18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

27/04/22 : DORDOGNE- L'épizootie aviaire se poursuit: au 26 avril, 52 foyers sont confirmés, soit 7 foyers de plus en 3 jours. 2 suspicions de foyers sont encore en cours d'analyse. Le dépeuplement préventif des élevages frôle les 500 000 volailles abattues.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/05/22 | 36 Ukrainiens accueillis à Bayonne

    Lire

    Mardi 17 mai, un bus de 36 déplacés d’Ukraine est arrivé à Bayonne, en provenance de Paris. Logés au lycée Louis de Foix, à Bayonne, ils s’ajoutent aux 782 déplacés d’Ukraine déjà en Pyrénées-Atlantiques, dont 288 enfants. Ils bénéficient d'une autorisation de séjour, d'une complémentaire santé et possibilité de travailler et de demander l’allocation pour demandeurs d’asile. Les enfants sont accueillis dans les établissements publics et privés et tous bénéficient d’un accompagnement social par l’association Atherbea.

  • 18/05/22 | La Maison Barthouil agrandit son espace de visite

    Lire

    A Peyrehorade dans les Landes, la Maison Barthouil est spécialisée dans la production artisanale de saumons fumés et de foie gras. Labellisée « Entreprise Patrimoine Vivant » en 2021, elle souhaite agrandir et rénover son espace de visite. Grâce au rachat de la parcelle attenante aux ateliers de production, l'espace de visite pourra accueillir à la fin de l'été trois fois plus de visiteurs. Le futur espace de visite vise la labellisation « Tourisme et Handicap ».

  • 18/05/22 | 32 actions pour le Parc Naturel Régional Millevaches

    Lire

    Le Parc Naturel Régional Millevaches en Limousin propose pour cette année 2022, 32 actions portant sur l'amélioration des connaissances naturalistes et de la biodiversité du territoire, la valorisation et la diffusion de la culture occitane. Elle souhaite également développer une agriculture et une alimentation durable. Ce programme d'actions 2022 s'accompagnera aussi de missions d'animation ainsi qu'une promotion du tourisme durable.

  • 18/05/22 | Influenza aviaire : un 2nd foyer en Charente

    Lire

    Un 2nd foyer d'influenza aviaire vient d'être révélé dans un élevage de canards de Laprade en Charente. Une zone de protection de 3km autour du foyer ainsi qu'une zone de surveillance de 10km ont été mises en place tout comme la désinfection de l'exploitation. Afin de prévenir une éventuelle diffusion du virus, l'exploitation a été dépeuplée.

  • 17/05/22 | Pays Basque : un projet structurant pour la filière ovin viande

    Lire

    La coopérative Amatik dans le Pays Basque, rassemble 75 éleveurs ovins races laitières et en race viande. Afin de mutualiser et sécuriser les circuits logistiques amont et aval des animaux, elle va créer un centre de rassemblement et d'engraissement sur un même site. Objectif: plus d'attractivité pour la filière viande par le retour de la valeur ajoutée aux éleveurs, le développement de l’approvisionnement des boucheries traditionnelles locales ainsi que la valorisation de la production des agneaux de lait sous label rouge fermier. Un projet soutenu par le Conseil régional à hauteur de 116 706 €

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Futuroscope, l'optimisme dans un contexte difficile

16/06/2020 | Le parc du Futuroscope dans la Vienne a rouvert ses portes les 13 et 14 juin. Malgré le contexte difficile, les équipes et la direction se veulent optimistes.

1

Le Futuroscope, parc de loisirs situé à Chasseneuil-du-Poitou, dans la Vienne, a rouvert ses portes ce week-end du 13 et 14 juin. Une réouverture après trois mois de confinement. Seulement 3 500 visiteurs par jour peuvent découvrir les nouveautés 2020 du parc. Pour l'instant 95% de l'offre est disponible au public. Seulement deux attractions restent fermées. Cette année était prévue l'inauguration du plus gros investissement jamais réalisé avec l'attraction Objectif Mars. Un roller coaster familial qui propose des sensations inédites sur le parc du Futuroscope. Même si en 2020, il sera difficile de faire aussi bien que l'an passé en terme de fréquentation, Rodolphe Bouin, directeur général du Futuroscope, et ses équipes restent confiants pour l'avenir et regorgent d'idées nouvelles pour le développement...

Réouverture en fanfare ce week-end du 13 et 14 juin au parc du Futuroscope à Chasseneuil-du-Poitou dans la Vienne. Ce samedi près de 3 500 personnes ont pu de nouveau fouler les allées du parc d'attractions familial. Une réouverture après 3 mois d'arrêt – le parc avait dû fermer ses portes à la suite de la crise sanitaire liée au Covid-19 le 15 mars dernier. Sur les 800 personnes alors en contrat, 720 ont repris le chemin du travail ce week-end. Il est 10 heures voire un peu plus tôt lorsque les premiers visiteurs franchissent – le plus souvent masqués – les portes du Futuroscope. « Cela fait du bien de réentendre les fanfares au Futuroscope, commente Rodolphe Bouin, président du directoire du parc. C'est un grand moment aujourd'hui, il y a beaucoup d'émotions. Je remercie les équipes du Futuroscope qui sont restées fidèles et ont répondu présentes pour qu'on rouvre dans les meilleures conditions ce samedi. Depuis quinze jours, elles se réactivent en coulisses, je peux vous dire, sous leur masque, on pouvait voir leur sourire ». Preuve que tous étaient impatients de reprendre le travail.

Il a fallu faire différemment, se réadapter pour la réouverture du parc. Ce samedi 13 juin, 3 500 visiteurs se sont rendus au Futuroscope. Un chiffre précis puisque désormais il faut réserver à l'avance sa venue sur le site Internet du parc d'attractions. « On sait très précisément combien de visiteurs viennent dans un souci de maîtrise de flux. Sur un week-end comme celui-là, on devrait être à près de 8 000 visiteurs par jour. On a voulu une réouverture progressive. Pour prendre le temps. Ne pas brusquer les choses. Toutefois, on espère avoir plus de réservations en juillet, août et septembre », poursuit Rodolphe Bouin. Car pour l’instant, le parc est seulement ouvert les week-ends (ceux du 13-14 et 20-21 juin). Il le sera tous les jours à partir du 27 juin.

Des pertes colossales : mais ils sont prêts.

Confiance paraît le mot qui définit le mieux le sentiment de tous. Une confiance retrouvée et une confiance exprimée notamment par Rodolphe Bouin, directeur général du Futuroscope. « C'est compliqué de rouvrir après trois mois de confinement, on a respecté les consignes, établi un protocole sanitaire validé par les services de la préfecture ». Les masques sont donc obligatoires dans toutes les attractions (fortement conseillés en extérieur), qui sont désinfectées après chaque utilisation d'ailleurs, les distances sont respectées, les capacités des attractions, des boutiques, des restaurants ont été réduites, 250 points de distribution de gel hydroalcoolique sont proposés au public. « On a même été plus loin que ce qu'il nous était imposé ». Pas de limite d'entrées pour le parc de la Vienne puisque les textes parlent de 5 000 personnes maximum en milieu fermé. Cependant pour ce premier week-end d'ouverture les réservations étaient bloquées à 3 500 personnes... « Nous allons débriefer cette semaine pour voir ce qui va ou pas et alléger certaines mesures ou non. Puis nous avons tout de même multiplié la facture avec l'entreprise de nettoyage par trois ou quatre », précise le directeur général.
Lors de la conférence de presse, Loïc Bonhoure, directeur général adjoint de la Compagnie des Alpes, l'un des actionnaires, a rappelé que le Futuroscope était le premier de leurs 9 parcs de loisirs à rouvrir après le confinement. « Ce lundi ce sera au tour du parc Astérix. Je pense que toutes les équipes ont su être solidaires pour vivre cette période difficile. Il faut qu'on aide les Français à revivre des expériences extraordinaires, immersives, qui leur fassent oublier un peu le confinement... tout en assurant la sécurité à nos visiteurs et à nos employés ».


Le Futuroscope a déjà fait un bilan de cette crise sanitaire du Covid-19. Des pertes colossales. 500 000 euros de chiffre d'affaires par jour et 200 000 euros de bénéfice par jour, pour les mois d'avril et mai. D'autant plus que cette année, la météo était au rendez-vous et les ponts bien positionnés. Quelques regrets mais comme le résumait Rodolphe Bouin « le Futuroscope a toujours su répondre présent après des périodes de crise ». Il espère retrouver rapidement la clientèle car ce parc d'attractions reste ambitieux et compte franchir un cap.

La distance est respectée dans toutes les attractions. Entre chaque tour, tout est désinfecté. Le Futuroscope a pris ses dispositions pour pouvoir accueillir en toute sécurité le public.

Ce cap d'ailleurs, ils comptent le franchir avec de nouvelles attractions. Pour l'instant le Futuroscope propose 95% de son offre. « On espère réarmer rapidement les attractions qui ne sont pas encore ouvertes. Entre autre : L'Arena Fun Xperiences (avec des toboggans en chute libre) et le Sébastien Loeb Racing Xperience. Sur six attractions (Objectif Mars, L'Extraordinaire Voyage, Danse avec les Robots, La Machine à Voyager dans le Temps, Dynamic!, Arthur, l’aventure 4D ) et dans le but de maîtriser un peu plus les flux, éviter les files d'attente trop importantes, le parc a mis en place une réservation en ligne via une application (Lineberty). Les visiteurs réservent tout simplement un créneau.

Objectif Mars, la nouvelle attraction du Futuroscope a été inaugurée ce samedi 13 juin. C'est le premier roller coaster familial du parc.

Une nouvelle attraction comme locomotive

C'est pour cela qu'il n'y avait pas trop de monde pour découvrir Objectif Mars. La nouvelle attraction du Futuroscope. Le premier roller coaster (sorte de montagne russe) du parc de loisirs. Le plus gros investissement depuis la création en 1987, soit 20 millions d'euros. « Nous avons voulu faire vivre une expérience extraordinaire à nos visiteurs, celle d'aller sur Mars, explique avec un brin de passion Olivier Héral, directeur de création au Futuroscope. Avant d'embarquer dans le roller coaster, on découvre plusieurs choses sur la planète et aussi quelques étapes de préparation ». Ces espaces ont été établis en collaboration avec deux partenaires scientifiques l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) et le CNES (Centre National d'Etudes Spatiales). Le but reste de sensibiliser le grand public et d'en apprendre un peu plus sur Mars et de se préparer finalement à l'extraordinaire voyage. Coïncidence du calendrier (ou non), une astromobile doit être envoyée au mois de juillet ou août sur Mars et devrait atterrir en février 2021 pour étudier le sol et les roches en profondeur de la planète rouge.


Après une attente, somme toute modérée, on embarque dans des wagons pour pratiquement trois minutes de sensations qui mettent différents sens en éveil. En plus de suivre les rails, les wagons sont rotatifs, inspirés par le matériel d'entraînement des astronautes de la NASA. Un moment rapide qui a tout de même goût de « reviens-y ». On peut admirer l'attraction depuis l'extérieur, cependant c'est réellement dans le wagon qu'on découvre les sensations et une surprise qui attend chaque « astronaute » en préparation à la fin du tour... En quelques chiffres, les wagons atteignent tout de même 55 km/h, 114 moteurs à roues de friction les propulsent tout au long du parcours sur 500 m de rails. A terme, l'attraction pourra accueillir 1 000 personnes à l'heure. Mais en cette période de retour progressif, la fréquentation a été réduite. Et pour cause les wagons sont remplis en quinconces (pour ceux qui ne sont pas en famille ou en tribu ), chaque wagon est désinfecté entre chaque passage (ça prend un peu plus de temps)...


En tout cas, à la sortie, ce sont des sourires qui se lisent sous le masque. Maxime, Noa, Samuel sont venus entre copains. Ils ont déjà fait d'autres roller coaster. « Celui-là est petit », commente l'un d'entre eux habitué aux grands-huit géants. « Mais, ils ont tout de suite dit qu'ils voulaient refaire un tour », rassure la mère de famille, Magali, qui les a accompagnés sur l'attraction. Elle aussi est conquise. Objectif Mars reste toujours dans l'ADN du Futuroscope qui s'adresse à une clientèle familiale. « Notre cible reste les personnes de 7 à 77 ans, précise Olivier Héral. Avec ce roller coaster on a mis en avant de nouvelles sensations et quelques curiosités qui sont partagées en famille. C'est sur ce crédo que l'on travaille pour développer de nouvelles attractions. On est en train d'en imaginer deux nouvelles qui seront à découvrir bientôt ». On sent toute l'imagination en ébullition derrière cette remarque.

Rodolphe Bouin reste réaliste avec 600 000 visiteurs en moins, lié au confinement, cela va être difficile d'avoir 1,9 million d'entrées cette année. « J'ai confiance tout de même pour qu'on réalise un bel été ». Puis, le Futuroscope a mis en place des offres attractives pour les habitants de la Vienne. Du 20 juin au 19 juillet 2020, ils auront accès au parc pour 25 euros (tarif unique sur justificatif de domicile). Pour le personnel soignant de la Vienne du 20 juin au 30 septembre 2020, en signe de reconnaissance de leur engagement pendant la crise sanitaire, le Futuroscope propose une invitation individuelle (sur présentation d'un bulletin de salaire ou d'une carte professionnelle). Ce week-end du 13-14 juin, on a senti que cette zone touristique et économique allait se relancer. Le site revit de tout son âme, respire de nouveau... Maintenant, il faut que les hôtels de la zone rouvrent également pour accueillir un grand nombre de visiteurs. « Nous n'avons pas encore repris à 100% tous nos contrats, mais j'espère que ça se fera le plus rapidement de possible et qu'on recrutera même des renforts dès le mois de juillet. Ce serait bon signe », conclut Rodolphe Bouin.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9559
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Delphine Rouba, écrivain public - Dans le secret des mots Société | 17/05/2022

Ecrivain public, Delphine met sa plume au service des autres

Du 14 au 29 mai 2022, opération Chaussez vos bottes Société | 13/05/2022

« Chaussez vos bottes », des idées de sorties pour découvrir et fêter l'agriculture !

Messieurs Layan, Picard et Bedecarrax lors de la présentation du Groupe Soïkos à la presse. Société | 11/05/2022

Logement : Soïkos, la nouvelle maison commune du Toit Girondin et de Mésolia

L’association « Mes mains en or », et des jeunes de l'association Trisomie 21 ont été récompensée le 7 avril par le Trophée de l’engagement solidaire Société | 09/05/2022

Le Trophée de l’engagement solidaire décerné à un livre rédigé par des déficients intellectuels

domofrance medef Société | 09/05/2022

Logement : Domofrance et le MEDEF unis pour répondre à la demande dans un contexte tendu

Le centre de soins et de formations de Peyrat-le-Château sera sans équivalent en Haute-Vienne Société | 05/05/2022

Un appel aux dons pour construire un centre de soins sans équivalent à Peyrat-le-Château

Stéphanie Ioan, directrice de Bordeaux Mécènes Solidaires. Société | 04/05/2022

Bordeaux Mécènes Solidaires, « le Meetic entreprises-associations »

Nathan et Etienne s’élanceront de Biarritz le 5 mai pour tenter de rallier Marrakech pour la 25ème édition  du 4 L Trophy au volant d’une Clan GTL. Société | 04/05/2022

Le 4L Trophy de l'espoir pour Nathan greffé d'un rein

alex Société | 26/04/2022

Cancer et retour à l'emploi : l'Institut Bergonié teste la plateforme « Alex pour 1000 patients »

Jérémie Combelles, ses deux collègues Pompiers Solidaires et un intervenant polonais sur place. Société | 21/04/2022

Solidarité Ukraine : Jérémie Combelles, Pompier Solidaire raconte son intervention en Pologne

Le festival attire chaque année quelque 70 000 visiteurs Société | 14/04/2022

Quatre bonnes raisons d’aller au festival du cerf-volant de Chatelaillon

Jean-Claude Laprie, déclaré mort par erreur en compagnie du député Jean Pierre Cubertafon Société | 12/04/2022

Déclaré décédé par erreur, le périgourdin est bien vivant et dans les ennuis

Danielle, une bénévole, Camille, Zoé et Benoîte, au départ du projet Société | 07/04/2022

A Thiviers, un lieu utile aux autres et à la planète

Le château de Commarque aux Eyzies de Tayac (24) Société | 05/04/2022

Tourisme : Découvertes inédites de la vie de château en Dordogne et en Lot-et Garonne

Les résultats sont publiés sur le réseau de surveillance Obépine. Société | 30/03/2022

La traque des variants du Covid-19 se poursuit dans les eaux usées de Limoges avec l’arrivée du BA2