03/10/22 : Le musée Bonnat-Helleu de Bayonne (7 000 œuvres) prête au musée des Beaux-Arts de Bilbao, sept esquisses de Pierre-Paul Rubens (1577-1640) qui témoignent de son processus créatif. Une exposition organisée jusqu'au 22 janvier 2023 à Bilbao.

03/10/22 : Prenez date! Le festival itinérant "Lettres du monde" revient parcourir la Nouvelle-Aquitaine du 17 au 27 novembre, avec une vingtaine d'invités: écrivains étrangers et français, traducteurs, éditeurs...+ d'info

30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Elisabeth Picaut, une femme au guidon du Comité régional de cyclotourisme : « Il manque de bénévoles, surtout des femmes »

08/03/2022 | A l'occasion de la Journée de la femme, Aqui évoque avec la présidente du comité régional de cyclotourisme de Nouvelle-Aquitaie, la place de la femme dans l'engagement associatif sportif.

Elisabeth Picaut, présidente du Comité régional de cyclotourisme de Nouvelle-Aquitaine

Cela fait plus de 20 ans qu’Elisabeth Picaut est investie dans le monde du cyclotourisme, activité sportive unissant le tourisme et le cyclisme. Un sport largement masculin, tant dans sa pratique que dans ses structures. Mais d'engagement bénévole en engagement bénévole elle est aujourd'hui l'enthousiaste présidente du Comité régional de cyclotourisme de Nouvelle-Aquitaine. A l'occasion de la Journée de la Femme et dans le contexte de l'adoption le 24 février dernier de la loi « visant à démocratiser le sport en France », et notamment dans les instances des fédérations sportives, Aqui a choisi de la rencontrer.

« Je fais du vélo depuis 2000 », raconte-t-elle.« J’ai commencé le cyclotourisme parce que j’ai trouvé que c’était très sympathique. Il y avait beaucoup de convivialité, j’ai bien aimé les gens, c’était très joyeux, et c’est aussi ça qui m’a incité à prendre des responsabilités. » 

 

"Bénévolat et responsabilités, ça me plaît !"
Elisabeth Picaut est en effet à la tête du Comité régional de Nouvelle-Aquitaine depuis les dernières élections, en 2021. Un comité qui, en alignement avec la fusion des Régions, a été créé en 2016, fruit donc du rassemblement des 3 anciennes ligues Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. Il en représente donc les 12 départements. Une sacrée responsabilité prise naturellement ou presque pour la sportive. « Je suis investie en tant que bénévole et dans les structures depuis 2000, dès que j’ai pris ma licence. Pour moi c’est tout simplement du bénévolat, j'assume les responsabilités qui vont avec et ça me plaît. Je travaille avec des gens fort sympathiques dans la majorité des cas » tient-elle à préciser le sourire dans la voix.

Il faut dire aussi que l'esprit du cyclotourisme et de ces pratiquants n'est pas celui de la compétition. Une différence essentielle avec les autres fédérations. « Nous avons des randonnées en montagne, des longues distances, mais notre but à nous c'est le plaisir, les challenges personnels, mais pas de compétition. Nous sommes plutôt axés tourisme, mais aussi sport santé, sport loisir, sport découverte, etc. » 

 

Une équipe de présidents autour de la présidente

À la présidence de la structure de la fédération, les fonctions sont multiples : « Mon rôle est d’encadrer les représentants de commission pour développer le cyclotourisme en accord avec le projet fédéral. Et ensuite, avoir une relation assez directe avec les présidents des comités départementaux pour qu’eux, qui sont sur le terrain, puissent justement « s’activer » pour mettre en place les projets de la Fédération et développer le cyclotourisme », décrit-elle.

Mais insiste-t-elle, elle n'est pas seule à la manœuvre, c'est, en quelque sorte, un sport d'équipe. « Pour développer ça au sein de la région, je suis entourée d’élus qui travaillent avec moi et tous ont une charge particulière qui correspond au projet fédéral : la sécurité, les jeunes, la formation, les femmes, le handicap, la santé, etc. Il faut bien admettre que c’est pas toujours facile. Mais bon, on y arrive quand même, dans la bonne humeur ».

Une équipe qui parfois manque de bras. « J’aurais bien aimé qu’on soit plus nombreux. Normalement, on a prévu quinze personnes mais pour l’instant on n’est que douze donc il nous manque encore des personnes et surtout des femmes. Nous ne sommes que trois et on espère en récupérer encore une l’année prochaine. »

Elisabeth Picaut, présidente du Comité régional de cyclotourisme de Nouvelle-Aquitaine, entourée des élus du comité régional... très masculin

 

La parité obligatoire dans les instances sportives, une fausse bonne idée ?
Mais pour autant, la parité dans les instances sportives que veut imposer la nouvelle loi ne viendra pas forcément arranger les choses, pour Elisabeth Picaut. Pour rappel, dès 2024, les instances nationales devront être composées de 50 % de femmes, idem pour les instances régionales à compter de 2028.

« Il y a selon moi un souci parce que s’il y a obligation d’avoir 50 % de femmes, et que nous n’arrivons pas à avoir le quota, il va y avoir des postes vacants et les comités vont travailler avec des personnels réduits. Et même si des messieurs veulent venir, ils ne pourront pas parce que la place sera réservée aux femmes.... Donc, là c’est le gros handicap. On risque d'avoir des soucis. Et pas seulement dans notre fédération... », s'inquiète-t-elle, sans toute fois nier l'importance du sujet.

« D’ici 2028, on va voir... Bien sûr que l’idéal, c’est d'avoir autant de femmes que d’hommes. Mais à titre d'exemple, l’année dernière, sur environ 11.000 licenciés, on avait 1.200 femmes... Dans notre comité, c’est assez masculin, ce n'est pas facile de faire sa place, mais une fois qu’elle est faite, elle est faite ».


"Inviter les femmes à oser"

Afin de réagir face à ce problème de parité, il y a un effort préalable de sensibilisation à faire envers les femmes. Et Elisabeth Picaut s'y atèle. « Par exemple, à Libourne, le 18 septembre, on essaie de réunir toutes les féminines pour une concentration. » Objectif : se retrouver entre femmes pour sensibiliser celles qui ne sont pas encore engagées et « les encourager à prendre des responsabilités dans les structures »« Ce n’est pas toujours facile, mais on y arrive quand même... Une fois qu’elles ont de la volonté, qu’elles s’impliquent, tout le monde est content, bien sûr, mais elles n’osent pas. »

Kilian Lavaud
Par Kilian Lavaud

Crédit Photo : Elisabeth Picaut

Partager sur Facebook
Vu par vous
10050
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !