Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/04/20 | En Dordogne, les collectes de sang sont suspendues

    Lire

    Les donneurs qui avaient pris rendez-vous ont déjà été prévenus. L'Etablissement français du sang de Nouvelle-Aquitaine suspend ses collectes dans le département de la Dordogne pour les deux prochaines semaines. Les collectes mobiles et à la maison du don du 14 rue-Victoria à Périgueux, devraient reprendre le lundi 20 avril. L'établissement utilisera ses réserves, et la collecte continue ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. C'est le manque de personnel qui oblige l'EFS à prendre cette décision.

  • 07/04/20 | Des soignants de la Clinique des Cèdres de Brive en renfort à Paris

    Lire

    Le lundi 6 avril, ce ne sont pas moins de 10 soignants volontaires de la clinique privée les Cèdres à Brive, qui sont allés prêter main-forte à leurs collègues de région parisienne à l’hôpital Henri-Mondor. Isabelle Bielle-Nadeau, la directrice de l'établissement explique que « les équipes des Cèdres vont renforcer les services de réanimation de l’hôpital Henri-Mondor, où les soignants sont épuisés ou malades. Ils ont besoin d’être relevés ». La clinique des Cèdres de Brive dispose elle aussi d’un service Covid-19 qui oscille entre 75 et 100 % de taux d’occupation.

  • 07/04/20 | En Dordogne, une aide pour les entreprises qui ont besoin de main d'oeuvre

    Lire

    Certaines activités ont été contraintes de stopper leur activité avec le confinement, d’autres, considérées prioritaires doivent recruter pour faire face à une augmentation de production. Pour ce faire, Périgord développement met à la disposition des entrepreneurs périgourdins Resonne, sa bourse d’emploi inter-entreprises au sein de laquelle sont affichés les besoins identifiés de personnels avec les compétences recherchées. Contact au 05.53.35.80.24 ou au 05.53.35.80.87 et par mail: contact@perigorddeveloppement.com.

  • 07/04/20 | Réunis en visio, les élus régionaux attribuent plus de 350 000 000 € d'aides

    Lire

    A situation exceptionnelle, commission permanente exceptionnelle. En raison de la lutte contre la propagation du virus Covid 19, c'est en visioconférence que s'est tenue la Commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ce lundi 6 avril à l'Hôtel de Région à Bordeaux. 233 délibérations, 2 932 dossiers d'aides et 40 opérations de travaux ont ainsi été votés par les élus régionaux, réunis sous la présidence d'Alain Rousset, masqué. Au total ce sont 358 558 032,09 euros de subventions qui ont ainsi pu être attribués.

  • 07/04/20 | Annulation des droits de place pour l’année 2020 à Perigueux

    Lire

    La Ville de Périgueux a décidé d’annuler les droits de place et d’occupation du domaine public pour 2020. Cette décision, qui aura un impact financier sur la collectivité à hauteur de 240 000 €, marque un soutien important de la collectivité envers le tissu économique local. Sont concernés les restaurants, bars, commerçants non sédentaires présents aux marchés alimentaires et non-alimentaires ainsi que les taxis. Les sommes déjà encaissées pour l’année 2020 feront l’objet d’un avoir pour l’année 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Ile de Ré : 30 ans de pont et des projets d’avenir

11/06/2018 | L’île de Ré a fêté ce week-end du 9 juin les 30 ans du célèbre ouvrage d’art le reliant au continent

Pont de l'île de Ré

« Les anniversaires ne valent que s'ils constituent des ponts jetés vers l'avenir ». Paraphrasant Jacques Chirac lors du 50e anniversaire des Droits de l’Homme, le député de la circonscription La Rochelle-Ré Olivier Falorni a résumé en une phrase tous les enjeux de ce trentième anniversaire du pont, lors de sa célébration ce week-end à Rivedoux-Plage. Ouvert à la circulation en mai 1988, le pont avait été inauguré en août de la même année, après plusieurs décennies de tractations (lire par ailleurs).

Un pont vers l’avenir, c’est déjà ce qu’il représentait en 1988. Avant le pont, Ré se mourrait à petit feu, se transformant doucement en île de villégiature pour résidants secondaires. « En 1851, l’île comptait 21 000 habitants permanents, plus que 13 000 avant la construction du pont », raconte le président de la communauté de communes Lionel Quillet, qui dût lui-même quitter la maison familiale vers d’autres horizons, faute d’activité sur place… Pour revenir en 1988, dès l’ouverture du pont. « Pour les Rétais, le pont était le signe d’une vie meilleure : un accès aux soins médicaux et de secours, à la vie culturelle rochelaise, au développement de l’activité économique et touristique », rappelle le maire de Rivedoux-Plage Patrice Raffarin. Aujourd’hui 18 000 personnes vivent et travaillent à l’année sur l’île. Sans compter les 3 mille véhicules qui franchissent le pont chaque jour.

Lors de la cérémonie d'anniversaire, avec Lionel Quillet

Un laboratoire de circulation douce

 Et les élus rétais ne comptent pas s’arrêter là. En trente ans, ils ont eu bien des défis à relever : après avoir fait revenir une vie permanente sur Ré, ils ont dû se battre pour conserver une forme d’Ecotaxe, restaurer 66 km de digues suite à Xynthia (toujours en cours), gérer la pression immobilière de plus en plus forte (80% de l’île a été classée inconstructible suite à Xynthia) et développer les transports et la circulation dans l’île. C’est sur ce dernier point que la communauté de communes entend désormais concentrer ses efforts. Elle a profité de ce 30e anniversaire pour dévoiler son plan de développement des mobilités, dont l’achèvement est prévu à l’horizon 2024.

Objectif : « faire de Ré un laboratoire de circulation douce ». Depuis 2012, la Cdc et le Département tentent conjointement de développer les transports doux sur l’île. La navette entre les portes de La Rochelle et Ré connaît toujours plus de succès, avec 130 000 trajets annuels à son actif. Malgré tout, le trafic routier reste en constante augmentation. Les collectivités locales entendent donc inciter les usagers à emprunter davantage les transports collectifs. Un challenge qui nécessite de développer les infrastructures routières. Sept chantiers de création, d’adaptation ou d’agrandissement de sites sont prévus sur cinq ans.

Supprimer les barrières de péage

Le parking du Belvédère, côté continent, est le premier sur la liste.  Il sera agrandi et totalement refondu pour accueillir 600 véhicules (contre 400 aujourd’hui). Il accueillera 6 quais dédiés aux transports en commun, un espace de covoiturage et des bornes de recharges pour les voitures électriques. Les cheminements seront revus afin de faciliter la circulation des piétons et des vélos. Un projet a plus de deux millions d’euros. Sur l’île, cinq pôles d’échanges de ce type seront réaménagés ou créés, à Sablanceaux à Rivedoux, à la Crapaudière à Sainte-Marie, à Cognacq-Jay à Saint-Martin, au niveau de l’aire du phare des Baleines à Saint-Clément et sur la route d’Ars à La Couarde.

Toujours dans l’objectif de faciliter les flux, une passerelle d’une longueur de 52 m sera créée au-dessus de la RD735 pour permettre aux navettes et aux cars d‘accéder directement à la voie réservée du paiement automatique du péage, plutôt que d’avoir à s’insérer dans le trafic routier (projet à 1,5 million d’euros). Pour pousser la démarche jusqu’au bout, la Cdc et le Département envisagent également de supprimer la barrière de péage à l’entrée du pont. S’il n’est bien sûr pas question de supprimer la taxe de passage, les guichets de paiement devraient disparaître au profit de bornes automatiques dans un premier temps (2019) pour arriver à une automatisation des voies (péage par lecture des plaques d’immatriculation via des caméras infrarouge, ndlr) en 2021. Objectif : éviter les bouchons à l’entrée du pont.

Dans l’île, d’autres projets sont prévus pour fluidifier la circulation. Comme l’aménagement d’une voie partagée bus/cycles sur 2 km, entre le secteur du Dépend et le giratoire de la Redoute à Rivedoux, qui permettrait « de gagner jusqu’à une heure de trajet » durant les périodes de fort trafic. Cette route serait complétée par un itinéraire de délestage, dédié au bus, au départ de Sainte-Marie. Un itinéraire sécurisé pou les vélos verrait également le jour sur 6 km, du pont au camping de Sainte-Marie.

 Une troisième voie sur le pont

Ultime et dernier projet des collectivités, qui risque de créer quelques remous : la création d’une troisième voie sur le pont, dédiée exclusivement aux transports en commun. Un projet nécessitant le réaménagement complet de la circulation sur le pont, actuellement disposé en 2x 1 voie, auxquelles sont accolées une piste cyclable/piéton de part et d’autres. Une passerelle dédiée au deux roues passant sous le pont pourrait être envisagée. Des études d’écoulement du trafic doivent être réalisées en premier lieu. Bref, « c’est du lourd et de n’est pas pour tout de suite », comme le résume Lionel Quillet. 

 

Une exposition à voir tout l’été

Exposition sur l'histoire du pont A l’occasion de cet anniversaire, une exposition itinérante, retraçant l’histoire du pont de Ré et de ses différents moyens de liaisons, est à voir jusqu’au 30 août dans les différentes communes de l’île. Les archives départementales de Charente-Maritime ont exhumé cartes postales, coupures de journaux, plans d’aménagements et cartes d’époque pour retracer l’histoire des liaisons maritimes entre Ré et le continent, ainsi que les multiples pérégrinations vécues par l’île jusqu’à l’achèvement du pont en 1988. On y apprend notamment que des échanges commerciaux se tenaient entre La Rochelle et l’île dès le XIIIe siècle, avec – déjà – une taxe de passage dont les usagers devaient s’acquitter. Un trafic qui s’est intensifié avec le temps, au point que les bacs devinrent insuffisants dès le début du XXe siècle, et ce malgré la multiplication des embarcations et des compagnies. On découvre ainsi que la construction d’un pont était réclamée par une partie des Rétais dès 1949 ! Un désaccord sur les différents scénarii envisageables fit échouer un premier projet de construction  dans les années 1960. Et ce fut la voisine d’Oléron qui finalement érigea son pont en premier, en 1966. Relancé dans les années 1970,  le projet de pont pour l’île de Ré fit de nouveau couler beaucoup d’encre et anima de nombreux débats politiques. Le commandant Cousteau lui-même s’en mêla, rencontrant les élus du Département, argumentant contre la construction de l’ouvrage, étude environnementale à l’appui. Le président du Département d’alors Philippe Marchand (1939-2018) dû porter l’affaire au niveau de l’Etat pour obtenir un soutien gouvernemental. Le premier voussoire du pont fut érigé en 1987, treize ans après le vote du projet par le Conseil Général. L’ouvrage lui aura coûté 163,3 millions d’euros.

 

Le pont en chiffres

  • 2926 m de long
  • 15,5 m de large
  • 30 m au-dessus de la mer
  • 50 000 m3 de béton et 6100 tonnes d’acier le composent. Son architecture abrite également les réseaux en eau, en électricité et en fibre optique qui alimentent l’île.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
6988
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Hubert Herbreteau évêque d'Agen Société | 07/04/2020

« Cultivons notre espace intérieur en cette période de confinement » Hubert Herbreteau, évêque d’Agen

L'ESSCA Société | 06/04/2020

Confinement : l’innovation dans l’enseignement à distance des Ecoles supérieures

Sport à la maison Société | 05/04/2020

A Bordeaux, les acteurs du sport s’adaptent au confinement

Opération de contrôle à l'entrée de l'île d'Oleron le 3 avril 2020 pour éviter l'affluence des touristes Société | 04/04/2020

Covid-19 : En Charente-Maritime, les vacanciers ne sont pas les bienvenus

Aurélien Leroy Pôle Emploi Société | 03/04/2020

Covid-19 : pour Aurélien Leroy, responsable régional de Pôle Emploi, il faudra "continuer à s'adapter"

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 02/04/2020

Covid-19 : La Rochelle ouvre ses premiers centres de consultation publiques

Angélique, infirmière libérale en milieu rural à l'heure du Covid 19 Société | 01/04/2020

Angélique, infirmière libérale en milieu rural : « Nous acceptons toute l'aide que l'on nous propose ! »

Banque Alimentaire 2020 Société | 31/03/2020

Face à l'épidémie du Covid-19, la distribution alimentaire se réorganise en Nouvelle-Aquitaine

masques Société | 31/03/2020

Solidarité et masques en tissu : nouveau combat dans des communes en Gironde

Hopital de Bayonne Société | 30/03/2020

Le Plan blanc Aquitaine s'étend jusqu'au Pays basque

Les supporters de l'UBB célèbrent la victoire Société | 29/03/2020

Union Bordeaux-Bègles : l'histoire fait la force

"Construire un lieu différent qui serait le lieu des possibles pour les jeunes porteurs de TSA et leur famille », tel est l'objectif du Conseil départemental des Landes, en partenariat avec le milieu associatif et les différentes institutions Société | 28/03/2020

"Chacun sa vie, chacun sa réussite", l'ambitieux projet landais pour les jeunes autistes

Hall centre hospitalier Bayonne Société | 27/03/2020

Un appel du Centre hospitalier de Bayonne qui... interpelle

Société | 27/03/2020

MAJ DU 03/04/2020 - Covid-19 : 194 cas confirmés en Haute-Vienne et 6 décès, 8 000 salariés en chômage partiel

L'école à la maison en période de confinement Société | 27/03/2020

L’école à la maison : le numérique, un outil indispensable