour rappeler que «la nature humaine est tout autant altruiste qu’égoïste.»

Une nécessaire transversalitéLes deux éco-conseillers rappellent que depuis les années 70, les concepts de responsabilité sociale des entreprises, d'économie verte, de gouvernance qui gravitent autour du développement durable, adopté lors de la Conférence de Rio en 1992, ont progressivement intégré de nouveaux acteurs : gouvernements, scientifiques, ONG, entreprises et plus récemment les consommateurs. Il s'agit d'étapes vers un «développement durable intégré». Ian Segers qualifie cette expression de pléonasme dû à la «mécompréhension du terme, trop souvent associé à l'environnement» et laissant de côté d'autres dimensions nécessaires à la transversalité du concept. Pour les deux professionnels de la recherche, «l'intégration doit se faire à tous les niveaux, en considérant l'ensemble des dimensions impliquées»; ils proposent ainsi un modèle de développement durable qui n'inclue pas seulement les trois dimensions conventionnelles – l'économique, le social et l'environnemental – mais aussi trois dimensions complémentaires – l'éthique, «comme moyen de se relier aux autres humains et à la nature», l'équité intra et intergénérationnelle et la gouvernance. 

Développer une démocratie participativeLa Chaire, porteuse de la Licence professionnelle «Chargé-e de projets en solidarité internationale et développement durable» mène depuis deux ans une réflexion sur l'enseignement des approches participatives aux acteurs du développement durable. Dans cette perspective qui suppose une responsabilité collective, Fabienne Brugère fait une proposition: que la politique joue son rôle d'impulsion de l'action citoyenne. Parallèlement, Ian Segers, met en garde contre «l'effet démobilisateur de la participation» lorsqu'elle ne confère aucun pouvoir de décision aux citoyens. 

Les échanges, marqués par la pensée philosophique, se sont poursuivis sur l'inertie politique mais aussi citoyenne, liée, selon une auditrice, à la dimension soit-disant future des enjeux du développement durable. Or, les conséquences de nos actes sont déjà perceptibles et malgré la disponibilité et l'accessibilité des technologies qui permettent d'entreprendre et d'évaluer nos actions en faveur de cette transition, Ian Segers déplore la «résistance profonde à {engager cette nécessaire} transition».

(1)Voir Chaire UNESCO Bordeaux et Chaire UNESCO Bordeaux Montaigne
(2)Voir Chaire en éco-conseil de l'UQAC

Aude Lucas
Par Aude Lucas

Crédit Photo : Aude Lucas

Partager sur Facebook
Vu par vous
1484
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !