Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne d'"alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Dordogne : des expériences inédites pour protéger les enfants

18/09/2016 | Laurence Rossignol, ministre de la famille, était en visite en Dordogne vendredi pour se rendre compte des expérimentations menées dans le département.

Laurence Rossignol, ministre de la famille, était en Dordogne pour évaluer sa loi sur la protection de l'enfance

La nouvelle loi du 14 mars 2016 sur la protection de l'enfance vise à renforcer la prise en compte des besoins de l'enfant. La ministre de la famille, de l'enfance et du droit des femmes était en visite en Dordogne pour se rendre compte des expériences innovantes en matière d'accompagnement menées par le Département. Après avoir inauguré le matin, l'extension de la maison de l'enfance de Castelnaud-la Chapelle, elle a participé à une table ronde avec les travailleurs sociaux et les services de protection judiciaire. Le but était de faire le point avec les acteurs de terrain sur cette loi.

Renforcer la prise en compte des besoins de l'enfant, tel est l'un des objectifs de la nouvelle loi du 14 mars 2016 sur la protection de l'enfance. Laurence Rossignol, ministre de la Famille, de l'Enfance et du droit des femmes était en Dordogne vendredi pour se rendre compte de comment était vécu sur le terrain ce nouveau cadre législatif. La nouvelle loi invite les acteurs de protection de l'enfance à élaborer de nouveaux modes de prise en charge des enfants, placés sous protection administrative ou judiciaire. La Dordogne dispose de cinq maisons de l'enfance à caractère social ;  compte 354 accueillants familiaux et a la particularité d'accueillir de nombreux mineurs d'autres départements ( 44 %) et des mineurs étrangers isolés. Le Département a aussi fait le choix depuis plusieurs années, de prolonger la prise en charge au delà de l'âge de 18 ans, ce qui est loin  d'être le cas partout en France, où la majorité est vécue comme un couperet.. La prise en charge se poursuit jusqu'à 21 ans et parfois jusqu'à 25 ans, en cas de poursuite d'études supérieures ou de formation professionnelle. Le contrat peut comporter une aide éducative, une aide financière, le financement de l'hébergement. Ce dispositif concerne 80 jeunes majeurs par an. 

Un service de placement à domicile
En matière de politique de protection de l'enfance, le département mène plusieurs expérimentations inédites. Un des objectifs est de favoriser le maintien des liens avec les parents, la famille, tout en assurant la protection des mineurs. Philippe Lessenne, directeur  de la Maison de l'enfance Notre Dame à Port-Sainte-Foy, a ainsi créé avec l'aval du Département et de la Direction territoriale de protection judiciaire de la Jeunesse, un service de "placement à domicile". "La séparation avec les parents peut être vécue comme un traumatisme par les enfants. C'est pourquoi, nous avons imaginé cette expérience. "Le mineur est confié par ses parents à l'ASE. Il reste à son domicile et poursuit ses activités dans un cadre ordinaire. La maison de la l'enfance assure un suivi éducatif régulier, et quasi quotidien de l'enfant et de sa famille. En cas de difficulté ou de situation d'urgence, il bénéficie à tout moment d'une place à l'internat. Cette solution permet d'éviter les placements de longue durée, souvent mal vécus, par les enfants et d'éviter la rupture avec la famille." Philippe Lessenne, soulève la problématique de l'allocation de rentrée scolaire qui n'est pas pas versée aux parents dans le cas de placement. La loi prévoit que les sommes vont sur un compte bloqué dont l'enfant pourra disposer à sa majorité. "C'est un point que nous n'avons pas vu à la rédaction de la loi. Nous allons regarder comment faire évoluer le cadre réglementaire sans passer par un amendement pour que dans ce cas précis du "placement à domicile", les parents puissent continuer de percevoir cette allocation, a précisé Laurence Rossignol. 

L'accueil des mineurs étrangers

Le Département de la Dordogne a une autre particularité, d'accueillir un nombre croissant de mineurs étrangers non accompagnés.  Ils sont actuellement 140 et il s'agit en général de grands adolescents âgés entre 16 et 17 ans. Les relations parents enfants ou les apprentissages de base ne sont pas pour eux la question essentielle mais plutôt de se construire, un projet personnalisé qui doit favoriser l'apprentissage de la langue, leur insertion professionnelle et sociale, l'acquisition d'un métier. Le foyer des 3 F à Bergerac expérimente depuis le début septembre un service intitulé Odyssée. Il se compose de deux appartements où vivent deux garçons dans l'un, deux filles dans l'autre et une maison soit  7 places au total. Ces logements sont situés en centre ville  et permettent à ses jeunes de s'intégrer dans la vie sociale." Ces jeunes sont  en apprentissage, soit au lycée. Ceux qui n'ont pas la possibilité de suivre ces cursus bénéficient de l'accueil de jour où ils peuvent suivre notamment des cours de français pour étranger.  Ils doivent gérer seuls leur emploi du temps, ont l'obligation d'aller en cours ou au travail, gèrent leur budget, puisqu'ils bénéficient d'une allocation. Ils sont en permanence suivis par une équipe d'éducateurs,  poursuit le directeur du Foyer des 3 à Bergerac. Il soulève le souci la question de la régularisation de ces jeunes dès l'obtention de leur majorité et a proné un partenariat accru avec les services préfectoraux. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4524
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !