Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/21 | La Charente, premier département Néo-terra

    Lire

    Mercredi, la Charente a adhéré à Néo Terra, le programme néo-aquitain de préservation de l’environnement. « On risque d’être dans le climat de Séville dans une trentaine d’années, on a un travail d’adaptation à faire », signale Alain Rousset, présent pour l'occasion. Gestion de l’eau, transports, alimentation, habitat… « Il faut que l’action publique retrouve de l’anticipation et bouscule certaines habitudes et certaines certitudes ». Parmi les actions que la Charente veut lancer, 200000 € serviront à accompagner les agriculteurs dans la certification Haute Valeur Environnementale, et 1M€ à l’achat de voitures électriques pour l'aide à domicile.

  • 20/01/21 | Divagation d'ours : le tribunal de Pau annule 20 arrétés municipaux

    Lire

    A l'automne 2018, 20 maires des Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés interdisant la divagation des ours sur le territoire de leur commune. Déférés devant le tribunal administratif de Pau, ces arrêtés viennent d'être annulés par le juge considérant d'une part qu'"aucune circonstance particulière ne mettait en évidence les dangers auxquels les personnes ou les biens seraient exposés en raison de la présence d’ours sur le territoire" et d'autre part que ces arrêtés "ne précisaient pas les mesures susceptibles d’être prises dans l’hypothèse où, malgré l’interdiction, la divagation d’ours serait néanmoins constatée".

  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Festival international du journalisme : Loi anti-fake news, la solution ?

17/07/2018 | A l'occasion du festival international du journalisme à Couthures-sur-Garonne (47), Aqui était présent au débat sur la nouvelle loi anti-fake news

festival international du journalisme G

Durant 3 jours, la petite ville de Couthures-Sur-Garonne dans le Lot-et-Garonne accueille dans son cadre bucolique, journalistes et experts de tous bords, à l’occasion du festival international du journalisme. Au programme, des ateliers pour les passionnés de l’info, des rencontres avec des journalistes reconnus et des débats animés autour de colloques sur divers thèmes. Vendredi 13 juillet, un débat passionnant autour de la loi anti-fake news, animé par Jean-Pierre Canet, co-créateur de Cash Investigation et Amaury de Rochegonde, rédacteur en chef à Stratégies, a attiré toute notre attention.

Organisé du 13 au 15 juillet derniers par les titres du groupe Le Monde, ce festival international du journalisme, pour sa troisième édition, commence réellement à trouver sa place dans le paysage du Sud-Ouest. Cette année, sept thématiques liées à l’actualité ont été choisies : l’intelligence artificielle et les robots, le chemin de l’exil, l’après #MeToo, les vins du futur, les liens entre journalistes et politiques, l’éducation à l’information, et enfin le journalisme et l’Histoire. Des noms du journalisme français et étranger sont présents pour rencontrer les festivaliers, tels que Jean-Michel Apathie (France Info), Florence Aubenas, Luc Bronner, Fabrice Lhomme (Le Monde), David Pujadas (LCI), Sophie Fontanel (L’Obs), Sonia Devilliers (France Inter) ou encore Éric Chol (Courrier International).  La grande force de ce festival, c’est la possibilité d’échanger librement, entre public et intervenants, dans un lieu ouvert, en plein air et en bord de Garonne. Le parrain de cette saison 2018 n’est autre que l’acteur belge, Benoît Poelevoorde. Le festival international du journalisme, c’est avant tout des rencontres conviviales, mais traitant de sujets sérieux, comme l’explosion des « fake news », liées à l’émergence des réseaux sociaux. Nous avons pu assister à la conférence sur ce thème.

Que préconise cette loi ?

Dans la nuit du 4 juillet dernier, les députés de l’Assemblée Nationale ont débattu et voté sur la loi anti-fake news proposée par le gouvernement pour lutter contre la diffusion de fausses nouvelles. Deux propositions contre la « manipulation de l’information » ont été adoptées. La première concerne l’obligation de transparence pour les plateformes numériques (Google, Facebook, Twitter…) qui diffusent des contenus sponsorisés (contre une rémunération). Le deuxième point concernait la possibilité pour un candidat ou un parti politique de saisir la justice en cas de fausses nouvelles, trois mois avant une élection. Une autre proposition consiste à donner au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) le pouvoir de suspendre une chaîne télévisée en cas de diffusion de fausses informations (RT Russia pourrait être concernée par cette décision). Cette loi très controversée a suscité de nombreuses réactions hostiles. Elle est jugée « liberticide » par un bon nombre de ses opposants. Alors, cette loi est-elle vraiment la solution ? Faut-il absolument légiférer ? Comment aider les citoyens à déceler le vrai du faux au milieu de toutes ces informations ? Plusieurs journalistes et une représentante de Google ont répondu à ces questions qui remettent en cause le paysage médiatique actuel.

Les géants du numérique dans le viseur

Si les fake news peuvent se propager aussi rapidement sur la toile, c’est qu’elles attirent facilement l’œil des lecteurs et sont largement relayées par les internautes dans un premier temps. Selon la responsable en charge des relations médias et presse chez Google, Bénédicte Autret : « 58% des personnes qui partagent de l’information sur internet le font sans être sûrs de la source ». Les critiques récentes ont visé les géants du numérique qui semblent dépassés face à la diffusion de fausses informations. Pour renforcer ce contrôle, Bénédicte Autret propose trois solutions : « D’abord, couper la source de revenus des sites qui diffusent des fausses informations sur le moteur de recherche. Ensuite, mettre en avant les sources fiables dans le résultat des recherches. Puis, mettre l’accent sur l’éducation tout en travaillant main dans la main avec les éditeurs ». Certes, les géants du numérique ont une part de responsabilité (on l’a vu dans l’affaire du Cambridge Analytica) mais ils semblent peu disposés à régler le problème d’eux-mêmes.

« Un effet pervers de la loi »

Pour beaucoup, cette loi reste inefficace. Selon Fabien Pont, membre de l’ODI (Observatoire de la déontologie de l’information) : « La loi ne sera pas assez efficace. Il y aura beaucoup trop de demandes à gérer pour les juges, ce serait une source de travail énorme. Aussi, il y a un risque de normaliser l’info avec cette loi. Cela est plus inquiétant ». L’autre risque concerne les candidats aux élections, qui pourront se protéger derrière cette loi en période électorale. Jean-Pierre Canet, co-créateur de l’émission Cash Investigation sur France 2, s’inquiète : « Cette loi pose des problèmes de gain de temps pour les candidats. Ils pourront invoquer à tout va la loi anti-fake news lorsqu’une information discréditante est diffusée sur eux, pour gagner du temps lors d’une élection ».
Alors quelles solutions préconise-t-il ? Selon lui, il faudrait d’ores et déjà intervenir sur le volet juridique, et élargir la définition de base sur les fausses informations (celle définie dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse et qui n’est plus d’actualité). « De plus, il y a un effet pervers de cette loi. Quel juge est capable de décider si une information est fausse ou non en seulement 48 heures ?  La BBC (radio-télé britannique) affirme qu’il faut trois sources indépendantes pour vérifier une information. Je pense que c’est aux journalistes de faire ce travail de recherche de sources et non aux juges. Notre rôle n’est pas seulement de produire de l’info, il faut aussi la vérifier. Cela passera notamment par le travail, toujours le travail ».

D’où l’émergence de différentes rubriques « fact checking » dans les différents médias, qui permettent de mettre en avant ce travail de sources et de démontrer si une info qui circule est vraie ou fausse. Car si les réseaux sociaux ont une part de responsabilité la diffusion de fausses nouvelles, Fabien Pont rappelle que les grands médias ne sont pas non plus à l’abri de toutes critiques : « Il faudra faire très attention à l’avenir sur le traitement de l’information. Le pire serait d’être discrédité par la diffusion de fausses nouvelles, comme cela a été le cas en 2003 lors de la guerre en Irak (aucune preuve d’armes de destructions massives). Dans le cas présent, si RT Russia émet des doutes sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie par exemple, nous devons prendre le temps de notre côté pour enquêter et vérifier les faits. La vérification des faits donne raison. Il ne faut pas répéter les mêmes erreurs ». Être plus prudent dans l’annonce de l’information, c’est aussi l’avis de Jean-Pierre Canet qui préconise, en réponse à la volonté de juger ceux qui diffusent les fausses nouvelles que « le travail doit surtout être fait sur le message et non sur les messagers ». Il conclut : « Je pense que la réponse contre les fake news n’est pas de légiférer mais d’éduquer sur la question. L’éducation aux médias est primordiale, pour les citoyens, pour les journalistes, si nous voulons lutter contre cela ».

Lutter contre les fausses informations, ce n’est pas seulement légiférer donc, c’est aussi remettre en cause le paysage médiatique actuel. Renforcer le travail de vérification des sources pour les journalistes et les médias avant de diffuser une information, renforcer les contrôles de la part des diffuseurs qui doivent être plus attentifs aux contenus qu’ils transmettent et enfin mettre l’accent sur l’éducation aux médias pour les citoyens, qui doivent eux aussi vérifier, avec leurs moyens. Une éducation qui permet de prendre un peu plus de recul sur les informations que nous recevons, tout en développant notre esprit critique. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

Nicolas Laplume
Par Nicolas Laplume

Crédit Photo : Nicolas Laplume

Partager sur Facebook
Vu par vous
4666
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !