Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/20 | Irrigation : les interdictions de prélèvement se prolongent avec l'automne

    Lire

    C'est presque exceptionnel pour la saison. La ressource en eau et notamment les nappes souterraines étant à la baisse, le préfet de Charente-Maritime a interdit jusqu'au 15 janvier 2021 les prélèvements d’eau en vue du remplissage ou du maintien à niveau des retenues à usage d’irrigation sur le bassin versant de l’Antenne Rouzille, qu'ils soient à partir de forages en nappe souterraine, de cours d’eau, les plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau.

  • 01/12/20 | Gironde : neuf rencontres pour imaginer la société du futur

    Lire

    Le Conseil départemental de la Gironde organise, jusqu'au 18 décembre, la dixième édition des conseils de territoire. Ce cycle de rencontres met la résilience territoriale au cœur des échanges, dont le prochain se déroulera le jeudi 3 décembre à Bordeaux dès 9h. Crise sanitaire oblige, ce conseil de territoire se déroulera en visioconférence en présence de Jean-Luc Gleyze, Président du Département, Christine Bost, 1ère vice-présidente en charge du développement des territoires et Jacques Respaud, conseiller départemental du canton de Bordeaux 5.

  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | En Nouvelle-Aquitaine, le niveau de sûreté nucléaire est « satisfaisant » selon l’ASN

06/07/2018 | L'ASN a dévoilé le bilan 2017 de la sûreté nucléaire des centrales de Blaye et de Civaux

Centrale de Civaux G

Alors qu’un rapport parlementaire d’une commission d’enquête vient d’être publié dans la journée du jeudi 5 juillet, demandant le renforcement du parc nucléaire français et la surveillance du travail des sous-traitants, l’ASN (Agence de sûreté nucléaire) dévoilait son bilan de sûreté nucléaire et de radioprotection en Nouvelle-Aquitaine sur l’année 2017. Si le rapport parlementaire dénonce certaines failles dans le parc nucléaire français, l’ASN considère que le bilan 2017 de notre région est globalement satisfaisant, même s’il reste quelques défaillances à corriger. Retour en détail sur les appréciations de l’ASN

A l’heure où la France s’interroge sur son avenir énergétique, la question de la sûreté et de la sécurité nucléaire reste plus que jamais ouverte aux débats. D’un côté, des parlementaires et des associations (Greenpeace…) qui veulent prouver que le parc nucléaire français n’est pas assez sécurisé, et de l’autre, les grands groupes tels EDF ou AREVA qui défendent leurs centrales. L’ASN, qui est une autorité administrative indépendante, s’occupe de la question de la sûreté nucléaire (des centrales) et de la radioprotection (domaine médical et industriel). C’est principalement l’Etat et les industriels qui gèrent la question de sécurité nucléaire (intrusions extérieures etc…).

Bilan des centrales nucléaires de Blaye et de Civaux

Au total, ce sont 134 inspections qui ont été réalisées par l’ASN sur l’ensemble des installations et activités nucléaires de Nouvelle-Aquitaine. Les centrales nucléaires de Blaye (33) et de Civaux (86) ont été inspectées à 35 reprises durant l’année 2017.  Deux ans après la mise en évidence d’anomalies concernant la fabrication d’équipements réalisés dans l’usine de Creusot Forge (propriété d’Areva), les mesures de surveillance sont toujours appliquées pour les réacteurs concernés, notamment à Blaye. L’ASN l’affirme, elle poursuivra le contrôle de la revue des dossiers des composants fabriqués à Creusot Forge et exige d’EDF un bilan avant fin 2018 pour autoriser le redémarrage de tous les réacteurs. De manière globale, les performances de la centrale du Blayais sont jugées satisfaisantes sur l’année 2017 et se situent dans la moyenne des centrales d’EDF. Sur 59 évènements déclarés à l’ASN, seuls 4 étaient de niveau 1 sur l’échelle INES (mesurant l’importance d’une anomalie sur une échelle de 1 à 7). Ils concernent des difficultés sur la planification et la réalisation des essais garantissant le bon fonctionnement du matériel, une qualité de documentation jugée « perfectible » pour le bon déroulement des essais, un manque de confinement suffisant des effluents radioactifs liquides (rejets dans le sol) ainsi qu’une insuffisance de contrôles sur les quantités de fluides frigorigènes rejetés. Côté progrès, l’ASN souligne le bon déroulement des travaux lors de l’arrêt des quatre réacteurs pour maintenance et rechargement en combustibles, et une amélioration de la propreté radiologique des chantiers pendant l’arrêt des réacteurs (faible dose de rayonnement reçue par les intervenants).

Concernant la centrale de Civaux, située dans la Vienne, 3 évènements de niveau 1 ont été déclarés. Comme pour 2016, ils concernent toujours les anomalies de l’acier des générateurs à vapeur, soumis à des restrictions pour limiter le taux de carbone de ces derniers jugé trop élevé. Le réacteur 1 avait d’ailleurs été arrêté en février 2017 pour effectuer des contrôles. Suite à ces contrôles, estimant qu’il n’y avait pas de dangers majeurs, l’ASN a donné son feu vert au redémarrage de ce réacteur. Cependant, des difficultés dans la réalisation des activités de maintenance lors de l’arrêt pour rechargement en combustibles de ce même réacteur 1 ont été relevées. Elles concernent notamment des difficultés dans la mise à la disposition pour les prestataires des moyens nécessaires pour réaliser cette maintenance. Cet accroc mériterait d’être surveillé à l’avenir, d’autant plus que le débat sur la sous-traitance en matière de sûreté nucléaire vient de s’ouvrir. Enfin, comme pour la centrale de Blaye, l’ASN demande une meilleure gestion de confinement des effluents radioactifs liquides.

Nouvelle réglementation pour 2018

Dans le domaine médical, peu d’anomalies à relever, excepté une réglementation des expositions des travailleurs aux rayons ionisants dans les blocs opératoires non respectée par les chirurgiens.  De nouvelles dispositions en matière de radioprotection liées au changement du code du travail et du code de la santé publique sont entrées en vigueur le 1er juillet dernier, dans le but de renforcer la protection de personnes exposées. L’ASN s’adaptera à cette nouvelle réglementation pour les contrôles sur l’année 2018. Enfin, un dernier point à suivre, l’ASN demande aux centres médicaux de mieux surveiller leurs prestataires lors de transports de substances radioactives (elle demande plus d’audits de contrôles). Si l’ASN considère que le niveau de sûreté nucléaire et de la radioprotection reste globalement satisfaisant, les défaillances minimes relevées, notamment liées lors de recours à des prestataires, risquent d’alimenter un peu plus le débat sur la sous-traitance dans le domaine du nucléaire.

Nicolas Laplume
Par Nicolas Laplume

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
3988
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !