Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Futuroscope : dans la peau du copilote de Sébastien Loeb

25/03/2018 | Le pilote de rallye et nonuple champion du monde est venu inaugurer en personne Xpérience Sébastien Loeb Racing, la nouvelle attraction du Futuroscope.

Sébastien Loeb est venu inaugurer en personne sa nouvelle attraction au Futuroscope. Une expérience en tant que copilote aux côtés du nonuple champion du monde de rallye.

Ce samedi 24 mars, le Futuroscope a inauguré sa dernière attraction : Xpérience Sébastien Loeb Racing. Elle propose d'être le copilote du nonuple champion du monde des rallyes durant un peu moins de trois minutes chrono. L'Alsacien est venu inaugurer en personne cette nouvelle attraction où les visiteurs vont pouvoir vivre ce que ressent un copilote de rallye grâce au simulateur et au casque de réalité virtuelle. Xpérience sera également la dernière attraction inaugurée par Dominique Hummel. Le président du directoire du Futuroscope quitte en effet ses fonctions le 31 mars.

10h, le parc du Futuroscope ouvre. Les invités s’amassent peu à peu à côté d’un podium de rallye. Rien à l’horizon… Quelques présentations et une mise en scène, quand soudain un vrombissement retentit dans les allées du parc d’attraction. La 208 WRX apparaît. Aux commandes, le nonuple champion du monde des rallyes : Sébastien Loeb. 

Il ne pouvait que répondre présent à l’inauguration de son attraction. Une attraction particulière qui intègre les nouvelles technologies telles que la réalité virtuelle (VR). « Certains disent que la VR signe la mort des parcs d’attraction. Par provocation, on a recherché des outils qui subliment ce casque de réalité virtuelle. On a utilisé un siège baquet et plein d’autres choses pour raconter une histoire », confie Dominique Hummel, président du directoire du Futuroscope.

L’innovation toujours

Le Futuroscope se veut toujours novateur, dans l’ère du temps et surtout en avance. Avec la première attraction en VR5D associant réalité virtuelle, sensations physiques, sonores, la 6K, la vision subjective en temps réel. Très peu de Français ont accès à ces casques de réalité virtuelle. Même si ça se démocratise à l’échelle mondiale avec 20 millions de casques vendus cette année. 

Pour mettre en avant cette nouveauté et l’exploiter, le Futuroscope a sollicité Sébastien Loeb en juin 2016, qui a accepté de relever le défi. L’aventure a commencé en janvier 2017. « Il a fallu s’adosser à quelqu’un qui nous donne de la crédibilité. On a donc pensé à Sébastien Loeb. On s’est donné le défi de faire vivre les mêmes sensations qu’un copilote peut avoir à ses côtés dans l’habitacle d’une voiture de rallye survitaminée », explique Dominique Hummel.

Sébastien Loeb s'est lui aussi glissé dans la peau d'un copilote en testant la nouvelle attraction aux côtés de Dominique Hummel.

Dans le siège baquet

L’expérience débute dès que l’on s’installe dans le siège. Un siège baquet digne de la compétition automobile. On sent immédiatement les vibrations du moteur. Dès que Sébastien Loeb enclenche la première, on est collé au siège. Les routes escarpées, accidentées. Le pilote emprunte des pistes de terre, des bosses, des virages serrés au frein à main. On est littéralement brassé dans tous les sens. Et tout ça, comme si on y était. Le casque de réalité virtuelle nous immerge dans l’habitacle.  

Sébastien Loeb, qui revient des essais en Corse, a lui aussi pris place pour tester cette attraction. « Je vous avoue que ça m’a fait bizarre d’être mon propre copilote, rigole-t-il. On a la sensation de vivre la course dans la voiture. Ce n’est vraiment pas pareil qu’avec les caméras embarquées, où quand on regarde les images on est souvent déçu par le manque de sensations, de vitesse. Là, le défi technologique est relevé. J’ai la sensation de mieux partager mon expérience. » En une séance, il peut emmener plus de 108 copilotes dans sa voiture, beaucoup plus que les dizaines de baptêmes proposés chaque année.

Au total, 108 sièges sont disponible pour vivre l'Xpérience Sébastien Loeb Racing

Les équipes, créatifs et ingénieurs du parc, se sont rendues au CES Las Vegas, au centre d’innovation de Sony au Japon, entre autres, pour tester ce matériel. Olivier Héral, directeur de création au parc du Futuroscope, travaille avec ses équipes depuis trois ans sur ce projet de réalité virtuelle. « Il existait cette technologie mais on devait trouver comment raconter une histoire avec elle ».

Un film digne du cinéma 

« Le simulateur vient de l’industrie de l’aéronautique, précise Elodie Arnaud, chef de projet au parc du Futuroscope. Avec de la finesse, de la précision dans le mouvement pour qu’il soit le plus réel possible ». Pour cela les équipes de production ont installé des capteurs sur la voiture durant le tournage afin de reproduire toutes les vibrations et les mouvements de caisse ». Le film a été tourné en juin 2017 durant 7 jours et a nécessité 5 mois de post-production. « Travailler sur ce projet innovant a été un véritable défi. On a eu beaucoup de contraintes durant le tournage pour essayer de gommer durant la captation les aspérités de la route.  On a tourné avec les meilleurs équipements en 6K et en 360° pour réaliser un film digne du cinéma », explique Cédric Fray, CEO de Fray Média. Pour ce tournage, une centaine de personnes a été mobilisée, dont 40 pour la production. Coût total de l'investissement : 6,5 millions d'euros (dont 1,2 million investi par le département de la Vienne).

Une prouesse technique où les visiteurs seront en immersion à l’intérieur de l’habitacle d’une voiture de rallye de 580 chevaux. Chacun se « fera son film » selon l’orientation de son regard. Pour que  cela fonctionne chaque casque a été relié à son propre ordinateur. Toute une gestion et une mise au point qu’il a fallu peaufiner jusqu’aux derniers instants. Pour devenir le copilote de Sébastien Loeb, il va falloir encore patienter un peu. L’attraction ouvre à partir du 7 avril au public qui sera embarqué durant 2 minutes et 57 secondes aux côtés du champion du monde des rallyes. Le Futuroscope espère faire partager ce privilège avec les 2 millions de visiteurs qu’il y aura cette année.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr et Futuroscope

Partager sur Facebook
Vu par vous
6457
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !