18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Éco-quartier Ginko : le balcon qui fait tâche...

05/08/2015 | Un balcon s'est écroulé dans l'éco-quartier Ginko dans le courant de l'après-midi de mardi. Aucun blessé n'est à déplorer, mais l'incident fait réagir.

Le balcon du quatrième étage s'est effondré sur celui du deuxième

Ce 4 août, aux alentours de dix-sept heures trente, les habitants de la rue André Reinson, en plein coeur de l'éco-quartier Ginko, ont eu une sacrée frayeur. Le balcon du numéro 13 de la résidence Saint-Exupéry, situé au quatrième étage, s'est effondré et a atterri sur celui du deuxième étage, en épargnant celui-ci. Aucun blessé n'est à déplorer, mais cet accident pose question, tandis que l'éco-quartier flambant neuf a été inauguré il y a à peine deux ans. Les résidents ne sont pas rassurés, et le sujet prend même une tournure politique.

Après l'accident, les questions. Comment le balcon d'un immeuble a-t-il bien pu s'effondrer comme un simple morceau de plastique ? A l'heure où des experts en assurance doivent examiner les lieux prochainement, les résidents sur place sont assez inquiets. Beaucoup d'entre eux tournent autour de la résidence Saint-Exupéry. Sur place, quelques riverains curieux prennent le bâtiment en photo. Jacqueline, commerciale retraitée, habite le quartier depuis un an et demie. "Ca fait un peu peur, on se dit que ça peut arriver à n'importe quel balcon". Le plus terrible, c'est que ce n'est pas forcément la faute du constructeur, c'est plutôt celle de l'entreprise qui a mis le balcon en place", confie Claude, un promeneur originaire de Bruges. "Inquiétant" aussi pour Joëlle, retraitée de la fonction publique. Dans le quartier, le fameux balcon semble être devenu le principal sujet de conversation. A la boulangerie "Secret de Pains", située à quelques dizaines de mètres de la résidence, Lucie, jeune employée, semble avoir un avis tranché sur la question. "Des amis habitent dans le coin, on se dit que ce n'est pas forcément rassurant, ça aurait pu tomber sur des gens. Ca ne va peut être pas pousser les résidents à déménager, mais ça peut en dissuader beaucoup de s'y installer", confie-t-elle. 

Fronde politiqueTrès rapidement, le fait divers s'est transformé en fronde politique. Trois élus socialistes ont attaqué les choix immobiliers de la municipalité d'Alain Juppé : Sandrine Doucet, députée, Corinne Guillemot et Philippe Dorthe, conseillers départementaux. Ce dernier n'a pas craint d'aller jusqu'à demander "un moratoire sur tous les programmes immobiliers de Bordeaux" dans un récent communiqué. " Prendre la décision de laisser sa ville en pâture à la spéculation immobilière, essentiellement axée sur le profit au détriment de la qualité  ne peut  qu’entrainer ce triste résultat", a-t-il ajouté. Du côté de la mairie, où l'on ne souhaite pas d'évidence communiquer en réponse à "l'opportunisme" de Philippe Dorthe on souligne que les "défauts de construction ne concernent en rien la Ville". 

L'histoire se répèteGinko avait été présenté comme "un modèle" lors de son inauguration officielle en septembre 2013, après des travaux achevés en 2012 de ce quartier, dont la réalisation a été confiée à Bouygues Immobilier en 2006. Des accidents de cette taille, Ginko n'en a pour l'instant jamais connu. Sur son "casier judiciaire", juste une association de 24 locataires de la résidence Gaïa qui avaient attaqué leur bailleur (Mesolia Habitat) en mars 2014 pour des problèmes d'un autre ordre : chauffage défaillant, problèmes d'étanchéité sur certaines terasses, ascenseurs en pannes, volets qui ferment mal... Pour l'instant, la procédure serait toujours en cours selon le porte parole du collectif. Pour l'heure, environ 1000 habitants sont déjà installés à Ginko, ils pourraient être plus de 7000 lorsque l'ensemble des constructions seront achevées. Au lendemain de l'accident, les chaises sur le balcon du deuxième étage sont encore renversées. Les habitants de quatre appartements ont apparemment été relogés pour la nuit. Au dernier étage d'une des résidences, quelques mètres plus loin, un habitant fume tranquillement une cigarette sur la terrasse... les bras accrochés à la rambarde du balcon.

M.A.J : Au lendemain de l'accident, on apprend qu'un expert de l'assurance du syndicat de copropriété la société Allianz, a débuté une enquête approfondie pour tenter d'en déterminer les circonstances. Bouygues Immobilier devrait assurer une sécurisation de l'immeuble (dans les 48 heures suivant les faits, comme il est prévu dans ce genre de procédure). Cinq familles ont passé la nuit de mardi à mercredi en dehors de leur domiicile, elles vont pouvoir le réintégrer dès que la sécurisation sera effective. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5228
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !