Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/11/20 | Gironde : le Département va distribuer ses premiers kits sanitaires

    Lire

    Jean-Luc Gleyze l'avait annoncé le 16 novembre : le Département va distribuer 2 000 kits sanitaires aux jeunes en difficulté. Ces kits comprennent quatre masques réutilisables, un flacon de gel hydroalcoolique, du savon et une fiche conseil sur les comportements à adopter face au coronavirus. La première distribution de ces kits sanitaires par le Département se déroulera à Libourne ce mercredi 24 novembre à 15h dans les locaux de l'Association LEPI.

  • 24/11/20 | La vente directe accompagné dans les Deux-Sèvres

    Lire

    Dans le cadre de son Plan de Relance et en soutien aux circuits courts, le Département des Deux-Sèvres a crée un fonds de soutien de 300 000 euros pour développer la vente directe des agriculteurs. Fortement sollicité depuis sa création en juillet dernier, il a permis l'accompagnement de 32 projets de création ou de développement ont été accompagnés. Face aux nombreuses demandes, le Département a décidé de prolonger le dispositif et les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 31 mars 2021.

  • 24/11/20 | Les recharges pour vélos à assistance électrique se développent

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une aide de 42 900 euros à la société Sacha à Limoges pour son projet eBikeport qui est une station de recharge à énergie propre et avec des matériaux 100 % recyclés et recyclables. L’innovation réside tant dans le produit que dans le modèle économique puisque le client peut récupérer une partie de la somme investie grâce aux revenus publicitaires.

  • 24/11/20 | En Lot-et-Garonne, digitalisation des commerces de proximité

    Lire

    Le Conseil départemental, la Chambre de commerce et d’industrie, et la Chambre de métiers et de l’artisanat ont travaillé ces derniers jours à construire une offre complète, facile d’accès et gratuite pour accompagner les commerces de proximité dans leur digitalisation. Cette offre repose sur deux piliers : une market-place départementale - www.mavillemonshopping.fr/lotetgaronne et la géolocalisation des commerces et artisans proposant leurs services durant le confinement. Ainsi, malgré le confinement, les commerces de proximité vont pouvoir poursuivre les ventes de leurs produits et les clients de les acheter.

  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | En Nouvelle-Aquitaine aussi, le bio progresse fort

19/06/2019 | L'Assemblée générale de l'association Interbio, qui s'est tenue ce mercredi 19 juin à Saint-Martin-de-Laye, a été l'occasion de constater la bonne santé de la filière.

Jérôme Cinel Interbio

+22%. C'est l'évolution du chiffre d'affaires de la bio, désormais chiffré à 1,3 milliards d'euros, en Nouvelle-Aquitaine en 2018. Un élan significatif qui confirme les indices donnés début juin par l'Agence Bio au niveau national. Dans le contexte d'une PAC en pleine discussion, notamment au sujet du montant des aides à la conversion des agriculteurs, nous avons questionné le directeur de l'association interprofessionnelle régionale, Interbio, pour connaître son sentiment face à ces chiffres et aux défis qu'ils imposent devant une crainte d'industrialisation. Et à en juger par ses réponses, l'engouement va continuer...

À peine remis d'une perte en nutriments inquiétantes dans nos fruits et légumes, voilà que d'autres informations viennent de tomber du côté de l'industrie agro-alimentaire. Elle concerne un secteur qui, chaque année un peu plus, confirme l'engouement des consommateurs : le bio. Ce mercredi 19 juin, l'association interprofessionnelle régionale, Interbio, qui regroupe 250 organisations et opérateurs membres, a tenu son assemblée générale annuelle. Et en mettant le nez dans ses chiffres, on est franchement assez surpris par le bilan et la progression du bio à l'échelle régionale en 2018, autant en nombre de producteurs (6157 soit une augmentation de 15,5%) que d'hectares (276 000 soit +27%) ou de chiffre d'affaires (1,3 milliards d'euros soit +22%). Cet ensemble (auquel il faut rajouter une progression de 15,4% de la consommation de produits bio, fait donc de la Nouvelle-Aquitaine la deuxième région la plus développée en la matière au niveau national. Il faut dire que lors de son enquête annuelle, l'Agence bio avait déjà fait un portait plutôt flatteur de la progression de la consommation et de la production nationale. Le 4 juin dernier, elle précisait ainsi que la France avait franchi le cap des deux millions d'hectares cultivés en bio, soit 300 000 hectares supplémentaires rien qu'en 2018. Elle couvre désormais 7,5% de la surface agricole du pays, et l'objectif des 15% présenté en juin 2018 au travers du "programme Ambition bio 2022" ne semblerait presque plus si lointain. À la sortie de l'assemblée générale d'Interbio Nouvelle-Aquitaine, nous avons interrogé son directeur, Jérôme Cinel, pour avoir son point de vue sur ces chiffres et cette progression régionale significative. 

@qui.fr - 22% de progression dans le chiffre d'affaires, 27% d'hectares en plus en 2018... Ces chiffres confirment et surpassent même la tendance nationale de la progression du bio. Pourquoi, selon vous, on s'en sort mieux qu'ailleurs ? 

Jérôme Cinel, directeur d'Interbio - C'est dû au nombre d'agriculteurs qui souhaitent répondre à la demande sociétale, c'est à dire de fournir des produits sans pesticides et qui respectent le bien-être animal. En ayant structuré les filières, notamment avec l'engagement des coopératives et des transformateurs, on a réussi à convaincre beaucoup de gens de passer en bio. On répond aussi à la demande citoyenne, et comme elle continue de progresser puisque la consommation a augmenté de 15,4% l'an dernier, la production française suit l'élan. Régionalement, on a mis en place un Pacte d'Ambition Régionale pour l'Agriculture Biologique (signé en juillet 2017) au niveau de la Nouvelle-Aquitaine. Il concerne les pouvoirs publics et la profession pour avoir une stratégie de développement à cinq ans. À l'intérieur, on retrouve le mois de la bio dans lequel on a des actions de communication pendant tout le mois de novembre sur les 12 départements auprès de la production pour transmettre les besoins du marché en conversions. Ce pacte est là pour ceintrer et pour avoir une stratégie bien claire de développement, ce que n'ont pas les autres régions. 

@qui.fr - La loi EGAlim (accueillie un peu froidement par les sénateurs), promulguée en novembre 2018, et les États Généraux de l'alimentation en général ont-ils eu un effet dans cette poussée du bio ? 

J.C - C'est trop tôt pour le dire, on n'a pas de lisibilité de l'impact sur la première année dans les contrats qui ont été passés. Mais de notre côté, on avance aussi : dans la marque Bio Sud-Ouest qu'on souhaite développer, on intègre des critères du commerce équitable pour assurer une juste rémunération de chaque maillon de la filière. On vient d'ailleurs de refaire un nouveau logo produit.

@qui.fr - Hormis le fait de participer a l'élan des identifiants régionaux, quel est le but de cette nouvelle marque et quel est son "plan de bataille" pour séduire le consommateur ?

J.C - C'est un identifiant pour les consommateurs et les producteurs d'aliments qui ont été produits et transformés dans le Sud-Ouest et l'ancienne région Midi-Pyrénées. Face à l'appétence des consommateurs pour les produits bios locaux et aux questionnements face aux produits bio importés, on veut créer un identifiant qui permette de démontrer aux consommateurs que les produits bio locaux, c'est possible. Il va concerner tous les produits, sauf la volaille. C'est une vieille histoire : on a déposé la marque à l'INPI en 2006. Au début, elle servait pour des opérations de communication collective sur les salons. C'est devenu une marque produit en 2012-2013 lorsqu'il a fallu mettre un "chapeau Sud-Ouest" sur la production agricole locale. On avait déjà ce label, on l'a donc redéposé avec le Conseil régional dans le but de l'étiqueter sur les produits. Il a depuis été un peu renégocié après la loi NOTRe. Tout le système de contrôle et de cahier des charges est en place, on est dans une phase de recrutement des entreprises et des producteurs pour des actions en distribution qui devraient avoir lieu à partir de cet automne. On pourra trouver cette marque dans tous les circuits de distribution mais c'est une marque produit. Ça veut dire que ce sont les producteurs et les entreprises qui les mettent sur les produits à partir du moment où ils respectent les règles d'origine et de commerce équitable. Il faudra faire une demande de labellisation en certifiant l'origine et en validant un contrat entre le producteur et l'acheteur. C'est déjà contraignant parce que les contrats entre la production et la transformation ne sont pas si répandus. C'est un outil proposé à la filière pour s'identifier. La distribution attend beaucoup de ce dispositif, il nous appartient de convaincre les entreprises et les producteurs.

@qui.fr - Tous les secteurs progressent selon l'Agence Bio, notamment les grandes cultures. Est-ce différent en Nouvelle-Aquitaine ?

J.C - On a quand même noté cette année plus de conversions que d'habitude sur les fruits (la Nouvelle-Aquitaine est effectivement au deuxième rang national en maraichage et en arboriculture avec près de 10 00 hectares de surfaces fruitières et 4700 certifiés ou en conversion pour les légumes). Même si l'ensemble des productions progressent, cet atelier de production-là a plus de conversions que les années passées. Sur certains départements, on a des progressions à trois chiffres (en 2018, les surfaces en légumes et fruits bio ont augmenté de 42 et 37%). Il y a deux raisons principales : l'augmentation de la demande et la faiblesse qu'on a par rapport aux produits d'importation dans le domaine des fruits et légumes. Il y a donc une volonté de substitution à ces produits d'importation par des conversions locales plus importantes. On essaie de structurer des filières, y compris dans la transformation. 

@qui.fr - Cette accélération a aussi des conséquences sur l'emploi direct relié à l'agriculture bio : il a doublé en sept ans avec une croissance annuelle de 10%... Constate-t-on la même chose en région ?

J.C - Oui. Une exploitation bio emploie en moyenne un tiers de main d'œuvre en plus. Les entreprises de l'agro-alimentaire qui font des produits bio aussi recrutent plus parce qu'elles progressent plus vite en chiffre d'affaires, elles ont besoin de renforcer leurs équipes. Je pense que ça va continuer parce que si on regarde une photographie d'ensemble des pays européens, on voit que la consommation et la production progressent dans tous les pays. En France, on arrive à 5% des achats alimentaires en bio. Les pays scandinaves et germaniques, eux, sont entre 8 à 10%, je pense donc qu'on a une capacité à suivre la tendance de nos voisins, au moins jusqu'à 10%, soit un doublement potentiel du nombre d'hectares cultivés en bio en cinq ans. Dans tous les cas, on devrait toujours être autour de 15% d'augmentation du marché par an (les prévisions 2019 d'Interbio envisagent un chiffre d'affaire de 1,434 milliards d'euros). Le cap est passé et le regard sur la production bio a évolué de manière positive dans l'agriculture conventionnelle.

@qui.fr - Le 28 mai dernier, une pétition lancée par la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme, Greenpeace et le Réseau action-climat dans le journal Libération s'inquiétait du risque d'industrialisation de la bio suscité par cette démocratisation, et les risques, face à une manne financière importante, de voir la grande distribution imposer ses propres règles, notamment face aux règlementations européennes. Selon vous, est-ce à craindre ?

J.C - Je ne crois pas. Les règles de production et de transformation restent les mêmes, elles sont même parfois plus strictes et on va le voir dans les mois et les années à venir. La base des règles de production va rester identique. Que par contre, puisque c'est devenu un marché porteur, certaines grosses sociétés conventionnelles décident de faire du bio, c'est une évidence. Ça a déjà été et c'est déjà le cas. Il appartient aux organisations professionnelles de garder l'éthique et l'esprit, d'origine d'amener les grosses entreprises sur cette base de réflexion et de leur dire que de toute façon, si elles font du bio uniquement pour du business, elles ne vont pas pérenniser leur activité. Les grandes surfaces mettent l'accélérateur et augmentent leurs parts de marchés (49% en 2018) par rapport aux réseaux spécialisés bio alors que jusqu'à présent, on avait plutôt deux circuits équilibrés. Je pense que c'est quelque chose qu'il faut maintenir, mais cet appétit des grandes surfaces est justifié : c'est la gamme de produit qui progresse le plus en magasin…  

@qui.fr - Est ce que tout cela ne risque pas de rendre la différenciation du type de production bio plus difficile pour le consommateur ?

J.C - Ce sera à eux de faire des choix qui correspondent à leur éthique et à leurs désirs. Est-ce qu'ils veulent continuer à acheter du bio en grande surface ou aller dans les réseaux spécialisés. Pour la démocratisation du bio, c'est bien qu'il y en ait en grandes surfaces, mais il ne faut pas qu'elles aient l'exclusivité. Il y a des réseaux historiques qui sont très attachés aux relations avec la production et des conseils aux consommateurs qui peuvent être proposés au sein des magasins spécialisés. Pour tenter de valoriser ça, on organise le 25 juin une rencontre régionale à Jonzac dédiée aux réseaux spécialisés bio avec tous les produits régionaux, des entreprises et des producteurs. On a aussi une commission artisan qui leur est dédiée. Aujourd'hui, il y a 360 magasins en région, ils se développent mais moins rapidement.

@qui.fr - En 2019, quels freins restent identifiés pour continuer cette progression de la conversion en bio en Nouvelle-Aquitaine et en France de manière plus générale ?

J.C - On a des encore des pistes d'amélioration à proposer aux producteurs pour garder un niveau de rendement important et anticiper le réchauffement climatique. Il faut qu'on soit suffisamment bons pour accompagner techniquement les producteurs à la conversion. Il faut aussi s'assurer que les aides aux producteurs arrivent en temps et en heure, ce qui n'a pas été le cas durant les trois dernières années pour le FEADER. Mais la prise en compte de l'écologie est quand même plus importante à l'issue de ces élections européennes que lors de la mandature précédente. J'ai l'espoir que la prise en compte du bio soit donc supérieure, y compris dans les fonds FEADER... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7433
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Plaquette Nord Bassin Solidarite Société | 24/11/2020

Bassin d’Arcachon : commerces et clubs sportifs main dans la main !

Opération « Urgence Froid Bordeaux » dans la Maison éco-citoyenne de Bordeaux Société | 23/11/2020

Opération « Urgence Froid Bordeaux » : carton plein pour « Les Gratuits »

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 20/11/2020

L'hôpital de La Rochelle développe un outil précurseur pour anticiper les cas graves de Covid-19

La Maison Régionale des Sports de Talence Société | 18/11/2020

Coronavirus : le mouvement sportif néo-aquitain perd 165 000 licenciés

Travailleur en situation de handicap Société | 17/11/2020

Handicap et insertion professionnelle : naissance du passeport compétences "gestes barrières"

Illustration représentant Mathilde Puges et Maud Begon Société | 13/11/2020

Mathilde Puges, l'infectiologue bordelaise contaminée par la BD

statistiques pauvreté 2018 Société | 13/11/2020

« La crise est un révélateur de pauvreté » Christophe Vénien (Secours Catholique)

Les salariés de l'Atelier Remuménage pendant une livraison Société | 13/11/2020

Reconfinement : A Bordeaux l’Atelier Remuménage va plus loin dans la solidarité

Enquête Cyberlife Société | 11/11/2020

Cyber-harcèlement au collège : L'Université de Bordeaux mène l'enquête

Hopital mobile Bayonne Société | 10/11/2020

Bayonne accueille l'hôpital mobile déployé par le CHU de Toulouse

L'arrivée du train TER en gare de Bedous Société | 09/11/2020

La régularité des TER au coeur du comité de lignes Sud Aquitaine (Béarn)

Les ateliers du Mois de l'Innovation Publique en Nouvelle Aquitaine se dérouleront à La Base à Bordeaux Société | 08/11/2020

Mois de l’Innovation Publique : imaginer le service public du futur dans nos territoires

Shop in Limoges Société | 06/11/2020

Les commerçants de Limoges ont pignon sur rue avec « Shop in Limoges »

Le TER Nouvelle Aquitaine entre La Rochelle et Bordeaux Société | 06/11/2020

Perturbations à venir sur la ligne Bordeaux-La Rochelle

Le parcours Sud Ouest du tour de France 2021 Société | 05/11/2020

Le Tour de France de retour à Libourne après 28 ans !