Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Fébus, épisode 3 : l'inauguration de la station hydrogène à Pau

19/09/2019 | Après la découverte du bus Fébus, extérieur puis intérieur, ce 19 septembre a marqué l'inauguration de la station à hydrogène, indispensable au fonctionnement 100% vert du Fébus.

Inauguration de la station hydrogène du futur Fébus à Pau

Le Maire de Pau, François Bayrou, et Nicolas Patriarche, le président du syndicat des transports de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées avaient prévenu. L'inauguration du Fébus, le fameux, et de plus en plus célèbre, futur bus à haut niveau de service de la capitale béarnaise se fait en plusieurs épisode. Après son dévoilement au centre ville de Pau puis sa présence sur la Foire où les visiteurs peuvent en découvrir les aménagements intérieurs (jusqu'au 22 septembre), la fin de matinée de ce jeudi 19 septembre était à nouveau marquée par une inauguration. Celle de la station hydrogène du bus, sur le site du dépôt d'Idélis, avenue Larribau.

En bon français, c'est ce qu'on appelle du teasing réussi. A chaque inauguration, c'est un petit pas de plus vers la mise en service du Fébus, que les autorités proposent au Palois... Une manière de faire monter la sauce (béarnaise) pour une meilleure appropriation de l'engin par ses futurs usagers. Au fil des semaines et des inaugurations, ils en apprennent un peu plus sur cette première mondiale que sera la circulation d'un bus à hydrogène de 18 mètres de long et en site propre dans la ville.

Fierté et innovation
Si le projet a pu susciter les polémiques voire les railleries à certaines étapes de sa mise en oeuvre comme l'ont rappelé François Bayrou et Nicolas Patriarche, les deux hommes ne veulent désormais retenir que la « fierté » d'avoir mené le projet à bout. « C'est une révolution à l'échelle de la planète et du développement durable que nous lançons aujourd'hui et pour laquelle je suis très fier que nous en soyons les pionniers. (…) Pour la ville, c'est coup double, d'abord pour la vie quotidienne des palois, ensuite pour l'image de la cité dans le monde et pour l'image que les palois vont se faire eux-même de la cité. Je suis pour la fierté des habitants sur leur ville !» a ainsi insisté François Bayrou.

Mais ce jeudi matin, plus que le bus, c'est son indispensable corollaire qui était à l'honneur : la station de production et de distribution d'hydrogène, permettant le fonctionnement de la pile à combustible des Fébus. Et là encore, l'heure est à l'innovation. La station est en effet la première à pouvoir alimenter 8 bus simultanément « à la place », c'est à dire que le bus sera « branché » à la station par le chauffeur le soir, puis récupéré le lendemain matin chargé de l'hydrogène nécessaire au fonctionnement de sa pile à combustible produisant l'électricité qui fera fonctionner le moteur. Le tout sans émission de gaz à effet de serre, donc.

270 kg d'hydrogène et 2 tonnes d'oxygène produits par jour
Concrètement cette station, construite par Gen Vert, filiale du groupe Engie, abrite un électrolyseur de la société ITM Power, à la capacité de production de 270 kg d'hydrogène par jour. Un hydrogène qui est ensuite purifié, puis compressé et stocké à haute pression (600 bars) sur la station. « Le stokage de l'hydrogène a été pensé pour sécuriser l'exploitation des bus et maintenir le service, en cas de défaillance ou de maintenance de l'électrolyseur », explique le représentant d'Engie durant la visite.

Le processus de l'électrolyse consistant à séparr les molécules d'hydrogène des molécules d'oxygène de l'eau, la station produira en parallèle 2 tonnes d'oxygène par jour ( l'équivalent d'une forêt de 62 ha) qui seront « rendues à la nature », mais également de l'eau (lors de l'étape de purification de l'hydrogène), qui sera réintégrée dans le circuit de production. Une manière, dans une certaine mesure, d'économiser le besoin de renouvellement en eau au départ du processus, celui-ci étant de 20 litres pour 1 kg d'hydrogène produit.

Enfin, concernant l'électricité qui permet de faire fonctionner la station, François Bayrou insiste sur sa volonté d'un fonctionnement à l'énergie verte. Pour l'heure, cette électricité est fournie par la SHEM, Société HydroElectrique du Midi, qui gère 12 grands barrages hydro-électriques dans les Pyrénées, mais une plus haute ambition est clairement affichée. « Mon ambition est que dans deux ans, on produise ici en énergie verte, quatre fois plus que ce qui est nécessaire pour le fonctionnement de la station. Le surplus de production sera utile à notre territoire », annonce François Bayrou sans en dévoiler davantage, bien que l'hypothèse de l'installation de panneaux solaires installés sur place ait jusque là été régulièrement avancée par le Maire. Un art du suspens, décidément bien palois !

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5562
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Benoit D. | 23/09/2019

Superbe réalisation, comme la station de production d'hydrogène vert du réseau de bus TADAO (Pas-de-Calais) inaugurée le 21 juin dernier...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !