Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/04/21 | Elections départementales et régionales : les maires ont dit non au report

    Lire

    Si la consultation auprès des maires organisée ce week-end en urgence par le Gouvernement sur le maintien des élections régionales et départementales en juin prochain avait soulevé quelques réactions épidermiques de nombreux élus _ « consultations rocambolesque » pointait l'association des Maires de France _ les retours de cette consultations pèsent pour le maintien des élections : sur les 24 000 maires qui ont répondu, 56% se sont positionnés en ce sens. La balle est désormais dans le camp des parlementaires.

  • 13/04/21 | Un concours photo « En Contraste »

    Lire

    Depuis le 17 mars, Talence Evènements a lancé un concours photo amateur ouvert à tous les habitants de la métropole. La photo « En Contraste » devra être prise à Talence ou faire un clin d’oeil à la Ville. Les 22 photos sélectionnés par le public du 1er au 30 juin seront exposées durant l’été sur les grilles du parc Peixotto et les 3 gagnants se verront remettre un prix en juillet. Les participants ont jusqu’au 9 mai pour déposer leur photo. Plus d’infos sur le site de Talence Evènements".

  • 13/04/21 | Les huiles se développe au GAEC ferme Dana

    Lire

    Dans la Vienne, le GAEC ferme DANA produit des oléagineux transformés en huiles pour l’alimentation. Depuis 2012, cette activité est passée de 800 litres par an à plus de 7000, commercialisées grâce à un réseau de boutiques de proximité. Pour continuer, le GAEC va adapter ces installations en automatisant certaines tâches en aménagement un hangar notamment. Pour ce projet, il a bénéficié d’une aide de l’Union Européenne de 24 961 €.

  • 13/04/21 | Périgueux valorise son patrimoine antique

    Lire

    Depuis quelques années, Périgueux a engagé un programme de valorisation de son patrimoine gallo-romain au travers notamment d’une déambulation douce dans les vestiges. Le Musée Vésunna de Jean Nouvel va être rattaché à ce parcours pour permettre à l’ensemble de ce parcours piéton de mettre en perspective et en interprétation le patrimoine du quartier de la Cité.

  • 12/04/21 | A Sare, le boucher ouvre... des gîtes !

    Lire

    Les propriétaires d'une boucherie charcuterie traiteur dans le centre bourg de Sare (64) ont acquis en 2020 une maison située à proximité directe de leur magasin. Leur objectif : rénover la maison pour créer 3 types d'activités différentes! Au rez-de-chaussée un point de vente complémentaire, au 1er étage, un gîte d'étape de grande capacité et au 2ème étage, 2 logements pour saisonniers. Outre l'audace et l'originalité du projet porté par la SARL Larrun Lodge, il répondra au besoin d'accueil des saisonniers, nombreux sur le territoire du fait de la proximité de la côte et de l'attractivité touristique du village.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Gérald Darmanin à Bayonne en témoin déterminé "de l'émotion des Français"

12/07/2020 | Le ministre de l'Intérieur s'est longuement entretenu avec les chauffeurs samedi en présence des élus locaux avec un leitmotiv: "réaffirmer l'autorité"

Visite Darmanin à Bayonne

C'est par une visite de soutien à l'épouse et aux trois filles de Philippe Monguillot, ce chauffeur mortellement roué de coups dimanche dernier, que le ministre de l'Intérieur a effectué sa première visite à Bayonne samedi après-midi. Accompagné de A à Z par des élus de la Côte basque, les parlementaires, députés et sénateurs, par le préfet Éric Spitz et le sous-préfet Hervé Jonathan. Comme l'incarnation d'un nouveau ton après le meurtre "odieux, inqualifiable", un acte barbare." Point fort, le ministre s'est entretenu sans filtre pendant 45 minutes avec des chauffeurs...traumatisés et en colère.

Le passage et les propos du nouveau ministre de l'Intérieur à Bayonne Gérald Darmanin feront assurément jurisprudence après le drame que la cité du Pays basque a connu en fin de semaine dernière. Victime, malgré elle, d'une blessure que l'on attribuait plus communément aux dites grandes métropoles. "Il ne faut pas banaliser les faits, la solution est de rétablir l'autorité." Ce leitmotiv, il rappellera en fin de visite devant la presse au dépôt des bus de l'agglomération.

C'est tout d'abord par une rencontre hors caméra au domicile de Véronique Monguillot et ses trois filles en fin de matinée que le ministre a commencé ses pérégrinations avant de retrouver en début d'après-midi les élus à la mairie de Bayonne. Esplanade de la mairie où s'était rassemblée selon un rituel désormais, une cinquantaine de féministes dénonçant sa nomination.

Lors de cette première réunion, il a fait un point avec le maire de Bayonne et président de l'agglomération Jean-René Etchegaray qui gère les transports en compagnie du maire d'Anglet Claude Olive, vice-président de l'agglo chargé des mobilités, mais aussi les sénateurs Espagnac et Brisson ainsi que les députés Florence Lasserre et Vincent Bru. Qui l'ont suivi ensuite à la sous-préfecture (notre photo) pour une séance de travail avec les forces de sécurité, présidée par le préfet des Pyrénées-atlantiques Éric Spitz, police, sécurité publique, Police de l'air et des frontières, etc...

Une rencontre de quarante cinq minutes avec les chauffeurs

Mais le point fort de cet après-midi aura eu pour cadre le dépôt des bus de l'agglomération de Bayonne où l'attendaient, alignés, une centaine de chauffeurs qui, après qu'il les a salués ont fait cercle autour de lui. Prévu pour une dizaine de minutes, cet échange, très direct, sans filtre, s'est poursuivi pendant trois quarts d'heure, toujours en présence des élus et corps constitués, comme si le ministre avait habilement souhaité les prendre à témoin et déjà établir leur rôle au lendemain de cette terrible agression. À l’écart de la presse.

Darmanin sous préfecture de BayonneSébastien Carné, délégué FO commentera plus tard, "cela fait onze ans que l'on voit la situation se dégrader, on nous demande une amplitude horaire jour et nuit comme si on était métropole comme Marseille ou Lyon dans de piètres conditions de sécurité. Ici on est au Pays basque. La mort de Philippe a été la mèche qui a fait exploser le baril de poudre," ajoute-t-il pour justifier le droit de retrait manifesté par les chauffeurs qui veulent plus de police pour les accompagner et de protection matérielle.

Gérald Darmanin: "La solution, c'est réaffirmer l'autorité!"

L'après-midi du ministre au Pays basque s'est malgré tout terminée par une courte séquence presse. "Je voudrai d'abord remercier les effectifs de police qui, en un temps record, moins de quarante-huit heures ont procédé à 5 interpellations et grâce au procureur de la République et à leur travail, ont effectué 4 mis en examen et qui sont sous écrou."

Avant de poursuivre: "Ce conducteur de bus ne faisait que son travail. Il est parti le matin de chez lui, n'est pas rentré et laissant trois orphelines. C'est un acte absolument odieux, inqualifiable, et je fais confiance à la magistrature pour pouvoir mener avec des enquêteurs de la police tout ce qui pourra être fait pour confondre ceux qui ont commis ces actes barbares. Jamais, je dis bien jamais, comme ministre de l'Intérieur, le Président de la République et le Premier ministre ne devront laisser se banaliser une violence gratuite et je voudrai, ici, dire que les Forces de l'ordre qui protègent les Français ont toute notre protection. J'ai chargé le directeur de la Police nationale de tirer les conséquences de cette affaire en lien avec les élus locaux, les sociétés de transport pour être particulièrement au rendez-vous de la sécurité des transports en commun. Trop souvent, les conducteurs de bus, les conducteurs de métro, les contrôleurs, les citoyens et les citoyennes, les honnêtes gens ont peur. Nous sommes là pour les rassurer."

Quelles solutions, a-t-il été demandé au ministre? "Il me semble que la solution c'est d'abord de réaffirmer l'autorité. Ce qui s’est passé ici à Bayonne n'est pas un acte banal, n'est pas un simple fait divers. Le conducteur de bus doit pouvoir conduire son bus sans risquer sa vie. Le gouvernement trouve cette affaire extrêmement grave. Ce sont des actes particulièrement barbares je le répète. Dans notre société désormais, l'autorité est contestée, les agents qui portent cette autorité ne sont pas respectés, c'est le cas des forces de l'ordre, et ceux qui concourent au service public, les fonctionnaires évidemment et les conducteurs de bus, les professeurs des écoles, les surveillants pénitentiaires, les médecins, les pompiers, en bref tous ceux qui apportent à la société des services publics, ne sont pas respectés et connaissent manifestement des atteintes à leur autorité et à leur intégrité absolument inacceptables. D'abord, il faut ramener le bon sens et les faits. Si je peux me permettre l'expression, il faut remettre la mairie au milieu du village; deuxièmement, je voudrai dire, une nouvelle fois, alors que les forces de l'ordre dans des conditions extrêmement difficiles que nous allons avoir, les soucis constants pendant que je serai ministre de l'Intérieur, d'améliorer le quotidien, de pouvoir bénéficier du soutien total du gouvernement pour pouvoir intervenir. Et appréhender tous ceux qui commettent des faits contraires aux valeurs de la République. Enfin, il y a sans doute à améliorer encore la sécurité dans les transports en commun. J'ai été élu local, j'ai géré une délégation de transports en commun dans mon territoire, je sais que je peux compter sur les élus locaux du Pays basque, je peux compter sur les parlementaires, je peux compter aussi et je les en remercie sur les services préfectoraux pour pouvoir trouver avec les sociétés de transport, des moyens pour améliorer significativement cette sécurité."

Si le président de la Communauté d’agglomération Pays Basque Jean-René Etchegaray et le président du Syndicat mixte des mobilités Claude Olive ont pris acte de la volonté du ministre de l'Intérieur, ils lui ont aussi demandé de mettre des moyens au niveau de la Police nationale pour développer une police des transports au niveau de l’Agglomération. "Les élus demandent des aides et ils auront ces aides", a affirmé le ministre Darmanin, sans préciser d’échéance. Nous sommes aujourd’hui en train de réfléchir avec le préfet à une convention qui permet de définir la chaîne de la sécurité entre la ville, l’agglomération et le délégataire", a affirmé Jean-René Etchegaray. Et pourquoi pas une police communautaire....

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
9689
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !