Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

  • 18/06/21 | Gan a sa voie verte

    Lire

    La commune de Gan dans les Pyrénées-Atlantiques souhaite achever la réalisation de la voie verte de la vallée d’Ossau traversant son bourg. Les aménagements concernent les revêtements en dur, la sécurisation, la plantations et la signalisation. La continuité de cette voie verte sera assurée par le Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques qui procède actuellement aux études de tracés en site propre pour rejoindre Buzy.

  • 18/06/21 | Deux-Sèvres: La Fromagerie des Gors s’agrandit

    Lire

    A Melle, dans les Deux-Sèvres, la Fromagerie des Gors produit le Chabichou du Poitou et le Mothais sur Feuille. Suite à la reprise de l’entreprise en janvier 2020, son objectif est aujourd’hui d’augmenter sa surface de production afin de répondre à la demande du client. Pour cela, elle va construire une extension de 140 m² à son bâtiment et acquérir des équipements de salage et de lavage.

  • 17/06/21 | Mérignac : dimanche dernier jour de vote pour le budget participatif !

    Lire

    Dans le cadre de son budget participatif, la Ville Mérignac (33)consacre une enveloppe de 350 000 euros pour réaliser les projets qui auront reçu le maximum de votes en ligne. Dans ce cadre, 51 projets aux thématiques diverses ont été proposés par les Mérignacais : éducation, environnement, numérique, jeunesse, culture, patrimoine, cadre de vie, mobilités... A ce jour près de 6000 votes ont été enregistrés sur le site dédié, pour ceux qui n'auraient pas encore voter, il ne reste plus que 4 jours pour découvrir et voter pour vos projets préférés! Rdv sur budgetparticipatif.merignac.com

  • 17/06/21 | Corrèze : Des Tiny House au Castang

    Lire

    Suite à la reprise de Tiny Eco.Rrèze, les nouveaux repreneurs souhaitent développer une nouvelle activité : la construction et la vente de tiny house, les mini-maisons roulantes fabriqués uniquement avec des produits locaux. Au coeur de ce projet, l’approche écologique avec des toilettes sèches, un traitement des eaux grises par phytoépuration notamment. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 8 000 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Ïkos, un « village » où le réemploi serait roi

20/05/2020 | Ce projet consiste en l’aménagement d’un écosystème dynamique et inspirant de ​17 000 m2 ​dédié à la promotion de l’économie circulaire sur la métropole bordelaise

Ikos

« ïkos » est projet de création d’un « village » du réemploi, de la réparation et du recyclage sur la métropole de Bordeaux. Cette envie ambitieuse et avant-gardiste tend à revaloriser la seconde main et consiste en l’aménagement d’un écosystème de 17 000m2. Une première en France et en Europe portée par cinq acteurs locaux reconnus et experts dans leurs domaines respectifs.

Et s’il était possible de faire ses courses d’une manière engagée et éco-responsable ? Le grand objectif du projet « ïkos » est de changer les comportements des consommateurs en les redirigeant vers des produits de réemploi, qui sont, par définition, moins consommateurs de ressources et qui préservent les ressources de la planète. Marion Besse, présidente d’« ïkos », explique que ce projet de création d’un village du réemploi, consiste à donner une nouvelle vie à des objets du quotidien. « Nous souhaitons changer le regard que les consommateurs peuvent porter sur la seconde main », indique t-elle.

L’association ïkos regroupe actuellement 5 acteurs locaux reconnus et experts dans leurs domaines respectifs. Elle compte d’abord deux entreprises : le Relais Gironde (collecte, tri et valorisation de textiles et chaussures) et Le Livre Vert (collecte, tri et valorisation de livres et produits culturels), toutes deux agréées « entreprise d’insertion », respectivement SCOP SA et SAS. Puis on y retrouve aussi des associations dont ATELIER D’éco SOLIDAIRE (recyclerie créative), R3 (traitement des encombrants des bailleurs sociaux) et Compagnons Bâtisseurs Nouvelle Aquitaine (plateforme Soli’Bât de récupération et réutilisation de matériaux de construction). « Ce collectif s’est formé notamment car les locaux de ces 5 structures sont trop petits pour accueillir des collectes qui ne font que croître, et cela ne fait que freiner donc la création d’emplois, explique sa présidente. Le foncier sur la métropole bordelaise est aussi un terrain très compliqué, alors nous avons voulu faire entendre nos besoins d’une seule voix ». 

Une utopie sociale et environnementale

Un peu à la manière de Thomas More, avec son île Utopie, les différents acteurs du projet ont imaginé un grand village qui permettrait à la fois de favoriser l’inclusion et de valoriser une consommation durable et raisonnée. « ïkos » représente aujourd’hui 120 emplois durables, dont la moitié en parcours d’insertion. À terme, il pe​rmettra de créer a minima 80 emplois supplémentaires, soit plus de​ 200 au total. Une partie du village sera industrielle avec des bâtiments pour les 5 structures, toutes déjà engagées au niveau social. Lutter contre l’exclusion est donc l’une des grandes priorités de ce futur village.

L’objectif est aussi, selon Marion Besse, de développer des activités nouvelles pour mener à bien une réflexion sur le réemploi. La galerie marchande est l’une d’elles. « Cette galerie marchande du réemploi est une idée portée par les acteurs locaux depuis une dizaine d’années, explique Marion Besse. Nous l’avons pensé comme 2 000m2 de boutiques d’objets de réemploi. » Une friperie géante aux allures de grands magasins est donc aujourd’hui indispensable selon ce collectif pour toucher le plus grand nombre et ne pas rester sur une clientèle de niche. Une nouvelle image de la seconde main doit émerger.

« ïkos » a également la volonté d’accueillir des projets de recherche et des entreprises afin d’expérimenter de nouvelles solutions organisationnelles et techniques sur le réemploi et la réparation en favorisant les interactions entre tous les acteurs. Une offre évènementielle importante va être mise en place dans le village : conférences, ateliers de réparation, ateliers créatifs… Le but est avant tout de faire de la pédagogie sur un mode de consommation tourné vers le futur.

To be continued…

Ce tiers lieu où l’on peut déposer, récupérer, acheter, réparer et s’informer a été imaginé dès l’année 2017 et accompagné par les services de Bordeaux Métropole. Le projet a pu également jouir d’une aide de la Région dans le cadre de la coopération entre acteurs pour financer des études techniques, communicationnelles, etc… « Nous avons aussi reçu une aide de l’ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) car ce projet est aussi une initiative environnementale importante », précise la présidente du collectif. 

À ce jour, malgré l’étude de plusieurs emplacements, il manque au village son lieu d’installation. Pour permettre à ​ïkos d​e voir le jour rapidement, un appel à soutien (non financier) a été lancé. L’objectif est double : faire connaître le plus largement possible le projet et inciter la société civile à le soutenir ; obtenir de la part des élus ou futurs élus des engagements fermes. Car l’avenir d’une économie durable se construit à plusieurs et se doit d’être soutenu par les citoyens enclins au changement, à la reconstruction de nos habitudes de consommation. 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : Ikos

Partager sur Facebook
Vu par vous
6434
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !