Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/01/20 : Initialement prévue jusqu'au 2 février, l'exposition d'art contemporain QUASAR est prolongée jusqu'au dimanche 23 février à l'Espace des Arts à Pau : une chance, si vous ne l'avez pas encore vue!+ d'info

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/01/20 | Le chômage recule en Nouvelle-Aquitaine en 2019

    Lire

    Le taux de chômeurs en catégorie A, sans activité et tenus de chercher un emploi, a diminué de 4,3% sur l'année 2019, là où au niveau national la baisse est à 3,3%. Ainsi, il y a 492 800 chômeurs de catégorie A, B et C en Nouvelle-Aquitaine en moyenne au dernier semestre 2019, un repli de 3,7% par rapport à 2018. Les Deux-Sèvres connaissent la plus forte baisse avec -6,2% de chômeurs toutes catégories. L'emploi intérimaire bénéficie d'une faible hausse (+0,1%) et concerne 68 100 travailleurs au mois d'octobre 2019.

  • 28/01/20 | Bordeaux: Le Passeport Escales se jette à l'eau

    Lire

    Levez les amarres ! Le Passeport Escales organise sa journée annuelle jeudi 30 janvier prochain, de 10h15 à 16h30 à Bordeaux, au Village By CA Aquitaine (11 Cours du 30 Juillet). L’occasion de découvrir ce passeport en partenariat avec Atout Port, qui offre des nuits d’escales gratuites dans des ports de toute l’Europe. Pour assister à cette journée animée par Claire Saphore responsable filière mer et tourisme Crédit Agricole et Marina Le Corguillé, directrice du développement Atout Ports, réservation obligatoire à claire.saphore@ca-aquitaine.fr

  • 28/01/20 | Michelin : moisson d'étoiles en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le palmarès de l'édition 2020 du guide Michelin a été dévoilé ce lundi à Paris. Christopher Coutanceau, chef rochelais, y obtient une troisième étoile et vient ainsi côtoyer Michel Guérard et ses "Prés d'Eugénie". Au total, en Nouvelle-Aquitaine, dix nouveaux restaurants se voient décerner une première étoile dont trois à Bordeaux, un à Biarritz (Alexandre Bousquet) et un duo à Saintes (Jérôme Dallet et Coralie Le Diraison). Avec son restaurant du Pyla-sur-Mer "Le Skiff Club", le chef Stéphane Carrade, lui, gagne une deuxième étoile.

  • 28/01/20 | Rentrée sportive pour les jeunes de l'antenne catamaran Royan Atlantique

    Lire

    Après un début d'hiver au repos, retour à l'entraînement pour les jeunes navigateurs du Pôle d’Entraînement Régional Royan Atlantique. Les sportifs de 11 à 18 ans remonteront sur leurs bicoques le mercredi 29 janvier à 16h30 à la base nautique de Saint-Georges-de-Didonne. En plus de cette antenne catamaran, la Nouvelle-Aquitaine compte cinq autres pôles régionaux avec Claouey, Arcachon, Hourtin, Lacanau et La Rochelle.

  • 28/01/20 | En Dordogne, le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 4 % sur un an

    Lire

    La Dordogne a vu son nombre de chômeurs de catégorie A (sans emploi) baisser de 1,4 % au 4e trimestre 2019, soit 270 chômeurs de moins sur l'ensemble du département entre le 3e et le 4e trimestre. Sur un an, la baisse du chômage en Dordogne est de 4%. On compte aujourd'hui 19 440 demandeurs d'emploi. En ce qui concerne les demandeurs d'emploi qui sont inscrits à Pôle Emploi sans activité ou avec une activité partielle (catégories A,B,C) la baisse est de 1,6% au quatrième trimestre 2019 et 3,7% sur un an.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Ernesti : une affaire de famille(s)

24/03/2019 | Quentin et Séverine Zakoïan sont frère et sœur. Ils ont fondé Ernesti ensemble en 2017.

Séverine et Quentin Zakoïan, fondateurs d'Ernesti

Quand l'utile se joint à l'agréable. Quentin Zakoïan est un jeune entrepreneur bordelais. Avec sa sœur Séverine, il a fondé en 2017 Ernesti, une entreprise d'aide à la personne. La création de son entreprise lui a valu d’être demi-finaliste du Prix Agipi en janvier, un prix qui récompense des entrepreneurs. Ernesti met en relation des étudiants du domaine de la santé avec des familles dont un membre nécessite un accompagnement particulier ou juste une compagnie nocturne. La présence des étudiants permet de décharger les aidants pour qui la situation n’est pas toujours aisée.

Quand les études bousculent vos projets. Avant de fonder Ernesti en juin 2017, Quentin Zakoïan avait fait une césure, entre la deuxième et la troisième année d’études d’ingénieur pour réfléchir à son futur, qui s’orientait alors vers du conseil ou du management. « Quand est venu le moment de choisir ma spécialisation de dernière année, j’ai remarqué un parcours d’entrepreneur proposé par l’école », précise Quentin. Ce dernier s’est immédiatement senti attiré par l’entrepreneuriat du fait de sa curiosité, confronté à la peur de s’enfermer dans une zone de confort. Au cours de sa réflexion sur le domaine dans lequel il voulait s’implanter, il s’est souvenu d’une discussion avec sa sœur Séverine à propos d’une entreprise référence dans le secteur de l’aide à la personne. Dans ce secteur « ça marche beaucoup par le ‘je connais quelqu’un qui connait quelqu’un’, mais sans vrai cadre. Avec le nombre d’étudiants dans le domaine de la santé, nous [Quentin et sa sœur] nous sommes dit qu’il y avait quelque chose à faire ».

Un manque d’accompagnement nocturne

Avant le lancement de l’entreprise, Quentin et Séverine Zakoïan se sont adressés à des étudiants, des directeurs de maison de retraite, des infirmières libérales, des gériatres et des familles pour savoir quels étaient les besoins dans ce secteur qualifié de « compliqué et peu transparent ». Ce qui ressortait de cette enquête, selon eux, c’était le manque d’accompagnement nocturne. Par exemple « si une personne âgée tombe la nuit, dans un tiers des cas elle sera dirigée vers l’hôpital. Au bout d’un moment, cette dernière n’arrivera plus à se relever, et même si elle ne s’est rien cassée, les nuits suivantes seront traumatiques ». Mais Quentin Zakoïan l'assure « Nous ne sommes pas là pour remplacer les professionnels du secteur, mais nous nous insérons plutôt en complémentarité de ces services, et notamment la nuit ».

 

Une accompagnée et l'étudiante qui la suit

 

Créer une relation de confiance

Afin d’assurer un bon accompagnement des familles, Ernesti a eu l’idée de recruter des étudiants en médecine, paramédecine ou en soins infirmiers. Cette dernière catégorie est très polyvalente, selon Quentin Zakoïan. En effet, « avoir des étudiants en soins infirmiers nous permet de les proposer à des familles qui ont des dépendances ou des pathologies plus complexes ». Pour Quentin, les étudiants qui rejoignent Ernesti, au-delà d’avoir un revenu complémentaire, possèdent une première expérience dans le domaine de leur cursus.

Mais il n’est pas question uniquement d’accompagnement et de santé pour Quentin et Séverine Zakoïan,la confiance est primordiale. « Les étudiants créent un lien avec les aidants et l’accompagné.e, souligne Quentin, nous voulons faire naître une habitude de présence. C’est un travail sur le long terme ». Le lien intergénérationnel est également important pour ces jeunes qui sont impliqués dans des études chronophages et qui ne peuvent pas forcément voir leur famille en dehors des vacances scolaires.

Quentin se souvient avoir été contacté par une responsable de centre communal d’action sociale, qui lui a proposé de rencontrer une aidante, très intéressée par le concept d’Ernesti. Cette dernière fut la première cliente de l'entreprise. Le lancement a eu lieu en juin 2017, avec l’accompagnement de cette première famille pendant neuf mois. « Nous étions encore nourris d’incertitudes à ce moment-là, ajoute Quentin, nous ne savions pas comment la famille ou la personne accompagnée accepteraient les étudiants. Finalement, tout s'est bien déroulé ».

 « Une présence rassurante »

« G » est une aidante bordelaise. Elle a demandé à rester anonyme. Un de ses proches a subi une hospitalisation suite à une dégradation brutale de sa santé en fin d’année 2018. Ce dernier souffre de plusieurs pathologies cérébrales affectant ses capacités motrices et cognitives. Lors de l’hospitalisation de son/sa proche c’est une assistante sociale qui a parlé à « G » des services proposés par Ernesti. « Nous trouvions l’initiative très intéressante, explique « G », et puis la question de l’accompagnement de mon proche s’est posée dès sa sortie de l’hôpital ». En effet, pendant les mois durant lesquels le patient était suivi par les étudiants d’Ernesti, « G » et sa famille ont pu respirer un peu.

L’aidante salue également l’implication de Séverine Zakoïan. « C’est une personne très compréhensive, qui a su prendre le temps d’être présente avec nous. L’empathie, l’écoute et la réactivité dont elle a fait preuve m’ont rassuré. Ce n’est pas toujours simple de faire confiance dès le départ, Séverine a su instaurer un très bon climat ». « G » ajoute que la présence d’étudiants spécialisés dans l’aide à la personne est très rassurante : « savoir que ce sont des jeunes compétents, avec une approche vraiment humaine nous a fait du bien. Ils sont face à des cas concrets ».  L’accompagnement du proche de « G » aura duré plusieurs mois, avec une présence quasi-quotidienne. A ce jour, Ernesti a accompagné un peu plus de 25 familles pour un total de 400 nuits à Paris, Bordeaux, Strasbourg, Toulouse, Cannes et Nice.

Pour faire appel aux services d'Ernesti : 07.69.63.12.57

Plus d'informations sur le site web d'Ernesti.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Ernesti

Partager sur Facebook
Vu par vous
3311
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !