17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Fabienne Brugère, itinéraire d'une femme d'idées, de lettres et d'engagement

29/03/2012 |

Fabienne Brugère, philosophe et féministe

Professeur de philosophie à l'Université Bordeaux III Michel de Montaigne, présidente du Conseil du Développement Durable auprès de la CUB, auteure de plusieurs ouvrages, Fabienne Brugère vient justement de signer chez Mollat : « Faut-il se révolter ? », sorti début mars aux éditions Bayard. Tout frais édité également, « le Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés », 500 pages co-écrites avec cinq autres philosophes, comme elle, quarantenaires, dont Guillaume le Blanc, conjoint dans l'écrit mais aussi dans la vie. Editrice, directrice de collection aux Presses Universitaires de France, la prolifique dame a aussi participé au laboratoire des idées du PS avec Martine Aubry. Philosophe, féministe et femme de lettres qui manie les idées sans pour autant omettre de s'engager au quotidien, Il était une fois Fabienne Brugère sous la loupe d'Aqui.fr.

Née en 1964 à Nevers, une petite ville du centre de la France frappée par la crise industrielle, c'est dans un milieu éduqué, cultivé et ouvert que Fabienne Brugère grandira. Sa mère est infirmière. Son père, cadre chez Kléber-Colombes (les pneus), une société créée en 1910 qui connaitra des restructurations successives, vivra dans la peur permanente de perdre son emploi. Une vision qui la marquera. Mais ses parents, reflets de la classe moyenne, sauront lui transmettre le refus du racisme et du sexisme. Ce qui aura pour résultat de faire d'elle selon ses propres dires : « une fille de la méritocratie... rebelle ».

Ecrivain ou philosophe
De fait, elle résistera à l'envie parentale qui aspirait à lui voir passer un bac scientifique pour devenir médecin ou ingénieur. Ses lectures d'adolescente, Sartre, Camus, Foucault et Simone de Beauvoir lui ont donné envie d'écrire. Fabienne Brugère fera soit de la littérature, soit de la philosophie, et pour cela s'inscrit en classe préparatoire de littérature au lycée Lakanal, à Paris. Un cursus qu'elle enchaine avec l'École normale supérieure de Fontenay où elle rencontrera son comparse et futur conjoint, Guillaume le Blanc, avec qui elle a, aujourd'hui, deux filles. À Paris, elle passe l'agrégation de philosophie, et entame une thèse sur « L'art et la question du jugement du goût et du beau au XVIIIè siècle ». Un début sous le sceau des Lumières et de l'émancipation. Entre 25 et 26 ans, elle vivra six mois à Londres et un an à Berlin (une ville qu'elle adore), ce qui fait d'elle, lors de ses interventions en tant que professeure invitée dans les universités de Québec, Munich ou Hambourg, une intellectuelle capable de s'exprimer aussi bien en français qu'en anglais ou en allemand. « Je me sens profondément européenne », explique celle dont le sentiment fut renforcé, à 20 ans, par la chute du mur de Berlin. «Cet événement préfigurait vraiment l'ouverture vers un monde libre. L'idée que les pays de l'Est se libèrent et l'espoir d'une Europe unique, même si après on a déchanté. » se souvient-elle.

Paris, Toulouse, Bordeaux
De retour en France, Fabienne Brugère obtient un poste d'assistante àColloque du C2D auprès des Juniors du Développement Durable de la CUB l'université de Nanterre pendant 3 ans, fait sa thèse et candidate à des postes de maître de conférences. C'est Toulouse qui lui fera une offre, quand pour Guillaume le Blanc, qui travaille sur Michel Foucault, la précarité, la vulnérabilité et les étrangers, ce sera Bordeaux. Ses thèmes à elle, ce sont l'art, le féminisme, les questions de philosophie morale et politique,de démocratie ainsi quel'éthique du Care. Un sujet qui la mettra en relation avec le laboratoire des idées du PS et la Californie, Amsterdam et Fribourg. Constamment entre Toulouse et Bordeaux, elle s'installe dans la capitale Aquitaine en 2000, pour commencer à enseigner la philosophie en 2001. En 2008, Vincent Feltesse, le président de la CUB, lui propose la présidence du conseil du Développement Durable. Un espace de démocratie participative aux côtés des élus de la Communauté urbaine de Bordeaux qui rend des avis et formule des propositions sur les stratégies et projets territoriaux, et plus généralement sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux du développement de l’agglomération bordelaise.

Développement durable, art et féminisme
Son attachement à Berlin qui l'a sensibilisée aux questions de développement durable (les Allemands ayant toujours eu trois longueurs d'avance sur nous quant à ces sujets), son intérêt pour les voyages, les questions de participation dans le cadre du C2D lui font réaliser l'importance de l'idée de l'engagement citoyen et de l'intelligence collective. Côté lettres, Fabienne Brugère a écrit huit ouvrages (livres universitaires, essais) et dirige les collections « Lignes d’art » aux Presses Universitairesde France, à Paris et « Diagnostics » aux éditions du Bord de l’eau,à Bordeaux/Lormont. Profondément féministe, la philosophe défend une égalité réelle des hommes et des femmes aussi bien salariale qu'au niveau du partage des tâches, des soins, du ménage, etc. « Il faut sortir des professions féminines et masculines, lutter contre la violence faite aux femmes et militer pour le droit à la contraception, à l'IVG et à sa pratique. Il est vraiment crucial de remettre cette question au coeur de la démocratie. Ne pas la cantonner au droit mais l'appliquer dans les faits. Je suis fière que dans le nouveau conseil du C2D on arrive à avoir 50% de femmes depuis septembre dernier ».

Une siL'éthique du Care selon Fabienne Brugèretuation préoccupante
"Car si aujourd'hui, il existe une minorité pour qui tout se passe bien, que ce soit par l'appartenance à une famille porteuse ou grâce à une passion", estime la philosophe, elle-même parfaite illustration de ce cas de figure,  "il y a beaucoup de filles et de femmes qui subissent ou valident, en la reproduisant, la domination masculine. On assiste de plus en plus à une société à deux vitesses. Et quand on constate la situation de la femme dans le monde, il y a de quoi se faire du souci. Nous sommes des privilégiées, c'est certain, mais la vigilance est de mise quand nous voyons certains partis politiques remettre ces droits en cause.Or même si nous vivons dans une société où des hommes peuvent être féministes, quand de la même manière des femmes ne le sont pas, on n'a rien trouvé de mieux que l'éducation pour déroger aux normes, aux codes et au destin imposé".

"Du féminisme comme la subversion des places pour faire bouger les lignes de l'ordre dominant"... une pensée qui, en ces temps de regression pour nombre de femmes, mériterait bien un essai intitulé "rebellez vous" ! 

crédit photo : IC et éditions PUF

Isabelle Camus

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
1689
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !