Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

27/09/21 : Mascaret, le festival occitan de Bordeaux et de la Gironde se lance ce 25 septembre à Bordeaux, avec la projection de deux documentaires de Patric La Vau sur notamment la fondation de l’occitanisme moderne. 20 rdv à découvrir jusqu'au 14 novembre ! Plus d

27/09/21 : Le 17 septembre, Lionel Niedzwiecki a été nommé directeur général du Festival Arte Flamenco dont les missions seront notamment de contribuer au développement territorial d’Arte Flamenco, de soutenir la création et l’émergence de nouveaux talents.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/21 | Coquelicontes en Creuse et en Corrèze

    Lire

    La 24ème édition du festival Coquelicontes se déroulera du 28 septembre au 10 octobre. Itinérant entre la Creuse et la Corrèze, ce sont près de 74 rendez-vous dans 57 communes qui attendent les spectateurs. Au programme : des balades, des goûters ou encore des veillées autour du conte. L'inauguration se fera le 28 septembre à 20h à la Cité de la Tapisserie d'Aubusson avec le spectacle « Chroniques des bouts du monde » de Kwal. Programme

  • 27/09/21 | Une soirée pour découvrir la Jeune Chambre Economique

    Lire

    Le 28 septembre à 19h30, la Fédération des Jeunes Chambres Economiques de Nouvelle-Aquitaine organise une soirée de présentation de l'association à destination des jeunes de 18 à 40 ans. A Agen, Bergerac, Bordeaux et Niort, la soirée se fera en présentielle mais elle aura également lieu en version dématérialisée. Billetterie et inscription

  • 27/09/21 | Girl's day à Bressuire (79)

    Lire

    Dans le cadre du plan « 1jeune, 1solution » et à l'occasion de la journée de la mixité dans l'emploi, la maison de l'emploi du Bocage dans les Deux-Sèvres, en partenariat avec la SNCF, organise mardi 28 septembre un « Girl's day : journée de la mixité ». Lors de cette journée, toutes les femmes sont invitées à la Cité de la Jeunesse et des Métiers pour découvrir les métiers de la SNCF notamment techniques, souvent considérés comme des métiers « masculins ».

  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | En Haute-Vienne, les établissements hospitaliers anticipent la progression de la pandémie

05/11/2020 |

1

Face à la seconde vague de Covid 19, le CHU de Limoges, la polyclinique ainsi que les centres hospitaliers de proximité ont commencé à mettre en place de nouvelles organisations en ouvrant des unités et en prévoyant d’augmenter le nombre de lits dédiés si la situation sanitaire venait à se dégrader. Actuellement, 134 patients sont hospitalisés en Haute-Vienne dont 93 au CHU mais des déprogrammations massives d’interventions ne sont pas envisagées.

En Haute-Vienne, la dégradation est plus marquée depuis la deuxième quinzaine d’octobre et les chiffres dévoilés par François Négrier, directeur départemental de l’ARS sont à la hauteur de l’inquiétude. « Le taux d’incidence a été multiplié par quatre dans la population générale en octobre avec 371,9 cas pour 100 000 habitants. Une embellie s’amorce avec 336,6 à J-3/J-9 mais c’est très fragile, nous ne pouvons pas dire si ce mouvement va s’inscrire dans la durée. Chez les plus de 65 ans, ce taux tombe à 218,8 en légère amélioration. Quant au taux de positivité, il atteint 16,1 % pour la population générale et 15,7 % chez les plus de 65 ans. »

La capacité à tester a fortement progressé ces dernières semaines avec actuellement, 8.000 tests effectués en moyenne par semaine et 200 personnes positives détectées par jour.

Le mois dernier, la Haute-Vienne arrivait en seconde position des départements les plus touchés de Nouvelle-Aquitaine derrière Pyrénées Atlantiques, le plus touché encore avec un taux d’incidence de 500 et un taux de positivité de 18,2 %. Aujourd’hui, un regroupement des autres départements s’opère avec toujours des écarts, par exemple, le taux de positivité est de 10,2 % en Charente-Maritime et le taux d’incidence reste très élevé en Creuse chez les personnes âgées. Le nombre de passages dans les services d’urgences progresse de même que les consultations de SOS Médecins pour suspicion de Covid (+8 %).

134 personnes hospitalisées pour Covid

En Haute-Vienne, 134 patients sont hospitalisés dont 7 en réanimation (deux en provenance de Lyon) et huit clusters sont identifiés en structures sanitaires et médico-sociales. Depuis le début de la pandémie, 55 décès ont été enregistrés. « La situation est plus marquée sur la deuxième vague avec 32 décès à savoir, 11 en septembre, 18 en octobre et 3 ce mois-ci » précise-t-il.

Au CHU de Limoges, le plan blanc a été déclenché depuis plus d’une semaine pour répondre à une situation tendue. Aujourd’hui, 93 patients sont pris en charge, la plupart en hospitalisation conventionnelle et SSR. « Le CHU n’est pas saturé, la situation est maîtrisée car nous anticipons une évolution que nous attendons encore plus importante que celle d’aujourd’hui assure Jean-François Lefèbvre, le directeur, elle diffère de celle du printemps car la région avait été épargnée. Au plus haut, nous avions eu 75 patients hospitalisés et nous n’étions pas en tension. Beaucoup d’activités avaient été déprogrammées par l’hôpital suite au confinement et nous sommes encore en train d’opérer des patients de cette période. Aujourd’hui, il faut combiner l’activité Covid qui augmente et non Covid qui reste importante depuis cet été. Cependant, le plan blanc ne remet pas en cause nos activités d’urgence.»

Les soins ne sont pas remis en cause pour les patients traités en neuro-vasculaire, cancérologie, cardiologie, chirurgie cardio-thoracique vasculaire, pédiatrie et maternité, l’activité de greffes rénales se poursuivant également. Des unités Covid dédiées séparées des autres services ont été créées dont  une de 15 lits au 3ème étage de Dupuytren 1, comme au printemps, et 8 lits en réanimation. Une nouvelle organisation est donc mise en place pour s’inscrire dans la durée. « Cette situation va durer des mois et nous nous organisons en conséquence notamment au niveau des ressources humaines car l’encadrement soignant dans les unités Covid est deux fois plus important avec une infirmière pour six lits. Des personnels sont donc redéployés en fermant des lits de certains services. »

Jusqu’à 150 lits Covid au CHU de Limoges

Pour renforcer les équipes, certains personnels travaillent également davantage en prenant en charge plus de lits, par exemple, l’équipe de réanimation fait fonctionner une deuxième réa à effectif constant. Actuellement, 8 % des capacités du CHU sont dédiés à des unités Covid, la direction a prévu d’atteindre 15 % si nécessaire. « Nous avons déjà identifié les lieux et les organisations pour assumer cette prise en charge pouvant aller jusqu’à 150 lits dédiés Covid en complément des autres services de l’hôpital où les prises en charge indiquées plus haut ne seront jamais remises en cause » assure le directeur.

Une école d’application de 1 500 m² a été ouverte au printemps dans les locaux du CHU pour former les personnels à la prise en charge de ces nouveaux patients, particulièrement en réanimation. Plus de 1 500 soignants ont déjà été formés et l’école ne désemplit pas. En outre, des déprogrammations massives d’interventions ne sont sont pas prévues. « Elles seront envisagées de manière progressive, proportionnée et adaptée au taux épidémique de chaque département en concertation avec les établissements hospitaliers » précise le directeur départemental de l’ARS.

Le laboratoire du CHU doit aussi gérer l’afflux de tests, soit 700 à 1 000 réalisés chaque jour la semaine dernière. « Nous recevons les prélèvements du centre de dépistage, de notre unité mobile, des établissements du groupement hospitalier territorial et des patients hospitalisés détaille le Dr Sylvie Rogez, virologue, depuis septembre nous venons en aide au CHU d’Agen qui nous envoie 200 tests par jour. » Quatre tests différents sont appliqués, semi-automatiques ou manuels, pour avoir une réponse en une heure pour les plus rapides, en 24 h voire en 48 h actuellement vu leur nombre croissant. Des étudiants sont venus en renfort pour communiquer les résultats aux patients par téléphone.

Des unités Covid ouvertes ailleurs

En plus des 93 patients hospitalisés au CHU, la polyclinique de Limoges et d’autres hôpitaux de proximité reçoivent également des patients positifs. A la polyclinique de Limoges, le plan blanc a été activé le 23 octobre. Une unité Covid de 15 lits est opérationnelle depuis un mois, cinq patients Covid sont hospitalisés, l’établissement accueille aussi des patients en gériatrie provenant du CHU non positifs. « L’objectif est de concilier les activités programmées et les urgences avec cette nouvelle unité qui est appelée à monter à 30 si besoin précise Thomas Roux, co-directeur, nous sommes obligés de fermer des lits en hospitalisation conventionnelle avec une baisse de l’activité d’environ 20 % en médecine et chirurgie pour augmenter nos capacités de cette unité . » Toutefois, le personnel commence à être à son tour touché par la pandémie. « Une vingtaine de personnels soignants ont été testés positifs et cela s’accélère depuis trois jours ajoute Cécile Blanc, co-directeur ce n’était pas le cas au printemps. » Le dépistage systématique s’accélère également sur les patients fragiles.

A l’hôpital de Saint-Junien, huit patients Covid sont soignés et un cluster de 24 résidents malades a été détecté la semaine dernière dans l’unité de soins longue durée. « Dix lits sont réservés aux patients positifs et l’objectif est de doubler si besoin assure David Jourdan, directeur délégué. »

A Saint-Yrieix-la-Perche, l’hôpital soutient aussi le CHU en prenant en charge 13 patients ainsi que six résidents de l‘EHPAD de Ladignac-le-Long, le plus important cluster du département avec 56 cas positifs, trois sont décédés. « Dix-sept lits sont dédiés aux patients Covid et nous pourrons monter jusqu’à 24 si nécessaire » assure Cyrille Harmel, directeur délégué. De plus, deux lits sont disponibles à l’hôpital de Saint-Léonard de Noblat et de Bellac avec la possibilité d’en ouvrir davantage si le nombre de personnes dépistées positives venait à augmenter.

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
4161
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !