Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/06/20 | Océan: I Clean My Sea joue collectif contre la pollution plastique

    Lire

    La pollution plastique de l'océan est la 2ème urgence environnementale après le réchauffement climatique. Partant du principe que les fleuves sont le vecteur le plus important de contribution à cette pollution, la société I Clean My Sea, basée à Bidart, propose avec le soutien du Conseil Régional, l'exploitation d'un navire spécialisé pour la collecte et le tri des déchets flottants sur l'estuaire de l'Adour. Afin d'optimiser le repérage des déchets flottants, elle propose l'exploitation d'une application mobile permettant à tous les usagers de la mer d'aider gratuitement les marins dans leurs efforts de collecte.

  • 01/06/20 | La Rochelle : une piétonnisation progressive du centre-ville

    Lire

    Afin d'assurer la réouverture des bars et des restaurants, la ville de La Rochelle a décidé d'étendre temporairement ses espaces piétons. Objectif : étendre, voire créer des terrasses pour que les restaurateurs puissent travailler dans le respect des normes Covid. "Nous n'augmentons pas la capacité d'accueil, nous la répartissons différemment", précise le maire Jean-François Fountaine. La piétonnisation va s'effectuer dès le 4 juin au niveau du marché, et être étendue à partir de mi-juin.

  • 31/05/20 | Covid 19 : les personnels de l'hôpital de Périgueux pourront recevoir la prime de 1500 €

    Lire

    Les personnels de l'hôpital de Périgueux, mobilisés pendant la crise sanitaire, pourront toucher la prime Covid de 1500€. Le député de Dordogne Philippe Chassaing, qui a appuyé la demande auprès du gouvernement, l'a annoncé ce samedi 30 mai dans un communiqué. Il précise que "le chef d'établissement pourra en effet décider du relèvement de la prime à 1500€ dans les services au sein desquels les agents ont été particulièrement impliqués, dans la limite de 40% des effectifs de l'hôpital."

  • 31/05/20 | Covid 19: dépistage dans 40 communes de Creuse

    Lire

    Existence préoccupante d'un Foyer de contamination du Covid 19 en Creuse où un cas, parmi les professionnels de santé à domicile, a été détecté le 24 mai à Guéret et deux autres depuis. L'Agence Régionale de santé et sa délégation départementale ont donc mis en œuvre des tests collectifs auprès de 59 particuliers et 40 professionnels . En outre une campagne de dépistage est entreprise dans 40 communes du département qui va concerner près d'un millier de personnes, notamment âgées bénéficiant de soins à domicile.

  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | En Dordogne, la capacité d'accueil d'urgence en augmentation

15/11/2019 | 124 places en hébergement d’urgence seront ouvertes cet hiver en Dordogne, à Périgueux, Sarlat et Bergerac. C'est 21 de plus que le reste de l'année.

En Dordogne, le nombre d'appels enregistrés au 115 a augmenté en 2018 de 15 %

Le dispositif de veille hivernale se traduisant par une vigilance accrue vis à vis des personnes vivant dans la rue, est opérationnel depuis le 4 novembre. Il se caractérise par de l'accueil de jour, des maraudes, de la distribution de colis alimentaire et une augmentation des places de logement d'urgence, même si en Dordogne, les capacités d'hébergement ne sont pas à saturation. Le nombre de demandes est à la hausse : entre 2017 et 2018, les appels au centre 115 ont augmenté de 15 %. Environ la moitié concerne des demandes d'hébergement, les autres sont des demandes de prestations.

En Dordogne, il y aura une vingtaine de places supplémentaires d'hébergement cette année pour les personnes sans abri. Mercredi, la préfecture a présenté son plan d'urgence pour l'hiver, en collaboration avec les services sociaux et la dizaine d'associations et d'organismes qui accueillent les SDF.  
Chaque année, les services de l'Etat mettent en place un dispositif hivernal, pour mettre à l'abri les personnes en difficulté qui débute au début novembre. Ainsi, depuis le 4 novembre, les maraudes composées de bénévoles et de professionnels sont opérationnelles sur Bergerac et Périgueux : elles permettent de guider les personnes à la rue vers des points de distribution alimentaire ou vers des structures d'hébergement. "Ce sont des dispositifs pérennes, qui fonctionnent sur l'ensemble de l'année, pour mettre à l'abri toutes les personnes en difficulté, tient à rappeler le préfet Frédéric Périssat. Mais la chute des températures, comme c'est le cas en cette fin de semaine, occasionnent un accroissement des demandes, et par conséquent un renforcement des moyens proposés. La capacité d'hébergement d'urgence des sans- abri est de 103 places pérennes : 62 à Périgueux, 30 à Bergerac et 11 à Sarlat.

"Nous avons assez de place" assure le préfet

Au total, la préfecture annonce trois appartements loués pour cet hiver, principalement destinés à des femmes ou à des familles.  Des lits seront également rajoutés dans les hébergements habituels. En cas de grand froid sur notre région, douze chambres d'hôtel pourront également être louées pour héberger les sans-abris. Ce dispositif devrait permettre de répondre au plus grand nombre de personnes  à la rue.  "Actullement, nos capacités d'hébergement ne sont pas à saturation. Le taux d'occupation tourne autour de 90 % à 95 % en fonction du type de structures. Nous avons toujours la capacité à mobiliser une chambre d'hôtel. Mais, ce n'est pas le type d'hébergement qui convient le mieux pour ce type de personnes", précise le préfet Frédéric Périssat.
C'est le 115 qui devra gérer la régulation de ces places. En Dordogne, il est porté par l'association de soutien de la Dordogne et le Service d'accompagnement des familles en difficullté (Safed).  Un numéro qui a vu croître son nombre d'appel, +15% l'an dernier. Environ la moitié concerne des demandes d'hébergement, les autres sont des demandes de prestations (douche, accès aux soins, et colis alimentaire).

Modernisation en cours

Les structures d'hébergements vont subir d'importants travaux : dès janvier à Bergerac, la Maison d'accueil temporaire va s'installer dans des locaux neufs, et ainsi passer de 15 à 23 places. Elle disposera de chambres individuelles, d'espaces pour accueillir les femmes, notamment celles victimes de violences conjugales et elle  pourra désormais accueillir des familles. Il est aussi prévu que les horaires d'ouverture et d'accueil soient élargis, notamment sur les week ends.
Au printemps, c'est à Périgueux qu'il y aura du changement : les chalets de la Halte 24 du Chemin des Feutres à Périgueux seront remplacés par des mini-maisons construites dans des containers, avec 30 chambres individuelles et huit logements pour familles La capacité d'accueil de cette structure va ainsi doubler pour atteindre les 62 places.
Le coût annuel de ce dispositif de veille sanitaire mis en place par la préfecture est de 1,4 million d’euros. 900 000 euros sont consacrés à l’hébergement et 500 000 euros pour la veille sanitaire et les maraudes. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3016
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !