Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante, puis 30 cas à la date du 28 septembre. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

  • 28/09/20 | Pierre Hurmic salue l'entrée au Sénat de Monique de Marco

    Lire

    Réaction enthousiaste du maire de Bordeaux après l'élection en Gironde de Monique de Marco: "C’est une victoire historique pour l’écologie politique. Après avoir gagné Bordeaux, mais aussi Artigues et Carbon Blanc sur la métropole qui ont rejoint Bègles, les écologistes viennent de démontrer leur capacité de conviction sur l’ensemble des territoires girondins. Monique de Marco et le nouveau groupe écologiste porteront au Sénat, avec force et compétence, les causes du climat, du respect du vivant, de la justice sociale et des droits humains. Ils pèseront pour concrétiser rapidement les 149 propositions issues de la Convention citoyenne pour le climat."

  • 28/09/20 | L'Hermione compte repartir au printemps 2021

    Lire

    L'Hermione pourrait repartir au printemps 2021, a annoncé vendredi le président de l'association Hermione-Lafayette Olivier Pagezy : « Dans le cadre du plan de relance, le ministère du tourisme a un budget pour faire la promotion de la France à l’étranger et il a bien compris le rôle d’ambassade que peut jouer L’Hermione ». Atout France travaille avec l'association sur un projet de voyage dans les pays européens «les plus susceptibles de venir chez nous», pour y porter les couleurs de la région.

  • 28/09/20 | Le traité d’unification allemande fête ses 30 ans à Limoges

    Lire

    Le 2 octobre, la Maison de l’Europe Direct Limousin fête les 30 ans du traité d’unification allemande ainsi que la présidence allemande du Conseil de l’Union Européenne. Au cours de cette journée de célébration à l’Espace Simone Veil, le public pourra découvrir l’exposition « Au coeur de l’Allemagne » et les structures travaillant dans le cadre des relations franco-allemandes. Des conférences autour de cette thématique sont également organisées. Entrée libre et gratuite.

  • 28/09/20 | L’agglo de Royan soutient les entreprises face au Covid19

    Lire

    La Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique vient de décider une aide d’un million d’euros pour soutenir la trésorerie des entreprises qui ont été touchées par la crise sanitaire. Cette subvention de fonctionnement sera versée aux entreprises de moins de 20 salariés et aux associations employeuses résidant sur le territoire communautaire. Le dossier de demande d’aide doit être déposé avant le 30 octobre et est disponible sur le site de l'agglo.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Des simulateurs numériques dans les écoles d’infirmiers de Nouvelle-Aquitaine

10/12/2019 | Un casque de réalité virtuelle pour apprendre les gestes et se former au métier d'infirmier. Les 27 IFSI de la région utilisent depuis la rentrée ce matériel.

Un casque de réalité virtuelle pour apprendre et se former au métier d'infirmier. Les 27 IFSI de Nouvelle-Aquitaine en sont équipés depuis la rentrée 2019. Premier essai pour ces élèves de 3e année de Niort.

Les 27 instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) de Nouvelle-Aquitaine sont maintenant équipés de simulateurs numériques appelés Serious Games. Disponible sur des tablettes, des ordinateurs mais aussi via des casques de réalité virtuelle, ce dispositif permet aux infirmiers en formation d’apprendre les gestes et les procédures de soins. Un outil pédagogique développé par la société bordelaise, SimforHealth, qui espère bien l’étendre à l’ensemble de l’Hexagone. Désormais, les premiers gestes ne seront pas effectués sur un vrai patient, mais appris et affinés sur un individu virtuel. Découverte de ce dispositif au Centre de formations paramédicales (CFP) de Niort plutôt satisfait par ce simulateur.

Apprendre le métier d’infirmier grâce à la réalité virtuelle, c’est désormais possible dans les 27 IFSI (instituts de formation en soins infirmiers) de la région Nouvelle-Aquitaine. C’est au Centre de formations paramédicales (CFP) de Niort, qui compte plus de 400 élèves infirmiers qu’a été présenté ce dispositif de tablettes, d’ordinateurs et de casques de réalité virtuelle, appelé Serious Games. Il permet d’acquérir des connaissances et des compétences requises pour les différentes activités du métier d’infirmier. Il s’agit d’un véritable simulateur en soins infirmiers basé sur 10 compétences pédagogiques. Évaluer les situations, établir un diagnostic, concevoir et conduire un projet de soins, voire les prodiguer, voilà les différentes possibilités qu’offre l’entreprise SimforHealth avec son simulateur, Serious Games, qui répond aux besoins pédagogiques et aux attentes des apprenants. 

Le CFP de Niort possède également deux mannequins haute fidélité afin d'apprendre les gestes avant de les faire sur le patient

A Niort et comme dans beaucoup d’écoles d’infirmiers le CFP dispose déjà de deux mannequins haute fidélité. L’un est installé dans une salle de soin reproduite à l’identique et l’autre chez un patient. Des outils très intéressants pour apprendre les pratiques des soins médicaux. Par groupe de six étudiants (deux en action et quatre qui observent), ils font face à différents scénarii. De l’autre côté du mur, dans une autre pièce, le professeur permet au mannequin d’interagir avec les apprentis. Il le manie et le fait réagir en fonction des gestes de ces infirmiers en formation et peut même le faire parler. Cependant, ce dispositif coûte cher,  puisque les mannequins valent de 55 000 à 100 000 euros selon leur niveau de fidelité. 

La région investit dans les simulateurs

Autre solution pour apprendre les gestes avant de les faire directement sur les patients, développer la réalité virtuelle. La société bordelaise SimforHealth répond à cette problématique puisqu’il s’agit d’un éditeur spécialisé en simulation numérique. L’entreprise a co-conçu avec les formateurs d’IFSI de la région Nouvelle-Aquitaine un programme complet de formation à l’aide de simulateurs numériques appelés Serious Games. Il leur a fallu deux ans de développement. « Ce projet nous tenait à coeur, explique Jérôme Leleu, président de SimforHealth. Les Serious Games ont été établis avec une équipe pédagogique et des ingénieurs spécialistes en 3D, ainsi que des professionnels de santé. Maintenant nous allons continuer de les développer avec les gens sur le terrain ». Ces Serious Games ont été mis à disposition des 27 instituts de formation de soins infirmiers de la région. Il a fallu financer les équipements informatiques, aussi bien ordinateurs, tablettes, casques de réalité virtuelle que des connexions très haut débit, pour 1,6 million d’euros pris en charge par la région Nouvelle-Aquitaine. L’objectif : faire des IFSI de la région des écoles de formation à la pointe. Une opération intéressante aussi pour SimforHealth, qui tient d’une certaine manière son leadership dans les applications numériques de formation, et qui espère l’étendre au niveau national et même international.

« Jamais la première fois sur le patient »

Comme tous les IFSI de la région, celui de Niort a adhéré immédiatement au projet. « A la suite de l’appel de la région pour y participer, c’était une évidence pour nous », confie Amanda Dubray, directrice des soins et coordinatrice générale du CFP de Niort. Deux formateurs niortais ont participé à la mise en place des Serious Games. « C’est un bel outil pour l’apprentissage. A Niort, nous souhaitons developper cette méthode indispensable pour former les prochains infirmiers et même les autres professionnels de santé », poursuit-elle. L’établissement compte 403 étudiants infirmiers (144 en 1re année de formation, 130 en 2e année et 129 en 3e année), désormais ils auront accès à 35 situations de soins via les Serious Games. Histoire qu’ils ne s’exercent jamais la première fois sur le patient. Un dispositif que la directrice des soins et coordinatrice générale du CFP de Niort compte étendre aux autres formations de son établissement, que ce soit avec l’IFAP (Instituts de Formation d'Auxiliaire de Puériculture) ou l’IFAS (Instituts de Formation d’Aides-Soignants). Elle envisage même de les faire travailler ensemble sur quelques scénarii. 

Mis à part le casque de réalité virtuelle, les étudiants infirmiers disposent d'un logiciel disponible sur les ordinateurs et simulant diverses situations en fonction de l'avancée de leurs cours.

Difficile dans le secteur de la santé de passer de la théorie à la pratique. Désormais plusieurs possibilités s’offrent aux étudiants infirmiers niortais. Dans la salle informatique, ils disposent d’ordinateurs qui leur donnent accès à une plateforme qui reprend les compétences abordées durant leur semestre de cours. Les élèves doivent prendre des décisions  dans un jeu immersif, une reproduction 3D qui se rapproche de la réalité. A chaque poste, ils sont deux étudiants, ce qui permet des échanges co-constructifs et du raisonnement. Ils réalisent des examens cliniques, observent, prennent  la température, la tension, la pression artérielle… ils doivent tout de même suivre la procédure comme s’ils se trouvaient  en situation réelle. Au fur et à mesure de leur avancée, des questions sont posées, ils sont guidés. Un entraînement avant la mise en pratique. 

Une première en réalité virtuelle

Une mise en pratique qui va passer d’abord par l’autre outil qui est la réalité virtuelle. Les étudiants sont immergés. Ils agissent grâce aux casques de réalité virtuelle qu’ils ont enfilés. Pour ce petit groupe de troisième année, c’est une première. « Les casques sont arrivés en septembre, nous avons fait quelques tests. L’environnement est réalité et permet une mise en situation à l’échelle », indique Sandrine Delarue, formatrice et cheffe de projet simulation au CFP de Niort. Après un petit topo et une rapide prise en main, c’est Stéphanie Joulain qui s’y confronte la première. A 45 ans, cette élève de troisième année, en reprise d’études après avoir exercé en tant qu’aide-soignante, découvre cette technologie de pointe. « C’était la première fois que j’essayais un casque de réalité virtuelle, explique-t-elle. Au début, j’étais un peu perdue. Il faut se repérer, savoir comment les commandes fonctionnent. Une fois habituée, il n’y a plus qu’à suivre les instructions ». Après les explications et conseils donnés par la formatrice, Stéphanie commence la démonstration. Elle consulte d’abord le dossier médical du patient. Dans la petit salle de cours, les autres élèves regardent et observent ses faits et gestes. Parmi le public, Françoise Jeanson, conseillère régionale, déléguée à la Santé, commente ce nouveau dispositif : « Quand on est dans l’action, on retient mieux. On dit qu’on retient 20% de ce qu’on nous dit et 80% de ce qu’on fait ». L’élève poursuit, elle peut consulter tous les papiers. Des consignes lui sont données. Elle confirme chacun de ses choix. « C’est une simulation à pleine échelle. De nombreuses interactions sont possibles », poursuit la formatrice et cheffe. Ensuite vient le moment du débriefing. Au tableau sont récapitulées chaque action faite par Stéphanie. Tout le monde commente et voit les points à améliorer pour la prochaine fois. « Finalement, nous sommes de vrais acteurs. Ce qui est rassurant, c’est que nous avons le droit à l’erreur. C’est mieux de nous exercer avant de faire ces gestes en vrai », explique Stéphanie Joulain à la fin de la simulation quand elle a enfin ôté son casque de réalité virtuelle. Elle est convaincue que ce dispositif va lui permettre de gagner en sérénité lorsqu’elle aura à faire ensuite ces gestes en situation réelle lors de ces stages.

L’ensemble des 27 IFSI de la région sont donc équipés de ces Serious Games. Des simulateurs à la pointe pour l’apprentissage des futurs infirmiers de la région. Ce programme s’inscrit dans la feuille de route « santé » de la région Nouvelle-Aquitaine. L’entreprise bordelaise, SimforHealth, compte bien étendre ce dispositif sur l’ensemble de l’Hexagone. En tout cas, la région semble pionnière pour la formation dans le domaine de la pédagogie numérique des Instituts de formation en soins infirmiers. Les futurs infirmiers néo-aquitains ne se seront pas exercés la première fois sur un patient réel, ce qui est rassurant et peut permettre de répéter les gestes, les procédures et d’être sans doute en mesure d'établir et respecter les procédures de soins dès leurs premiers pas sur le terrain.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5838
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
severine | 13/12/2019

en particulier, dans le domaine de la santé, la simulation au travers de situations ciblées de risque est en effet un moyen efficace de formation professionnelle : http://www.officiel-prevention.com/formation/materiel-pedagogique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=182&dossid=539

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !