Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | "Dordogne", souvenirs et liens aux manettes

23/04/2020 | La Dordogne sera le cadre d'un nouveau jeu vidéo prévu pour 2021 sur PC et Nintendo Switch. Nous avons rencontré ses créateurs, confinés. Ils racontent les origines de l'idée.

Dordogne 2020

Une Dordogne en aquarelle comme vous ne l'avez jamais vue, et encore moins jouée. C'est l'ambition qu'ont le studio de développement Un je ne sais quoi et le studio de production Umanimation autour d'un jeu vidéo destiné au PC et à la Switch. Prévu pour fin 2021, il évoquera le territoire périgourdin à travers les souvenirs d'une jeune femme en plein retour aux sources. Avec ses deux créateurs, nous sommes revenus sur les origines de cet ovni vidéoludique "made in Bergerac" et sur la manière dont il compte nous raconter son histoire de filiation. Petite balade le long du fleuve (pas toujours tranquille) de la création.

Imaginez. Vous retournez à l'occasion d'un évènement particulier dans la maison qui vous a vu grandir et a forgé une partie de votre enfance : celle de votre grand-mère. C'est un havre de paix en plein cœur du Périgord, qu'il soit blanc, vert, noir ou pourpre. A l'intérieur de cette masure désormais vide, les souvenirs chantent mais les portes sont closes. Pour les ouvrir, il vous faudra utiliser la seule arme à votre disposition. Elle est éphémère, volatile et a tendance à vous jouer des tours, mais elle est aussi très puissante. Cette arme, c'est votre mémoire. La nostalgie d'une enfance disparue et d'un territoire changeant sera sans doute l'un des thèmes centraux de "Dordogne", un jeu à la frontière entre le jeu vidéo et l'animation dont les premières images ont été dévoilées au début du mois d'avril.

Dordogne 2020

Dordogne mettra en scène Mimi, une jeune femme de 32 ans, qui revient dans la maison de sa grand-mère décédée. Mais l'aïeule est facétieuse : elle a laissé un peu partout des lettres et des énigmes à résoudre. Pour en trouver les solutions, Mimi va devoir puiser dans son enfance périgourdine. Le voyage initiatique se fera dans un terroir en aquarelle vivant et animé où les dandelions murmurent, où chaque son est un indice précieux et dont les chemins serpenteux forment le singulier relief. 

Réduire la frontière

Cette création, qui devrait voir le jour fin 2021/début 2022, est le fruit de la collaboration entre deux bordelais qui ont décidé d'allier leurs spécialités pour arriver à un même but : rendre plus poreuse encore la frontière entre le monde de l'animation et celui du jeu vidéo, tout en se servant des deux pour raconter une histoire. L'auteur du coup de crayon qui va donner vie à Mimi et à cette Dordogne fantasmée s'appelle Cédric Babouche, a 43 ans et de multiples casquettes. Tour à tour professeur, auteur, artiste, directeur artistique, Cédric a connu, en quinze ans de carrière, plusieurs "actes fondateurs", dont un court-métrage sélectionné à Cannes, Imago, tournant déjà autour du lien entre deux générations. 

Arrivé sur Bordeaux récemment, Cédric avoue avoir un attachement particulier pour le département auquel il va donner vie, tout comme pour l'histoire qu'il veut y raconter. "J'adore cette région. Jusqu'à mes 14 ans, j'ai passé tous mes étés dans la maison de famille de mon arrière-grand-mère, qui habitait pas loin de Labastide-Murat et de Cahors. J'ai passé beaucoup de temps là-bas. En descendant sur Bordeaux il y a bientôt deux ans" (après une longue escapade parisienne), "le premier réflexe que j'ai eu a été d'y retourner. Je suis allé dans des coins que je connaissais beaucoup moins comme Les Eyzies ou la Roque-Gageac. Ma belle-famille avait une maison au Nord du Tarn, des fois on remontait jusqu'en Dordogne (...) La grand-mère du jeu est une métaphore de mes grands-parents en général. J'ai eu des rapports magnifiques avec les uns et les autres, ma grand-mère habitait dans les Cévennes, on y trouve un peu le même esprit : on a aussi cette chaleur, cette gentillesse des gens, cette topographie typique, ces rivières enclavées et ce rapport à la gastronomie, à l'humain. Le personnage de la grand-mère est une métaphore de tous mes grands-parents regroupés", avoue-t-il. "Mimi, c'est aussi un condensé de mes deux filles, qui sont mes deux principales références à la fois sociologiques et comportementales mais aussi dans l'animation".

Tiroirs et terroir

On l'a dit, le travail de Cédric se base beaucoup sur la nostalgie de l'enfance. "J'ai mis longtemps à en faire quelque chose qui m'était vraiment très personnel. Dordogne est pas loin d'être le premier projet sur lequel je ne me travestis pas". Initié en octobre 2018 par une équipe réduite, principalement issue de l'animation, le jeu a pour ambition d'utiliser toutes les composantes de son expérience au service de son histoire. "Je voulais avoir quelque chose de narrativement bien écrit, d'assez fort. Ce sont les aspects qu'on aimerait retrouver plus souvent dans les jeux vidéo. On voulait d'abord se confronter à une écriture liée à notre métier de l'audiovisuel et on a greffé petit à petit des personnes qui viennent du jeu vidéo, qui ont travaillé sur Assemble With Care par exemple. Explorer la limite entre le jeu vidéo et la narration animée, c'est quelque chose qui ne va pas être évident à mettre en place". En guise de référence, Cédric cite plus volontiers Fumito Ueda et sa trilogie poétique made in Playstation que l'expérience cinématographique d'un Metal Gear Solid auquel on a souvent reproché le verbe à rallonge. "On est aussi dans l'esprit d'Inside : on joue tout le temps et quelques scènes nous font comprendre le contexte. On se compare plus à What remains of Edith Finch, mais en version joyeux. C'est une histoires à volets, on y verra le personnage de Mimi adulte et enfant, à travers différents contextes qui nous amèneront à des expériences différentes".

Le cœur du système sera donc basé sur des flashback, mais ces derniers se méritent. "On ne pourra aller dans le passé qu'en résolvant des puzzle que la grand-mère nous aura donné dans le présent. Ces puzzle permettent à la fille de se rappeler. Ce sera un pas vers la découverte, la contemplation. On pourra capturer des mots pour les transformer en haïkus, des vidéos, des sons. Tout ça va permettre de créer une page du carnet de Mimi qui sera une réponse au puzzle. Les joueurs auront tous la bonne réponse mais pas forcément la même chose dans leurs carnets". Pour l'instant divisé en sept chapitres, le projet "Dordogne" va aussi comporter des mini-jeux, tous ayant plus ou moins un rapport avec les joies retrouvées d'une enfance perdue : lancé de galets, course aux têtards, construction d'une cabane… autant de mémoires personnelles qui devraient occuper le joueur pendant les quelques heures visées et permettre une relative liberté géographique, histoire de ne pas faire de la maison de la grand-mère la seule aquarelle mouvante du vaste terrain de jeu. "On n'a pas de nécessité absolue de graviter autour d'un seul et même lieu grâce aux flashbacks. On aimerait bien aller à la Rocque-Gageac, aux Eyzies visiter des grottes, à Domme dans la forteresse, dans les rues de Sarlat, ou faire une ballade près de la Vézère. On ne va pas se donner de contraintes, mais il faut qu'on écrive encore pour savoir comment on va organiser ça". 

Technique et transmédia 

Quoi qu'il arrive, Dordogne devrait mettre à profit une des nombreuses spécificités régionales, en plus de ses paysages : la langue. Peu importe la localisation, le doublage sonore se fera en occitan, comme une signature supplémentaire de sa propre singularité. "D'une part, ça localise encore plus, c'est un langage que beaucoup de français ne connaissent pas. Dans l'esprit, on peut donc comparer ça au langage des Sims ou d'Animal Crossing, sauf que là ça ne sera pas du charabia ! Ça a un vrai sens culturel et artistique, ça donne une identité encore plus marquée", confie Cédric. 

Pour l'aspect technique et la structure de la production de Dordogne, l'entreprise de Cédric Babouche, baptisée "Un je ne sais quoi", pourra compter sur Aymeric Castaing, ancien dirigeant de la société I Can Fly (et déjà à fond sur les légendes locales) et désormais tête pensante d'Umanimation depuis 2017. "Le but pour nous, c'était d'avoir une société qui développe l'intégralité de son contenu sur un moteur de jeu vidéo, en l'occurrence Unity, dans l'idée de développer des contenus interactifs et de fusionner le monde du jeu vidéo et celui de l'animation", ajoute Aymeric. L'un des premiers exemples est une série de dix épisodes diffusée sur Arte, Globozone où l'ambiance et le décor sont bien plus totalitaires que la vallée bergeracoise.  

"Avec Cédric, on s'est rendus compte qu'on était compatibles. On avait la même envie de casser cette frontière, ce qu'on veut, c'est de l'histoire interactive". Car le projet Dordogne qui devrait employer une fois sa réelle phase de production débutée (dans quelques mois) une quinzaine de personnes, n'a pas vocation à être "seulement" un jeu vidéo. "Je travaille aussi sur un court-métrage qui raconte l'histoire d'une famille qui déménage de Paris et va vivre dans une région qui pourrait être la Dordogne. J'ai fait le parallèle, et je me suis dit que la petite fille dans ce court pourrait être la grand-mère du jeu. Pour trouver son équilibre, la recette compte mêler plusieurs saveurs et faire du contenu "transmédia" (un même univers décliné en plusieurs supports différents, à l'image de ce qui peut être fait avec les jeux d'Ubisoft, par exemple) un élément important de son identité. "En tout cas, on va essayer de vendre Dordogne comme ça", résume Cédric. "Le jeu et le court vont exister, ils seront liés et ce sera une seule et même entité". Les deux gérants avouent aussi "réfléchir à rajouter une potentielle expérience en réalité virtuelle" (et pourquoi pas une ballade en kayak ?) ou une autre en réalité augmentée à la découverte du territoire présent dans le jeu. "En fait, c'est un prétexte pour explorer différents types de média".

Exutoire 

À Cédric la charge de rester fidèle à l'aquarelle, sa "signature" et celle du jeu, à Aymeric la tâche de transformer toute cette création en jeu vidéo qui tourne, d'abord sur Switch et PC. A la tête de deux entreprises différentes dans le souci de "garder une liberté totale de création", les deux créateurs de Dordogne, encore en phase de réflexion et d'investissement, évoquent aussi un projet très personnel pour Cédric. "Si on se débrouille bien dans le financement, on peut passer deux ans sur un projet qui nous fait 100% plaisir, sans y laisser des plumes et en se payant correctement. Le confinement rend encore plus évidemment les sacrifices qu'on est prêt à faire. Depuis Bordeaux : réduit mon salaire quasiment de deux tiers, voire certains mois ne pas me payer du tout et rester sur mon statut d'intermittent mais faire pleinement ce que je veux. Cette honnêteté qu'on peut traduire dans ses projets finit toujours par payer". Finira-t-elle par donner à "Dordogne" ce petit relief supplémentaire qui fait parfois d'un jeu indépendant un succès ? En tout cas, Aymeric en est convaincu, le meilleur vecteur d'écriture non-linéaire pour la création d'un jeu vidéo transmédia, ça reste l'animation". Pour savoir si Mimi parviendra à "retrouver la connexion avec ses racines", il faudra encore attendre un peu. Et imaginer. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : AC/CB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4334
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !