Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Droit d'asile: l'état des lieux n'est pas bon selon le rapport de la CFDA

14/02/2013 | Bordeaux et la Gironde ne sont pas épargnés par les critiques émises par le rapport de la CFDA sur les conditions d'accueil des demandeurs d'asile

François Cougoul (Médecin du monde), Lucile Hugon (ASTI), Jean-Claude Guicheney (LDH33), Olivier Brès (Cimade)

Ce 13 février la Coordination Française pour le Droit d’Asile (CFDA) qui rassemble une vingtaine d’organisations engagées dans la défense et la promotion du droit d'asile, a rendu un rapport sur l’état des lieux des conditions d’accueil des demandeurs d’asile en France. Réalisé de juin à septembre 2012, dans 31 départements de France dont la Gironde, ce document donne une vue concrète des conditions d’accueil des demandeurs d’asiles et de l’examen de leur demande. Les représentants des associations girondines de la CFDA, en ont présenté les grandes lignes ce mercredi matin dans les locaux de la CIMADE.

Ce mercredi matin, les représentants girondins de la Cimade, de l’ASTI, de la Ligue des droits de l’Homme, et de Médecins du Monde présents étaient dans le ton du rapport publié par la CFDA : «l’accès à la procédure d’asile est un parcours du combattant amenant souvent à la précarisation des demandeurs d’asile». Et, en effet, les récriminations soulevées par le rapport sont nombreuses : plateformes d’accueil des demandeurs d’asile aux missions trop restreintes pour permettre un réel accompagnement, pénurie de structures d’hébergement, longueur des délais d’enregistrement des demandes par les préfectures, défaut d’informations des demandeurs d’asiles, difficultés d’accès aux allocations de survie ou à la couverture maladie pour une part importantes d’entre eux ou encore recours excessif à la procédure dite «prioritaire», qui limite fortement les droits des demandeurs d’asile… Des difficultés à accéder à la procédure d’asile qui sont d’autant plus aléatoires voire discrétionnaires que beaucoup de ces conditions varient d’une région à l’autre, allant parfois jusqu’à jouer avec l’illégalité.

555 demandeurs d'asile en AquitaineSelon les chiffres de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), ils étaient 555 demandeurs d’asile en Aquitaine en 2011 dont 433 en Gironde (hors mineurs isolés). Si les représentants des associations girondines semblent au niveau local partager les récriminations du rapport, celui-ci souligne tout de même qu’à Bordeaux (tout comme à Marseille) il existe plutôt « un bon accueil et des conditions d’accès faciles». Au nombre des «bons points» : la remise d’un guide d’information aux demandeurs d’asile, une délivrance de l’autorisation provisoire de séjour dans les 8 jours là où le délai légal est de 15 jours, ou encore la remise par la plateforme d’accueil de produits de première nécessité et de chèques restaurant.

Hébergement: 2 à 5 mois d'attentePour autant, de nombreux points négatifs sont aussi montrés du doigt: le manque de respect dû à la confidentialité de leurs dossiers OFPRA, des délais d’admission au Centre d’accueil de demandeurs d’asile allant de 2 à 5 mois pour les familles et plus de 5 mois pour les personnes isolées, l’absence d’allocation de transport pour aider les demandeurs d’asile à se rendre à leur entretien dans les locaux de l’OFPRA, situé dans le Val de Marne, ou encore de graves errements dans la prise en charge des mineurs isolés.

Des mineurs "à la rue et en danger"Jean-Claude Guicheney Président de la Fédération de la ligue des droits de l’homme de Gironde, dénonce sur ce point en Gironde «un sas de non droit». En application du droit, ces jeunes de moins de 18 ans devraient être placés par la Protection de l’enfance qui répond de la compétence du Conseil général et l’aide sociale à l’enfance.
Pourtant, « nombre d’entre eux se retrouvent à la rue et donc en danger » souligne Jean-Claude Guichney. Une situation « intolérable par rapport aux engagements internationaux sur les droits de l’enfant, et aux droits de la République.» Dans le département, le rapport dénonce «une politique de tri» selon lequel, les jeunes isolés de plus de 15 ans ne sont pas pris en charge. Clairement illégale, cette politique est justifiée par un manque de moyens dans un courrier adressé notamment à la LDH 33. «En Gironde, entre 30 et 40 mineurs étrangers sont à la rue», estime le Président de la Fédération LDH 33.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
983
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !