Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Femmes grand reporters: des journalistes au front

08/03/2014 | Le combat pour l'égalité homme-femme est toujours d'actualité, même en France.

Rocher de Palmer

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes qui se déroule chaque année le 8 mars, le Conseil Régional d'Aquitaine proposait ce vendredi 7 mars, une table ronde consacrée aux femmes grands reporters. Des professionnelles qui pratiquent leur métier avec courage et qui sont venus partager leur expérience.

Le Rocher de Palmer accueillait ainsi les journalistes Rabha Attaf et Anne Nivat –actuellement en Crimée et qui est intervenue via Skype- respectivement spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient et de la Russie. De l’Afghanistan à l’Irak en passant par l’Algérie et l’Egypte, les deux femmes ont couvert des conflits très difficiles. Selon Anne Nivat, malgré une plus grande fragilité des femmes lors de conflits, être une femme lorsqu'on est journaliste présente parfois des avantages dont celui de bénéficier localement de la solidarité des femmes qui sont très protectrices. Elles peuvent par exemple à l’occasion intégrer une journaliste  dans leur groupe pour qu'elle puisse se déplacer plus discrétement. Etre une femme permet aussi de bénéficier plus facilement de « l’hospitalité dans des pays où par tradition on ne laisse pas les femmes dehors ».  De plus, il y est  plus facile pour une femme journaliste que pour un homme de rencontrer la population féminine.Un vêtement pour se protéger Adopter les habitudes vestimentaires locales, l’abaya ou la burka par exemple permet aussi à ces femmes journalistes de se fondre dans la masse. Un procédé qui selon Anne Nivat permet de préserver au mieux l’anonymat et également de respecter les hôtes qui les accueillent et les populations locales. Idem pour Rabha Attaf,  qui a fait ses armes lors des émeutes de 1988 en Algérie. Avec la maîtrise de l’arabe et des codes propres au monde arabo-musulman, le vêtement est pour elle aussi une forme de protection qui permet de retarder le moment où les services de renseignements et autres délateurs les repèrent. Double peine Paradoxalement, être une femme est selon Rabha Attaf plus handicapant dans les rédactions. Lors de la révolution égyptienne de 2011,  de nombreuses femmes dont plusieurs journalistes ont été agressées sexuellement. Des agressions qui s’expliquent d’une part par les frustrations sexuelles d’une société où les rapports sexuels sont strictement réglementés et d’autres part par une volonté de décourager les femmes de lutter dans la sphère publique. Depuis, les rédactions sont plus frileuses à l’idée d’envoyer leurs consœurs en zones dangereuses.

Une double peine pour ces femmes dont il faut souligner le grand courage et qui comme les hommes paient parfois de leur vie leur engagement au service de la vérité. Ce fut le cas de Ghislaine Dupont  assassinée le 2 novembre 2013 au Mali, événement qui avait d’ailleurs décidé Naima Charaï, conseillère régionale en charge notamment de l’égalité femmes-hommes au Conseil Régional d’Aquitaine, à rendre hommage aux femmes reporters de guerre.

Cette table ronde a également été l’occasion, dans une seconde partie ouverte aux questions du public, de montrer la persistance en France d’une vision monolithique du monde arabo-musulman et de clichés sur les femmes arabes. De même, elle a permis d’évoquer la question de l’égalité salariale et professionnelle, un sujet qui a provoqué un vif échange entre Patrick Venries, directeur général délégué du journal SudOuest  et une partie de l’assistance. Ce dernier qui se basait sur son expérience au sein du quotidien a nié l'existence d'inégalité salariale. Face aux critiques qui fusaient depuis la salle, il a ensuite expliqué que les mêmes barêmes étaient appliqués aux journalistes de Sud Ouest, hommes ou femmes. Où sont les hommes ? L’assemblée présente au  Rocher était constituée majoritairement de femmes. Est-ce à dire que cette matinée estampillée journée des droits de la femme n’a attiré qu’un public déjà sensibilisé ou acquis à la cause ? La composition du public vient en tout cas rappeler que, en Occident comme en Orient, le combat n’est pas tout à fait gagné. Le graal de l’égalité homme-femme  est plus ou moins proche et d’un pays à l’autre les voies d’accès diffèrent, selon l’Histoire et la culture locales.

Malika Ouaddah
Par Malika Ouaddah

Crédit Photo : Kriss69 sur Flickr - Tous droits réservés.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4081
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !