Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | En Dordogne, "L'urgence, c'est d'assurer la poursuite d'activité du laboratoire départemental"

17/12/2018 | Le laboratoire départemental d'analyse et de recherche à Coulounieix- Chamiers (24) a en partie été détruit par un incendie dans la nuit de samedi à dimanche.

dimanche matin, un incendie a ravagé une partie du laboratoire départemental de la Dordogne

Un incendie de grande ampleur a ravagé une bonne partie du laboratoire d’analyse et de recherche de la Dordogne jouant un rôle sanitaire très important. Le site qui emploie 120 personnes intervient dans trois secteurs : eaux et environnement, hygiène alimentaire et santé animale et a des clients dans tout le grand sud ouest et y compris internationaux. Ce lundi, au moment où les experts recherchent les causes du sinistre, élus, personnels et cadres du département, sous le choc, planchent en urgence sur la continuité des missions et le redémarrage des activités. Les dégâts sont considérables.

Depuis le sinistre de dimanche matin, nombreux agents du conseil départemental se sont rendus sur le site du laboratoire départemental d'analyse et de recherche, les larmes aux yeux, émus, inquiets sur le devenir professionnel. Ce lundi 17 décembre, très tôt dans la matinée, ce fut au tour du président du Conseil départemental, Germinal Peiro. Tous sont venus constater l'ampleur des dégâts : selon les sapeurs pompiers, qui sont parvenus à sauvegarder la partie administrative, 1000 m2 sont détruits dont une partie du laboratoire.  Par endroits, la toiture s'est effondrée, les vitres ont explosé sous l'effet de la chaleur. Ce lundi, la parole était aux experts pour évaluer le coût des dégats. "Entre le bâtiment et les matériels de pointe utilisés dans la partie chimie, le coût du sinistre avec les matériels à renouveler pourrait avoisiner les 15 millions d'euros, avance prudemment Marc Becret, le directeur des services du conseil départemental. "L'urgent, pour Germinal Peiro, c'est d'assurer la continuité du service et des missions du laboratoire. Il n'y a heureusement pas de blessé, ni de victime. Nous reconstruirons."

Germinal Peiro, président du Département  et Didier Bazinet, en charge de l'agriculture se sont rendus sur placeOrganiser un service minimum

Ce lundi, une cellule de crise a été mise en place pour organiser un service minimum, car pour l'instant, l'activité est au point mort. Ce laboratoire d'analyse et de recherche est un  des fleurons de l'analyse biologique à l'échelle nationale et dans certains domaines spécifiques à un niveau international. Pour mémoire, le laboratoire départemental d'analyse et de recherche intervient dans trois secteurs : eaux et environnement, hygiène alimentaire, santé animale. Les équipes encadrées par des docteurs en chimie, vétérinaires, en biologie, traquent l'infiniment petit. Au total 120 personnes réalisent les contrôles sanitaires des eaux de consommation humaine et de loisirs, les analyses de piscines, vérifient les rejets des stations d'épuration, interviennent dans tous les secteurs agro-alimentaires de la Dordogne, des abattoirs à la distribution, effectuent des recherches du prion responsable de la vache folle ou de la tremblante. Le site abritait aussi le Satese, qui compte 18 agents. 
"Le laboratoire départemental travaille pour plus d’une centaine de collectivités dont les départements de la Gironde, de la Charente, la ville de Limoges, des établissements hospitaliers (Périgueux, à Bordeaux)  ou encore d’entreprises  (la Sobéval, Lactalis) ", explique le président du département qui promet de tout faire pour que la clientèle du laboratoire n’ait pas à souffrir des conséquences collatérales du sinistre. Le Département s’attache d’ores et déjà à trouver des solutions pour assurer la continuité de leur activité professionnelle. Nous mettrons tout en œuvre pour reconstruire dans les meilleurs délais cet outil remarquable, qui s’était imposé comme l’un des fleurons de l’analyse biologique à l’échelle nationale." Germinal Peiro et les équipes du laboratoire ont reçu depuis l'incendie, de nombreux messages de solidarité, des présidents des conseils départementaux voisins. D'autres laboratoires, ceux des Landes, de la Gironde, ont proposé leur aide.  Les analyses les plus urgentes pourraient être transférées vers les laboratoires des départements voisins ( Gironde, Landes), ou plus loin, en Bretagne ou à Paris.

 Des pistes pour repartir avant une reconstruction 

Si la partie chimie du site a été entièrement détruite, le département vétérinaire semble avoir été peu impacté à l'exception de la suie qui recouvre tout. "Une des pistes, mais il est encore tôt,  est de rédémarrer l'activité dans la partie qui n'a pas été ravagée par les flammes. Mais nous ne savons pas dans quel état sont les outils et les matériels pour effectuer les analyses," précise Laurent Rey, responsable de la partie analyse. Les locaux administratifs, les salles de réunion ou encore la cafétéria pourraient également être transformés en laboratoire afin de relancer au plus vite l’activité. Au vu du développement de l'activité qui  était financièrement excédentaire, le conseil départemental avait d'ores et déjà prévu une extension des locaux et venait d'acquérir un terrain à proximité. La construction du nouveau bâtiment n'était pas programmée avant plusieurs mois mais ce projet pourrait être revu dans sa forme et accéléré. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude -Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
5348
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !