Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Expulsion à Saint-Médard en Jalles, les associations se mobilisent

11/07/2019 | Jeudi 11 juillet, les allées Dordins sont bouclées par les gendarmes. Hommes, femmes et enfants évacuent les lieux, avec sacs et valises sur le dos.

Expulsion St medard

Le rythme des expulsions de squats s’est accéléré ces derniers mois. Le 21 mai, 140 personnes sont expulsées de L'Ascenseur , à Talence. Le 9 juillet, 60 personnes doivent quitter Le Gars rage, rue des Cordeliers. Aujourd’hui, c’est au tour de la Zone du dehors, un collectif citoyen qui a récupéré des maisons à Saint-Médard en Jalles pour héberger des personnes, dont le nombre varie entre 60, d’après la Préfecture, et 120 selon les associations engagées sur place. De nombreuses familles en font partie, dont une vingtaine d’enfants âgés de 2 mois à 14 ans.

La Zone du dehors occupait 13 maisons appartenant à ArianeGroup. Elles vont être vendues dans un an à la ville de Saint-Médard en Jalles pour y construire 500 logements et une promenade au bord de la Jalles. Les travaux sont prévus à l’horizon 2021-2022.

Le squat, entre occupation illégale et détresse humaine

Le collectif La Zone du dehors a demandé à la mairie et à ArianeGroup de leur permettre d’occuper les lieux pendant un an, le temps « de respirer, se poser et chercher d’autres solutions. Le but de ces gens, ce n’est pas de vivre en squat » explique Shirley, membre du collectif. Elle déplore qu’aucune enquête sociale n’ait été menée et que le maire de Saint-Médard en Jalles, Jacques Mangon, n’ait rien fait pour les aider. « Nous n’allons pas disparaître. Où va-t-on retrouver ces gens-là ? Dans les rues de Bordeaux, du Bouscat, de Mérignac… C’est de l’humain, avec des vrais visages, des vraies histoires. Le bien-fondé de leur présence ici, ça ne nous regarde pas. La question c’est quel accueil on leur propose. »

Pour Jacques Mangon, son rôle ne consistait pas à répondre à cette demande de réquisition. « Ces maisons sont un bien privé, occupé illégalement depuis plus de huit mois. Beaucoup de précautions ont été prises donc on ne peut pas dire que la puissance publique s’est comportée de manière sourde et muette. Sur le plan social, on les a accompagnés autant que faire se peut. Nous avons eu des difficultés pour entrer en contact avec ces gens parce que les associations ont fait blocage. »

Les associations contestent cette accusation. Des médiateurs du GIP n’ont pas été reçus par des membres du collectif, sans que les associations interviennent. Le réseau associatif mis en place était conséquent : Médecins du monde, Education sans frontières, la Fondation Abbé Pierre, Les enfants de Coluche, Ovale Citoyen et Dynamo ont proposé respectivement un accès au soin, la scolarisation des enfants, la récupération de meubles, de vêtements, de nourriture et un accès à l’eau.

 

Expulsion St medard

Les associations demandent de suspendre les expulsions

Le 11 juillet après-midi, les associations et collectifs d’aide aux personnes à la rue sont montées au créneau et ont organisé une manifestation d’urgence devant la préfecture. Ils ont adressé un courrier à Mme la Préfète pour suspendre les expulsions à venir et trouver des solutions dignes pour héberger les 2000 personnes sans domicile sur l’agglomération bordelaise. Ils dénoncent " l’inutilité des expulsions, qui sont très coûteuses pour l’Etat et ne font que pousser les personnes vers des logements de plus en plus insalubres."

Venu pour rencontrer les familles à Saint-Médard en Jalles, le député de La France Insoumise Loïc Prudhomme a rappelé les obligations légales de l’Etat en matière de relogement. La directrice de cabinet de la Préfète lui a tenu dans la matinée « des propos très rassurants sur le fait que la préfecture agissait avec humanité et trouvait des solutions de relogement pour tous. Factuellement, ce n’est pas le cas.  Sur la durée, après quelques nuits d’hôtels, on retrouve cette population dans les rues. Ce système est cynique. Même le 115, numéro d’urgence, renvoie vers les squats qui sont en train d’être évacués. L’Etat doit assumer son rôle et garantir l’accès au logement et à une vie digne. Et un maire, quel que soit sa commune, a des pouvoirs. Tout le monde renvoie ça chez son voisin, en espérant que la commune d’à côté va le prendre en charge. Le problème doit être abordé à l’échelle de la métropole. Il y a 24 000 logements vacants. Certains rétorquent que les logements sont amiantés. Entre un logement qui serait potentiellement amianté et le trottoir avec une couverture de survie, le choix est vite fait en termes de dignité et de sécurité. »

En fin d’après-midi, la directrice de cabinet de la Préfète, Angélique Rocher-Bedjoudjou, a reçu des représentants de Médecins du monde, la Cimade et la Zone du dehors. Elle assure que la préfecture a réalisé un diagnostic social au préalable et que toutes les personnes se sont vu offrir des solutions d’hébergement. Du côté des associations, l’impression demeure que le dialogue est rompu avec l’Etat et les expulsions estivales ne font que commencer...

 

Conférence presse devant préfecture - expulsion

 

Léa Calleau
Par Léa Calleau

Crédit Photo : Léa Calleau

Partager sur Facebook
Vu par vous
4974
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !