Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/02/20 : En visite ce jeudi à la papeterie de Condat (24), la secrétaire d'Etat à l'Economie annonce une aide de 14 millions via l'ADEME pour une ligne de production et la maîtrise de l'énergie. L'actionnaire, le groupe espagnol Lecta va investir 92 millions d'€.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Réunis ce lundi 10 février à l'Hôtel de Région à l'occasion de la commission permanente, les élus régionaux ont voté 287 dossiers pour un montant total de 746 184 085,40 euros d'aides réparties sur l'ensemble du territoire de la Nouvelle-Aquitaine.

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

05/02/20 : Dordogne : le sénateur LREM, ex PS, président socialiste du conseil départemental de la Dordogne de 1994 à 2015, Bernard Cazeau ne sera pas candidat à un nouveau mandat aux sénatoriales de septembre. Il mettra ainsi fin à 40 années de vie politique.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/20 | Un cas de rage en Charente-Maritime

    Lire

    L’Institut Pasteur a signalé un cas de rage chez un chien, à Saint-Martin-de-Ré. Il a été euthanasié. Une enquête de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et l’Agence régionale de santé (ARS) vise à rechercher d’autres personnes ou d’autres carnivores (chiens, chats, furets, etc) qui ont pu être en contact avec l’animal. Un arrêté préfectoral a été pris ce vendredi pour restreindre les mouvement des chats et chiens, qui doivent être tenus en laisse ou en caisse.

  • 16/02/20 | L'Europe et la Région en soutien au projet de Maison médicale d'Arudy (64)

    Lire

    Dans le cadre des réflexions engagées depuis 2015 sur l'accès aux soins et l'attractivité médicale de la Vallée d'Ossau, classée comme territoire vulnérable, plusieurs projets sont en cours. Parmi eux les projets de Maisons de Santé Pluri professionnelles (MSP) sur Arudy et Laruns. Le projet de MSP d'Arudy qui pévoit la construction d'un nouveau bâtiment et l'accueil de 10 médecins généralistes et professionnels de santé vient d'obtenir le soutien de la Région (200 000 €) et du FEDER (527 285 €). La livraison est prévue pour janvier 2022.

  • 14/02/20 | Isabelle Boudineau réélue présidente du COTER

    Lire

    Isabelle Boudineau vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vient d'être réélue à la présidence du COTER, la commission de la cohésion territoriale et du budget au sein du Comité des Régions, lieu qui regroupe les élus des pays membres de l'Union. Son expérience acquise et son engagement personnel, ces dernières années, seront d'autant plus précieux que les perspectives budgétaires, en particulier consécutives au Brexit, s'annoncent délicates. Et ceci alors que les régions, avec la gestion décentralisée des fonds européens, jouent un rôle clé dans l'accompagnement des territoires, au plus près du terrain et de leurs priorités.

  • 14/02/20 | Salon de l’apprentissage et de l’emploi, les 14 et 15 février à Poitiers

    Lire

    Au Parc des expositions de Poitiers, de 9h à 18h, le salon de l’apprentissage et de l’emploi accueille les jeunes et les adultes en reconversion pour discuter orientation. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à demain, l’entrée dans le forum est libre. Des professionnels proposent un accompagnement personnalisé sur place et une découverte des métiers ouverts à l’apprentissage dans 8 secteurs différents. 18 organismes de formation seront également sur place pour répondre aux diverses interrogations.

  • 14/02/20 | Les écoles de la 2ème chance renforcées dans le 64

    Lire

    Déjà aidée en 2019, l'École départementale de la 2ème chance des Pyrénées-Atlantiques (Mourenx) est à nouveau soutenue par la Région en 2020 à hauteur de 180 000€. En effet, l'ouverture des sites de Pau et de Bayonne permet d'optimiser le maillage territorial en complétant le site "historique" de Mourenx. Conséquence: les effectifs passeraient de 50 en 2019 à 180 en 2020, soit + 260%. Pour mémoire ces écoles, labellisées, associent dans un parcours de formation individualisé, l'acquisition de compétences, l'expérience en entreprise et la définition d'un projet professionnel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | IFFCAM : de nouveaux diplômes reconnus pour l’école de formation au cinéma animalier des Deux-Sèvres

23/01/2020 | Depuis la rentrée 2019, l'institut francophone de formation au cinéma animalier de Ménigoute propose 2 diplômes universitaires délivrés par l'université de La Rochelle.

L'institut francophone de formation au cinéma animalier de Ménigoute (IFFCAM) propose de nouveaux deux diplômes universitaires reconnus grâce à son partenariat avec l'université de La Rochelle

L’IFFCAM, l'institut francophone de formation au cinéma animalier de Ménigoute, renaît de ses cendres. Depuis la rentrée 2019, elle dispose de nouveau de deux diplômes universitaires (DU) reconnus grâce à son rapprochement avec l’université de La Rochelle. En 2017, après le retrait de l’université de Poitiers, elle avait perdu sa formation de Master. Le département des Deux-Sèvres s’est mobilisé pour signer un partenariat avec une autre université et s’est tourné vers La Rochelle. Cet établissement unique, c’est le seul à proposer ce genre de formation au niveau français voire européen, a forgé sa renommée dans le secteur du documentaire animalier. Découverte de l’IFFCAM situé aux Châteliers à l’est du département des Deux-Sèvres.

La Grimaudière sur la commune des Châteliers (dans les Deux-Sèvres), un havre de paix en pleine nature. Idéal pour apprendre à tourner des documentaires animaliers de la théorie à la pratique. À l’étage, de cet ancien corps de ferme, une salle de cours où l’on retrouve la 16e promotion de l’IFFCAM (l’institut francophone de formation au cinéma animalier de Ménigoute). Les quatorze étudiants sont en pleine écriture de synopsis pour leurs futurs documentaires animaliers qu’ils tourneront durant 2 mois et demi à partir de février. Une classe très hétérogène. Chacun revendique des parcours différents (licence de droit, bac de cinéma, BTS, licence en bio, master écologie, journalisme ou encore Info Com). Ils ont rejoint le 10 septembre la première année de Diplôme Universitaire (DU) de l’IFFCAM intitulé « méthodes et techniques de réalisation du film documentaire animalier » (avec l’équivalent d’un bac +3). En deuxième année, ils intégreront un DU qui concerne « l’écriture et la réalisation du film documentaire animalier ». 

Un statut universitaire retrouvé

Ces deux DU découlent d’un partenariat avec l’université de La Rochelle. Les IFFCAMIENS - c’est comme cela qu’on appelle les étudiants de l’institut - retrouvent donc leur statut d’étudiants qu’ils avaient perdu en 2017 avec le retrait de l’université de Poitiers qui évoquait, pour justifier cette fermeture, des raisons budgétaires. L’IFFCAM disposait à ce moment-là d’un Master reconnu au niveau international. En 2018, seules des attestions de formation ont été délivrées. Le conseil départemental des Deux-Sèvres, à l’initiative de la création de cette école de formation en 2004, a oeuvré pour retrouver des diplômes et formations reconnues. « Il a fallu retrouver un partenaire universitaire pour donner un diplôme de qualité à nos étudiants. L’objectif est aujourd’hui atteint grâce à l’université de La Rochelle », indique Gilbert Favreau, président du conseil départemental des Deux-Sèvres.

Jean-Marc Ogier, président de La Rochelle Université (deuxième en partant de la gauche) et à sa droite Gilbert Favreau, président du département des Deux-Sèvres ont signé ce 8 janvier 2020 une convention de partenariat pour que l'IFFCAM dispose de diplôme

Une rencontre qui s’est déroulée lors des cinquante ans du Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC) en septembre 2018. Les discussions se sont poursuivies et un terrain d’entente a été trouvé entre le conseil départemental et l’université de La Rochelle. Ce mercredi 8 janvier, les deux partis ont signé la convention de partenariat qui les unit. « Je suis ravi de signer cette convention. L’IFFCAM propose des formations cohérentes avec notre établissement, précise Jean-Marc Ogier, président de La Rochelle Université. Notre Université se spécialise dans des domaines scientifiques, le développement durable, l’écologie. L’IFFCAM complète toutes ces formations. C’est un objet pédagogique de plus que nous avons intégré qui va contribuer à l’avenir à une excellence scientifique ». 

L'IFFCAM situé à la La Grimaudière sur la commune de Coutières (79). Un cadre idéal pour apprendre à tourner au coeur de la nature.

Formations courtes et Master à l’horizon

L’aventure de l’IFFCAM se poursuit. Un soulagement pour tous ceux qui ont contribué à sa création en 2004 et pour les anciens élèves. Comme le confie la directrice, Marie Daniel, elle-même ancienne IFFCAMIENNE, issue de la première promotion. « Nos partenaires ont pris la décision de sauver l’école. Nous avons eu des aides du département Deux-Sèvres et aussi de la région Nouvelle-Aquitaine. Il y a eu une véritable mobilisation derrière l’IFFCAM pour que l’école puisse poursuivre sa formation ». Désormais, l’institut peut regarder devant et voir l’avenir de manière plus sereine. Pour l’instant, il compte deux promotions, pour un total de vingt-neuf étudiants. Ils disposent de matériel à la pointe : caméras, appareils photos, bancs de montage, cabines de mixage et d’enregistrement de voix et même une salle de cinéma pour visionner les documentaires. L’objectif est de développer la formation. « À la rentrée 2019, nous avons mis en place deux DU autour d’une équipe pédagogique de qualité », précise Marie Daniel. Pour retrouver un Master, il va falloir un peu patienter. « Cela devrait être pour la rentrée 2022, il faut faire valider les maquettes dans des commissions au niveau européen ». En attendant, l’établissement va proposer des formations courtes et très spécialisées, accessibles au grand public comme l’étalonnage, la captation et montage de sons, usage du drone, filmer avec un appareil photo.

La 16e promotion de l'IFFCAM rentrée le 10 septembre 2019 est au travail. Les étudiants écrivent leur séquence en vue de leur tournage prochain

Un taux d’insertion professionnelle de l’ordre de 70%

Retrouver un statut d’étudiant, c’est rassurant. Océane Cottier est en DU première année. L’an dernier, elle étudiait la biologie marine à l’université de La Rochelle. C’est l’une de ses professeures qui lui a parlé de l’IFFCAM. Elle, qui a toujours voulu transmettre sa passion, s’est dit que le documentaire animalier était un bon moyen de la véhiculer. « Il faut garder un lien entre terre et mer. C’est quelque chose d’essentiel à la biodiversité ». Son projet : parler de la laisse de mer. Cette ligne de débris naturels qui reste quand la mer se retire, composée souvent de coquillages, d’algues arrachées, de méduses échouées, de bois morts et qui participe à un écosystème méconnu du plus grand nombre. « Je suis en train de réfléchir à mon séquencier, confie avec passion la jeune étudiante. Ensuite il va falloir partir en tournage, et revenir le monter ici en avril ». Un vaste programme. 

En tout cas, la renommée de l’IFFCAM n’est plus à faire. Souvent les étudiants sont primés dans de prestigieux festivals. D’ailleurs le Festival international du film ornithologique de Ménigoute a récompensé cette année 4 films sur les 9 tournés par d’anciens étudiants de l’IFFCAM. Autre preuve que la formation se porte bien, « le taux d’insertion professionnelle est de l’ordre de 70% », souligne Gilbert Favreau. De quoi assurer l’avenir des prochains étudiants de l’IFFCAM qui recevront un diplôme apposé du sceau de l’université de La Rochelle.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2881
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !