Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/09/20 : A l’occasion des 230 ans des Départements, une cérémonie hommage au premier Président de l’Administration Départementale est organisée ce 3 octobre par le Département de la Creuse, en présence de Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des Territoire

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/20 | Le congrès des départements de France à La Rochelle

    Lire

    Les 4, 5 et 6 novembre prochains, La Rochelle accueillera le 90ème Congrès des Départements de France, présidé par son président Dominique Bussereau. Ces "Assises" seront l'occasion de faire un bilan de ces 6 dernières années, et de revenir sur la réforme fiscale. Deux thèmes en particulier seront abordés : "La préservation de la biodiversité : une politique dynamique, partenariale et transversale" et "l’enjeu de l’organisation territoriale du champ médico-social à l’aune de la crise sanitaire".

  • 30/09/20 | La filière bois recrute

    Lire

    La Haute-Vienne, la Charente et la Creuse organisent du 1er au 16 octobre la quinzaine du bois. Cet évènement a pour but de présenter les besoins de recrutement des entreprises de la filière bois ainsi que les formations à ces métiers. Grâce aux visites d’entreprises, les demandeurs d’emplois et les personnes intéressées pourront découvrir les métiers et les offres d’emplois des entreprises locales. Pour participer à ces visites d’entreprises et découvrir cette filière, les participants doivent s'inscrire auprès des acteurs de l’emploi comme Pôle Emploi ou encore les Missions Locales.

  • 30/09/20 | La Rochelle : avancée sur le projet d'éco-quartier

    Lire

    Une étape importante dans la concertation sur le Programme de Renouvellement Urbain de Villeneuve-les-Salines est franchie ce mercredi avec l’installation, à la Maison du Projet, d’une maquette évolutive du futur quartier. Visible par les habitants, elle permettra de se projeter pour mieux comprendre et s’exprimer sur les différents axes du programme. Rappel du projet: www.aqui.fr/politiques/titre-un-quartier-populaire-requalifie-en-quartier-durable-a-la-rochelle,18138.html

  • 30/09/20 | 79 : La Chambre des Métiers et de l’Artisanat se refait une beauté

    Lire

    Le CFA des Deux-Sèvres, qui comporte 32 formations et 57 diplômes, va faire peau neuve. Le bâtiment existant va être rénové et 3 nouveaux vont être construits. Cette réhabilitation va permettre de renforcer l’attractivité du campus et d’adapter l’offre de formation au plus près des besoins du marché. Le Département des Deux-Sèvres soutient cette opération et invite les collégiens à découvrir ces métiers grâce à l’opération « Bravo les artisans ».

  • 30/09/20 | Concours agricole : inscriptions ouvertes pour l'agro-foresterie

    Lire

    En 2019, le Concours Général Agricole avait ouvert une nouvelle catégorie du Concours avec les Pratiques Agroécologiques, aux côté de la catégorie Prairies et Parcours. Les agriculteurs pratiquant l'agroforesterie sur les secteurs du Pays de gâtine et Haut val de sèvre en Deux-Sèvres et sur la Charente-Maritime peuvent s'inscrire à la prochaine édition jusqu'au 15 octobre 2020. Conditions: posséder au moins une parcelle avec une production associant l’arbre à l’agriculture. Rens.05 46 50 45 08.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Gironde : un nouveau "pacte" pour l'insertion professionnelle

02/07/2019 | Le département de la Gironde a signé ce lundi aux côtés de plusieurs partenaires un document cadre baptisé "pacte territorial d'insertion" pour la période 2019-2021.

PTI Gironde

Ce lundi, le département de la Gironde a signé, avec de nombreux partenaires, la déclinaison 2019-2021 de son "pacte territorial d'insertion", listant plusieurs actions en faveur de l'insertion professionnelle, notamment concernant les bénéficiaires du RSA. Le but avoué est de "faciliter les parcours" des bénéficiaires. En plein chantier gouvernemental sur un éventuel "service public de l'insertion" auquel les collectivités territoriales seraient associées, cette signature départementale peut être interprétée comme une volonté de la Gironde de se placer en première ligne, ce qu'il n'a pas hésité à faire au sujet de la déclinaison locale du "plan pauvreté".

Ils sont onze. Onze signataires (L’État, le Département de la Gironde, la Région Nouvelle-Aquitaine, Pôle Emploi, la Caisse d’Allocations Familiales (CAF), la Mutualité Sociale Agricole (MSA), Agefiph, Inaé, Aliéna, l’Udccas, l’association régionale des Missions locales) à avoir ratifié ce lundi la nouvelle version du Pacte Territorial d'Insertion pour le département de la Gironde, s'étalant sur la période 2019-2021. Ce dernier s'engage autour de trois axes consolidant l'accès à l'emploi comme un objectif transversal : "garantir l'accès aux droits des personnes en situation de grande précarité" (un rapport parlementaire évaluait à 2016 à 36% le taux de non-recours au RSA en France, soit plus de 3,6 milliards d'euros), "réunir les conditions de réussite de l'insertion professionnelle des personnes en précarité" et enfin "renouveler les modes de gouvernance" en favorisant les partenariats entre les différents partenaires et la participation citoyenne. Il se décline en 33 "fiches action" parmi lesquelles on retrouve "six actions autour de l'accueil, de l'orientation et de la communication aux usagers, 23 actions autour de l'apprentissage de la langue et de l'accès direct à l'emploi" et quatre autour de la gouvernance. Certaines de ces "fiches action" sont très concrètes et demandent, par exemple, la réalisation d'une "étude des conditions de faisabilité d'un garage solidaire itinérant" sur les territoires ruraux du département, en fait un "service de réparation à tarif social". 

Plan pauvreté et expérimentation

Cette "feuille de route" intervient dans un contexte particulier. La semaine dernière, la Gironde a signé officiellement (tout comme les Pyrénées Atlantiques en juin dernier) le "plan pauvreté" aux côtés de Christelle Dubos, secrétaire d’état auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé. Cette signature est la conséquence directe du lancement par Emmanuel Macron en septembre 2018 de la "stratégie de lutte contre la pauvreté dans les territoires", plan national de huit milliards d'euros dont la Gironde pourra bénéficier à hauteur de 9,6 millions d'euros, et ce malgré les réserves du département exprimées dans le cadre des fonds débloqués pour assurer les Allocations Individuelles de Solidarité. L'appel du pied est donc clair, d'autant que, comme l'a exprimé Jean-Luc-Gleyze, président du département de la Gironde, "pour nous la finalité n'est pas de reverser le revenu de solidarité active, c'est bien de favoriser l'insertion professionnelle. Nous essayons de travailler pour accompagner au mieux les personnes grâce à la capacité à identifier chez les bénéficiaires du RSA des compétences pour qu'elles puissent les exprimer dans leur parcours d'insertion sociale et professionnelle. Nous prônons l'accompagnement global et le partenariat entre les différents acteurs", confirmé par la signature de ce fameux pacte de coopération. Pour la Nouvelle-Aquitaine, par exemple, c'est un bon moyen de poursuivre l'opération lancée autour des "chantiers de formation", qui a bénéficié à environ 300 personnes depuis sa mise en place en 2009, avec des taux d'insertion professionnelles positifs (tournant, en moyenne, autour de 70%). 

Le président du département n'oppose d'ailleurs pas le lancement récent de la concertation sur le revenu universel d'activité et la proposition (retoquée) de plusieurs élus départementaux autour d'une expérimentation du revenu de base : "de toute façon, il n'était pas question d'abandonner l'accompagnement et la dynamisation des parcours malgré notre idée d'inconditionnalité, qu'on ne confonde pas les deux". Le deuxième acte de la réforme étatique annoncé par Edouard Philippe fin juin, annonçait d'ailleurs clairement le "déploiement d'un service public de l'insertion avec le rapprochement entre l’emploi et le social ou la mise en œuvre du service national universel en rapprochant l’Éducation nationale et les services Jeunesse et vie associative", avec à la clé une enveloppe déconcentrée aux préfets de région au second semestre 2019. La Gironde souhaite, visiblement, en être partie prenante.   "Nous ne savons pas exactement comment il va fonctionner ni qui il va associer. Nous avons proposé d'être candidat pour expérimenter un co-pilotage avec l'État. C'est à lui d'en définir le périmètre. Nous pensons que le périmètre pertinent, c'est le nôtre pour définir un mode d'action efficace", souligne Jean-Luc Gleyze.

Vers un RSA "saisonnier" ? 

Ce dernier souhaite également lancer une seconde expérimentation, celle-ci sur le cumul potentiel entre le RSA et "un certain nombre d'emplois saisonniers dans le département. "Elle pourrait porter, dès les prochaines vendanges, sur un certain nombre d'emplois notamment en période de récoltes (en particulier dans la viticulture). Nous ne sommes pas là pour compenser ce que des employeurs ne voudraient pas donner à leurs salariés mais pour aider sur un temps donné et faire en sorte que nous puissions ensuite traiter la globalité du sujet, notamment sur les questions du logement et de mobilité". 

Pour la nouvelle préfète de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, c'est "une bonne idée car nous avons aussi détecté des difficultés là-dessus. Mais il faut faire attention où on met les pieds : il y a aussi des employeurs moins sérieux qui peuvent faire des utilisations de personnes et de notre couverture sociale, pas forcément à des fins très vertueuses". En Gironde, les postes saisonniers agricoles attirent de moins en moins de candidats : seulement 1000 postes pourvus pour 2150 demandes faites par l'Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture), emplois dont les problématiques de logement et de mobilité figurent en tête de liste des priorités à régler. Pourtant, la Gironde se demande actuellement, en premier lieu, s'il serait "possible de cumuler le RSA avec des revenus saisonniers si son revenu est très faible ? D'autres départements ont généralisé ce dispositif mais nous voulons l'expérimenter pour en mesurer les effets", confirme Jean-Luc Gleyze. "Il faut maintenant regarder quels types d'emplois saisonniers nous privilégions, voir quel périmètre nous nous fixons pour que cette mesure soit supportable financièrement". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4488
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !