18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Étude sur les déplacements urbains dans l’agglomération bordelaise : passable, peut mieux faire

24/06/2014 | Dirigée par Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports, une étude exprime le ressenti des usagers quant aux déplacements dans l'agglo.

Les transports de l'agglomération Bordelaise

Menée en décembre 2013 par la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports), en collaboration avec les associations regroupées dans le Pôle Urbain de Mobilité Alternative (PUMA), cette étude qualitative dresse un bilan des aspects positifs et négatifs sur les déplacements urbains de la Communauté Urbaine de Bordeaux.

Si l’on en croit l’enquête "Qualité des déplacements dans l'agglomération bordelaise", rendue publique ce lundi 23 juin par Christian Broucaret, président de la FNAUT d'Aquitaine, et Jean Macheras, membre du bureau national de la FNAUT, responsable du réseau des déplacements urbains, l’agglomération bordelaise aurait fait d’énormes progrès en terme de déplacements urbains, mais beaucoup de choses restent encore à faire.

« Ville longtemps pointée du doigt comme sacrifiant tout à la voiture », Bordeaux semblerait s’acclimater petit à petit aux solutions multi-modales des transports en commun et autres moyens de circuler plus écoresponsables. Pourtant, comme le rapporte cette étude, il n’est pas si loin le temps où "les quais et les rues étaient de véritables autodromes, où la place des quinconces était devenue un gigantesque parking en plein air, où Bordeaux figurait à la quinzième place parmi les seize agglomérations de province pour le taux d’utilisation des transports alternatifs à l’automobile"… 

Il est venu le temps de la modernisation Fort heureusement, « l’arrivée du tram en 2003, l’essor du vélo, la création de gares intermodales et la modernisation des bus, ont tout de même mis un coup d’arrêt à l’ère du tout-voiture initiée sous les mandatures de Jacques Chaban-Delmas» constate la fédération nationale des associations d’usagers des transports.

Pourtant, même si le bilan de la CUB depuis la restructuration du réseau de transports urbains de 2010, montre une évolution de 24% des fréquentations, beaucoup d’améliorations restent possibles et nécessaires.

En effet, grâce à une collaboration rapprochée avec diverses associations faisant parties du pôle urbain de mobilité alternative telles que l’association des usagers des transports de la région Aquitaine, Vélo-cité ou encore les droits du piéton, la FNAUT a pu émettre des avis positifs et négatifs sur les différents modes de circulation urbains.

Les aspects positifs du réseau de circulation BordelaisTrois aspects positifs ressortent de cette étude. Premièrement, la richesse et la diversité de l’offre de transport collectif. En règle générale, les tramways et les Lianes s’étend sur 19 à 20h de fonctionnement, pour une fréquence de passage de 4 à 6 minutes pour les tramways et 10 à 15 minutes pour les Lianes. Les différentes tarifications, ticket un voyage, 5 voyages, 10 voyages, 7 jours, pass soirée, pass événement, « garantissent  également une offre variée des formules tarifaires, très appréciée des visiteurs occasionnels. »

La ville est aussi félicitée pour son encouragement à l’utilisation des modes les plus adaptés à la ville à travers les parcs relais, les vélos en libre-service ou encore pour ses progrès accomplis dans le développement de l’espace piéton. Plus de 150 stations V-CUB, 15 parcs relais et des opérations « pédibus » sont génératrices de résultats plutôt positifs, surtout dans l’hyper-centre.

Le troisième aspect positif concerne « la reconquête courageuse de l’espace urbain par la ville-centre, après des décennies où rues, places et quais étaient livrés à l’automobile.»

Après l'effort... l'effort encore Si le courage est loué dans cette étude, la ville de Bordeaux et son agglomération ne doivent surtout pas s’essouffler, puisque beaucoup de hics subsistent. La FNAUT a pour le coup, attribué trois « pots d’échappements » qui constituent les points négatifs à améliorer.

Premier point négatif : le réseau de bus qui présentent encore de nombreuses insuffisances du point de vue de la vitesse commerciale, de l'affichage des temps d’attente, du confort des arrêts ou encore des informations présentes dans les abribus. Pots d’échappement également pour la qualité de l’information en général qui laisse à désirer : « le plan du réseau est peu lisible » rapporte Christian Broucaret, président de la FNAUT d'Aquitaine qui poursuit en indiquant que « Nantes, Montpellier, ou même Paris qui ont des réseaux plus complexes qu’à Bordeaux, ont des plans de réseau beaucoup plus clairs. »

Pour finir, le troisième bémol est attribué à « la place encore trop importante de la voiture tant aux abords des écoles que dans les rues situées en dehors de l’hyper centre. » Jean Macheras, membre du bureau national de la FNAUT souligne « la pagaille monstrueuse qui règne dans le quartier Bastide qui compte sept établissements scolaires et est, de ce fait, envahi de voitures aux heures d’entrées et sorties. Quant à la périphérie, « si le vélo a pris une place importante dans l’hyper-centre, ce n’est pas le cas en périphérie, où les distances plus grandes, ville moins dense et prédominance de la voiture réduisent l’agrément des modes doux » conclut l’étude.

La part modale des transports : 25% en 2025 ? Si ce rapport était tout à fait à la page en 2013, les dernières évolutions en matière de transport peuvent toutefois contrebalancer certains aspects. Aujourd’hui à 10%, la CUB a fait le pari de faire monter d’ici 2025, la part modale des transports en commun à 25% et d’abaisser celle de l’automobile à 60%. Un pari qui semblerait « utopique » selon la FNAUT qui grâce à cette étude, espère pour une fois, une dense circulation… d’idées auprès des élus locaux. 

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : DR

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
1650
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !