Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/01/20 | Municipales à Bordeaux : Philippe Poutou candidat

    Lire

    Le syndicaliste et ancien candidat (NPA) aux présidentielles Philippe Poutou a annoncé qu'il allait se présenter aux municipales à Bordeaux en mars prochain. Il prendra la tête de la liste "Bordeaux en Luttes". Le candidat a obtenu l'accord ce mardi du collectif citoyen Bordeaux Debout, soutenu par La France Insoumise et des militants NPA. L'écologie "populaire" sera le thème central de la campagne pour Bordeaux en Luttes. Philippe Poutou devrait présenter les propositions et l'essentiel de la liste dans les prochains jours.

  • 22/01/20 | Elevage bovins et carbone, au coeur des Rencontres de la viande bovine 64

    Lire

    La chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques organise les Rencontres de la viande bovine jeudi 23 janvier à St Palais. L'occasion pour les professionnels de se pencher sur "l'élevage bovin viande bas carbone : piège ou opportunité ?". Au menu notamment trois tables rondes: "L’élevage bas carbone : une utopie ?", "Quelle valorisation économique pour l’élevage allaitant bas carbone ?" et " Marché du carbone, mirage ou réalité ?". Infos et inscription: f.marque@pa.chambagri.fr

  • 22/01/20 | Bordeaux: Les métiers du transport et de la logistique pour tous

    Lire

    Ce 23 janvier de 10h à 12h30, la CCI de Bordeaux accueillera une rencontre entre les travailleurs handicapés et les emplois du secteur du transport et de la logistique. Ce sera l'occasion de présenter les secteurs qui recrutent et les opportunités de formations ouvertes aux publics en situation de handicap. Ils pourront aussi s'inspirer des témoignages d'employeurs et de salariés. De plus, grâce aux stands animés par l’Agefiph et ses partenaires, la centaine de participants pourront s'informer sur les parcours de formation.

  • 22/01/20 | Bordeaux : une motion pour soutenir la filière vins

    Lire

    Dans une note datant du 15 janvier, le président du Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur Marc Médeville qualifiait les droits d'importation américains de 25% sur les vins français de "situation inadmissible". Ce lundi, la mairie de Bordeaux a annoncé que le maire soumettrait, lors du conseil municipal du 27 janvier, une motion de soutien au monde du vin et proposerait la mise en place "d’un groupe rassemblant les maires de communes concernées ou impactées par ces mesures américaines". Il en appelle également à l'État pour que ce dernier "soutienne le second poste excédentaire de sa balance commerciale".

  • 22/01/20 | Des acteurs régionaux de l'Edtech présents au Bett Show de Londres

    Lire

    Du 22 au 25 janvier, 11 acteurs néo-aquitains de l'Edtech (technologies de l'éducation) seront présents au salon Bett Show de Londres. C'est l'équivalent du CES de Las Vegas pour les professionnels de l'éducatif du numérique. Parmi eux, le SPN (réseau des professionnels du numérique et de l'image) y accompagne 3 start-up et 2 partenaires. Il y aura également 4 entreprises bordelaises, le CNED et Canopé. L'objectif, découvrir les dernières tendances sur le marché international de l'Edtech.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Des simulateurs numériques dans les écoles d’infirmiers de Nouvelle-Aquitaine

10/12/2019 | Un casque de réalité virtuelle pour apprendre les gestes et se former au métier d'infirmier. Les 27 IFSI de la région utilisent depuis la rentrée ce matériel.

Un casque de réalité virtuelle pour apprendre et se former au métier d'infirmier. Les 27 IFSI de Nouvelle-Aquitaine en sont équipés depuis la rentrée 2019. Premier essai pour ces élèves de 3e année de Niort.

Les 27 instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) de Nouvelle-Aquitaine sont maintenant équipés de simulateurs numériques appelés Serious Games. Disponible sur des tablettes, des ordinateurs mais aussi via des casques de réalité virtuelle, ce dispositif permet aux infirmiers en formation d’apprendre les gestes et les procédures de soins. Un outil pédagogique développé par la société bordelaise, SimforHealth, qui espère bien l’étendre à l’ensemble de l’Hexagone. Désormais, les premiers gestes ne seront pas effectués sur un vrai patient, mais appris et affinés sur un individu virtuel. Découverte de ce dispositif au Centre de formations paramédicales (CFP) de Niort plutôt satisfait par ce simulateur.

Apprendre le métier d’infirmier grâce à la réalité virtuelle, c’est désormais possible dans les 27 IFSI (instituts de formation en soins infirmiers) de la région Nouvelle-Aquitaine. C’est au Centre de formations paramédicales (CFP) de Niort, qui compte plus de 400 élèves infirmiers qu’a été présenté ce dispositif de tablettes, d’ordinateurs et de casques de réalité virtuelle, appelé Serious Games. Il permet d’acquérir des connaissances et des compétences requises pour les différentes activités du métier d’infirmier. Il s’agit d’un véritable simulateur en soins infirmiers basé sur 10 compétences pédagogiques. Évaluer les situations, établir un diagnostic, concevoir et conduire un projet de soins, voire les prodiguer, voilà les différentes possibilités qu’offre l’entreprise SimforHealth avec son simulateur, Serious Games, qui répond aux besoins pédagogiques et aux attentes des apprenants. 

Le CFP de Niort possède également deux mannequins haute fidélité afin d'apprendre les gestes avant de les faire sur le patient

A Niort et comme dans beaucoup d’écoles d’infirmiers le CFP dispose déjà de deux mannequins haute fidélité. L’un est installé dans une salle de soin reproduite à l’identique et l’autre chez un patient. Des outils très intéressants pour apprendre les pratiques des soins médicaux. Par groupe de six étudiants (deux en action et quatre qui observent), ils font face à différents scénarii. De l’autre côté du mur, dans une autre pièce, le professeur permet au mannequin d’interagir avec les apprentis. Il le manie et le fait réagir en fonction des gestes de ces infirmiers en formation et peut même le faire parler. Cependant, ce dispositif coûte cher,  puisque les mannequins valent de 55 000 à 100 000 euros selon leur niveau de fidelité. 

La région investit dans les simulateurs

Autre solution pour apprendre les gestes avant de les faire directement sur les patients, développer la réalité virtuelle. La société bordelaise SimforHealth répond à cette problématique puisqu’il s’agit d’un éditeur spécialisé en simulation numérique. L’entreprise a co-conçu avec les formateurs d’IFSI de la région Nouvelle-Aquitaine un programme complet de formation à l’aide de simulateurs numériques appelés Serious Games. Il leur a fallu deux ans de développement. « Ce projet nous tenait à coeur, explique Jérôme Leleu, président de SimforHealth. Les Serious Games ont été établis avec une équipe pédagogique et des ingénieurs spécialistes en 3D, ainsi que des professionnels de santé. Maintenant nous allons continuer de les développer avec les gens sur le terrain ». Ces Serious Games ont été mis à disposition des 27 instituts de formation de soins infirmiers de la région. Il a fallu financer les équipements informatiques, aussi bien ordinateurs, tablettes, casques de réalité virtuelle que des connexions très haut débit, pour 1,6 million d’euros pris en charge par la région Nouvelle-Aquitaine. L’objectif : faire des IFSI de la région des écoles de formation à la pointe. Une opération intéressante aussi pour SimforHealth, qui tient d’une certaine manière son leadership dans les applications numériques de formation, et qui espère l’étendre au niveau national et même international.

« Jamais la première fois sur le patient »

Comme tous les IFSI de la région, celui de Niort a adhéré immédiatement au projet. « A la suite de l’appel de la région pour y participer, c’était une évidence pour nous », confie Amanda Dubray, directrice des soins et coordinatrice générale du CFP de Niort. Deux formateurs niortais ont participé à la mise en place des Serious Games. « C’est un bel outil pour l’apprentissage. A Niort, nous souhaitons developper cette méthode indispensable pour former les prochains infirmiers et même les autres professionnels de santé », poursuit-elle. L’établissement compte 403 étudiants infirmiers (144 en 1re année de formation, 130 en 2e année et 129 en 3e année), désormais ils auront accès à 35 situations de soins via les Serious Games. Histoire qu’ils ne s’exercent jamais la première fois sur le patient. Un dispositif que la directrice des soins et coordinatrice générale du CFP de Niort compte étendre aux autres formations de son établissement, que ce soit avec l’IFAP (Instituts de Formation d'Auxiliaire de Puériculture) ou l’IFAS (Instituts de Formation d’Aides-Soignants). Elle envisage même de les faire travailler ensemble sur quelques scénarii. 

Mis à part le casque de réalité virtuelle, les étudiants infirmiers disposent d'un logiciel disponible sur les ordinateurs et simulant diverses situations en fonction de l'avancée de leurs cours.

Difficile dans le secteur de la santé de passer de la théorie à la pratique. Désormais plusieurs possibilités s’offrent aux étudiants infirmiers niortais. Dans la salle informatique, ils disposent d’ordinateurs qui leur donnent accès à une plateforme qui reprend les compétences abordées durant leur semestre de cours. Les élèves doivent prendre des décisions  dans un jeu immersif, une reproduction 3D qui se rapproche de la réalité. A chaque poste, ils sont deux étudiants, ce qui permet des échanges co-constructifs et du raisonnement. Ils réalisent des examens cliniques, observent, prennent  la température, la tension, la pression artérielle… ils doivent tout de même suivre la procédure comme s’ils se trouvaient  en situation réelle. Au fur et à mesure de leur avancée, des questions sont posées, ils sont guidés. Un entraînement avant la mise en pratique. 

Une première en réalité virtuelle

Une mise en pratique qui va passer d’abord par l’autre outil qui est la réalité virtuelle. Les étudiants sont immergés. Ils agissent grâce aux casques de réalité virtuelle qu’ils ont enfilés. Pour ce petit groupe de troisième année, c’est une première. « Les casques sont arrivés en septembre, nous avons fait quelques tests. L’environnement est réalité et permet une mise en situation à l’échelle », indique Sandrine Delarue, formatrice et cheffe de projet simulation au CFP de Niort. Après un petit topo et une rapide prise en main, c’est Stéphanie Joulain qui s’y confronte la première. A 45 ans, cette élève de troisième année, en reprise d’études après avoir exercé en tant qu’aide-soignante, découvre cette technologie de pointe. « C’était la première fois que j’essayais un casque de réalité virtuelle, explique-t-elle. Au début, j’étais un peu perdue. Il faut se repérer, savoir comment les commandes fonctionnent. Une fois habituée, il n’y a plus qu’à suivre les instructions ». Après les explications et conseils donnés par la formatrice, Stéphanie commence la démonstration. Elle consulte d’abord le dossier médical du patient. Dans la petit salle de cours, les autres élèves regardent et observent ses faits et gestes. Parmi le public, Françoise Jeanson, conseillère régionale, déléguée à la Santé, commente ce nouveau dispositif : « Quand on est dans l’action, on retient mieux. On dit qu’on retient 20% de ce qu’on nous dit et 80% de ce qu’on fait ». L’élève poursuit, elle peut consulter tous les papiers. Des consignes lui sont données. Elle confirme chacun de ses choix. « C’est une simulation à pleine échelle. De nombreuses interactions sont possibles », poursuit la formatrice et cheffe. Ensuite vient le moment du débriefing. Au tableau sont récapitulées chaque action faite par Stéphanie. Tout le monde commente et voit les points à améliorer pour la prochaine fois. « Finalement, nous sommes de vrais acteurs. Ce qui est rassurant, c’est que nous avons le droit à l’erreur. C’est mieux de nous exercer avant de faire ces gestes en vrai », explique Stéphanie Joulain à la fin de la simulation quand elle a enfin ôté son casque de réalité virtuelle. Elle est convaincue que ce dispositif va lui permettre de gagner en sérénité lorsqu’elle aura à faire ensuite ces gestes en situation réelle lors de ces stages.

L’ensemble des 27 IFSI de la région sont donc équipés de ces Serious Games. Des simulateurs à la pointe pour l’apprentissage des futurs infirmiers de la région. Ce programme s’inscrit dans la feuille de route « santé » de la région Nouvelle-Aquitaine. L’entreprise bordelaise, SimforHealth, compte bien étendre ce dispositif sur l’ensemble de l’Hexagone. En tout cas, la région semble pionnière pour la formation dans le domaine de la pédagogie numérique des Instituts de formation en soins infirmiers. Les futurs infirmiers néo-aquitains ne se seront pas exercés la première fois sur un patient réel, ce qui est rassurant et peut permettre de répéter les gestes, les procédures et d’être sans doute en mesure d'établir et respecter les procédures de soins dès leurs premiers pas sur le terrain.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4576
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
severine | 13/12/2019

en particulier, dans le domaine de la santé, la simulation au travers de situations ciblées de risque est en effet un moyen efficace de formation professionnelle : http://www.officiel-prevention.com/formation/materiel-pedagogique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=182&dossid=539

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !