aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

26/03/17 : Dordogne : le nombre de demandeurs d'emplois sans aucune activité est en baisse au mois de février. 20 900 personnes sans activité sont inscrites à Pole emploi. Cette diminution concerne les moins de 25 ans (-1 %) et les plus de 50 ans (-1,4 %).

26/03/17 : Philippe Poutou, candidat à la présidentielle pour le NPA, tiendra un meeting à Terrassion Lavilledieu, le lundi 3 avril. Il est le deuxième candidat à venir battre la campagne en Dordogne, après Jean-Luc Mélenchon.

26/03/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi s'établit à 56 720 à la fin février, soit +0,6% d'inscrits en un mois. En revanche, le nombre de demandeurs sans aucune activités (cat.A) a baissé de 5% ces douze derniers mois.

25/03/17 : Charente-Maritme : lors de la session de printemps le 24 mars, les élus du Département ont adopté une motion à l'intention de la Région, concernant leurs inquiétudes vis-à-vis du transfert de la gestion des transports et du sort des salariés.

24/03/17 : La Rochelle : "victime" du succès de son équipe en tête du Top 14 : le stade Marcel-Deflandre affiche complet sur tous ses matchs jusqu'à la fin de saison. Le Stade Rochelais prévoit d'ouvrir 1000 places de plus pour la saison prochaine, dès avril.

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/03/17 | " Les Républicains" veulent ester contre l'ex Poitou-Charentes

    Lire

    Au nom du groupe LR de la Région, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt, Olivier Chartier accompagnés de leurs conseils ont remis au président Alain Rousset un mémoire "aux fins d'engager des procédures judiciaires" eu égard à " la responsabilité de l’exécutif de l’ancienne région Poitou-Charentes ainsi que de toutes autres personnes responsables des graves irrégularités commises." Actions proposées: la saisine du procureur financier près la CRC et le dépôt d’une plainte auprès du procureur de la République en raison des conventions signées sans délégation de signature

  • 27/03/17 | Six représentants des candidats devant le MEF33

    Lire

    Ce sera ce 30 mars, salle Point du Jour-Pierre Tachou, 44 rue Joseph Brunet à Bordeaux (Bacalan) à 19h00. A l'invitation du Mouvement Européen et des Jeunes Européens de bordeaux 6 représentants de candidats présenteront les grandes lignes de leur programme européen et débattront ensuite entre eux et l'assistance. Il y aura là Yves d'Amécourt (LR), Tanguy Bernard (En Marche), Stéphane Saubusse (EELV), Alain Vergniault (UDI), Fabien Robert (Modem), Cyril Fonrose (PS) . L'actualité récente: Versailles, Livre Blanc de la Commission, Rome nourriront cet échange

  • 26/03/17 | Légère hausse du chômage en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le nombre de demandeurs d'emplois a augmenté en Nouvelle-Aquitaine de +0,5% entre janvier et février, avec 500 470 inscrits, toutes catégories confondues, soit +1,1% en un an. La Gironde enregistre le plus grand nombre de chômeurs, avec 147 880 chômeurs, soit une hausse de +2,6% en un an. La Creuse enregistre le plus forte baisse d'inscriptions, avec -2,6%. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a baissé en Corrèze (-8%), Charente (-6,6%) et Charente-Maritime (-5%) en 12 mois.

  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d'entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Filières Bio : les nouveautés 2017 en Nouvelle-Aquitaine

21/01/2017 | Les acteurs de la filière bio de la région se sont retrouvés à Saint-Jean d'Angély, siège d'un projet expérimental et d'associations Bio dont Interbio.

Le site de production Val bio Ouest, à Saint-Jean d'Angely, avec des silos, une pepinere d'entreprise et bientôt une biscuiterie

Les acteurs du Bio se sont retrouvés jeudi à Saint-Jean-d’Angély, en Charente-Maritime, pour leur premier congrès régional en tant que Nouvelle-Aquitaine. La filière n’échappe pas à la réforme de territoire et doit elle aussi s’adapter, en créant notamment de nouvelles collaborations et synergies entre les partenaires des anciennes régions. L’année 2017 et la création de la grande région apportent également de nouvelles stratégies de développement de l’économie Bio, abordées lors de ce forum ayant attiré une centaine de participants.

Une nouvelle association interprofessionnelle

Avec la réforme territoriale et la création de la grande région, les trois associations interprofessionnelles Bio des anciennes régions, Arbio Aquitaine, Interbio Limousin et Croissance Bio Poitou-Charentes, ont fusionné au 1er janvier en une seule et même association, Interbio ALPC. Cette nouvelle fédération, qui compte dix salariés, aura son siège à Bordeaux mais garde des antennes locales à Saint-Jean d’Angely et à Limoges pour conserver des liens de proximité. L’association rassemble 2675 acteurs du bio, dont 2500 producteurs. Pour mieux représenter les différents métiers du Bio, l’association a constitué quatre collèges : un pour les producteurs et les coopératives ; un pour les transformateurs ; un pour les distributeurs ; un pour les organismes associés (fédérations régionales, centres techniques, etc.). Interbio ALPC a également créé des commissions par filière, pour accompagner ses acteurs au plus près en les faisant bénéficier d’un réseau « d’experts » dans chaque domaine : apiculture, fruits et légumes, cultures céréalières, lait, plantes, viande et viticulture.

Globalement, les missions restent les mêmes que celles des associations initiales, à savoir la promotion des produits régionaux bio et l’accompagnement des acteurs du Bio, de la conversion en Bio au montage de projet d’entreprise, en passant par l’accès à des salons de l’agroalimentaire. En 2017, Interbio compte en particulier accroitre ses propositions de formations aux professionnels, par exemple sur la transformation des produits bruts à la ferme, la vente en directe, les tables d’hôtes, l’hygiène dans l’industrie agroalimentaire, etc., pour les producteurs qui souhaiteraient diversifier leur activité.

Le plus gros challenge d’Interbio pour 2017 ? Développer des solutions pour répondre à la demande en Bio de la restauration collective (restauration scolaire, maisons de retraite, cantines de collectivités ou d’entreprise), qui peinent souvent, faute de réseau, à s’inscrire dans une démarche pérenne de consommation Bio. La Région manque surtout de transformateurs dédiés au Bio.

Une étude en cours à l’échelle du territoire

« Avec une demande de consommation qui a bondit de 10% en 2015, puis de 20% en 2016, un chiffre d’affaires de 7 milliard d’euros en France, dont un milliard estimé pour 2017 pour la seule Nouvelle-Aquitaine, on ne peut plus parler d’un marché de niche », estime Philippe Lassalle Saint-Jean, président d’Interbio. En rassemblant les trois régions Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin, la région devient la 2e productrice de Bio la plus importante de France, avec 20% des terres agricoles dédiées (ou en conversions). Grâce à ce fort développement, par la grandeur de son territoire et par la diversité de ses productions, la Nouvelle-Aquitaine a été choisie comme territoire test dans le cadre d’une étude menée par l’Europe dans 8 régions de pays européens (dont la Suisse) impliquées dans le développement du Bio. Baptisé SME Organics, ce programme a pour objectif de dresser un diagnostic des méthodes de développement de chaque contrée. « On va regarder l’évolution des techniques et des stratégies mises en place dans les différents pays, voir ce qui marche ou pas, pour ensuite appliquer ce qui fonctionne au niveau local », explique Philippe Lassalle Saint-Jean, qui fait partie du comité d’expertise, piloté par la Navarre et son Agence de développement régionale (SODENA). « Bien sûr, il faudra prendre en considération les spécificités de territoire : certaines cultures ne sont adaptées qu’à certains terroirs, ce n’est pas la peine d’essayer de les exploiter ailleurs. Mais il y a forcément des techniques, des outils ou des stratégies à mettre en commun. »

Pour le président d’Interbio, les enjeux de cette enquête vont bien au-delà des stratégies de production. « Il faut comprendre les problématiques de chacun pour mettre en place une filière durable, où les agriculteurs sont justement rétribués, pour pérenniser leur emploi et garder leur terre. […] L’autre objectif du projet, c’est d’arriver à expliquer aux politiques l’ensemble des alternatives qui existent, pour qu’ils se réinvestissent dans le développement des filières du bio.»

Les résultats de l’enquête seront connus en 2020, et déboucheront sur un plan d’action régional. Ce projet est financé à 82% par l’Europe, pour un budget global de 2.289.834 €.

Un schéma territorial à venir

En attendant les résultats de l’enquête SME organics, la Nouvelle-Aquitaine met en place un nouveau « plan d’action régional pour le développement et la structuration de l’agriculture biologique ». « Avant, chaque région de l’ALPC avait son plan d’actions régional, avec ses spécificités », explique Jérôme Orvain, élu en Limousin et conseiller régional délégué à l’agriculture biologique. « La commission agricole de la Nouvelle Aquitaine a réuni des acteurs de la Bio de longue date pour en établir un nouveau, à l’échelle de la grande région. » Des partenaires comme Interbio, la Frab ou les chambres d’agriculture ont participé au groupe de travail, co-présidé par la Région. Il en est ressorti une proposition de schéma territorial comprenant trois volets, économique, écologique et social. Ce plan régional sera soumis au vote des élus régionaux le 10 avril. « En attendant, il reste modifiable », précise Jérôme Orvain. Dans l’ensemble, ce schéma territorial reprend les grandes lignes des ex schéma territoriaux, avec des nuances et quelques ajouts. Ce plan prévoit par exemple de favoriser le contrôle du foncier par les collectivités, qui pourraient préempter pour mettre de côté puis à disposition des terres pour répondre à une demande de production locale, comme cela se fait déjà dans les agglomérations de Saint-Jean d’Angely, Périgueux et Pau, précurseurs. Il prévoit aussi un accompagnement des entreprises voulant se diversifier, ou d’imposer une part de terres cultivées en bio dans tous les lycées agricoles d’ALPC. Il favorise la recherche à la biodiversité, pour trouver les variétés adaptées au changement climatiques. Est prévu également l’accompagnement des agriculteurs en conventionnel vers une pratique vertueuse, avec une forte réduction des intrants. L’aide financière à la conversion serait maintenue, et l’aide au maintien en activité, étendue, en particulier à tous les professionnels qui seraient dans une démarche de développement durable et de protection de leur environnement (qualité du sol, de l’eau, de l’air).

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
3813
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !