Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

13/12/18 : La CCAS de Châtellerault organise ce samedi à la résidence Tivoli son marché de Noël. Lors d'ateliers manuels, les résidents ont réalisés des créations qui seront en vente lors du marché et dont les gains serviront à l'animation de la résidence.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Signature de la charte urbaine, architecturale et paysagère de Pessac le 13 déc. Elle entend garantir et préserver la qualité du cadre de vie des Pessacais en travaillant sur la qualité des espaces extérieurs, de la construction et des usages.

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

  • 14/12/18 | La Rochelle lance une nouvelle course au Nautic de Paris

    Lire

    L'agglomération de La Rochelle profite de sa présence au salon Nautic de Paris, du 8 au 16 décembre, pour présenter une toute nouvelle course, organisée en partenariat avec le Grand Pavois Organisation : le Défi Atlantique. Cette nouvelle épreuve en équipage est réservée aux Class 40. Le départ sera donné fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

  • 13/12/18 | Ouverture de la Patinoire et « Ice Party » à Villeneuve-sur-Lot

    Lire

    La patinoire revient à Villeneuve-sur-Lot du 15 décembre au 6 janvier, sous la halle Lakanal. Ouverte tous les jours de 10 h à 19 h (3 € les 30 min.), cette année, les jeunes du Villeneuvois inaugureront les nocturnes avec une soirée « Ice Party » proposée ce même jour de 20 h à minuit. Gratuit et réservé au 15-20 ans, cet événement sera animé par le DJ KM Events.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | En Lot-et-Garonne, la LGV sur de mauvais rails

26/06/2012 | En Lot-et-Garonne, les conseillers généraux de droite comme de gauche sont contre le projet de financement de la LGV. Ils réclament des aides européennes.

HEMICYCLE DU DEPARTEMENT DE LOT ET GARONNE

Lundi 25 juin. 17h. Après une journée de session extraordinaire autour de la Décision modificative n°1, les conseillers généraux lot-et-garonnais ont débattu de la LGV Bordeaux-Toulouse. C'est RFF qui prit en premier la parole pour présenter le projet, puis le cabinet Claraco pour parler de l'étude comparative entre la ligne actuelle et la LGV enfin, les élus, pour donner leur opinion. Si la plupart des conseillers préconise l'amélioration des voies existantes et désapprouve le plan de financement, d'autres au contraire veulent penser à l'avenir, à l'Europe et à l'attractivité du territoire...

« La grande vitesse constitue de mon point de vue un élément essentiel du renforcement de l'attractivité de nos territoires. […] Néanmoins [...] il n'est pas envisageable que le Lot-et-Garonne participe au financement des tronçons Bordeaux Espagne et Bordeaux Toulouse de la LGV pour un montant estimé entre 90 et 110 millions d'euros ». Le ton est donné ! Pierre Camani, le président socialiste du département, est pour la LGV mais contre son plan de financement. Il l'a déjà fait savoir, d'ailleurs, il y a quelques mois de cela à Alain Rousset, le président de la Région. Après cette introduction du Président Camani, Réseau Ferré de France prend la parole pour présenter une nouvelle fois ce projet de LGV (en janvier 2012, un premier échange avait eu lieu entre le CG47 et RFF). Un projet que le Réseau juge « utile, responsable et respectueux », et de rappeler les objectifs principaux, ceux de « réduire à 3h10 le temps de parcours entre Paris et Toulouse et d'augmenter de 2,4 millions le nombre de voyageurs entre Bordeaux et Toulouse ». Après cette intervention, les réactions des élus fusent. A droite comme à gauche on s'interroge. Pour Raymond Girardi, conseiller général de la majorité et membre de l'association ALTernative LGV, « les propos d'André Bayle de RFF sont confus. On ne décerne plus les différentes voies. Vous parlez 'efficacité du réseau', mais de quel réseau ? C'est trop généraliste ». Même son de cloche à droite. Michel de Lapeyrière, conseiller général de l'opposition regrette de ne pas avoir eu plus de précisions sur le montant total du projet et sur le nombre de voyageurs prévus.

Pertinence de la LGV peu probante d'après le Cabinet Claraco
18h20. C'est au tour des frères Claraco, du Cabinet du même nom, de rentrer en piste. Ces experts, qui se disent indépendants, ont été mandatés par le Conseil général et l'association ALTernative LGV pour réaliser une étude comparative des avantages et des inconvénients de la création de cette ligne et de la mise en voie rapide de la ligne existante. Une étude financée donc à 50% par le département. A coup de chiffres et de statistiques, et en s'appuyant sur 4 critères - temps, distance, confort et prix -, le Cabinet tente de démontrer les bienfaits et la non pertinence du projet LGV. Par exemple que la ligne actuelle ne présente pas de saturation, que les voyageurs sont fatigués après plus de 3h de trajet en train et aussi qu'avec l'utilisation des nouvelles technologies dans le milieu professionnel comme la téléconférence, les déplacements physiques sont limités. 18h50, fin de l'intervention du Cabinet. Pas de questions. Le président Camani invite, alors, les conseillers généraux à s'exprimer et à débattre en rappelant sa position « une position de principe, une position d'intérêt général mais sans certitude ». Pour lui, la LGV est un dossier politique avant tout. Et de conclure sur le financement. « La LGV nous coûterait 140 millions d'Euros plus 30 millions pour la RN21, ce qui nous ferait 170 millions d'Euros. Exactement le montant de notre dette ! Donc nous nous engagerions dans la voie du surendettement. Ce n'est donc pas un refus mais du bon sens ! »

Ce qu'ils ont dit...
Jean-Claude Guénin, conseiller général UMP : « Je ne suis pas convaincu que la LGV développe notre territoire. Je pense qu'elle bénéficiera plutôt aux grandes métropoles comme Bordeaux ou Toulouse. Et puis nous n'avons pas les moyens de nous payer quelques minutes de trajet en moins ».

André Touron, conseiller général UMP : « Je me pose la question de la pertinence de la vitesse. Regardez le concorde ! Maintenant, on l'admire dans un musée ! Je le dis tout net, je n'adhère pas à ce projet ! »

Catherine Pitous, conseillère générale PS : « Puisqu'on dit que ce projet à une portée nationale, pourquoi n'est-il pas financé par l'Europe et l’État ? Je vote contre ! »

Jean-Louis Costes, conseiller général UMP, chef de file de l'opposition : « Le Lot-et-Garonne va hériter des inconvénients et non des avantages de cette LGV. On aura perdu notre gare en centre ville. Nous sommes rentrés dans une course à la toute vitesse. Je serai plutôt favorable à une amélioration des voies existantes. »

Patrick Cassany, vice-président du Conseil général PS : « je ne suis pas convaincu que l'amélioration des voies existantes soit aussi pertinente que la LGV. L'intérêt de notre territoire est d'être desservi par une vraie LGV. Il faut bien comprendre notre situation géographique. C'est pénalisant pour nous, pour notre attractivité, d'être loin. Moi je suis favorable sur le principe. Cependant, il faut que les modes de financements soient revus. »

Michel de Lapeyrière, conseiller général UMP : « Il faut qu'on ait tous en tête le maillage européen et qu'on ait aussi le courage de se tromper ! Le plan de financement n'est pas possible aujourd'hui, certes ! Mais laissons le nouveau gouvernement s'installer, prendre connaissance du dossier, et nous proposer peut-être une alternative. Je réserve ma décision. »

Pierre Chollet, conseiller général DVD : « Nous avons à construire l'Europe. Je rêve d'une Europe qui soit reliée d'une manière ferroviaire, mais pour cela il faut qu'elle s'en charge financièrement ! »

Et du côté des Associations...
Lors de ce débat, les représentants des différentes associations anti-LGV étaient présents mais n'avaient pas le droit de s'exprimer. Cependant, dans l'hémicycle, des voix se firent entendre lors de l'intervention de RFF. A l'image de Claude Semin, président de l'Association « Défense du patrimoine de Caudecoste », qui pestait à chaque mot d'André Bayle. D'autres applaudirent à certaines interventions d'élus mais furent vite rappelés à l'ordre par le Président Camani. Avant cette session, les représentants des associations attendaient un vote des élus. Ce ne fut pas le cas, car c'était un débat. Un débat salué par tous les élus de droite comme de gauche pour sa bonne tenue démocratique.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : XC/CG47

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2642
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !