Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Entre les Lignes: La pilule est amère, Marion Larat.

13/01/2014 | Marion Larat parle au nom de toutes celles qui ont subi dans leur chair une atteinte grave due à la prise d'un contraceptif hormonal.

Marion Larat

Marion Larat était ce mercredi chez Mollat à Bordeaux, autant dire chez elle, puisque cette jeune femme qui signe aujourd’hui chez Stock « La pilule est amère » est bordelaise. Elle revient sur son expérience douloureuse : en 2006, alors qu’elle a 18 ans et que depuis trois mois elle prend la pilule, alors qu’elle se prépare dans la salle de bain pour un rendez-vous avec son amoureux, dans cette même salle de bain elle s’effondre. Son père la découvre presque sans vie. Elle est transportée d’urgence au CHU de Bordeaux, dans cet état de flottement entre la vie et la mort. Marion avait alors l’âge de s’engager dans une voie qu’ouvrait un avenir prometteur (bonne élève, première de sa classe prépa, en attente des résultats de concours des écoles de commerce), belle jeune femme amoureuse, belle jeune femme bien dans sa vie et dans ses baskets. Marion s’écroule, sa famille avec, tous glissent vers un abîme qui frise dangereusement avec l’irrémédiable. Tout cela à cause d’une pilule, une micro pilule, un concentré d’indépendance et de liberté, hélas mâtiné de danger et de mort. Ce que Marion ne savait pas, de nombreuses femmes commencent tout juste à l’apprendre, il serait temps.

Il serait temps en effet de remettre les choses à leur juste place. La liberté des femmes d’accéder à la contraception en phase avec une réelle liberté de choix ; cette liberté là aux seules mains des femmes et non dans l’escarcelle toute puissante de ceux qui  y ont vu un objet de bénéfices. Quand Marion Larat va voir sa gynécologue pour obtenir un moyen de contraception, celle-ci lui prescrit d’emblée la pilule, sans proposer d’autres solutions. Pire, celle-ci lui prescrit, en première intention, une pilule de troisième génération. Sans examen préalable, alors qu’une prise de sang aurait décelé un facteur essentiel : le facteur II de Leiden, anomalie de la coagulation du sang, anomalie qui n’est pas si rare mais dont beaucoup de gynécologues négligent le dépistage, qui pourtant sauverait des vies, éviterait bien des morts. Marion, comme tout un chacun qui remet un moment de sa vie au bon jugement d’un médecin, avait confiance. Une part de sa douleur est aussi contenue dans cet abus de confiance là. Un délit de mépris.

Car la colère nait bien souvent de l’indifférence de l’autre : le déni des accents gravissimes du mal encouru, la non reconnaissance de la responsabilité d’un praticien inconscient. Le drame de Marion, et de toutes celles tombées comme elle, est résumé par deux mots assassins car honteusement réducteurs : « aléa thérapeutique ». Marion qui a failli perdre sa voix, aphasique après son AVC, la porte aujourd’hui bien haut. Première à porter plainte, elle déclare vouloir agir pour éviter la souffrance ou la mort pour d’autres femmes, pour porter assistance aux personnes en danger. Et grâce à elle, grâce à ses proches qui ont tissé autour d’elle une toile d’amour et de force, les choses commencent à bouger, mais le chemin est long. Ce n’est qu’un début, Marion continue le combat ! She's still standing !

« La pilule est amère » paru chez Stock, est un livre à lire, car loin d’un appel à la larme à l’œil, il est un appel à la vigilance et à la dignité. Dignité de ces femmes qui longtemps ce sont battues pour leurs droits, et qui doivent plus que jamais élever la voix pour choisir leur juste voie. Un témoignage courageux et un message à diffuser, haut et fort, partout où sera piétiné ce droit essentiel de chacun, de chacune, à rester maître de son destin. Ça va faire parler ? Tant mieux !

Pour information consulter www.avep-asso.org

Anne Duprez
Par Anne Duprez

Crédit Photo : Stock

Partager sur Facebook
Vu par vous
2423
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
dubois | 14/01/2014

bravo et merci pour cet article, et bon courage à marion et à ses proches
francoise dubois(maman d'une "rescapée")

anne donohue | 14/01/2014

Il existe déjà un livre "Amère pilule" écrit par le dr Ellen Grant et avec préface du prof. Lucien Israel. Le livre décrit la "vérité sur le contraceptif chimique", qui peut déclencher de nombreuses pathologie. Le livre date de 1988. Et les femmes continuent de prendre la pilule...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !