Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Grand oral de Sciences Po Bordeaux: Mona Ozouf, la passionnée

22/03/2010 |

Un amphithéâtre bien rempli lors du grand oral de Mona Ozouf, le 18 mars 2010 à l'IEP Bordeaux

Ce 18 mars à Sciences Po Bordeaux, le public est venu nombreux pour assister au grand oral de l'historienne Mona Ozouf. Pourtant, l'écouter pendant deux heures c'est un peu comme entendre une conversation confiée dans l'intimité, égrenée ça et là de souvenirs de jeunesse, de bribes de cours d'histoire... Une conversation qui dévoile une personnalité attendrissante, drôle, passionnée, modeste, mais aussi inquiète des nouveaux défis auxquels doit faire face la République.

Chez Mona Ozouf la passionnée, la modestie est une deuxième nature qui semble ne pas l'avoir quittée depuis sa jeunesse. Pour preuve à 20 ans, elle choisi d'exclure de son orientation l'agrégation de lettres classiques, parce qu'elle était vraiment trop « nulle en langues anciennes », et ce même si « la littérature était ce qu'elle préférait au monde ». Si finalement elle choisit l'agrégation de philo, plutôt que d'histoire, c'est en partie parce qu'elle estime qu' « il faut plus de talent pour être prof d'histoire que de philosophie ». La modestie, encore et toujours, lorsqu'elle considère que toute sa vie, et notamment ses réussites, ne sont « que le fruit de rencontres ou de sollicitations extérieures » essayant ainsi de nous faire croire qu'elle ne doit rien à elle-même.

Menée à l'histoire et à l'écriture par ses amis Furet et Richet
Son intérêt même pour l'histoire, et ses écrits pour le Nouvel Observateur, ce sont ces amis regrettés, les historiens François Furet ou encore Denis Richet qui l'y ont menée : c'est « parce qu'ils ont sous-traité avec moi, que j'ai commencé à écrire pour le Nouvel Obs...» avant que finalement elle n'y prenne goût et que l'idée d'écrire se fasse jour, sur l'école d'abord, puis la révolution et la troisième république. Mais là encore, et même passionnée, elle avoue avoir besoin d'être convaincue par son entourage "qu'il faut mettre un ouvrage de plus dans les rayons de la bibliothèque nationale ". Comme si elle craignait que l'ouvrage de plus soit l'ouvrage de trop.

Respect et passion pour la littérature
Mais il est un domaine, où elle est sûre de ne pas s'aventurer : le roman. Boulimique de littérature irlandaise, française et bretonne, dès l'âge de onze ans, elle a trop de respect et de passion pour le genre pour tenter l'exercice. « Pour un bon roman, il faut avoir une imagination romanesque débordante, j'en suis incapable » et devant l'insistance des étudiants, elle cache une pointe de regret derrière l'humour : « Un livre d'histoire qualifié de « moyen », ça peut quand même être utile. Mais qu'est-ce qu'un roman moyen ? c'est très prés d'un roman nul ! »

"Ne pas confondre Mémoire et Histoire"
Cela dit, la littérature est là partout en elle, même dans sa passion pour l'histoire, puisque chez les révolutionnaires de 1789, c'est pour « les personnages stendhaliens, les romanesques » tels « Barnave, Mme Roland ou encore Mme de Staël» qu'elle a une tendresse particulière. Pour autant, l'historienne qui vise l'objectivité, garde prudemment ses distances avec l'histoire « mémorielle ». « Confondre mémoire et histoire est dangereux ». La première guidée par l'affectivité a l'« effet d'une loupe, et a tendance à déformer » la réalité de la grande Histoire.

"La crise dramatique de l'idée d'avenir"
Interrogée par les étudiants sur la République face aux défis contemporains, l'historienne philosophe, ne cache pas son « pessimisme ». Et ce n'est pas « la futilité des remèdes récemment engagés pour l'identité nationale » qui semble la rassurer. Pour elle, « la vraie menace, c'est la crise dramatique de l'idée d'avenir. L'idée que les enfants auraient une vie moins dure que les parents, c'était ça la cohésion républicaine. » C'est d'ailleurs au regard de ces « défaillances républicaines », qu'il faut comprendre le communautarisme. « Que faire quand on est exclu des réussites sociales, sans espérance pour ses enfants ? On est contraint à ce repli. »

Solène Méric


Mona Ozouf recevra, le 9 avril prochain à Bordeaux, le Prix Montaigne pour son dernier ouvrage "Composition française, retour sur une enfance bretonne". Créé en 2003 par la Mairie de Bordeaux et l'Académie du Vin de Bordeaux, ce Prix récompense chaque année un ouvrage littéraire portant des valeurs d'humanisme, de tolérance et de liberté, chères au célèbre écrivain bordelais.

Partager sur Facebook
Vu par vous
957
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !