17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Dordogne : des expériences inédites pour protéger les enfants

18/09/2016 | Laurence Rossignol, ministre de la famille, était en visite en Dordogne vendredi pour se rendre compte des expérimentations menées dans le département.

Laurence Rossignol, ministre de la famille, était en Dordogne pour évaluer sa loi sur la protection de l'enfance

La nouvelle loi du 14 mars 2016 sur la protection de l'enfance vise à renforcer la prise en compte des besoins de l'enfant. La ministre de la famille, de l'enfance et du droit des femmes était en visite en Dordogne pour se rendre compte des expériences innovantes en matière d'accompagnement menées par le Département. Après avoir inauguré le matin, l'extension de la maison de l'enfance de Castelnaud-la Chapelle, elle a participé à une table ronde avec les travailleurs sociaux et les services de protection judiciaire. Le but était de faire le point avec les acteurs de terrain sur cette loi.

Renforcer la prise en compte des besoins de l'enfant, tel est l'un des objectifs de la nouvelle loi du 14 mars 2016 sur la protection de l'enfance. Laurence Rossignol, ministre de la Famille, de l'Enfance et du droit des femmes était en Dordogne vendredi pour se rendre compte de comment était vécu sur le terrain ce nouveau cadre législatif. La nouvelle loi invite les acteurs de protection de l'enfance à élaborer de nouveaux modes de prise en charge des enfants, placés sous protection administrative ou judiciaire. La Dordogne dispose de cinq maisons de l'enfance à caractère social ;  compte 354 accueillants familiaux et a la particularité d'accueillir de nombreux mineurs d'autres départements ( 44 %) et des mineurs étrangers isolés. Le Département a aussi fait le choix depuis plusieurs années, de prolonger la prise en charge au delà de l'âge de 18 ans, ce qui est loin  d'être le cas partout en France, où la majorité est vécue comme un couperet.. La prise en charge se poursuit jusqu'à 21 ans et parfois jusqu'à 25 ans, en cas de poursuite d'études supérieures ou de formation professionnelle. Le contrat peut comporter une aide éducative, une aide financière, le financement de l'hébergement. Ce dispositif concerne 80 jeunes majeurs par an. 

Un service de placement à domicile
En matière de politique de protection de l'enfance, le département mène plusieurs expérimentations inédites. Un des objectifs est de favoriser le maintien des liens avec les parents, la famille, tout en assurant la protection des mineurs. Philippe Lessenne, directeur  de la Maison de l'enfance Notre Dame à Port-Sainte-Foy, a ainsi créé avec l'aval du Département et de la Direction territoriale de protection judiciaire de la Jeunesse, un service de "placement à domicile". "La séparation avec les parents peut être vécue comme un traumatisme par les enfants. C'est pourquoi, nous avons imaginé cette expérience. "Le mineur est confié par ses parents à l'ASE. Il reste à son domicile et poursuit ses activités dans un cadre ordinaire. La maison de la l'enfance assure un suivi éducatif régulier, et quasi quotidien de l'enfant et de sa famille. En cas de difficulté ou de situation d'urgence, il bénéficie à tout moment d'une place à l'internat. Cette solution permet d'éviter les placements de longue durée, souvent mal vécus, par les enfants et d'éviter la rupture avec la famille." Philippe Lessenne, soulève la problématique de l'allocation de rentrée scolaire qui n'est pas pas versée aux parents dans le cas de placement. La loi prévoit que les sommes vont sur un compte bloqué dont l'enfant pourra disposer à sa majorité. "C'est un point que nous n'avons pas vu à la rédaction de la loi. Nous allons regarder comment faire évoluer le cadre réglementaire sans passer par un amendement pour que dans ce cas précis du "placement à domicile", les parents puissent continuer de percevoir cette allocation, a précisé Laurence Rossignol. 

L'accueil des mineurs étrangers

Le Département de la Dordogne a une autre particularité, d'accueillir un nombre croissant de mineurs étrangers non accompagnés.  Ils sont actuellement 140 et il s'agit en général de grands adolescents âgés entre 16 et 17 ans. Les relations parents enfants ou les apprentissages de base ne sont pas pour eux la question essentielle mais plutôt de se construire, un projet personnalisé qui doit favoriser l'apprentissage de la langue, leur insertion professionnelle et sociale, l'acquisition d'un métier. Le foyer des 3 F à Bergerac expérimente depuis le début septembre un service intitulé Odyssée. Il se compose de deux appartements où vivent deux garçons dans l'un, deux filles dans l'autre et une maison soit  7 places au total. Ces logements sont situés en centre ville  et permettent à ses jeunes de s'intégrer dans la vie sociale." Ces jeunes sont  en apprentissage, soit au lycée. Ceux qui n'ont pas la possibilité de suivre ces cursus bénéficient de l'accueil de jour où ils peuvent suivre notamment des cours de français pour étranger.  Ils doivent gérer seuls leur emploi du temps, ont l'obligation d'aller en cours ou au travail, gèrent leur budget, puisqu'ils bénéficient d'une allocation. Ils sont en permanence suivis par une équipe d'éducateurs,  poursuit le directeur du Foyer des 3 à Bergerac. Il soulève le souci la question de la régularisation de ces jeunes dès l'obtention de leur majorité et a proné un partenariat accru avec les services préfectoraux. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4299
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !