aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 30/09/16 | Fête des voisins à Cenon le 6 octobre

    Lire

    Fidaquitaine, cabinet d'expertise comptable organise lee 6 octobre la 3ème édition de la «Fête des Voisins du Travail » à Cenon (33). Son principe, basé sur la rencontre et l’échange professionnel, réunit salariés et chefs d'entreprises situés à proximité autour d’un midi festif. Cette année, la Ville présentera le portail des commerçants , qui recense les commerçants et artisans exerçant dans la commune en quelques clics! Les inscriptions pour les commandes des menus sont ouvertes jusqu'au 04 octobre. Rens: Fidaquitaine (Rémi Houbion, responsable marketing) au 05 56 40 54 74

  • 30/09/16 | Salon Horizon Vert, les 1er et 2 octobre au Parc des expos de Villeneuve/Lot

    Lire

    Ce rendez-vous dédié à l'écologie fait la part belle cette année à la biodiversité dans tous ses aspects. L'occasion de découvrir, à travers conférences, ateliers et autres animations, quelques exemples de tout ce qui peut être fait au quotidien pour protéger la biodiversité. L'inauguration se déroulera le samedi 1er octobre à 11h. Ce salon est ouvert de 10h à 19h, et le samedi jusqu'à 23h pour l'espace restauration/spectacle. Tarifs : 2,50 €/adulte - Gratuit pour les moins de 20 ans.

  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Fort du Portalet : la liberté au pied du mur

29/04/2015 | Une expérience unique en France est vécue jusqu’en septembre par un groupe de détenus. Volontaires pour restaurer un édifice historique, ils apprennent un métier et redécouvrent la liberté

Six détenus restaurent le fort du XIXe siècle en découvrant le métier de maçon

« On respire. On revit et on apprend un métier. J'ai retrouvé le sourire et la liberté ». Eric, 49 ans, fait partie des six détenus qui restaurent en ce moment le fort du Portalet, au cœur de la vallée d’Aspe. L’expérience est unique en son genre en France. Elle permet à des prisonniers condamnés à des peines relativement réduites de quitter le milieu carcéral et, tout en restant surveillés, d’obtenir un diplôme professionnel : celui de maçon. Une manière efficace d’éviter la récidive et de se réinsérer dans la société, estiment les pouvoirs publics. La région Aquitaine a décidé de leur apporter son soutien financier.

Accroché à son éperon rocheux, le fort du Portalet, c’est d’abord une mémoire, pas toujours glorieuse. A partir de 1846, cet imposant édifice édifié au fin fond du Béarn sur l’ordre du roi Louis-Philippe était destiné à protéger les abords de la frontière franco-espagnole. Par la suite, sous le régime de Vichy, plusieurs personnalités y furent internées. Léon Blum et Georges Mandel figuraient parmi elles. On vit même  le maréchal Pétain séjourner dans ce site austère quelques mois après la seconde  guerre mondiale.

Aujourd’hui, l’endroit n’abrite plus que des escaliers vertigineux, des pièces glaciales, et des régiments de courants d’air. Ce qui n’empêche pas des visites d’y être organisées l’été pour des groupes restreints de touristes. Tandis que l’Etat et les collectivités locales se mobilisent pour sauvegarder le site  et le rendre plus accessible encore au public. Alain Rousset, le président du Conseil régional, qui a ses habitudes en vallée d’Aspe, rêve par exemple de voir se créer ici un festival de théâtre historique.

Chaque soir, dans le village voisinEn attendant, le pain ne manque pas sur la planche. Car le vent, la pluie et le temps qui passe ont fait  leur travail de sape. Il n'y a donc rien d’étonnant à ce que le lieu ait  été choisi pour mener une expérience originale.

 Six détenus de la maison de Pau, rebaptisés stagiaires pour la circonstance et sélectionnés parmi une quinzaine de volontaires, y découvrent jusqu’à la fin septembre le métier de maçon. Ils dorment chaque soir dans un gite du village voisin, Sarrance. Avec la possibilité de retrouver leurs proches le week-end. Bref, ils oublient les barreaux et la prison.

Le fort du Portalet, accrroché sur un éperon rocheux, au coeur de la vallée d'Aspe

« Les journées sont bien remplies »Que l’on ne se méprenne pas. L’affaire n’a rien d’un camp de vacances. Les journées de travail et de cours théoriques, que l’on révise généralement jusqu’à 23 heures, sont bien remplies. Les taches consistant à enduire des parois, refaire murets et manteaux de cheminée exigent de la rigueur. Quant à la discipline, elle est stricte. Même si elle n’est plus assurée par le personnel pénitentiaire. Une sortie quotidienne d'une heure est autorisée. Mais l'alcool est interdit. Un comportement irréprochable est exigé. Et le retour en cellule est garanti au moindre dérapage.

De toute évidence, la méthode fonctionne bien. Formés par les Compagnons du Devoir,  les stagiaires sont encadrés et accompagnés par les membres d’une association locale d’insertion : Estivade. L'ensemble est supervisé par le service pénitentiaire d’insertion et de probation. Tout un suivi qui permet également aux intéressés de se préparer  à la recherche d’un futur emploi, en apprenant entre autres à rédiger un CV.

On n’était jamais allé aussi loinDe nombreuses formations professionnelles sont déjà proposées aux 2 600 détenus que l’on dénombre en Aquitaine. Qu’il s’agisse de devenir cuisinier, comme à Bayonne, peintre en bâtiment comme à Gradignan, horticulteur comme à Mauzac, et l’on en passe…

Depuis quatre ans, plus de 3 000 personnes en ont bénéficié, avec un taux de réussite de plus de 90% aux examens pour celles qui parviennent à aller jusqu’au bout du processus, précise Alain Rousset. « Une somme de 1,38 million d’euros a été consacrée à la formation par le Conseil régional, qui exerce ici l’un de ses domaines de compétences. »

Par contre, on n’était jamais allé aussi loin dans la démarche. C’est-à-dire hors du milieu carcéral, comme cela se pratique au fort du Portalet.

« Une telle initiative relève d’une très forte volonté d’insertion » souligne le préfet, Pierre-André Durand. Tandis que les services de la Justice insistent sur la motivation des détenus choisis pour mener l’expérience. Des personnes qui, après avoir été condamnées entre 1 et 3 ans de prison, par exemple pour des faits de violences ou de trafic de stupéfiant, sont sélectionnées en fonction de divers critères : leur comportement au sein de l’établissement pénitentiaire, leur manque de diplôme, le reliquat de peine qu’elles ont à accomplir. « Mais d'abord leur réelle volonté de s’en sortir ».

 " Bien pour repartir sur de bonnes bases "« Cette formation, c’est une vraie chance. Elle va me permettre d’effacer le mauvais passage que j’ai connu dans ma vie » reconnait ainsi Jean,  38 ans, qui compte en profiter pour compléter les compétences techniques dont il bénéficiait déjà dans le bâtiment. Et surtout,  ne jamais retourner derrière les barreaux.  « Tout le monde sait ce qui s’y passe. Pour les plus faibles, c’est très dur ».

Mêmes échos chez Fred, un Béarnais de 40 ans, qui apprécie l’esprit de solidarité régnant parmi les stagiaires du Portalet. « Ce projet, c’est bien pour repartir sur de bonnes bases. J’avais déjà goûté à la prison il y a vingt ans. Je m’en foutais. Je ne voyais pas la vie très loin. Aujourd’hui, j’ai deux petits garçons. Je ne rechuterai pas ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5530
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !