Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/06/18 | Marché et pique-nique de producteurs à Lormont

    Lire

    Dimanche 24 juin de 10h à 17h les producteurs du Drive Fermier Gironde organisent leur 2ème marché au Château de Valmont: vente directe de produits fermiers locaux, restauration dans un esprit pique-nique, baptêmes de poneys (10h-12h) et animaux de la ferme (14h-16h)! Au menu : canard ou burgers de la Ferme Gauvry, assiettes de légumes et samoussas du Jardin des Demoiselles, salades de pâtes et sandwiches de la Ferme de Fontaud, pâtisseries de la Ferme de Martineaux, cerises et jus de fruits des Coteaux des Fargues, bières et limonades de la Brasserie Saint-Léon et les vins du Château Marceaux.

  • 20/06/18 | Un nouveau topoguide de randonnée pour la Charente-Maritime

    Lire

    Charente Maritime Tourisme vient d'éditer une nouvelle version de son topoguide de randonnée. Avec la Fédération française de randonnée, elle a sélectionné 37 chemins les plus emblématiques du département, sur les 350 circuits existants (soit 3500 km balisés). Le territoire est notamment traversé par 5 itinéraires de Grandes Randonnées (GR), les GR36, 360, 4 et 655, ce dernier étant une chemin de Compostelle. Le GR8, de l'Estonie au Portugal, y sera bientôt prolongé.

  • 20/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: des mesures pour les agriculteurs sinistrés

    Lire

    Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques, plusieurs mesures sont mises en œuvre à destination des agriculteurs: ouverture des démarches de reconnaissance de calamité agricole et catastrophe naturelle, numéro vert pour permettre aux agriculteurs en grande difficulté de se faire connaître (0 800 620 069), évaluation des sinistres auprès des 7 500 éleveurs du département et des organismes de défense des signes officiels de qualité, ou encore organisation de missions d’enquête pour établir et reconnaître les sinistres. Infos : www.pa.chambagri.fr

  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Eskal Eureka : Interview de Dominique Lefaivre avant la Journée de l'Economie en Aquitaine

16/09/2011 |

Patrick Lefaivre participera à la Journée de l'Economie en Aquitaine le 22 septembre prochain

Eskal Eureka est un cluster basque installé à Bidart. Véritable outil de développement et de pénétration du marché du BTP, il permet aux PME et PMI du territoire de faire évoluer leurs structures et de former les jeunes aux métiers de demain. Couronné de nombreuses récompenses dans son domaine, le club bénéficie d'une reconnaissance de l'état auprès du Ministère de l'espace rural et de l'aménagement du territoire, et du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche. Reconnu ainsi « cluster exemplaire » en 2010, la structure basque poursuit son ascension. A l'occasion de la Journée de l'Economie en Aquitaine au sein de laquelle il endossera la casquette d'intervenant, rencontre avec Dominique Lefaivre, directeur du cluster et professeur à l'ISABTP d?Anglet.

@qui! - Qu'est ce qu'un cluster ?
Dominique Lefaivre - C'est un groupement d'entreprises qui se réunissent dans le but d'être plus fortes. Aujourd'hui, nous sommes dans une époque où l'on ne peut plus jouer individuel. En Europe du Nord, nous constatons de réelles logiques de mutualisation des moyens. On peut par exemple mutualiser des achats, des outils, des plates-formes d'expérimentation. Il s'agit aussi de mutualiser notre expérience : notre cluster est avant tout un lieu où l'on se rencontre, où l'on échange de façon libre. Un plombier discute rarement avec un charpentier, notre volonté est de mettre tous ces savoir-faire en contact. Le bâtiment a vraiment besoin aujourd'hui de se diriger vers une approche de gestion de projets globale. Dans le BTP, on continue malheureusement à travailler de façon séquentielle : l'architecte dessine, le bureau d'étude calcule, les entreprises réalisent...

@! - Quels sont vos projets actuels ?
D. L. - Nous avons un grand projet transfrontalier avec la municipalité de Saint-Sébastien et le gouvernement basque de construction d'un bâtiment référent à efficacité énergétique, dans le cadre du Grenelle de l'Environnement. Nous suivons également un dossier sur les matériaux à faible impact environnemental pour les chantiers de demain. Et puis nous sommes actuellement en train de breveter une machine permettant de recycler les anciens enrobés en soudure à chaud des nids de poule sur les routes.

@! - Quelles sont les spécificités liées au fait d'œuvrer dans le pays basque ?
D. L. -
L'avantage évident, c'est l'identité : quand on crée un groupe, le fait de travailler sur une marque territoriale forte joue en notre faveur. Pour autant, on ne veut pas s'enfermer dans un schéma géographique trop restreint. On essaye de rester sur un territoire tout en s'ouvrant vers l'extérieur. Les contributions parisiennes du groupe innovation Grenelle dont nous sommes membres contribuent à alimenter le pays basque avec des idées qui viennent d'ailleurs.

@! - Vous vous êtes notamment illustrés dans le domaine de l'innovation. Selon vous, y-a-t-il des limites dans la volonté d'innover ?
D. L. -
Les limites de l'innovation sont en grande partie liées au temps. Tout le monde veut innover, satisfaisant ainsi un besoin intellectuel. Seulement, innover, c'est ne pas faire comme hier, changer ses habitudes. Le plus gros frein n'est donc pas technique, ni scientifique, le plus gros frein c'est de changer les mentalités. Pourquoi en France, tout le monde est dans son coin à regarder son clocher alors qu'à Helsinki, par exemple, tout cela est complètement naturel ? Pourquoi les Anglais sont-ils aussi pragmatiques dans l'application des techniques ? Il faut quand même savoir que ce sont les Français qui ont inventé la machine à vapeur mais que ce sont leurs voisins britanniques qui l'ont mise en pratique.

@! - Vous serez intervenant lors de la Journée de l'Economie en Aquitaine le 22 septembre prochain. Qu'attendez-vous de ce rendez-vous ?
D. L. -
Un échange de bonnes pratiques avant tout. Et puis aussi, voir que dans d'autres territoires, d'autres expériences ont été menées. J'ai personnellement toujours besoin d'apprendre, de rencontrer des gens. Tout cela me donne des idées transverses, pas forcément liées à mon domaine d'activité. A moi par la suite d'être le catalyseur auprès de mes étudiants ou des mes entrepreneurs.

Stéphane Baillet

crédit photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
570
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !