Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Hôpital de La Rochelle : les cas de Covid en baisse, les urgences à la hausse

27/04/2020 | A l’hôpital de La Rochelle, la courbe des patients COVD décroit lentement tandis que celle des urgences ordinaires remonte

Le recours aux urgences a augmenté sur les cas hors Covid-19

« Pour l’instant, l’activité reste stable, on est bien sur un plateau ». A l’hôpital de La Rochelle, c’est un soulagement. Avec un « pic » estimé fin mars, la vague de cas Covid-19 a été moins forte que redoutée. L’arrivée des résidents secondaires, en particulier ceux venus des zones les plus contaminées, n’avait pas rassuré sur les pronostics. L’hôpital de La Rochelle avait d’ailleurs choisi de « passer son tour » lors du deuxième transfert de patients de l’Est de la France et de la région parisienne. Les services avaient préféré se laisser une marge de manœuvre avec leurs 23 lits de réanimation.

Depuis le début de la pandémie, 13 patients sont morts, dont un du Grand Est. Il était arrivé avec la première vague de transfert fin mars. Trois autres de ces « expatriés » étaient toujours en soins intensifs la semaine dernière.  Entre le 17 et le 24 avril, une trentaine de malades étaient toujours hospitalisés, avec deux entrées supplémentaires le week-end du 18/19 avril. Une bonne nouvelle : en quinze jours, le service de réanimation est passé de 14 à 11 patients covid intubés. « Tout laisse à penser que nous sommes dans une période de décroissance de l’épidémie même si cela ne se traduit pas à travers la décroissance du nombre de personnes hospitalisées. Dans cette épidémie, il faut rester très modestes en matière de prévisions », analyse le docteur Thierry Godeau, le président de la Commission médicale d’établissement des hôpitaux La Rochelle-Ré-Aunis.

Le personnel n’a pas été épargné non plus. Depuis le début de la crise, une trentaine aurait été infectée, sans nécessiter d’hospitalisation : quatre médecins et 28 salariés (infirmiers, aides-soignants, etc.). Onze d’entre eux étaient toujours confinés chez eux en date du 24 avril. « Aujourd’hui, les critères d’hospitalisation ne sont plus les mêmes qu’au début de l’épidémie. Le premier patient Covid-19 de Charente-Maritime (qui avait été envoyé au CHU de Poitiers) ne serait plus hospitalisé aujourd’hui », précise Thierry Godeau.

Préparer le déconfinement

Autre preuve de ce frémissement de décroissance : le nombre d’appels au 15 liés au Covid-19 a baissé d’environ 40% entre mi-mars et mi-avril. "En revanche depuis plusieurs jours nous avons une remontée sensible des urgences hors Covid. Il faut repenser les organisations, tout en gardant une filière covid protégée », explique Thierry Godeau. Si en tout 11 salles d’opérations ont été rouvertes ou maintenues, l’activité chirurgicale reste réduite. « Hors Covid et hors urgences, on est a 10% de notre activité ordinaire », précise le médecin. Le nombre d’hospitalisation hors Covid-19 a également augmenté, notamment pour des pathologiques chroniques. Les médecins observent que les patients réguliers ont souvent attendu d’arriver à des complications pour se présenter à l’hôpital. L’accueil en maternité se poursuit notamment, avec des mesures drastiques. Le deuxième parent a le droit de passer deux heures avec la mère et l’enfant mais ne peut plus accéder à l’espace « suite de couches ». Pour assurer l’ordinaire, l’hôpital a également mis en place depuis peu la téléconsultation, et formé 70 médecins du site de Saint-Louis (sur ses 350). Le dispositif a notamment pour objectif de pouvoir intervenir à distance auprès des résidents d’EHPAD.

L’hôpital de La Rochelle prépare doucement le post-déconfinement. « On s’attend à devoir faire face à une deuxième vague », estime M. Thepot, Directeur Général du Groupe Hospitalier Littoral Atlantique. « Il n’y a plus qu’à espérer que ce que nous avons mis en place puisse nous permettre de continuer à soigner tout le monde dans de bonnes conditions ».

 

Mise à jour le 30 avril : Les sites du groupement hospitalier La Rochelle-Ré-Aunis se préparent au déconfinement depuis le 27 avril pour accueillir en consultation. "Mais nous ne pourrons pas revenir à une situation similaire à l’avant crise dès le 11 mai",prévient la direction de l'hôpital. Toutes les consultations ou hospitalisations annulées depuis le confinement ne pourront être toutes assurées, ni celles programmées après le 11 mai. Objectif : éviter une tension sur les médicaments et les équipements de protections.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Archives Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
7437
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !