Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Fébus, épisode 3 : l'inauguration de la station hydrogène à Pau

19/09/2019 | Après la découverte du bus Fébus, extérieur puis intérieur, ce 19 septembre a marqué l'inauguration de la station à hydrogène, indispensable au fonctionnement 100% vert du Fébus.

Inauguration de la station hydrogène du futur Fébus à Pau

Le Maire de Pau, François Bayrou, et Nicolas Patriarche, le président du syndicat des transports de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées avaient prévenu. L'inauguration du Fébus, le fameux, et de plus en plus célèbre, futur bus à haut niveau de service de la capitale béarnaise se fait en plusieurs épisode. Après son dévoilement au centre ville de Pau puis sa présence sur la Foire où les visiteurs peuvent en découvrir les aménagements intérieurs (jusqu'au 22 septembre), la fin de matinée de ce jeudi 19 septembre était à nouveau marquée par une inauguration. Celle de la station hydrogène du bus, sur le site du dépôt d'Idélis, avenue Larribau.

En bon français, c'est ce qu'on appelle du teasing réussi. A chaque inauguration, c'est un petit pas de plus vers la mise en service du Fébus, que les autorités proposent au Palois... Une manière de faire monter la sauce (béarnaise) pour une meilleure appropriation de l'engin par ses futurs usagers. Au fil des semaines et des inaugurations, ils en apprennent un peu plus sur cette première mondiale que sera la circulation d'un bus à hydrogène de 18 mètres de long et en site propre dans la ville.

Fierté et innovation
Si le projet a pu susciter les polémiques voire les railleries à certaines étapes de sa mise en oeuvre comme l'ont rappelé François Bayrou et Nicolas Patriarche, les deux hommes ne veulent désormais retenir que la « fierté » d'avoir mené le projet à bout. « C'est une révolution à l'échelle de la planète et du développement durable que nous lançons aujourd'hui et pour laquelle je suis très fier que nous en soyons les pionniers. (…) Pour la ville, c'est coup double, d'abord pour la vie quotidienne des palois, ensuite pour l'image de la cité dans le monde et pour l'image que les palois vont se faire eux-même de la cité. Je suis pour la fierté des habitants sur leur ville !» a ainsi insisté François Bayrou.

Mais ce jeudi matin, plus que le bus, c'est son indispensable corollaire qui était à l'honneur : la station de production et de distribution d'hydrogène, permettant le fonctionnement de la pile à combustible des Fébus. Et là encore, l'heure est à l'innovation. La station est en effet la première à pouvoir alimenter 8 bus simultanément « à la place », c'est à dire que le bus sera « branché » à la station par le chauffeur le soir, puis récupéré le lendemain matin chargé de l'hydrogène nécessaire au fonctionnement de sa pile à combustible produisant l'électricité qui fera fonctionner le moteur. Le tout sans émission de gaz à effet de serre, donc.

270 kg d'hydrogène et 2 tonnes d'oxygène produits par jour
Concrètement cette station, construite par Gen Vert, filiale du groupe Engie, abrite un électrolyseur de la société ITM Power, à la capacité de production de 270 kg d'hydrogène par jour. Un hydrogène qui est ensuite purifié, puis compressé et stocké à haute pression (600 bars) sur la station. « Le stokage de l'hydrogène a été pensé pour sécuriser l'exploitation des bus et maintenir le service, en cas de défaillance ou de maintenance de l'électrolyseur », explique le représentant d'Engie durant la visite.

Le processus de l'électrolyse consistant à séparr les molécules d'hydrogène des molécules d'oxygène de l'eau, la station produira en parallèle 2 tonnes d'oxygène par jour ( l'équivalent d'une forêt de 62 ha) qui seront « rendues à la nature », mais également de l'eau (lors de l'étape de purification de l'hydrogène), qui sera réintégrée dans le circuit de production. Une manière, dans une certaine mesure, d'économiser le besoin de renouvellement en eau au départ du processus, celui-ci étant de 20 litres pour 1 kg d'hydrogène produit.

Enfin, concernant l'électricité qui permet de faire fonctionner la station, François Bayrou insiste sur sa volonté d'un fonctionnement à l'énergie verte. Pour l'heure, cette électricité est fournie par la SHEM, Société HydroElectrique du Midi, qui gère 12 grands barrages hydro-électriques dans les Pyrénées, mais une plus haute ambition est clairement affichée. « Mon ambition est que dans deux ans, on produise ici en énergie verte, quatre fois plus que ce qui est nécessaire pour le fonctionnement de la station. Le surplus de production sera utile à notre territoire », annonce François Bayrou sans en dévoiler davantage, bien que l'hypothèse de l'installation de panneaux solaires installés sur place ait jusque là été régulièrement avancée par le Maire. Un art du suspens, décidément bien palois !

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6089
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Benoit D. | 23/09/2019

Superbe réalisation, comme la station de production d'hydrogène vert du réseau de bus TADAO (Pas-de-Calais) inaugurée le 21 juin dernier...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !