aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Euralis débat à Pau : l’agriculture peut-elle concilier qualité et quantité ?

13/02/2015 | Une agriculture qui cherche à progresser, et des consommateurs qui se méfient. Le groupe coopératif pose les questions qui fâchent

Pascale Hébel : des consommateurs désabusés et qui réduisent leur alimentation

Plus des deux tiers des Français estiment que leur alimentation est moins saine que celle de leurs parents. Et seulement 7% d’entre eux pensent que l’industrie agro-alimentaire leur dit la vérité sur les produits qu'elle vend. Ce constat morose a été évoqué par Christian Pèes, le président d’Euralis, lors d’un débat organisé à Pau. Une question était à l’ordre du jour : comment concilier la quantité de l’alimentation et sa qualité ? Pour les coopérateurs, il faut faire preuve d'audace : la qualité doit être exigée afin de garantir la quantité. Encore faut-il faire passer les bons messages aux consommateurs. C’est là que les choses se gâtent.

Christian Pèes est un homme de tempérament. Certaines réalités ont le don de lui faire bouillir le sang. On le voit par exemple avec les attaques subies par le maïs, une plante accusée de tous les maux de la terre." Une analyse réalisée par un enseignant-chercheur montre que notre société est marquée depuis dix ans par un mouvement de fond. Celui-ci consiste à remettre en cause les innovations techniques", déplore-t-il. Cette tendance  s’appuie « sur un argumentaire de la peur », et elle est orchestrée. « Car il y a des gens à la manœuvre pour cela ».

Personne n’est désigné nommément. Mais le résultat est là : « Pour être au bon niveau et équilibrer le débat face à ces critiques, il faut déployer trois fois plus d’arguments et d’énergie que ses contradicteurs ».

Haro sur les idées reçuesDe là à crier à l’injustice, il n’y a qu’un pas, vite franchi par le président d’un groupe qui, pour assurer le revenu des 12 000 agriculteurs avec lesquels il travaille, cherche à relever de multiples défis.  Que ce soit en diversifiant les cultures et les productions, en réduisant l’emploi des produits phytosanitaires, ou encore en assurant le développement de ses marques, parmi lesquelles Rougié, numéro un mondial du foie gras.

« Même s’il y a toujours quelques dérives, il est faux de dire que, globalement, l’alimentation est moins saine qu’autrefois" s'insurge Christian Pèes. "La façon dont ma mère gavait les canards n’a rien à voir avec ce qui se pratique aujourd’hui. On reproche aussi à l’agriculture productiviste de polluer. Mais l’ensemble des cultures du monde entier nettoient l’air en C02 de manière beaucoup plus efficace que la forêt vierge. Et, cela, personne ne le dit »

Certes, reconnait-il, les agriculteurs n’ont sans doute pas été assez transparents, et ils n’ont pas su montrer comment leur métier évoluait, du champ à l’usine. « Sans doute a-t-on aussi  trop bien habillé la mariée ». Car, contrairement à ce que montre la publicité,  le lait n'est pas fabriqué qu'avec de l'herbe.

Cela dit, « le débat est plus axé sur la perception que sur la réalité » regrette le président, avant de soulever une autre question : « Notre organisation peut générer une traçabilité totale. Dans un monde de compétition extrême,  nous cherchons à faire valoir nos savoir-faire … Mais on ne pourra pas avoir des pratiques intensives en termes de qualité sans augmenter, au moins légèrement, nos coûts de revient. Cela, il faut que le consommateur et la distribution le sachent".

Dans la salle, on pouvai aussi réagir par SMS

« Les gens ont plus peur de l’alimentation que du nucléaire »Pas si simple, lui répond Pascale Hébel, une économiste spécialisée dans l’anticipation du comportement des consommateurs. En raison de la crise économique, les ménages ont en effet perdu 2% de leur pouvoir d’achat en 2012. On n’avait pas vu cela depuis des décennies.

Résultat : les gens consomment moins, en commençant par réduire la viande. Ils deviennent aussi de plus en plus inquiets. Car le public, qui ne fait plus confiance aux politiques, aux marques et aux industriels, a été littéralement traumatisé par la crise de la vache folle.

Des exigences de  traçabilité ont certes été mises en place pour résoudre le problème. Mais le scandale de la viande de cheval a fait revivre ce « grand cataclysme » à des personnes qui ont désormais plus peur de l’alimentation que du nucléaire !

Cet état d’esprit les amène à se tourner  vers les produits naturels et, si possible régionaux. Sans que ces « consommateurs désabusés », exigeants sur la notion de développement durable, mais confrontés à des difficultés financières accrues, acceptent forcément de payer plus cher ce qu’ils mangent.

Pour l’économiste, ces éléments doivent être pris en compte. Tout comme il convient de s’adapter aux nouvelles habitudes de consommation affichées par des générations très différentes les unes des autres. Tels ces jeunes qui, de plus en plus, mangent rapidement, sur des tables basses où l’assiette côtoie l’ordinateur. Pour ne citer qu’un exemple.

 Les OGM au pays de Pasteur

A la tribune (de g. à d.) : Christian Pèes, François Bayrou, Pascale Hébel, David Habib et Jean Glavany

Qu’en pensent les politiques ?  Jean Glavany, ancien ministre de l’agriculture, invité au débat, évoque la nécessité de s’interroger sur nos dérives. Comme cela s'est produit avec les farines animales.

Mais il considère que  la question du progrès est centrale. « Prenez l’exemple des OGM. Je suis désespéré par la manière dont le problème a été posé. Le débat, c’est : on est pour ou on est contre. On ne le fait jamais en disant qu’il y a de bons et de mauvais OGM. Alors que les travaux sur les organismes génétiquement modifiés économes en eau, c’est formidable pour la planète ».

Le député PS David Habib, vice-président de l’Assemblée nationale, le rejoint sur ce terrain. « Nous sommes le pays de Pasteur, et en même temps celui qui rejette systématiquement toutes les avancées technologiques, dont certaines sont d’ailleurs françaises. On a intérêt à s’emparer de tout cela si on ne veut pas que notre pays tombe dans un conservatisme générateur de difficultés économiques » dit-il. Avant de rappeler que l'agriculture et l'agro-alimentaire emploient deux fois plus de personnes que l'industrie automobile".

Quant à François Bayrou, le maire MoDem de Pau, il déplore lui aussi que « les passions soient plus fortes que la raison », et il estime que "le combat essentiel doit être mené sur la communication ».

« L’acte de produire est en danger »L’excès de normes que critiquent les agriculteurs , dont " le revenu est fragile » et qui ne se retrouvent pas sur un pied d’égalité avec leurs voisins européens,  est également épinglé au passage. Un clou que Christian Pèes enfonce avant d’accueillir Alain Rousset, le président du Conseil régional, en fin de débat. « Si l’on ne s’adapte pas au consommateur, on n'a pas d'avenir. Mais dans le même temps, l’acte de produire est en danger dans ce pays. Car il se heurte à des impasses. On demande aux politiques de ne pas céder aux pressions de l'opinion, qui est quand même un peu manipulée».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
851
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Sourd louis-julien | 16/02/2015

Bravo à Euralis et à Christian PEES pour cette belle initiative. il est indispensable d'expliquer aux consommateurs et aux élus que les blocag es idéologiques sont stupides.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !