Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Ecole, éthique et logique financière, des philosophes bordelais s’interrogent

01/10/2012 | «Quelle école à l’heure des seules compétences recherchées et des ressources humaines économiquement gérées?» interroge Christophe Miqueu

Christophe Miqueu (à droite), lors de la journée d'étude "Ethique et déontologie dans l'Education Nationale"

Alors que la morale laïque fait régulièrement la une de l’actualité politique et médiatique, Jean-François Dupeyron et Christophe Miqueu, maîtres de conférences en Philosophie à l'Université de Bordeaux IV (IUFM), organisaient ce 26 septembre une journée d’étude dédiée à l’éthique et à la déontologie dans l’Education nationale. Philosophes, sociologues, spécialistes de la théorie politique ou des sciences de l’éducation, ont ainsi questionné le modèle républicain et démocratique de l’école à la française au regard d’un système éducatif et de formation des enseignants régulièrement soumis aux doutes… quand il n’est pas franchement critiqué.

De la répartition des heures de cours, en passant par les contenus pédagogiques des programmes ou des ouvrages, sans oublier la question du rapport laïcité et religion dans les écoles publiques, le monde de l’Education dans son ensemble est régulièrement soumis aux questions voire aux critiques… En 2010, c’est la formation des professeurs qui a subi de vives attaques suite à une réforme importante entrainant notamment la disparition de l’année de stage post concours. La même année, l’arrivée d’une nouvelle épreuve dans le cadre des concours de la fonction publique menant aux métiers de l’éducation nationale, «agir en fonctionnaire de l’Etat et de manière éthique et responsable», a provoqué une cristallisation supplémentaire, entraînant parfois le refus de certains jurys de siéger. C’est précisément partant de cette dernière «provocation», puisque vécue par nombre de candidats comme «une épreuve de contrôle et de surveillance idéologique», que Christophe Miqueu, s’est plus globalement penché sur la question de savoir comment «agir en fonctionnaire de l’Etat à l’heure de la réduction généralisée de la puissance publique». Car en effet, comme il l’explique, cette épreuve, qui tend à faire croire en une affirmation de valeurs Républicaines dans le système éducatif, coïncide avec la mutation de la puissance publique portée par la Révision générale des politiques publiques (RGPP). Celle-ci depuis 2007, a concerné l’ensemble des administrations de l’Etat, y compris, l’Education Nationale et porte l’«affirmation par la loi que la puissance publique doit diminuer afin de pouvoir diminuer la dépense publique».

"Une certaine organisation républicaine" délaissée
Outre la critique de faire croire que l’éthique pourrait se réduire à «une application mécanique et servile de règles apprises», cette nouvelle épreuve apparaît donc pour Christophe Miqueu comme une sorte de poudre aux yeux, tentant de cacher le changement brutal d’une administration qui délaisse «une certaine organisation républicaine» au profit d’une organisation priorisant les questions de budget et de «rentabilité maximale de l’école et de la recherche». Il cite dans ce sens «l’autonomie des établissements et le développement de la culture d’entreprise, la création de la masterisation des IUFM, la suppression de l’année post concours, etc.» Pour lui, cette RGPP «c’est l’introduction de la pénurie de moyens et l’entrée du système éducatif français en part marchande», autant dire qu’on «met à bas l’égalité républicaine entre tous les citoyens», jusque-là principe constitutif de l’Ecole à la française… Mais alors comment dans ce contexte, en contradiction avec les principes et valeurs de l’école républicaine, le fonctionnaire enseignant, peut-il se comporter en Républicain? 

La "désobéissance" pour régéner la République?
Face à cela, Christophe Miqueu met en avant une forme de résistance constatée suite à la désorganisation induite par ce changement de mentalité de l’Ecole : «la désobéissance». Il constate qu’elle se met en place «quand obéir viendrait contredire les principes fondamentaux de la République». Ici les enseignants pris en exemple, «les désobéisseurs», ont justifié leurs actes par une nécessaire insoumission aux circulaires pédagogiques qui trahissaient les valeurs de la République». Pour l’enseignant, trois caractéristiques fondent cette éthique : le «caractère impératif» de l’action, mais aussi son aspect «collectif et concerté» ainsi que son objectif de « rétablir des principes communs et fondamentaux». En d’autres termes, «il n’y a que par la régénération de ces principes fondamentaux, dont celui de l’intérêt général, en lieu et place de l’intérêt commercial, que l’on pourra régénérer la République», conclut-il.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1229
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !