18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Entre Aviron Bayonnais et Biarritz Olympique les convulsions du rugby basque

23/02/2014 | Dernier épisode du feuilleton, vendredi soir, Alain Afflelou annonçait sa démission du poste de président de l'Aviron Bayonnais.

Philippe Neys remplace désormais Alain Afflélou à la tête de l'Aviron

A défaut d'être florissant sur le terrain, on peut dire que cette saison le rugby basque ne manque pas de piment dès que l'Aviron bayonnais et le Biarritz olympique gagnent les vestiaires. Les amateurs de l'Ovalie ont l'impression de revivre Dallas, avec Alain Afflélou dans le rôle de JR et Serge Blanco dans celui de Bobby Ewing, le faux gentil. Quant aux amateurs de bande dessinée et de Lucky Luke, ils retrouveraient dans la rivalité des Ciel et blanc et des Rouge et blanc la guéguerre qui opposait les O'Timmys et les O'Hara. Si ce n'est que la série se joue, si l'on peut dire, en deuxième partie de soirée, dans le fin fond du classement du Top 14!

Dernier épisode du feuilleton, vendredi soir, Alain Afflelou annoncait sa démission du poste de président de l'Aviron Bayonnais. Un remake. D'abord par l'intermédiaire du site du club vers 17 heures, avant d'inviter la presse, grand seigneur, dans la résidence secondaire qu'il a rachetée au célèbre styliste Karl Lagerfeld pour confirmer l'évènement. "Je ne veux plus être président tout simplement parce que ma vie professionnelle et ma vie tout court me mènent à être à Londres. De Paris, c'était déjà difficile, de Londres c'est encore plus compliqué. Aujourd'hui, je serai président du Conseil de surveillance, je resterai le premier actionnaire et le premier partenaire du club."

Un président venu du bâtimentPour ajouter du panache à l'évènement, le lunetier était accompagné de trois joueurs, d'un des entraîneurs, Christian Lanta, mais aussi de son successeur, Philippe Neys et son nouvel adjoint, Manu Mérin. Deux chefs d'enteprise fort connus au Pays basque. Le premier, directeur d'une entreprise du bâtiment (ETPM), installée à Arcangues est un des principaux mécènes des équipes de rugby du sud, mais aussi de la pelote basque. La retraite du maire Jean Grenet et sa notoriété l'ont même poussé à se lancer en politique aux côtés de l'UMP Sylvie Durruty, en dissidence avec le candidat officiel de l'Union UMP-centre Jean-René Etchegaray. Chacun sait à Bayonne combien les Grenet, père et fils, étaient impliqués dans le fonctionnement du club-phare d'Entre Nive et Adour. A savoir si Philippe Neys dans cette nouvelle configuration politique a choisi le bon cheval. Deuxième larron, Manu Merin, un personnage d'origine espagnole et qui a été le premier à lancer les fameuses planchas avec sa société Forge Adour. Il fut le président de l'Aviron bayonnais foot à l'époque de sa splendeur, notamment quand, sous la direction de l'entraîneur Christian Sarramagna et en Nationale, il vint à bout des Girondins en Coupe de France. Etait présent aussi Philippe Ruggiéri, le bras droit, d'Alain Afflélou qui se retrouve "président d'honneur..."

Derrière il y a la fusion avec le BOBeaucoup se demandent, alors que l'Aviron se trouvait ce samedi en douzième possition du Top 14, donc proche de la rélégation, si le moment était vraiment bien choisi pour ce genre de nouvelle qui aurait de quoi destabiliser un effectif fragile. D'autant que cet après-midi l'Aviron recoit...le RC Toulon. Alain Afflelou a sur le sujet tapé en touche en déclarant qu'il le faisait "pour le bien du club", que l'on entre dans la période des budgets et des transferts de la saison prochaine. Argument auquel les supporters pourraient rétorquer que le club n'est pas sûr de faire partie de l'élite en 2014-2015.

En réalité, ce petit chambardement répond à une urgence: relancer les négociations avec le BO pour la fusion. Fusion à laquelle le bras droit d'Alain Afflélou devenu président d'honneur, Philippe Ruggieri était hostile. Que Serge Blanco ne souhaitait plus avoir comme interlocuteur d'autant qu'il avait semé un doute sur la santé des finances du BO. Biarritz qui a certes gagné courageusement hier contre Grenoble (20-22) a quasiment les deux pieds en Pro D2. Déjà ses joueurs cadres, comme Yachvili et Traille ont préparé leurs valises. Une situation à laquelle Serge Blanco s'est résigné. Un Serge Blanco qui voudrait malgré tout rester en première ligne. Chacun sait qu'il attend le départ du Basque Pierre Camou, pour postuler à la présidence de la Fédération de rugby. Président d'un club en Pro D2, est moins visible que parmi l'élite. Or Bayonne est à ce jour a priori mieux placé pour rester en Top 14.

Hasard du calendrier, le prochain match qui attend les frères ennemis est le derby du début des temps. Une triste confrontation en réalité compte-tenu du contexte sportif qui n'a plus de beaucoup de goût. Mais dont l'intérêt se trouvera aussi dans les vestiaires. Pour ne pas dire les coulisses après le coup de sifflet final.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1079
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !