Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/03/19 | Bordeaux : du mouvement à la Maison Rose

    Lire

    Le vide dressing de la Maison Rose approche. La dernière née de l'association RoseUp, qui édite également Rose Magazine, organise un vide dressing solidaire ce samedi 23 mars. La Maison Rose accueille et soutient des femmes atteintes de cancer, mais aussi leurs proches, permettant ainsi de se ressourcer pendant ou après les traitements. L'intégralité des bénéfices du vide dressing solidaire seront reversés à la Maison Rose.

  • 21/03/19 | Nouvelle-Aquitaine : un jeu pour les malvoyants

    Lire

    Ce n'est pas la première fois que l'Institut Régional des Sourds et des Aveugles (IRSA) et Cap Sciences élaborent un jeu de société à destination des malvoyants. Time Loop est un jeu de stratégie, où les protagonistes sont perdus dans le temps et dont l'objectif est d'arriver à retourner à son époque. Une campagne de financement participatif a été lancée afin de doter toutes les antennes régionales de l'IRSA d'exemplaires du jeu. 400 euros sont nécessaires pour mener à bien le projet.

  • 21/03/19 | Bordeaux : une nouvelle école d'ingénieur !

    Lire

    L'École Nationale Supérieure pour la Performance Industrielle et la Maintenance Aéronautique ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2019. L'ENSPIMA sera la sixième école publique d'ingénieurs bordelaise avec pour domaines de prédilection les industries aéronautique, spatiale et de la défense. L'école sera basée dans les locaux de l'Institut de Maintenance Aéronautique à Mérignac. Les recrutements sont ouverts à partir du 20 mars pour ce cursus de 3 ans.

  • 21/03/19 | 1e édition de Gaspi'Halles pour une alimentation responsable

    Lire

    La première édition de Gaspi'Halles aura lieu les 22 et 23 mars aux halles de Bacalan à Bordeaux. Cet événement, organisé par l'EFAP et l'entreprise Biltoki, vise à sensibiliser les Bordelais au gaspillage alimentaire. Le vendredi matin sera consacré à des tables rondes destinées aux professionnels, tandis que le samedi après-midi sera ouvert au public pour des ateliers pratiques, de 14 heures à 18 heures.

  • 21/03/19 | Soirée ciné-débat sur la santé mentale à Pessac

    Lire

    Dans le cadre de la semaine d'information sur la santé mentale, le cinéma Jean Eustache de Pessac projettera le film documentaire "Locura al aire" le 22 mars à 20h30, en partenariat avec l'Unafam. Le film sera suivi d'un débat en présence du docteur Doumy, psychiatre au Centre Référence des Pathologies Anxieuses et de la Dépression (CERPAD) à l’hôpital Charles Perrens. Séance aux tarifs habituels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Des familles syriennes ont trouvé la sécurité en Périgord

05/02/2019 | En Dordogne, l'association Aurore accueille des réfugiés syriens, orientés par le Haut commissariat aux réfugiés avec pour objectif de les rendre autonomes.

 Le préfet de la Dordogne (au centre) est allé à la rencontre de réfugiés syriens et de l'association Aurore qui les accompagne

Lundi, le préfet Frédéric Périssat a souhaité faire le point sur l'accueil des demandeurs d'asile en Dordogne, en allant à la rencontre de l'association Aurore qui aide et qui accompagne des réfugiés afin qu'ils deviennent autonomes. L'association a déjà accueilli une vingtaine de familles, pour la plupart syriennes, soit environ 107 personnes dont 70 enfants en Périgord. Les personnes accueillies sont dans une procédure de réinstallation : elles sont passées par les camps de Jordanie ou du Liban et ont été sélectionnées pour leur vulnérabilité par le Haut commissariat des nations unies aux réfugiés (HCR).

Selon la préfecture de la Dordogne, le nombre de demandeurs d'asile continue de croître rapidement, tous dispositifs d'accueil confondus. Cela se traduit par une augmentation du nombre de places d'accueil. En décembre 2018, il y avait 507 places mises à disposition contre 112 en 2015. 27 devraient être ouvertes cette année, a annoncé Frédéric Périssat, le préfet, lors de sa visite lundi à l'association Aurore à Périgueux, qui aide et qui accompagne des réfugiés afin qu'ils deviennent autonomes. 12 seront consacrées à l'hébergement d'urgence pour demandeurs d'asile, 15 seront ouvertes dans les centres d'accueil des demandeurs d'asile, le temps que la situation administrative des demandeurs soit étudiée. 
L'association Aurore, association nationale créée en 1871, présente dans une quinzaine de départements dont la Dordogne, participe depuis 2016 à l'accueil de ces réfugiés. En Dordogne, dans différentes localités dont Périgueux, Aurore a déjà accueilli 20 familles syriennes, soit environ 107 personnes et 70 enfants. "Pour la plupart, ce sont des familles nombreuses qui ont vécu dans les camps de Jordanie ou du Liban. Elles ont été orientées par le HCR ((Haut commissariat aux réfugiés), car elles ont identifiées comme ayant besoin d'une protection internationale. Dans ces familles, on rencontre de nombreux soucis de santé : nous avons des enfants handicapés, autistes,  des problèmes psychiques, des gens persécutés par le régime en place," explique Philippe Van Melle, le directeur de l'association Aurore en Dordogne. La mission de l'association est de les accompagner sur le plan de la santé, dans les démarches administratives et surtout leur trouver un logement. " Nous travaillons avec les principaux bailleurs sociaux du département. Il s'agit  majoritairement de familles nombreuses, nous recherchons donc de grands logements. Pendant les premiers mois, nous assumons le loyer le temps qu'elles perçoivent des allocations," précise le directeur d'Aurore. Autre objectif, multiplier les interactions sociales pour favoriser l'intégration. 

"Bâtir un nouvel avenir pour nos enfants"  

Khaled et Fatene Alahaj et leurs cinq enfants âgés de 14 mois à 12 ans, sont arrivés il y a quatre mois, fuyant la guerre en Syrie. Ils ne maîtrisent pas encore le Francais. A travers leurs propos traduits par Kaoutar Mechallal, l'accompagnatrice sociale de l'accueil des migrants, ils sont remplis d'espoir de trouver en France une vie meilleure et surtout la sécurité." En venant en France, on voulait d'abord être en sécurité et mener une vie normale. On essaie de s'intégrer du mieux possible et de bâtir un nouvel avenir pour nos enfants, témoigne Khaled.
La réussite d'une intégration passe par la maîtrise de la langue française, les réfugiés syriens en ont conscience.  L'Etat à travers la loi sur les migrations veut donc mettre l'accent sur l'apprentissage du Français avec un doublement dans un premier temps des heures d'enseignement pour les réfugiés. Une obligation à respecter dans les contrats d'intégration. Pour les enfants, cela passe par l'école et pour les adultes, par un certain nombre d'heures de cours de Français, financés par l'OFPRA. Ces heures peuvent varier de 200 à 600 heures, en fonction du profil des personnes accueillies, notamment si elles ont été scolarisées ou non dans leur pays d'origine. 
Autre témoignage, celui de la famille Moussa qui a obtenu le statut de réfugiés. Fieras Moussa, veuf et père de trois jeunes enfants est arrivé en mars 2017. Ses compétences en taille de pierre et ses progrès en français lui ont permis de trouver du travail dans une entreprise de bâtiment. L'employeur a joué le jeu. Ses trois enfants âgés entre 8 et 12 ans sont scolarisés : tout se passe bien pour eux, si bien qu'ils ne parlent pratiquement plus arabe à la maison. Son frère Mohamed, est arrivé en France en 2016 et a été accueili à Chateauroux avant d'arriver en Dordogne. Ses gros progrès en Français lui ont permis non sans mal de passer le code de la route. La prochaine étape sera l'épreuve de conduite, qui devrait lui permettre de décrocher rapidement un contrat de travail.  Et le jeune homme a pas mal de projets dont celui de fonder une famille. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
2756
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !