Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni ce jour les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Ce mercredi Jean-René Etchegaray en présentera les pistes.

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/03/21 | Poitiers : une collecte de protections hygiéniques ce 6 mars

    Lire

    Ce samedi 6 mars dans le cadre de la Journée Internationale des droits des femmes, le CCAS de Poitiers organise une collecte de protections hygiéniques pour lutter contre la précarité menstruelle. De 14h à 17h30, des boites seront disposées dans deux Carrefour City du centre-ville (rue Carnot et place du marché), ainsi que dans le Monoprix à l'entrée du centre commercial des Cordeliers. Des bénévoles seront présents pour accueillir, informer et échanger sur le sujet de la précarité menstruelle.

  • 03/03/21 | Grand Poitiers : le concert de "The Beggar’s Ensemble" disponible

    Lire

    Nous vous en avions parlé le 9 février dernier dans cet article. The Beggar’s Ensemble avait enregistré en vidéo au conservatoire de Grand Poitiers Gin Craze, un récital de morceaux de musique baroque composés par des Anglais dans la première moitié du XVIIIe siècle. Le concert (de 58 minutes) est sorti sur la page Facebook de l'ensemble, celle de Grand Poitiers et celle du conservatoire de Grand Poitiers ainsi que sur la page Youtube de Beggar’s Ensemble.

  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Cyber-harcèlement au collège : L'Université de Bordeaux mène l'enquête

11/11/2020 | Lancée début 2020, l'enquête Cyberlife subit de plein fouet la crise sanitaire. L'équipe de recherche a besoin des parents pour répondre au questionnaire en ligne.

Enquête Cyberlife

Une équipe de chercheurs du Laboratoire de psychologie de l’université de Bordeaux a lancé début 2020, une étude sur le cyber-harcèlement: Cyberlife. Le but est de recueillir des données encore inexistantes sur la vie en ligne des collégiens. Aujourd’hui, les chercheurs ont besoin de la participation des parents de collégiens de classe de 5ème, 4ème et 3ème, pour faire avancer la recherche. Mathilde Husky, professeur de psychologie et investigatrice principale de l’étude, nous en dit plus sur l'enquête et l'intérêt de la participation des parents girondins.

À l’adolescence, les jeunes peuvent être confrontés au harcèlement. Avec l’usage massif des réseaux sociaux, la porte du cyber-harcèlement peut vite s’ouvrir. C’est là qu’intervient l’étude Cyberlife. Elle vise à mieux comprendre deux choses qui sont inter-reliées : l’usage des réseaux sociaux à l’adolescence et le développement du cyber-harcèlement. Pour comprendre ce phénomène, il est important d’avoir plusieurs sources d’information : les parents d’une part, les collégiens eux-mêmes, et l’école. Le laboratoire de psychologie de l’université de Bordeaux a besoin de la participation des parents de collégiens de Gironde, en classe de 5ème, 4ème et 3ème. Pour participer à cette enquête, il suffit de se rendre sur ce lien et répondre au questionnaire. 

Mathilde Husky, professeur de psychologie et investigatrice principale de l’étude

Différence entre harcèlement et cyber-harcèlement

L’idée c’est de voir comment se développent ces phénomènes, comment il est possible d’avoir un usage des réseaux sociaux qui n’est pas problématique, et qui peut même être utile à certains adolescents.  Il est important, dans cette étude, d’identifier comment l’usage massif des réseaux sociaux peut aussi devenir un problème, notamment par les mésusages de ces réseaux. Instagram, Tiktok, Twitter… sont des plateformes qui ne sont pas prêts de disparaitre. Le but c’est donc de voir comment vivre avec. 

 « On sait très peu de choses sur le lien avec la santé mentale », explique Mathilde Husky. C’est là tout l’enjeu de cette étude. Des études suggèrent que ça peut être utile à l’adolescence, que cela peut permettre d’exprimer une identité etc. Parallèlement, d’autres études, notamment portées sur Facebook, montrent qu’il y a un effet dépressogène. « Si vous passez votre temps à regarder la vie magnifique des autres, où tout le monde est à la plage en train de s’amuser, et que finalement votre vie est beaucoup moins sexy à côté, ce n'est pas quelque chose qui est valorisant », explique la chercheuse.

 « Finalement, on n’a pas suffisamment de données pour comprendre les liens bidirectionnels », raconte Mathilde Husky. L’idée de cette étude est de mieux comprendre qui devrait faire attention à quoi. À quoi devrait-on être attentif concernant les réseaux sociaux? Et pour le harcèlement, le laboratoire de recherches va essayer de mieux comprendre la différence entre le harcèlement dit « traditionnel » et le cyber-harcèlement. Une étude donc longitudinale, qui se déroulera durant trois ans, sur des élèves de la 5ème à la 3ème. « Les réseaux sociaux vont plus vite que la recherche donc c’est pas évident de mener ce genre d’étude ».

 L’implication des parents

On l’a dit, l’étude a besoin différentes sources. Etant donné que les collégiens sont mineurs, il est nécessaire d’avoir l’autorisation parentale. Le collège a diffusé, via pronote ou par mail, l’existence de Cyberlife. La participation des élèves se fait au collège, avec un psychologue de l’équipe de recherche. Au vu de la situation sanitaire, une modification a été apportée, qui permet d’inclure les parents, que leur enfant participe ou non à l’enquête. « Nous ce dont on a besoin, c’est d’avoir un échantillon suffisamment large pour pouvoir être utile. Il faut au moins plusieurs milliers de parents avant de pouvoir regarder les données et que cela ait du sens », explique Mathilde Husky. 

Ce qui est intéressant par rapport à l’enquête parents, c'est de savoir par exemple :  quel est le nombre d’écrans à la maison, s’il y a ou non des règles d’utilisation, les sites que le parent pense être fréquenté par son enfant... « Avoir une image de ça, serait très intéressant. Et au niveau national on n’a pas de données comme ça », poursuit la chercheuse. Avec le confinement et l’arrêt des loisirs extra-scolaires, la question que se posent les chercheurs du laboratoire, c’est de savoir si ce temps il est passé en ligne. « Est-ce qu’il y aura un effet indirect de l’épidémie sur l’usage des réseaux sociaux et peut-être les problèmes liés à cet usage? C’est une question qui se pose », conclut Mathilde Husky.

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Laboratoire de psychologie de l'Université de Bordeaux

Partager sur Facebook
Vu par vous
4662
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !