Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

  • 20/06/18 | Carte judiciaire : échappée Paloise

    Lire

    La Cour d'appel de Pau échappera visiblement au recalibrage de la carte des cours d'appel sur celles des régions administratives prévues dans le projet de loi de programmation pour la justice, examiné au Sénat en octobre, selon une information délivrée par une délégation du ministère de la Justice. Traduction : elle continuera à traiter les affaires des Hautes-Pyrénées, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Le tribunal d'instance d'Oloron, lui, fusionnera et deviendra une chambre délocalisée de Pau, perdant ainsi l'autonomie de sa juridiction.

  • 20/06/18 | Marché et pique-nique de producteurs à Lormont

    Lire

    Dimanche 24 juin de 10h à 17h les producteurs du Drive Fermier Gironde organisent leur 2ème marché au Château de Valmont: vente directe de produits fermiers locaux, restauration dans un esprit pique-nique, baptêmes de poneys (10h-12h) et animaux de la ferme (14h-16h)! Au menu : canard ou burgers de la Ferme Gauvry, assiettes de légumes et samoussas du Jardin des Demoiselles, salades de pâtes et sandwiches de la Ferme de Fontaud, pâtisseries de la Ferme de Martineaux, cerises et jus de fruits des Coteaux des Fargues, bières et limonades de la Brasserie Saint-Léon et les vins du Château Marceaux.

  • 20/06/18 | Un nouveau topoguide de randonnée pour la Charente-Maritime

    Lire

    Charente Maritime Tourisme vient d'éditer une nouvelle version de son topoguide de randonnée. Avec la Fédération française de randonnée, elle a sélectionné 37 chemins les plus emblématiques du département, sur les 350 circuits existants (soit 3500 km balisés). Le territoire est notamment traversé par 5 itinéraires de Grandes Randonnées (GR), les GR36, 360, 4 et 655, ce dernier étant une chemin de Compostelle. Le GR8, de l'Estonie au Portugal, y sera bientôt prolongé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Halte de nuit 33 : les salariés sont à bout

11/07/2012 | La situation devient de plus en plus tendue dans les lieux d'accueil des sans domicile et des migrants économiques. Tel est le cas à la Halte 33 de Bordeaux.

Virginie Hérisson dans la salle télé de la Halte de nuit

Suite à l’agression d’un animateur social, la Halte de nuit*, lieu d’accueil nocturne pour les sans-abri, gérée par l’association la Halte 33 a fermé provisoirement ses portes jeudi dernier, le 5 juillet 2012. En réaction à l’incident, les salariés ont déposé un droit de retrait collectif dénonçant l’augmentation rapide et exponentielle de la fréquentation des locaux. Depuis le début de la crise économique, les employés et les sans domicile fixe subissent les tensions et la violence que génère un environnement devenu beaucoup trop exigu qui manque de moyens financiers et de personnel.

La Halte de nuit dispose de 25 fauteuils alors que plus d'une centaine de sans-abri passe chaque nuit.Neuf animateurs sociaux répartis en trois équipes, le passage de plus de 115 sdf par nuit (45 en 2007), une centaine de collations à distribuer, un local de 70 m2 où s’amassent 35 personnes, une douche et un wc insalubres. Oui, à la Halte de nuit cours Balguerie-Stuttenberg, la file d’attente est longue pour bénéficier de quelques minutes à l’abri et de quoi s’alimenter. Les esprits s’échauffent, l’impatience prend le dessus. À tel point que mardi 3 juillet, alors qu’il tentait d'expliquer à un sans-abri « habitué de la structure » qu'il n'y avait plus de places, un salarié a été frappé. C’est la raison pour laquelle, jeudi dernier, le 5 juillet, le personnel littéralement débordé et effrayé a déposé un droit de retrait collectif auprès du conseil d’administration de l’association. Il réclame plus de sécurité et de moyens humains.

Un déferlement de migrants économiques.

« Depuis 2006, ça n’est plus possible, il y a de plus en plus de personnes en difficultés qui se présentent à la Halte de nuit chaque soir », se désole Virginie Hérisson, la directrice de la Halte 33. « Depuis le début de la crise en Europe, on assiste à l’arrivée massive d’un nouveau type de sans-abri : les migrants économiques », constate-t-elle désabusée.

Tunisiens, Grecs, Espagnols, Portugais, etc. Victimes du chômage dans leurs pays, tous viennent chercher du travail en France. Mais ici comme ailleurs, ils en trouvent peu, ou pas.

« Initialement, la Halte de nuit a été créée pour recevoir un public de sans-abri très marginalisé (toxicomanes, déficients mentaux, sdf âgés chronicisés, personnes atteintes de troubles psychiatriques) qui ne peut s’accommoder des obligations qu’imposent les structures habituelles comme les horaires, les comptes à rendre, la séparation avec un animal de compagnie, etc. », tient à préciser la directrice avant de poursuivre : « Aujourd’hui, ces personnes avec lesquelles nous avons instauré un lien, année après année, qui trouvaient à la Halte de nuit du calme et du réconfort ne comprennent pas pourquoi elles doivent partager le local avec les migrants économiques. Et parfois, rester à la porte. »

Et c’est sans compter une population émergente : « les smicards, contrats précaires qui n’ont pas de garants pour se loger », rajoute-t-elle.

Vers une réouverture fin juillet ?

Les salariés, la direction, les partenaires sociaux comme le Centre d'accueil d'information et d'orientation (CAIO), le SAMU social, le foyer Leydet, les directeurs d’associations bordelaises à vocation sociale, le Service intégré de l'accueil et de l'orientation (SIAO) réfléchissent actuellement à des pistes, des solutions qui devront être présentées devant le conseil d’administration de l‘association le 27 juillet prochain.

*Créée en 2005, la Halte de nuit est financée par la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales (DRASS), la mairie de Bordeaux et le Conseil général.

Pour info : Une offre alimentaire est distribuée par le Centre communal d’action social (CCAS), cours Saint-Louis, tous les soirs jusqu’à la réouverture de la Halte de nuit.

 

 

 

Claire Sémavoine
Par Claire Sémavoine

Crédit Photo : Claire Sémavoine

Partager sur Facebook
Vu par vous
2958
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
ducon | 31/08/2013

Vive le paradis du bétail , on dort à la Halte on se croirait au salon de l'agriculture ,il ne font rien pour faire évoluer les choses , ils sont pour quelques choses s'il ya des agressions ,il manque de respect envers les gens de la rue , de plus beaucoup de personnes avec logement ou possédant beaucoup d'argent profite de la structure , alors qu'elle est reserver aux gens de la rue , de plus les condition d'hygienne sont déplorable , la nourriture est parfois périmé ,il y a tout a re faire .

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !