Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/10/19 : Le département de la Dordogne est placé en alerte orange pour orages jusqu'à mardi 6 heures. Un épisode orageux est prévu ce lundi entre 14 h et 18 h, avec une forte probabilité de phénomènes localement violents (fortes intensités de pluie, grêle)

10/10/19 : C'était un secret de polichinelle depuis la fin de semaine dernière, Michel Veunac a fait part ce matin de sa candidature pour un nouveau mandat de maire de Biarritz via un communiqué adressé à France 3. Ses proches en étaient déjà informés.

10/10/19 : Beynac : en attendant la décision de la cour administrative d'appel sur le fond du dossier, le Département de la Dordogne appelle à un rassemblement citoyen le 16 novembres aux allées Tourny à Périgueux pour demander la fin du chantier de la déviation.

09/10/19 : Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, est en déplacement en Béarn jeudi 10 octobre. Elle visitera l’entreprise adaptée APF France Handicap 64 à Sauvagnon avant de se rendre sur le salon de l’Inclusive Tour, à Pau, dédié à l’emploi et au handicap.

09/10/19 : La Rochelle : la Fête de la Science accueille 2 spectacles d’art de rue à Port-Neuf: "Martine, voyante des territoires" par la Cie Midi à l’Ouest et “Effractions Nocturnes“ de la Cie Illotopie… Les 11, 12 et 13 devant le Yacht club du Gabut. Gratuit.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

07/10/19 : Le prochain congrès des départements de France se tiendra à Bourges du 16 au 18 octobre, avant de faire sa 90e édition en novembre prochain à La Rochelle. Cette année voit célébrer le 230e anniversaire de la création des Départements.

04/10/19 : A partir de lundi 7 octobre, le Département de la Gironde réalise des travaux de mise en sécurité sur la voie verte située sur la RD 809, entre le carrefour giratoire d'Aquitaine et celui du Sauternais. Fin des travaux prévue le 28 octobre.

04/10/19 : Ce sont les 24 25 et 26 septembre 2020, sur la BA 106 à Mérignac, que se tiendra la 5ème édition de l'ADS Show, Salon leader dans le domaine de la maintenance aéronautique et spatiale, entre conférences, affaires et salon des métiers.

02/10/19 : Stéphane Kintzig est le nouveau Directeur Général de Congrès et Expositions de Bordeaux depuis ce 1er octobre. Il succédera à Vincent Grenié fin décembre, le temps d'assurer « une transition optimale » avec les équipes, les clients et les partenaires

01/10/19 : Suite à l'arrêté anti-pesticides pris à Poitiers, le maire, Alain Claeys, va rencontrer ce 2 octobre le président, Philippe Tabarin, et les représentants de la chambre d'agriculture de la Vienne pour échanger à ce sujet.

01/10/19 : Municipales Bergerac:La fédération PS de la Dordogne fait savoir ce mardi qu'elle condamne les propos haineux développés par le Rassemblement National dans un tract diffusé à Bergerac et apporte son soutien à Adib Benfeddoul face à ces attaques indignes.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/10/19 | Les Landes se dotent d’un nouveau site internet

    Lire

    Le Département des Landes lance un nouveau site d’information en ligne qui a pour objectif de permettre à chaque landais d’avoir une meilleure connaissance et compréhension des politiques publiques mises en œuvre. Un espace de contribution est également crée où chacun pourra proposer des articles, évènements, photos. Rdv sur Xlandes-info

  • 14/10/19 | Limoges, Ville-Santé de l’OMS

    Lire

    La Ville de Limoges vient d’être reconnue membre du réseau des Villes-Santé de l’Organisation Mondiale de la Santé. Grâce à cela, la commune souhaite renforcer son action sur la santé en affirmant la volonté d’améliorer l’état de santé et le bien-être de ses concitoyens en utilisant le levier des politiques publiques locales. Elle va s’inscrire dans le groupe de travail « Ville Sport Santé ».

  • 14/10/19 | Le Grand Dax lance Bonus Drive pour les trajets du quotidien

    Lire

    Le Grand Dax met en place une nouvelle application de mobilité sur le territoire des 20 communes de l'Agglo. Appelée Bonus Drive, cette application gratuite de covoiturage de proximité, permet de partager les déplacement habituel de courte distance (travail, courses, médecin, loisir,etc) tout en faisant des économies avec des trajets pour 0,10€/km, soit en moyenne 3 fois moins cher qu’un trajet seul au volant. Et un système de récompense (bonus) est mis en place pour les co-voitureurs réguliers. Téléchargeable depuis l’apple store et Google Play, l'application est active dès ce 14 octobre. Infos: www.grand-dax.fr

  • 14/10/19 | Un Salon du Bien être à Cenon

    Lire

    Le club d’entreprise Des deux rives et celui de Cenon (33) organisent la 8ème édition du salon Les rives du bien-être. L’événement se déroulera les samedi 19 et dimanche 20 octobre 2019 au complexe sportif de la Morlette à Cenon. Quatre-vingts exposants accueilleront les visiteurs avec pour objectif de faire découvrir une large palette de thérapies alternatives, de médecines douces, de techniques manuelles et produits voués au bien-être. Au programme aussi des ateliers, conférences et diverses prestations pouvant, pour certaines être payantes. Entrée libre.

  • 13/10/19 | Lascaux IV gratuit pour les écoliers et collégiens périgourdins

    Lire

    L'entrée à Lascaux 4 à Montignac, est gratuite pour les écoliers du primaire et les collégiens de Dordogne, du 1er novembre au 31 mars 2020, dans le cadre de sorties scolaires. Le département répond ainsi à une demande des enseignants qui estiment que les billets d'entrée coûtent trop chers pour organiser des sortie scolaires. La Sémitour, qui gère Lascaux, a accepté de baisser ses tarifs. Le département de la Dordogne prend en charge la compensation financière.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Émission 4 médias : une association bordelaise flouée par un grand groupe

21/04/2019 | Claire Mestre et Cheikh Tijaan Sow étaient les invités de cette émission mensuelle, consacrée à l'ethnopsychanalyse.

Claire Mestre et Cheikh Sow

Pour son rendez-vous mensuel sur O2 Radio en partenariat avec l'Écho des Collines et Aqui!, l'émission 4 médias a reçu Claire Mestre, psychiatre à l'Hôpital Saint-André de Bordeaux, et Cheikh Tijaan Sow, anthropologue formateur en participation citoyenne et artiste. L'échange est dédié à l'ethnopsychanalyse, l'accompagnement psychiatrique de patients migrants ne parlant pas français, et à l'association MANA, fondée par Claire Mestre et aujourd'hui disparue,après avoir été absorbée par un grand groupe. L'émission a été diffusée sur O2 Radio (91.3FM) le jeudi 11 avril à 19h.

Comment se soigner lorsqu’on ne parle pas la langue du médecin devant soi ? C’est pour répondre à cette question que Claire Mestre, psychiatre au CHU de Bordeaux et Cheikh Sow, artiste et anthropologue, ont échangé avec les journalistes d’O2 Radio, l’Echo des Collines et Aqui!. La praticienne est venue parler d’ethnopsychanalyse, qu’elle pratique dans le cadre de consultations transculturelles à l’Hôpital Saint-André de Bordeaux. Cette discipline peu connue est apparue en France dans les années 60, impulsée par Georges Devereux.

L’ethnopsychanalyse est une pratique complexe qui tient compte de l’histoire individuelle des patients, mais aussi les représentations culturelles associées à leurs problèmes. « L'ethnopsychanalyse est un outil qui tient compte au moins de deux éléments : la psyché et la culture, explique l’ethnopsychiatre. Pour cela, on fait appel à différentes théories, psychiatriques, psychanalytiques et anthropologiques, comme par exemple une disant que tout humain est doué d'un psychisme et d'une culture, tout bêtement, même si ça n'a pas toujours été une évidence en France ». Selon Claire Mestre, pour comprendre la souffrance des patients migrants, il est nécessaire de tenir compte de la psychothérapie standard – conflits intimes ou familiaux – mais aussi leur origine, leur culture. La thérapeute explique avoir démarré l’ethnopsychanalyse bénévolement au sein de l’hôpital, sans aucun statut. Petit à petit, l’institution lui a ouvert les portes et offert un poste au début des années 2000.

Des consultations parfois bouleversantes

D’après Claire Mestre, la consultation ethnopsychanalytique demeure complexe. « Le soin repose sur une équipe dont le motif est le soin par les mots. Mais nous avons aussi d’autres formes de soin : le ‘care’ anglais (prendre soin) plutôt que le ‘cure’ (soigner), à travers des ateliers de peinture, de musique ou d’écriture. Ce qu’il se passe au niveau artistique complète très bien le soin psychique ». Cheikh Sow reconnaît l’art comme langage universel : « peu importe votre langue maternelle, nous pouvons comprendre ce que dit votre corps, ce que vous chantez ou déclamez ». L’anthropologue se souvient être allé chanter en sénégalais dans une salle bordelaise. « Au sortir du concert, deux personnes sont venues me parler, et elles m’ont dit ‘On ne comprenait pas de quoi vous parliez, mais on savait que vous parliez de votre mère’, ce qui était vrai » ! s’amuse Cheikh.

Un corps de métier est venu se joindre à l’ethnopsychanalyse : l’interprétariat. Sans ces traducteurs, les patients ne seraient pas compris, et donc soignés avec difficulté. Pour Claire Mestre, « il faut avoir envie de traduire, c’est important, dans la mesure où les patients sont très souffrants, et l’interprète devient le premier destinataire de ces mots et maux ». Au-delà des récits parfois bouleversants que traduisent les interprètes, ils doivent faire des allers-retours linguistiques incessants, un exercice très intense psychiquement. Ainsi, « l’accompagnement des interprètes est obligatoire, dans la mesure où ils sont pris dans les émotions du patient et doivent les retranscrire », ajoute Claire Mestre.

MANA : l’association vidée de son âme

Claire Mestre a fondé l’association MANA. La psychothérapeute a eu cette idée en 1998, peu avant d’intégrer le service de psychiatrie transculturelle du CHU de Bordeaux. Selon elle, le milieu associatif est un « lieu de liberté et de la rencontre, même si c’est difficile ». Une partie des consultations d'ethnopsychanalyse se faisaient dans le cadre de MANA. L’association a d’ailleurs attiré l’attention de grands groupes travaillant sur l’économie sociale et solidaire. L’un d’entre eux, le groupe SOS Solidarités, propriété de Jean-Marc Borello – proche du Président de la République – a fait de MANA une de ses filiales en 2017. « Le groupe SOS a déformé les valeurs initiales et toute la créativité de MANA, pour essayer d’en faire quelque chose de structuré, sans respecter les salariés », poursuit Claire Mestre.

Alors présidente de MANA, la psychothérapeute raconte n’avoir eu aucun pouvoir. « Lorsque nous sommes devenus filiale de SOS, les statuts étaient tels qu’il n’y avait pas de Conseil d’Administration. Vous êtes président et CA en même temps. Nous n’avions plus d’adhérents non plus. En revanche, il existait un directoire, avec quatre voix, et la présidence qui n’en a qu’une. Ce statut rendait donc impossible l’existence d’un contre-pouvoir. C’est très hiérarchique et très vertical, ce que nous ignorions avant de nous engager ». Pour Claire Mestre, le groupe SOS a une conception singulière du salarié et du rendement économique, contraire à l’esprit associatif. MANA n’existe plus aujourd’hui, et Claire Mestre a fondé l'association Ethnotopies pour continuer son combat.  

 

L’émission est disponible en replay sur le site d’O2 Radio, et sur Soundcloud.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3797
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !