17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/06/22 | Partons à la découverte du Mas d'Agenais

    Lire

    Afin de valoriser son patrimoine, le Mas d'Agenais va se doter d'un espace de médiation patrimoniale. Pour cela, la municipalité va restaurer une maison à pans de bois en face de la collégiale pour y installer un espace de médiation patrimoniale, valorisant ainsi l'histoire du Mas d'Agenais, la collégiale et l’œuvre exceptionnelle qu’elle abrite : le "Christ en Croix" par Rembrandt. L'espace abordera plusieurs thématiques comme la collégiale, le Rembrandt, le patrimoine bâti et l'histoire du Mas d'Agenais accessibles aux petits et aux grands au moyen d'outils numériques, de maquettes, d'archives visuelles ou sonores.

  • 24/06/22 | Restauration collective: "Nourrir l'Avenir" pour mieux se nourrir

    Lire

    A Périgueux, l'Association Collectif les Pieds dans le Plat propose une restauration collective bio-locale depuis 15 ans. Pour mieux accompagner l'intérêt croissant des collectivités et de la société civile pour la restauration collective bio-locale, une société coopérative d'intérêt collectif va être montée (SCIC), Nourrir l'Avenir, qui aura pour mission de porter l'activité économique de formation et d'accompagnement notamment dans la mise en œuvre d’une transition alimentaire biologique, saine et durable au sein des collectivités et des établissements.

  • 23/06/22 | Le député des Landes, Boris Vallaud, président du groupe PS à l'Assemblée

    Lire

    Elu député PS des Landes en 2017, réélu confortablement dimanche dernier dans la troisième circonscription, Boris Vallaud est depuis ce jeudi 23 juin, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale. Enarque âgé de 46 ans, négociateur de la Nupes pour le PS, il succède à Valérie Rabault (Lot et Garonne) qui ne se représentait pas. Il a emporté l'élection avec 26 voix d'avance sur son collègue de la Mayenne, Guillaume Garot.

  • 23/06/22 | "1 million d'arbres" : Votez pour vos projets de plantations préférés

    Lire

    En janvier dernier, Bordeaux Métropole a lancé le 1er budget participatif lié au programme « Plantons 1 million d'arbres ». Suite au dépôt des projets par les associations, vous avez jusqu'au 30 juin pour voter pour votre projet de plantation préféré : verger urbain, micro-forêt, parc, jardin... Les projets lauréats seront dévoilés début juillet et les plantations auront lieu cet hiver. Pour découvrir les projets et voter: budgetparticipatif.bordeaux-metropole.fr

  • 23/06/22 | Landes : Enedis soutient l'insertion des jeunes

    Lire

    Pour faciliter les actions de la Mission Locale des Landes en faveur de l'insertion professionnelle durable des jeunes, Enedis a remis le 21 juin dernier un véhicule reconditionné à la structure. Ce véhicule sera mis à disposition en auto-partage des jeunes de Sabres résidants dans l'ancienne gendarmerie réhabilitée en logements sociaux pour qu'ils puissent palier aux difficultés de mobilité sur le territoire landais.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Elisabeth Picaut, une femme au guidon du Comité régional de cyclotourisme : « Il manque de bénévoles, surtout des femmes »

08/03/2022 | A l'occasion de la Journée de la femme, Aqui évoque avec la présidente du comité régional de cyclotourisme de Nouvelle-Aquitaie, la place de la femme dans l'engagement associatif sportif.

Elisabeth Picaut, présidente du Comité régional de cyclotourisme de Nouvelle-Aquitaine

Cela fait plus de 20 ans qu’Elisabeth Picaut est investie dans le monde du cyclotourisme, activité sportive unissant le tourisme et le cyclisme. Un sport largement masculin, tant dans sa pratique que dans ses structures. Mais d'engagement bénévole en engagement bénévole elle est aujourd'hui l'enthousiaste présidente du Comité régional de cyclotourisme de Nouvelle-Aquitaine. A l'occasion de la Journée de la Femme et dans le contexte de l'adoption le 24 février dernier de la loi « visant à démocratiser le sport en France », et notamment dans les instances des fédérations sportives, Aqui a choisi de la rencontrer.

« Je fais du vélo depuis 2000 », raconte-t-elle.« J’ai commencé le cyclotourisme parce que j’ai trouvé que c’était très sympathique. Il y avait beaucoup de convivialité, j’ai bien aimé les gens, c’était très joyeux, et c’est aussi ça qui m’a incité à prendre des responsabilités. » 

 

"Bénévolat et responsabilités, ça me plaît !"
Elisabeth Picaut est en effet à la tête du Comité régional de Nouvelle-Aquitaine depuis les dernières élections, en 2021. Un comité qui, en alignement avec la fusion des Régions, a été créé en 2016, fruit donc du rassemblement des 3 anciennes ligues Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. Il en représente donc les 12 départements. Une sacrée responsabilité prise naturellement ou presque pour la sportive. « Je suis investie en tant que bénévole et dans les structures depuis 2000, dès que j’ai pris ma licence. Pour moi c’est tout simplement du bénévolat, j'assume les responsabilités qui vont avec et ça me plaît. Je travaille avec des gens fort sympathiques dans la majorité des cas » tient-elle à préciser le sourire dans la voix.

Il faut dire aussi que l'esprit du cyclotourisme et de ces pratiquants n'est pas celui de la compétition. Une différence essentielle avec les autres fédérations. « Nous avons des randonnées en montagne, des longues distances, mais notre but à nous c'est le plaisir, les challenges personnels, mais pas de compétition. Nous sommes plutôt axés tourisme, mais aussi sport santé, sport loisir, sport découverte, etc. » 

 

Une équipe de présidents autour de la présidente

À la présidence de la structure de la fédération, les fonctions sont multiples : « Mon rôle est d’encadrer les représentants de commission pour développer le cyclotourisme en accord avec le projet fédéral. Et ensuite, avoir une relation assez directe avec les présidents des comités départementaux pour qu’eux, qui sont sur le terrain, puissent justement « s’activer » pour mettre en place les projets de la Fédération et développer le cyclotourisme », décrit-elle.

Mais insiste-t-elle, elle n'est pas seule à la manœuvre, c'est, en quelque sorte, un sport d'équipe. « Pour développer ça au sein de la région, je suis entourée d’élus qui travaillent avec moi et tous ont une charge particulière qui correspond au projet fédéral : la sécurité, les jeunes, la formation, les femmes, le handicap, la santé, etc. Il faut bien admettre que c’est pas toujours facile. Mais bon, on y arrive quand même, dans la bonne humeur ».

Une équipe qui parfois manque de bras. « J’aurais bien aimé qu’on soit plus nombreux. Normalement, on a prévu quinze personnes mais pour l’instant on n’est que douze donc il nous manque encore des personnes et surtout des femmes. Nous ne sommes que trois et on espère en récupérer encore une l’année prochaine. »

Elisabeth Picaut, présidente du Comité régional de cyclotourisme de Nouvelle-Aquitaine, entourée des élus du comité régional... très masculin

 

La parité obligatoire dans les instances sportives, une fausse bonne idée ?
Mais pour autant, la parité dans les instances sportives que veut imposer la nouvelle loi ne viendra pas forcément arranger les choses, pour Elisabeth Picaut. Pour rappel, dès 2024, les instances nationales devront être composées de 50 % de femmes, idem pour les instances régionales à compter de 2028.

« Il y a selon moi un souci parce que s’il y a obligation d’avoir 50 % de femmes, et que nous n’arrivons pas à avoir le quota, il va y avoir des postes vacants et les comités vont travailler avec des personnels réduits. Et même si des messieurs veulent venir, ils ne pourront pas parce que la place sera réservée aux femmes.... Donc, là c’est le gros handicap. On risque d'avoir des soucis. Et pas seulement dans notre fédération... », s'inquiète-t-elle, sans toute fois nier l'importance du sujet.

« D’ici 2028, on va voir... Bien sûr que l’idéal, c’est d'avoir autant de femmes que d’hommes. Mais à titre d'exemple, l’année dernière, sur environ 11.000 licenciés, on avait 1.200 femmes... Dans notre comité, c’est assez masculin, ce n'est pas facile de faire sa place, mais une fois qu’elle est faite, elle est faite ».


"Inviter les femmes à oser"

Afin de réagir face à ce problème de parité, il y a un effort préalable de sensibilisation à faire envers les femmes. Et Elisabeth Picaut s'y atèle. « Par exemple, à Libourne, le 18 septembre, on essaie de réunir toutes les féminines pour une concentration. » Objectif : se retrouver entre femmes pour sensibiliser celles qui ne sont pas encore engagées et « les encourager à prendre des responsabilités dans les structures »« Ce n’est pas toujours facile, mais on y arrive quand même... Une fois qu’elles ont de la volonté, qu’elles s’impliquent, tout le monde est content, bien sûr, mais elles n’osent pas. »

Kilian Lavaud
Par Kilian Lavaud

Crédit Photo : Elisabeth Picaut

Partager sur Facebook
Vu par vous
8799
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !