11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

06/12/17 : C'est ce lundi 11 décembre que Didier Lallement, prendra officiellement ses fonctions de préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest et préfet de la Gironde à la suite de Pierre Dartout.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

  • 08/12/17 | L'ambassadeur de Chine annoncé à la prochaine fête de la truffe

    Lire

    La prochaine fête de la truffe a lieu à Sarlat, les 20 et 21 janvier 2018. Cet événement culinaire accueillera l'assemblée générale de l’association des Bocuse d’Or Winners. Pour l’occasion, 17 lauréats du célèbre concours de cuisine du monde seront présents. Zhai Jun, l'ambassadeur de la République populaire de Chine, accompagné d'une vingtaine de personnes à la prochaine Académie culinaire du foie gras et de la truffe, a répondu favorablement à l'invitation de la municipalité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Ecole, éthique et logique financière, des philosophes bordelais s’interrogent

01/10/2012 | «Quelle école à l’heure des seules compétences recherchées et des ressources humaines économiquement gérées?» interroge Christophe Miqueu

Christophe Miqueu (à droite), lors de la journée d'étude "Ethique et déontologie dans l'Education Nationale"

Alors que la morale laïque fait régulièrement la une de l’actualité politique et médiatique, Jean-François Dupeyron et Christophe Miqueu, maîtres de conférences en Philosophie à l'Université de Bordeaux IV (IUFM), organisaient ce 26 septembre une journée d’étude dédiée à l’éthique et à la déontologie dans l’Education nationale. Philosophes, sociologues, spécialistes de la théorie politique ou des sciences de l’éducation, ont ainsi questionné le modèle républicain et démocratique de l’école à la française au regard d’un système éducatif et de formation des enseignants régulièrement soumis aux doutes… quand il n’est pas franchement critiqué.

De la répartition des heures de cours, en passant par les contenus pédagogiques des programmes ou des ouvrages, sans oublier la question du rapport laïcité et religion dans les écoles publiques, le monde de l’Education dans son ensemble est régulièrement soumis aux questions voire aux critiques… En 2010, c’est la formation des professeurs qui a subi de vives attaques suite à une réforme importante entrainant notamment la disparition de l’année de stage post concours. La même année, l’arrivée d’une nouvelle épreuve dans le cadre des concours de la fonction publique menant aux métiers de l’éducation nationale, «agir en fonctionnaire de l’Etat et de manière éthique et responsable», a provoqué une cristallisation supplémentaire, entraînant parfois le refus de certains jurys de siéger. C’est précisément partant de cette dernière «provocation», puisque vécue par nombre de candidats comme «une épreuve de contrôle et de surveillance idéologique», que Christophe Miqueu, s’est plus globalement penché sur la question de savoir comment «agir en fonctionnaire de l’Etat à l’heure de la réduction généralisée de la puissance publique». Car en effet, comme il l’explique, cette épreuve, qui tend à faire croire en une affirmation de valeurs Républicaines dans le système éducatif, coïncide avec la mutation de la puissance publique portée par la Révision générale des politiques publiques (RGPP). Celle-ci depuis 2007, a concerné l’ensemble des administrations de l’Etat, y compris, l’Education Nationale et porte l’«affirmation par la loi que la puissance publique doit diminuer afin de pouvoir diminuer la dépense publique».

"Une certaine organisation républicaine" délaissée
Outre la critique de faire croire que l’éthique pourrait se réduire à «une application mécanique et servile de règles apprises», cette nouvelle épreuve apparaît donc pour Christophe Miqueu comme une sorte de poudre aux yeux, tentant de cacher le changement brutal d’une administration qui délaisse «une certaine organisation républicaine» au profit d’une organisation priorisant les questions de budget et de «rentabilité maximale de l’école et de la recherche». Il cite dans ce sens «l’autonomie des établissements et le développement de la culture d’entreprise, la création de la masterisation des IUFM, la suppression de l’année post concours, etc.» Pour lui, cette RGPP «c’est l’introduction de la pénurie de moyens et l’entrée du système éducatif français en part marchande», autant dire qu’on «met à bas l’égalité républicaine entre tous les citoyens», jusque-là principe constitutif de l’Ecole à la française… Mais alors comment dans ce contexte, en contradiction avec les principes et valeurs de l’école républicaine, le fonctionnaire enseignant, peut-il se comporter en Républicain? 

La "désobéissance" pour régéner la République?
Face à cela, Christophe Miqueu met en avant une forme de résistance constatée suite à la désorganisation induite par ce changement de mentalité de l’Ecole : «la désobéissance». Il constate qu’elle se met en place «quand obéir viendrait contredire les principes fondamentaux de la République». Ici les enseignants pris en exemple, «les désobéisseurs», ont justifié leurs actes par une nécessaire insoumission aux circulaires pédagogiques qui trahissaient les valeurs de la République». Pour l’enseignant, trois caractéristiques fondent cette éthique : le «caractère impératif» de l’action, mais aussi son aspect «collectif et concerté» ainsi que son objectif de « rétablir des principes communs et fondamentaux». En d’autres termes, «il n’y a que par la régénération de ces principes fondamentaux, dont celui de l’intérêt général, en lieu et place de l’intérêt commercial, que l’on pourra régénérer la République», conclut-il.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1059
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !