Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/21 | La Charente, premier département Néo-terra

    Lire

    Mercredi, la Charente a adhéré à Néo Terra, le programme néo-aquitain de préservation de l’environnement. « On risque d’être dans le climat de Séville dans une trentaine d’années, on a un travail d’adaptation à faire », signale Alain Rousset, présent pour l'occasion. Gestion de l’eau, transports, alimentation, habitat… « Il faut que l’action publique retrouve de l’anticipation et bouscule certaines habitudes et certaines certitudes ». Parmi les actions que la Charente veut lancer, 200000 € serviront à accompagner les agriculteurs dans la certification Haute Valeur Environnementale, et 1M€ à l’achat de voitures électriques pour l'aide à domicile.

  • 20/01/21 | Divagation d'ours : le tribunal de Pau annule 20 arrétés municipaux

    Lire

    A l'automne 2018, 20 maires des Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés interdisant la divagation des ours sur le territoire de leur commune. Déférés devant le tribunal administratif de Pau, ces arrêtés viennent d'être annulés par le juge considérant d'une part qu'"aucune circonstance particulière ne mettait en évidence les dangers auxquels les personnes ou les biens seraient exposés en raison de la présence d’ours sur le territoire" et d'autre part que ces arrêtés "ne précisaient pas les mesures susceptibles d’être prises dans l’hypothèse où, malgré l’interdiction, la divagation d’ours serait néanmoins constatée".

  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Europe d’@qui! : Grâce à l’Europe, Châlus dispose d’une maison de santé exemplaire 

19/05/2019 | La maison de santé est située en plein centre de Châlus. La rénovation et l'agrandissement du bâtiment ont été financées pour moitié par l'Union européenne.

La maison de santé fait 511 m2. Ils sont répartis entre la Croix-Rouge et plusieurs professionnels de santé.

À quelques jours des élections Européennes, la rédaction d'Aqui.fr continue de se pencher, au travers d'une série de reportages, sur des exemples concrets de projets financés à l'aide des fonds européens sur le vaste territoire de la Nouvelle-Aquitaine. Pour ce nouveau reportage, direction Châlus en Haute-Vienne. La commune de 1650 habitants est la patrie de Pierre Desproges, Georges-Emmanuel Clancier, Lawrence d’Arabie ou Richard Coeur de Lion qui y mourra en 1199,  Depuis 2017, Châlus dispose d’une maison de santé pluridisciplinaire avec pas moins de trois médecins généralistes, un dentiste, un pédicure-podologue, un cabinet de kinésithérapeutes, deux sages-femmes. Une partie du bâtiment rénové et agrandi accueille également La Croix-Rouge.

C’est un ancien corps de ferme rénové situé au coeur de la commune de Châlus (Haute-Vienne). Il s’agit d’un pôle de santé qui vient de fêter, en avril, ses deux ans. Sur la façade : la Croix-Rouge, institution également représentée aux côtés des professionnels de santé. En prolongement, une aile récente alliant une structure de bois et des baies vitrées. Les architectes ont su allier l’ancien et le moderne. Au total, cet édifice fait 511 m2 (287 m² pour l’ancien corps de ferme et 224 m² pour son extension). Sa position est idéale à deux pas de la pharmacie, de l’opticien et du centre-bourg. Il n’y avait pas mieux pour une maison de santé. Il faut revenir cinq ans en arrière pour comprendre la genèse de ce projet. « Nous avons pris cette initiative afin d’éviter que la commune ne devienne un désert médical. Nous avons eu besoin d’anticiper, nous allions perdre quelques professionnels de santé. Nous avions à l’époque cinq médecins et deux allaient prendre leur retraite », explique la première adjointe au maire de la commune, Martine Dessex. Voilà le contexte dans lequel est née cette maison de santé. Un projet élaboré en collaboration avec le monde médical. « Au moment de lancer la maison de santé, c’était encore une compétence communale. Je pense que ça serait plus compliqué aujourd’hui avec les intercommunalités ». Autour de la table pour plancher sur ce projet de santé, la mairie, l’Agence Régionale de Santé (ARS) - à l’époque celle du Limousin -, les professionnels de santé de la commune (les médecins généralistes, les kinésithérapeutes, le dentiste, les sages-femmes, l’Ehpad, l’opticien, la pharmacie, les ambulanciers, etc.). Tous ces acteurs ont également bénéficié de l’accompagnement éclairé de la mutualité française. Ce projet conséquent - il compte plus de 200 pages - a été présenté à l’ancienne région Limousin avant d’être validé. 

Avec l’Europe

Il a fallu mettre en place le financement. La commune disposait fort heureusement des fonds nécessaires pour lancer les travaux qui ont débuté en 2016. Coût total de l’investissement : 998 708,20 euros hors taxes pour la rénovation du corps de ferme et la construction d’un nouveau bâtiment. La commune de Châlus a pu bénéficier d’une participation de 550 027,23 euros (soit 55% du projet) de l'Union européenne grâce au fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) sous condition de respect des engagements auxquels la mairie est soumise. La région Nouvelle-Aquitaine devrait participer à hauteur de 37 697 euros. Ces participations représentent tout de même un travail de longue haleine. « Il faut envoyer de nombreuses pièces justificatives aux services de la région, toutes les factures, ça prend du temps, mais ça vaut le coup », reconnaît Martine Dessex.

Une inauguration ministérielle

La maison de santé de Châlus a été érigée en exemple. Le 13 octobre 2017, le Premier ministre en personne, Edouard Philippe, est venu l’inaugurer, accompagné d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. Ils en ont profité pour présenter le plan du gouvernement pour l'égal accès aux soins dans les territoires. Une visite ministérielle qui restera un bon souvenir.

« Cela prouve également que notre projet de santé est une réussite et un bon exemple. Je pense que cette maison de santé correspond à la demande des habitants de la commune. Puis nous avons tout fait en fonction de la demande des professionnels de santé », poursuit Martine Dessex. Que ce soit le positionnement des prises électriques ou la surface de leur cabinet, les professionnels ont eu le choix et ont été consultés pour tout. Et si un jour une nouvelle personne veut s’installer, il est possible encore d’agrandir le bâtiment.

Actuellement, la maison de santé pluridisciplinaire compte trois médecins, une pédicure-podologue, un cabinet de kinésithérapeutes, une dentiste. deux sages-femmes, une diététicienne, un réflexo-thérapeute, un psychologue. Le corps de ferme héberge un service de la Croix-Rouge qui compte une vingtaine de salariés. Aides soignants, infirmiers, cadres de santé administration. Il s’agit à la fois d’un centre de soins infirmiers et d’un service de maintien à domicile.  

Désormais, la commune est un exemple dans la lutte contre les déserts médicaux. Pour faire face à ce fléau, la mairie a impulsé un projet en impliquant les professionnels de santé dans l'implantation de cette maison de santé pluridisciplinaire en plein centre-bourg de Châlus. Le rayonnement de la structure dépasse les 1 650 habitants de la ville de Châlus. La commune n’est donc plus seulement connue pour son passé historique - Richard Coeur de Lion y perdit la vie des suites d’une blessure sur un champ de bataille en 1199 d’une flèche empoisonnée - ou ses personnalités  - Pierre Desproges et l’écrivain Georges-Emmanuel Clancier y sont nés - Lawrence d’Arabie y fêta ses vingt ans lors de son tour de France à bicyclette, mais également pour ses services médicaux et sociaux.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5304
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !