Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | En Lot-et-Garonne, Mission locale cherche parrains

26/04/2015 | La Mission locale de l'Agenais, de l'Albret et du Confluent cherche à étoffer son réseau de parrains afin de favoriser l'accès à l'emploi des 16/25 ans.

Rendez-vous le 28 avril à la mission locale pour s'informer autour du parrainage

Le mardi 28 avril, la Mission locale de l'Agenais, de l'Albret et du Confluent, située à Agen, organise une « rencontre parrainage* » dans ses locaux, à partir de 18h, en direction des acteurs du territoire. En effet, depuis 2001, l'association propose aux jeunes qu'elle accompagne d'être coaché, en plus du conseiller, par un parrain bénévole. Ce parrain a pour mission première d'aider ce jeune dans son parcours professionnel à travers divers dispositifs notamment la simulation d'entretiens d'embauche. Aujourd'hui, la Mission locale lance un appel pour attirer de nouveaux parrains...

Jeune, âgé, actif, retraité, maçon, cadre supérieur, homme, femme... peu importe le profil pour devenir parrain d'un jeune à la Mission locale de l'Agenais, de l'Albret et du Confluent, « il faut simplement être nourri de l'envie d'aider un jeune d'aujourd'hui », assure Virginie Le Corre-Steinbach, responsable du secteur emploi à la Mission locale. Mais attention, le parrain ne remplace en rien le conseiller. « Il a davantage une mission de coaching ou de tutoring ». Grâce à son expérience professionnelle le parrain pourra transmettre à son filleul ses connaissances du monde de l'entreprise par exemple ou encore l'aider dans la préparation d'un futur entretien d'embauche. « En fait la relation parrain/filleul est une relation à part entière », précise Aurélie Camin, conseillère généraliste en charge du « Parrainage ». Une relation qui permet de faire naître un lien intergénérationnel important. « Le parrain transmet ses connaissances. Il se sent utile, ce qui est très valorisant. Aussi, cela lui permet de découvrir les difficultés rencontrées par les jeunes d'aujourd'hui pour trouver un emploi », explique Virginie Le Corre-Steinbach. Être parrain un engagement citoyen peu contraignant Aujourd'hui, donc, la Mission locale de l'Agenais, de l'Albret et du Confluent cherche à étoffer son réseau de parrains afin de diversifier les profils et impulser une nouvelle dynamique. « Nous avons répondu à un appel à projet de la DIRECCTE et nous devons donc parrainer 50 jeunes cette année », détaille Virginie Le Corre-Steinbach. Être parrain est un engagement citoyen peu contraignant car « il ne prend pas beaucoup de temps, entre 2 et 8h par mois, mais cette durée peut évoluer, car c'est un peu à la carte », confie Aurélie Camin. En effet, une fois la relation de proximité bien installée, le parrain et le filleul s'entendent sur le mode de communication. « Certains vont préférer les textos, d'autres les appels téléphoniques. Tout dépend. Aussi quand on est parrain il ne faut pas hésiter à relancer le jeune... », tient à préciser la conseillère. Jeune-conseiller-parrain une relation tripartite... Et le conseiller n'est jamais très loin... « En effet, la parrain n'est pas seul avec le jeune, il peut se référer à tout moment à son conseiller. Si par exemple, le jeune décide de changer d'orientation professionnelle, ce n'est pas au parrain de gérer la situation. Il en fait part au conseiller. Aussi, et chose importante, le parrain n'a pas d'objectif de résultat. Il ne doit pas trouver un emploi au jeune, mais simplement, et c'est déjà pas mal, l'accompagner. » Enfin, une réunion mensuelle est organisée pour réunir les parrains et échanger autour des situations de chacun.
*Il existe deux formes de parrainage : le parrainage d'un ou plusieurs filleuls ou la simulation d'entretien d'embauche.
« Rencontre parrainage » le mardi 28 avril, à partir de 18h, à la Mission locale de l'Agenais, de l'Albret et du Confluent - 70 boulevard Sylvain Dumon, Agen - 05 53 47 56 62 - acamin@mission-locale-agen.org

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
1611
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !