Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

09/01/19 : Un incendie volontaire a été découvert ce matin à la sous-préfecture de Lesparre-Médoc. Aucune victime n'est à déplorer mais les dégâts ne permettent pas l'ouverture des services au public ce matin.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/01/19 | 14ème salon du livre ancien le 20 janvier à Bordeaux

    Lire

    L’ALAM (Association Les Amis du Livre ancien et moderne) et le SNBB (Syndicat national des Bouquinistes et des Brocanteurs) organisent, le dimanche 20 janvier de 10h à 19h, son traditionnel Salon du livre ancien, salle capitulaire de la cour Marly, à Bordeaux. Collectionneurs, chineurs, bibliophiles, amateurs, promeneurs, curieux, jeunes et moins jeunes sont attendus pour découvrir des éditions rares, BD anciennes, cartonnages des romans de Jules Verne, vieux papiers, gravures, etc…

  • 15/01/19 | Nuit de la lecture 2019 à Pessac et Libourne

    Lire

    Les villes de Pessac et Libourne proposent une soirée autour de la lecture le samedi 19 janvier à partir de 18 h 00. Cet événement participatif invite les habitants et les acteurs associatifs ou institutionnels à partager des lectures sélectionnées dans la langue de leur choix. Les textes seront lus dans leur langue d'origine, puis en français. Animations gratuites et entrée libre. Pessac : bibliothèque Pablo Neruda, 16bis allée des Mimosas. Libourne : médiathèque Condorcet, place des Recollets.

  • 15/01/19 | Le Salon des Voyages de Poitiers pour choisir vos vacances

    Lire

    Le 19 janvier, l’aéroport de Poitiers-Biard accueille en partenariat avec le département de la Vienne et Grand Poitiers le Salon des Voyages. L’occasion de découvrir les nouvelles destinations proposées par le tour-opérateur Top of Travel mais aussi les nombreuses animations. Vous pourrez par ex essayer un simulateur de vol à voile sur le stand du département et voyager dans le temps avec l’application 3D Poitiers Evolution grâce à un casque de réalité virtuelle sur le stand de Grand Poitiers.

  • 15/01/19 | Emploi : +0,2 % en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    L’URSSAF vient de publier les chiffres du 3e trimestre 2018 pour la Nouvelle-Aquitaine. Malgré une croissance ralentie pour le deuxième trimestre consécutif, 2 500 emplois ont été créés sur la période, pour une progression de 0,2 %. Le principal bassin d’emploi demeure la Gironde, avec 0,6 % d’emplois supplémentaires. Sur l’année, l’augmentation d’emplois néo-aquitains (1,4 %) reste supérieure au chiffre national (1,1 %).

  • 14/01/19 | Dassault Mérignac conforté par le programme Rafale 4

    Lire

    Réaction d'Alain Anziani, maire de Mérignac vice-président de la métropole, à l'annonce faite à Dassault Mérignac, en présence d'Eric Trappier son président, par la ministre des Armées, Florence Parly, d'un nouveau programme Rafale 4 : « Cette modernisation du Rafale confortera les activités de Dassault qui emploie à Mérignac 1400 personnes mais aussi celle des sous-traitants, soit au total 5.000 salariés ; elle renforce notre industrie aéronautique dans le monde. » Le site de Mérignac va du coup se développer avec un nouveau hangar.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Fort du Portalet : la liberté au pied du mur

29/04/2015 | Une expérience unique en France est vécue jusqu’en septembre par un groupe de détenus. Volontaires pour restaurer un édifice historique, ils apprennent un métier et redécouvrent la liberté

Six détenus restaurent le fort du XIXe siècle en découvrant le métier de maçon

« On respire. On revit et on apprend un métier. J'ai retrouvé le sourire et la liberté ». Eric, 49 ans, fait partie des six détenus qui restaurent en ce moment le fort du Portalet, au cœur de la vallée d’Aspe. L’expérience est unique en son genre en France. Elle permet à des prisonniers condamnés à des peines relativement réduites de quitter le milieu carcéral et, tout en restant surveillés, d’obtenir un diplôme professionnel : celui de maçon. Une manière efficace d’éviter la récidive et de se réinsérer dans la société, estiment les pouvoirs publics. La région Aquitaine a décidé de leur apporter son soutien financier.

Accroché à son éperon rocheux, le fort du Portalet, c’est d’abord une mémoire, pas toujours glorieuse. A partir de 1846, cet imposant édifice édifié au fin fond du Béarn sur l’ordre du roi Louis-Philippe était destiné à protéger les abords de la frontière franco-espagnole. Par la suite, sous le régime de Vichy, plusieurs personnalités y furent internées. Léon Blum et Georges Mandel figuraient parmi elles. On vit même  le maréchal Pétain séjourner dans ce site austère quelques mois après la seconde  guerre mondiale.

Aujourd’hui, l’endroit n’abrite plus que des escaliers vertigineux, des pièces glaciales, et des régiments de courants d’air. Ce qui n’empêche pas des visites d’y être organisées l’été pour des groupes restreints de touristes. Tandis que l’Etat et les collectivités locales se mobilisent pour sauvegarder le site  et le rendre plus accessible encore au public. Alain Rousset, le président du Conseil régional, qui a ses habitudes en vallée d’Aspe, rêve par exemple de voir se créer ici un festival de théâtre historique.

Chaque soir, dans le village voisinEn attendant, le pain ne manque pas sur la planche. Car le vent, la pluie et le temps qui passe ont fait  leur travail de sape. Il n'y a donc rien d’étonnant à ce que le lieu ait  été choisi pour mener une expérience originale.

 Six détenus de la maison de Pau, rebaptisés stagiaires pour la circonstance et sélectionnés parmi une quinzaine de volontaires, y découvrent jusqu’à la fin septembre le métier de maçon. Ils dorment chaque soir dans un gite du village voisin, Sarrance. Avec la possibilité de retrouver leurs proches le week-end. Bref, ils oublient les barreaux et la prison.

Le fort du Portalet, accrroché sur un éperon rocheux, au coeur de la vallée d'Aspe

« Les journées sont bien remplies »Que l’on ne se méprenne pas. L’affaire n’a rien d’un camp de vacances. Les journées de travail et de cours théoriques, que l’on révise généralement jusqu’à 23 heures, sont bien remplies. Les taches consistant à enduire des parois, refaire murets et manteaux de cheminée exigent de la rigueur. Quant à la discipline, elle est stricte. Même si elle n’est plus assurée par le personnel pénitentiaire. Une sortie quotidienne d'une heure est autorisée. Mais l'alcool est interdit. Un comportement irréprochable est exigé. Et le retour en cellule est garanti au moindre dérapage.

De toute évidence, la méthode fonctionne bien. Formés par les Compagnons du Devoir,  les stagiaires sont encadrés et accompagnés par les membres d’une association locale d’insertion : Estivade. L'ensemble est supervisé par le service pénitentiaire d’insertion et de probation. Tout un suivi qui permet également aux intéressés de se préparer  à la recherche d’un futur emploi, en apprenant entre autres à rédiger un CV.

On n’était jamais allé aussi loinDe nombreuses formations professionnelles sont déjà proposées aux 2 600 détenus que l’on dénombre en Aquitaine. Qu’il s’agisse de devenir cuisinier, comme à Bayonne, peintre en bâtiment comme à Gradignan, horticulteur comme à Mauzac, et l’on en passe…

Depuis quatre ans, plus de 3 000 personnes en ont bénéficié, avec un taux de réussite de plus de 90% aux examens pour celles qui parviennent à aller jusqu’au bout du processus, précise Alain Rousset. « Une somme de 1,38 million d’euros a été consacrée à la formation par le Conseil régional, qui exerce ici l’un de ses domaines de compétences. »

Par contre, on n’était jamais allé aussi loin dans la démarche. C’est-à-dire hors du milieu carcéral, comme cela se pratique au fort du Portalet.

« Une telle initiative relève d’une très forte volonté d’insertion » souligne le préfet, Pierre-André Durand. Tandis que les services de la Justice insistent sur la motivation des détenus choisis pour mener l’expérience. Des personnes qui, après avoir été condamnées entre 1 et 3 ans de prison, par exemple pour des faits de violences ou de trafic de stupéfiant, sont sélectionnées en fonction de divers critères : leur comportement au sein de l’établissement pénitentiaire, leur manque de diplôme, le reliquat de peine qu’elles ont à accomplir. « Mais d'abord leur réelle volonté de s’en sortir ».

 " Bien pour repartir sur de bonnes bases "« Cette formation, c’est une vraie chance. Elle va me permettre d’effacer le mauvais passage que j’ai connu dans ma vie » reconnait ainsi Jean,  38 ans, qui compte en profiter pour compléter les compétences techniques dont il bénéficiait déjà dans le bâtiment. Et surtout,  ne jamais retourner derrière les barreaux.  « Tout le monde sait ce qui s’y passe. Pour les plus faibles, c’est très dur ».

Mêmes échos chez Fred, un Béarnais de 40 ans, qui apprécie l’esprit de solidarité régnant parmi les stagiaires du Portalet. « Ce projet, c’est bien pour repartir sur de bonnes bases. J’avais déjà goûté à la prison il y a vingt ans. Je m’en foutais. Je ne voyais pas la vie très loin. Aujourd’hui, j’ai deux petits garçons. Je ne rechuterai pas ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
7068
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !