Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/04/19 | Obligation vaccinale : on en parle en Gironde du 24 au 30 avril

    Lire

    Pour remédier à l’insuffisance de la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé et ses partenaires organisent la Semaine de la vaccination. Objectif, rappeler à l'ensemble de la population, l'importance de la vaccination à tout âge de la vie. Des stands d'information seront installés du 24 au 30 avril au CHU Pellegrin de Bordeaux et à l'Hôpital Robert Piqué de Villenave d'Ornon et un Village Info Vaccination sillonnera les routes de la région (arrêts à Bordeaux, Limoges et Poitiers).

  • 22/04/19 | La rame de tramway baptisée en espagnol

    Lire

    En présence des élus du Bouscat, Saint-Aubin-du-Médoc, Martignas-sur-Jalle et du maire espagnol de Redován, la rame du tramway sera baptisée « Redován / Saint-Aubin de Médoc » mardi 23 avril ; scellant ainsi le jumelage amorcé en 2017 de Saint-Aubin du Médoc avec Redován. Ces dernières développeront des échanges autour de la jeunesse et de la culture. Cela portera à 61, sur la centaine en service, le nombre de rames baptisées, depuis 2002, par le nom de villes jumelées avec les communes de la métropole.

  • 22/04/19 | De la randonnée dans les Landes de Gascogne

    Lire

    La quatrième édition du Parc à Pied se déroule le dimanche 19 mai prochain. La boucle de cette année est située aux alentours d'Escaudes, dans le Sud Gironde. Les marcheurs peuvent ainsi arpenter le Parc Régional Naturel des Landes de Gascogne autour d'Escaudes en passant par la Vallée du Ciron. Deux parcours sont prévus pour le Parc à Pied, l'un de 10km avec un départ à 9h. L'autre boucle, de 6,5km démarre à 14h30. La journée est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Fêtes de Bayonne avec péage extra muros

25/07/2018 | Pour la première fois, les non Bayonnais s'acquitteront de 8 euros pour passer le week-end aux célèbres Fêtes qui débutent ce mercredi. Le prix de la sécurité

Millet Barbé Etchegaray Ugalde

Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray n'aura pas pris sa population en traître. Le sujet avait été déjà mis sur la table lors de conseils municipaux: un accès payant pour célébrer dans la liesse pendant cinq jours et pas d'heure le Roi Léon qui trône depuis des lustres sur le balcon de l'hôtel de Ville. Malgré un recours "très politique" de son opposition au tribunal administratif de Pau, la décision a été entérinée et 21 000 contribuables bayonnais, -"la moitié de la population", s'est réjoui le maire, est allée chercher gratuitement son bracelet-pass - 10 000 ont été achetés en ville et 8000 via internet.

Jean-René Etchegaray, le maire de Bayonne, entouré d'Yves Ugalde, adjoint à la culture, et de Christian Millet-Barbé, adjoint chargé de la sécurité, avaient choisi le superbe belvédère de la rue du Bastion Royal, au-dessus des rives de la Nive pour présenter  le programme de ces fêtes new-look dans la mesure où extra-muros, il faudra s'acquitter de 8 euros pour accéder, dès le vendredi 13 heures et jusqu'au dimanche de clôture. Des Fêtes payantes donc afin que les seuls Bayonnais ne portent pas, le poids financier des mesures sécuritaires drastiques pour cette nouvelle édition. Car le budget de ces fêtes 2018, c'est 2,9 Millions d'euros contre 2,2 Millions l'an dernier. Les seuls coûts de la sécurité atteignent 570 000 € contre 170 000 en 2017.

La mise en place des structures de ces fêtes payantes nécessitant les salaires de 600 agents des sécurité coûtera 550 000 euros. Mais sur l'autre plateau de la balance, si les recettes atteintes l'an dernier  culminaient à 700 000 euros, les bracelets devraient générer un montant de recettes de 1,2 à 1,9 millions d'euros. Mardi, jour de la conférence de presse, le nombre des bracelets payants via les points de vente s'élevaient à 9 000 et via internet, à 8 000.  Ce système payant va-t-il peser sur la fréquentation des fêtes, sur ce million de festayres à Bayonne...? Jean-René Etchegaray, doit y penser aussi se référant aux chiffres des lendemains de l'attentat de Nice il y a deux ans. "Nous avons enregistré une baisse de 20%, mais elles ont été des fêtes inoubliables..."

Effectivement, Jean-René Etchegaray, avec la sous-préfète de l'époque Catherine Seguin avaient relevé le défi de les maintenir avec une sécurité renforcée. Fêtes solidaires et patriotiques qui s'étaient conclues le dimanche soir de clôture  par une foule chantant la Marseillaise sous le balcon du roi Léon...

Chargé de la sécurité, Christian Millet-Barbé a décliné pour sa part les dispositions sécuritaires et d'hygiène pendant ces fêtes. Ainsi,  la Ville sera quadrillée de dix points d'accès et de filtrage, mais aussi de caisses pour obtenir le sésame protégé, de 165 plots de protection de bétons et 82 visées de vidéoprotection, 5000 barrières disposées sur 15 kilomètres autour du site. Ainsi qu'une scène à laquelle les festayres se sont habitués, des militaires de l'opération sentinelles postés sur le toit de la mairie. 300 agents municipaux seront pour leur part mobilisés pour "l'entretien" du site.
En outre l'adjoint à la sécurité a invité les Festayres à éviter de se présenter avec des sacs  à dos. "Ce sont des festayres qui nous l'ont demandé. Dans le contexte de peur des actes terroristes, des personnes sont venues nous sensibiliser car ces sacs à dos leur inspiraient de l'inquiétude."

Dans la foulée, les dispositions de la sous-préfecture

Ce n'était évidemment pas fortuit, à la partie festive présentée par la Ville de Bayonne a succédé dans la foulée celle de la sous-préfecture par le sous-préfet Hervé Jonathan qui n'a pas lésiné sur les chiffres. Ainsi entre 800 et 1000 fonctionnaires de police seront mobilisés dont quatre compagnies de CRS. 11 départements viendront épauler la sécurité publique jusque... la frontière. avec un avertissement du sous-préfet de Bayonne Hervé Jonathan "Les forces de police ne sont pas là pour gérer des situations crées par les municipalités." Le message est clair.
Les Fêtes de Bayonne payantes vont d'une certaine manière faire jurisprudence et être observées par les proches voisines landaises.

Assurément il s'agit d'un tournant dans ces Fêtes que certains aborderont le cou ceint d'un foulard noir pour l'ouverture, comme le conseiller régional  et municipal Mathieu Bergé qui qualifie cette métamorphose de contresens de l'histoire. "Alors cette année, je ressortirai mon foulard militant noir à liseré rouge d’Aupa Paquita, relique de 20 ans, en espérant que dans l’avenir il rougisse à nouveau de bonheur, quand ceux qui manient les symboles avec légèreté se résoudront à faire payer les usages et non un droit à la fête bien périlleux".
 D'autres troqueront le Tshirt blanc ou rouge contre un noir en signe de deuil... A voir, ce soir pour  l'ouverture depuis le balcon de la mairie et la semaine prochaine.... à l'heure des comptes. Le dicton assure pour sa part que quand on aime, on ne compte pas...

Le programme et l'actu des Fêtes de Bayonne sur: www.fetes.bayonne.fr

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
5671
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !