Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

21/09/20 : Après consulation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/09/20 | Un marché de producteurs médocains à Ludon

    Lire

    Le jeudi 24 septembre, de 18h30 à 19h30, l’AMAP des Baillots médocains organisera son premier marché des producteurs sous les arbres situés entre l’église et l’école primaire de Ludon. Ce marché des producteurs, permettra aux ludonais, et voisins, de déguster et acheter des légumes eysinais de saison, des huîtres du Cap Ferret, des confitures solidaires de Parempuyre, de la bière de Labarde, du fromage de chèvre de l’Entre-deux-mers, des produits d’entretiens bio 100 % girondins… tout en respectant les prescriptions préfectorales imposées par la situation sanitaire.

  • 22/09/20 | Une troisième journée sans voiture sur l'île Madame

    Lire

    Le mercredi 23 septembre, de 12 heures à 18 heures, l’accès à l’Île Madame par la Passe aux Bœufs, ne sera autorisé qu’aux piétons, cyclistes et utilisateurs de modes de transport doux. Une calèche et des vélos seront mis à disposition. Cette opération s'inscrit dans le cadre du classement de l'agglomération de Rochefort comme Grands sites de France, qui récompense les collectivités qui promeuvent un tourisme durable sur leur territoire. L'agglo a officiellement reçu cette distinction le 21/09.

  • 22/09/20 | Poitiers: L'Université veut favoriser la poursuite des études post bac

    Lire

    L'université de Poitiers est lauréate d'un nouveau financement du Programme d'investissements d'avenir-PIA avec le projet CODA, à la CrOisée Des pArcours, fruit d'un partenariat avec l'université de La Rochelle, le Rectorat de l'Académie de Poitiers et le Crous de Poitiers. Ce projet vise à créer une dynamique de préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur au plus près des possibilités d'orientation des lycéens sur tous les types de territoires. Objectif : favoriser le taux de poursuite d'études après-bac.

  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Fébus sillonnera Pau à l'hydrogène en 2019

05/03/2018 | Baptisé du nom du célèbre Comte de Foix et Prince de Béarn, Fébus, le futur "trambus" palois, porte l’ambition de "renouveler le transport et l’environnement urbains".

Fébus, le futur bus à haut niveau de service de Pau, et à l'energie hydrogène

François Bayrou aime à le répéter, l'arrivée du Bus à Haut Niveau de Service à Pau prévue à l'automne 2019 sera, selon le Maire de Pau et président de l'agglomération, une "première mondiale". Un caractère inédit qui tient à ce que ce bus électrique fonctionnera à l'énergie hydrogène. Conséquence : aucun gaz à effet de serre ou polluant atmosphérique ne sera rejeté dans l'air, seulement de la vapeur d'eau. Un bus mieux que les autres, baptisé « Fébus », tout un symbole en pays Béarnais. Sa présentation a eu lieu la semaine dernière à Pau, en présence de François Bayrou, de Nicolas Patriarche, Président du Syndicat de transport urbain et vice président de la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées et du designer du bus, Julien Gaubert.

Concernant la carte d'identité du futur BHNS palois, il sortira des usines du constructeur belge Van Hool, leader européen des bus à hydrogène, et il sera grand de 18,2 m de long, large de 2,6 m et haut de 3 m. Il pourra contenir  jusqu'à 125 voyageurs pour une autonomie de 240 km par jour, soit plus de 31000 litres de diesel économisés par bus et par an... sachant que la capitale béarnaise compte s'équiper d'une flotte de huit de ces « super-bus ». Par ailleurs, l’hydrogène sera produit sur place, au dépôt de bus, grâce à un électrolyseur alimenté par des panneaux solaires : « ce sera un hydrogène entièrement « vert ». Les piles à hydrogène quant à elles ne contiennent aucune matière polluante et sont recyclables à plus de 95 % « Fébus » », précisent les responsables.

"Nous choisissons l'audace"
Quant au choix de ce nom, « Fébus », il est le résultat du brainstorming des services de la collectivité. Et François Bayrou n'en est pas peu fier : « Il y a six cents ans, un visionnaire qui avait toutes les audaces, Gaston III de Béarn, choisit de s’appeler Fébus et entrera sous ce nom dans l’histoire. (…) Nous devions nommer notre bus de l’avenir. Nous avons choisi de l’appeler Fébus. Ce n’est pas seulement un sourire : c’est une déclaration d’optimisme et de volonté. Le signe, pour notre ville et notre agglomération, que nous choisissons l’audace et que nous nous projetons vers l’avenir. »
Côté design et identité graphique, c'est Julien Gaubert, passé par la maison Courrèges, qui était aux manettes, en collaboration avec le constructeur. Résultat, un « design soigné et élégant » faisant appel à des matériaux nobles (cuir des poignées et des sièges surpiqués, inserts en bois) aux dominantes de beige et de gris, et une véhicule jouant de la transparence, avec de grand baies vitrées. Sensation d'espace garantie pour les usagers, assure le designer. Le tout sans négliger le confort, d'autant plus assuré par l'énergie hydrogène: "silence,
accélérations sans à-coups et aucune vibration de moteur", prédit-on.

14 stations, 6 km de parcours, 72 M€
Au total, un transport en commun « d'avant-garde », assure François Bayrou qui desservira, du Nord au Sud, le pôle de santé (hôpital, cliniques), le pôle d’éducation (université), le pôle administratif (cité administrative), les pôles commerciaux (la zone commerciale de l’Allée Condorcet : sa grande surface, son cinéma, ses restaurants ; et le centre-ville, avec ses boutiques) ainsi que la gare ferroviaire. 14 stations sur un parcours de 6 km que le bus devrait réaliser en 17 minutes grâce notamment à une circulation en site propre (dont les travaux en cours devraient s'achever fin 2018). Aux heures de pointe, le cadencement entre deux Fébus sera de 8 minutes.
Un futur service de transport en commun assuré « en respectant une enveloppe de coûts maîtrisés », souligne Nicolas Patriarche, soit 72 M€ au total, dont 53 M€ pour les travaux de rénovation urbaine et 13M€ pour les véhicules et les stations BHNS.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : SMTU - Van Hool - Julien Gaubert / droits réservés

Partager sur Facebook
Vu par vous
11906
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !